Réalité Augmentée: la prochaine frontière en marketing numérique

Si vous demandez à l'internaute lambda ce qu'il pense de la Réalité Augmentée (RA), vous serez submergés par des réponses mentionnant les « Google Glass » et ô comment disgracieux ils nous font paraitre, le concept ingénieux des arrêts de bus récents de Pepsi…et on affirme qu’en réalité tout cela n’est qu’une mode passagère. En fait, vous serez confrontés à la tâche de définir la Réalité Augmentée.

Selon SDK Digital Lab Startup, créé par Atiyya Karodia et Christian Fongang, gagnant du Top 100 Technologies Awards, pionnier de la Réalité Augmentée et première agence à intégrer la Réalité Augmentée à la télévision, la meilleure façon de décrire ce concept est:

"La superposition de contenu numérique, dans un contexte réel, à l'aide de votre Smartphone, votre webcam ou tout autre forme informatique portable."

 

 

imagea article realite augemnetee_bis

La Réalité Augmentée en image

En Afrique du Sud, en tant que consommateurs, nous sommes largement ignorants du concept de la RA, et les marques sont, en toute franchise, hésitantes à sauter le pas (les principales exceptions étant Pond’s South Africa, SA Home Owner et Rolling Stone SA entre autres), préférant s'en tenir à l'alternative que d’essayer. Elles testent les services les moins cher proposés aux entreprises et qui, trop facilement, se transforment en rien de plus qu'un tableau d’affichage dans les Médias Sociaux. L'appréhension est compréhensible, mais cela signifie-t-il que nous serons toujours condamnés à porter l'étiquette du pays qui copie-colle des concepts numériques?

Un grand malentendu est généré dans le public, liant les RA uniquement au Google Glass, lui valant ce régard dubitatif alors qu'elle peut être disponible et abordable pour tout le monde car utilisable sur n'importe quel Smartphone. Il s'ensuit le problème du mauvais usage des RA quand on superpose du contenu qui offre peu ou pas d'interactivité.

realite_augmentee_iphone

 Il est assez évident que le nombre de Smartphones augmente et, avec la croissance actuelle de la RA, 4 années après les médias mobiles, la question n'est pas tant de savoir si la RA est temporaire, mais plutôt, comment sa généralisation va nous affecter en tant que consommateurs à travers le marketing numérique.

 

Afin de comprendre l'impact de la Réalité Augmentée dans un cadre quotidien, vous aurez besoin de prendre quelques minutes pour visualiser l'image que je m'apprête à peindre :

« Imaginez un monde où vous vous réveillez, utilisez votre téléphone pour scanner votre environnement et obtenir des rapports de trafic en géolocalisation qui rendront votre trajet du matin plus facile. Vous déjeunez et avez besoin de plus de céréales pour demain, tout ce que vous faites est de scanner votre boîte, choisir votre produit, votre épicier, payez avec votre téléphone et savoir que lorsque vous rentrerez, vous aurez exactement ce dont vous avez besoin sans un détour ou un cargo ».

Il existe deux mondes : le monde en ligne où nous interagissons avec les publications, les marques et entre amis ; ensuite il y a le monde réel, où nos actions impactent les entreprises et les marques de façon plus tangible. La tâche pour les marques qui veulent rester dans les bonnes grâces et le portefeuille des consommateurs n'est pas seulement d'avoir une présence dans ces deux mondes, mais de trouver un moyen de mettre les deux ensemble. La plus grande erreur à commettre en tant que marketeur numérique est de penser que les marques détiennent encore assez de puissance pour contraindre par inadvertance les consommateurs à un engagement positif sans réel effort, parce que le nœud du problème, c’est que le symbole dièse (#) sur une affiche ne suffit plus tout simplement.

 

 

image sortant

Les progrès et réussites technologiques et de communication se sont souvent appuyés sur notre caractère évolutif qui nous incite à dépenser un minimum d'énergie et d’en tirer un avantage maximal. C’est aussi là-dessus que mise la Réalité Augmentée et d’autres technologies en développement.

Nous avons assisté à la montée en puissance de la téléphonie mobile, de l'Internet, des Médias Sociaux, et même à l’augmentation du Wifi public gratuit à Johannesburg. Monde réel et numérique semblent donc se rejoindre peu à peu. Ces évolutions font penser qu’un jour nous serons encore plus, et continuellement, en contact physique et actif avec les dispositifs qui nous relient au monde en ligne. Une formidable opportunité pour les entreprises qui ont misé sur le numérique. Mais si l’Afrique du Sud décide de rejeter la Réalité Augmentée et les technologies du monde réel, le seul impact des marques sur les consommateurs à l'avenir se limitera-t-il à de simples Tweet ?

Cedric Yamdjeu

Internet en Afrique: état des lieux (2)

Pour mieux appréhender l'impact de l'internet en Afrique, il faut se centrer en premier sur le nombre de personnes qui l’utilisent. Quel est le pourcentage d'internautes en Afrique en fonction de la population ?
Un site nous donne toutes les informations nécessaires : http://www.internetworldstats.com/

Il apparaît tout d’abord que l’Afrique ne représente que 5.7% des utilisateurs dans le monde. 1 internaute sur 20 est africain, alors que la population mondiale est composée d’1 Africain pour sept personnes.

Quels sont les pays en Afrique qui utilisent le plus Internet ? Tout d’abord, voici le classement des 10 pays où il y a le plus d’internautes en Afrique, en chiffres absolus.

Cependant, lorsque l’on rapporte le nombre d’utilisateur à la population, voici les grands gagnants :

 

Maroc
41.3 %
Seychelle
38.0 %
Tunisie
33.9 %
Cap Vert
29.1 %
Nigéria
28.3 %
Egypt
24.5 %

 

 Le Sénégal qui est l’un des pays pionniers du Net en Afrique (articles à venir…) a un faible taux de pénétration de 7,3%. Pour information, en Europe, le taux de pénétration du Net est de 70% en France et de 46% en Grèce.

Pour se connecter à l’internet, il faut un PC mais aussi des offres d’accès à Internet dignes de ce nom, ce qui faut souvent défaut en Afrique. De ce côté, voici des bonnes nouvelles. Le schéma ci-dessous permet de visualiser les capacités réseaux actuelles des pays du continent, mais aussi les offres à venir.

 

Et combien ça coûte ?

Le tarif d'une connexion ADSL illimitée à Internet en 128 kbit/s au Togo, reste, à 45000 CFA par mois, de l'ordre de 70€ par mois… Plus d'un mois de salaire d'un employé togolais. Et l'on pourrait évoquer l'accès pro illimité 2 Mega, proposé à 960000 F CFA hors-taxes, soit 1500€ par mois, avec, tout de même, des garanties apportées sur le niveau de débit ! (source http://www.ariase.com/fr/news/afrique-internet-wacs-article-2549.html)

Tant que les offres seront aussi onéreuses, le pourcentage de pénétration de l’Internet ne décollera pas en Afrique. Mais pourquoi faudrait-il que les africains s’y mettent ? Une étude de la Banque Mondiale a démontré que chaque tranche de 10% de connexion à haut débit d'un pays se traduisait par une augmentation de 1,21% du PNB dans les pays développés et de 1,38% dans les pays en développement. (source : http://www.ariase.com/fr/news/afrique-internet-wacs-article-2549.html).

Philippe Jean