Démocratie au Gabon: Quelle direction?

Christian Dior MOULOUNGUI, est philosophe. Il est enseignant de philosophie et Doctorant en troisième année à l’Université Omar Bongo (Gabon) , cdmouloungui@gmail.com Libreville / Gabon

Résumé

Cette tribune étudie l’état de la démocratie tel qu’il se présente au Gabon. La démocratie dans cet État de l’Afrique centrale, nous semble-t-il, fonctionne à pas de caméléon. Nonobstant l’ouverture démocratique amorcée dans les années 1990 prônant pour le pluralisme politique dans plusieurs pays d’Afrique subsaharienne, l’opacité de l’organisation politique au Gabon apparaît alors comme un obstacle à l’effectivité démocratique. Cette problématique de la gouvernance au Gabon est asymétrique à la question de l’alternance démocratique, bien qu’il y ait d’autres formes des dérives du pouvoir. Comment comprendre effectivement que plus d’un demi-siècle, voir plus de 55 ans, de règne présidentiel avec un même parti (PDG) au pouvoir depuis1968 ? Dans ce cas de figure, plus de trente ans plus tard, la promesse tant entendue de la démocratie est fille d’une attente sempiternelle et l’espoir du peuple gabonais de voir les jours meilleurs s’enlise dans le désenchantement total.     

Abstract

This article examines the state of democracy as it stands in Gabon. Democracy in this Central African state, it seems to us, is working at a chameleon’s pace. Notwithstanding the democratic opening that began in the 1990s advocating political pluralism in several sub-Saharan African countries, the opacity of political organization in Gabon then appears as an obstacle to democratic effectiveness. This problem of governance in Gabon is asymmetrical to the question of democratic alternation, although there are other forms of power abuses. How can we understand that more than half a century, or even more than 54 years, of presidential rule with the same party in power since 1968 ? In this case, more than thirty years later, the long-heard promise of democracy is the daughter of an eternal expectation and the hope of the Gabonese people to see better days is bogged down in total disenchantment. 

Introduction

Le triomphe de la démocratie libérale prédit et soutenu par les Occidentaux est bel et bien significatif dans l’œuvre Francis Fukuyama à la fin de la guerre froide. Pour lui, dans La fin de l’histoire et le dernier homme[1], la fin de la guerre froide marque une nouvelle ère de paix et de la fin des combats idéologiques. Et donc, finalement, la fin du communisme, des régimes totalitaires et le triomphe de la démocratie libérale et du capitalisme dans le monde. A cet effet, il prédit alors que cette nouvelle période des relations internationales,  post-guerre ou post-historique, est considérée comme une expansion, une émergence de la démocratie libérale dans le monde. Avant lui, François Mitterrand n’en pensait pas moins en s’appuyant sur la nécessité de la démocratie dans la gouvernance africaine :

Lorsque je dis démocratie, lorsque je trace un chemin, lorsque je dis que c’est la seule façon de parvenir à un état d’équilibre au moment où apparaît la nécessité d’une plus grande liberté, j’ai naturellement un schéma tout prêt : système représentatif, élections libres, multipartisme, liberté de la presse, indépendance de la magistrature, refus de la censure : voilà le schéma dont nous disposons[2].

A ces propos, au-delà de l’objectivité première de ce discours, il s’agissait d’une sorte d’injonction préconisée aux pays africains d’adopter le régime démocratique. Un régime idéal pour une organisation politique libérale et garant des libertés des individus. C’est-à-dire, la démocratie comme régime politique idéal, pour l’instant, qui exprime ou affirme le mieux les attentes des peuples : égalité, liberté et justice.

Dans ces contions, pour les pays africains, il apparaît alors difficile d’organiser une vie politique à la marge de cet idéal politique occidental. C’est dans ce contexte que le peuple gabonais se veut iconoclaste par le canal de multiples mouvements de contestations pour dire non aux politiques centralistes et au népotisme du pouvoir en exercice. En effet, après plus de 22 ans de politique de parti unique, le Gabon renoue enfin avec le multipartisme dans les années 1990. En réalité, c’est le contexte de l’ouverture politique et institutionnelle. Mais l’effectivité de cette mouvance démocratique sera actée en 1990 avec la Conférence Nationale[3] et en janvier 1991 avec la légalisation optimale des partis politiques d’opposition. C’est l’aboutissement d’une longue crise politique et sociale au sortir de la chute du mur de Berlin en 1989, le début de l’ère démocratique dans les années 1990. Partant de là, le Gabon peut maintenant rêver de construire un espace politique démocratique qui prend en compte l’intérêt général et la volonté de ses citoyens, et donc du corps politique dans sa totalité organique. C’est l’espoir du peuple gabonais de connaître un futur meilleur à travers un monde d’égalité, de justice et de liberté. Mais plus de trente ans après, l’idéal occidental et la prédiction de Fukuyama sur le triomphe de la démocratie n’ont pas atteint les résultats escomptés[4]. Lisons Ana Pouvreau pour l’entendre dire : « En 1989, lors de la chute du Mur de Berlin, la démocratie paraissait triomphante et son avenir s’annonçait sous un jour radieux. Trois décennies plus tard, force est de constater que les démocraties sont malades »[5]. Bien sûr, aucun État démocratique aujourd’hui, petit ou grand soit-il, n’est en marge de mouvements de contestations : « Partout se sont élevées des contestations condamnant le déficit de représentation, de légitimité et de constitution de la volonté générale »[6].  Pour ainsi dire, dans cette perspective, la politique gabonaise retombe dans ses travers. C’est pourquoi, finalement, on constate qu’après la mouvance de l’ouverture politique, l’organisation de la vie politique au Gabon est flétrie par le déclin de la démocratie. Quand bien même, nous le savons, la démocratie est et reste le régime politique par excellence dans le monde et la finalité de tout gouvernement qui se veut humain.

 En raisonnant ainsi, il n’en demeure pas moins de noter que bon nombre de spécialistes et citoyens pensent manifestement que l’effectivité des principes démocratiques pose problème en Afrique, en général et au Gabon, en particulier. A cet égard, il apparaît fort probable de constater que la sphère politique gabonaise est caricaturée par le blocage de l’alternance démocratique, le népotisme, le despotisme, et donc un dysfonctionnement de l’affirmation de l’État de droit et de la souveraineté du peuple. A partir de là, nous comprenons que l’enjeu de notre démonstration est de montrer en substance que la crise de la démocratie est belle et bien évidente au Gabon. Lisons Pierre Rosanvallon pour l’entendre dire : « L’idéal démocratique règne sans partage, mais les régimes qui s’en réclament suscitent presque partout des vives critiques. C’est le grand problème de notre temps »[7]. C’est un fait qui pose aujourd’hui, en substance, le problème de la méfiance et défiance des citoyens vis-à-vis des régimes démocratiques.

Approche diachronique de la démocratie au Gabon

 Après les indépendances dans les années 1960 en Afrique subsaharienne, plusieurs pays africains connaitront leur premier président élus par la voie des urnes. Cela fut la première marche vers une autonomisation et émancipation politiques. C’est le moment de l’affirmation de la souveraineté des États africains. Par ailleurs, il faut noter au passage que nous sommes dans le contexte des partis uniques, et donc du processus électoral à parti unique. Pierre Jacquemot  note avec pertinence que « les régime à parti unique s’installèrent quasiment partout, avec des pouvoirs centralisés, niant les choix concurrentiels, satisfaisant médiocrement le vœu des Africains de choisir librement leurs représentants »[8].

C’est dans ce contexte que le Gabon prend son indépendance le 17 août 1960. Et le 12 février 1961, Léon Mba fut élu le premier président du Gabon. Cette élection du Président Léon Mba prend forme après négociation avec l’opposition dirigée par Jean-Hilaire Aubame :

Fragilisé par ces arrestations des membres de son propre parti, Léon Mba se rapprocha du leader de l’opposition, Jean-Hilaire Aubame, pour négocier une entente. Celle-ci, très vite conclue, prit le nom d’ « Union nationale ». Elle regroupa le B.D.G., l’U.D.S.G. et le P.U.N.GA Sous ses auspices furent élus, le 12 février 1961, le premier président de la République gabonaise − en l’occurrence, Léon Mba[9].

Mais après sa mort le 28 novembre 1967, selon l’idéal constitutionnel, Albert-Bernard Bongo devient le Président de la République gabonaise : Comme le stipulait la Constitution, révisée à dessein le 17 février 1967, le vice-président Bongo lui succéda le 2 décembre 1967 »[10]. A partir du 12 mars 1968, le nouveau président, Albert-Bernard Bongo, « créa un parti unique dénommé Parti démocratique gabonais, qui abolit toutes les libertés démocratiques[11].

A ces propos, une fois au pouvoir, le Président Albert-Bernard Bongo met en place un parti politique dynamique, le Parti démocratique gabonais le  12 mars 1968, autour duquel il va assoir sa stratégie politique. A cet effet, à partir des années 1968 jusqu’à la mouvance démocratique en 1990, le Gabon est en plein essor économique. Ce développement économique est propulsé par les recettes pétrolières.  De même, il convient de dire que politiquement, le parti unique (PDG), sous l’égide du Président Albert-Bernard Bongo, assure l’équilibre du pays à travers le dialogue et l’intégration de différents bords politiques. En un mot, il faut comprendre que sur le plan économique et politique, en ce temps, le Gabon est considéré comme un prototype en matière du développement économique et de stabilité politique au niveau de l’Afrique centrale.   

La dérive du pouvoir

 Outre ses prouesses en matière de développement économique et de stabilité politique, la politique du parti politique unique menée par les gouvernants gabonais met en place une politique du ventre[12], autoritaire et clientéliste au Gabon. A partir de là, il y a une sorte d’implantation et de manifestation de la privation des libertés d’expression, de conscience et d’agir : « Le 17 mars, les autorités ont suspendu les activités de la Convention nationale des syndicats du système éducatif (CONASYSED), le principal syndicat d’enseignants du pays, invoquant le « trouble à l’ordre public » causé lors du début du mouvement de grève en octobre 2016 »[13]. En plus, ladite politique semble être caractérisée par la mauvaise gestion de la manne pétrolière, et donc soldée par une gouvernance opaque de ressources naturelles :

Selon le rapport du Fonds monétaire international sur le Gabon, […] la gouvernance déficiente et les fuites de recettes du pays sont dues à l’absence de transparence des accords de partage de la production ; l’absence de vérification des coûts déclarés par des entreprises ; le manque de transparence des déclarations de recettes pétrolières. A cela s’ajoute la mauvaise gestion des entreprises pétrolières publiques, Gabon Oil Compagny (GOC) et la raffinerie nationale gabonaise, la Sogara, qui s’accompagne de transferts financiers peu transparents entre elles et l’État[14].

Cette mauvaise gouvernance des ressources pétrolières a plusieurs conséquences, à savoir : la pauvreté et les inégalités sociales plausibles dans la société gabonaise. Selon le rapport Gabon : Profil de Pauvreté 2017, « pour l’ensemble du pays, la pauvreté se situe à 33,4 pour cent en 2017, tandis que l’extrême pauvreté (ou pauvreté alimentaire) concerne 8,2 pourcent des gabonais »[15]. L’incidence de la pauvreté (PO) par milieu de résidence au Gabon, selon ce rapport, présente les données suivantes : « Nous constatons que la pauvreté est plus élevée dans le Sud rural où elle concerne plus de deux tiers des individus, tandis qu’elle concerne 21 pour cent des individus à Libreville, la capitale Gabon. Port-Gentil et le reste de l’Ouest Urbain se situe également en dessous du taux de pauvreté national de 33,4 pour cent »[16]. Et l’extrême pauvreté : «  Au niveau national, l’indice de la pauvreté extrême est de 8,2 pour cent en 2017. Une ventilation des résultats selon le milieu de résidence montre que la pauvreté extrême est beaucoup plus important en milieu rural avec un taux de 25,4 pour cent »[17].

 En outre, on peut ainsi dire que le Gabon sombre dans l’aristocratie[18], le despotisme[19] et le népotisme[20] depuis l’ère du Président Omar Bongo Ondimba[21] à la succession en 2009 de son fils, Ali Bongo Ondimba[22] jusqu’aujourd’hui. Cette succession du père au fils est bien loin d’être la règle de l’alternance démocratique, mais, en réalité, elle est beaucoup plus une succession monarchique, dynastique. Le pouvoir du père au fils, cette alternance politique typique devient un prototype en Afrique subsaharienne, notamment en février 2005 au Togo et en mars 2021 au Tchad. Aujourd’hui plus qu’hier au Gabon, les libertés d’expression et de manifestation sont souvent opprimées. Donc, semble-t-il, cette répression face  à tout mouvement de contestations montre en suffisance que l’expression des libertés individuelles ou collectives apparaît sans doute aliénée. Les conflits post-électoraux de 1993, 2009 et 2016 traduisent le caractère oppressif des gouvernants en exercice. A cet égard, même malgré le multipartisme et donc le triomphe de la démocratie des 1990, on peut comprendre que la démocratie gabonaise peine à se réaliser.         

En effet, comme nous l’avons dit, nonobstant l’ouverture politique caractérisée par la mouvance démocratique dans les années 1990 en Afrique, l’organisation politique au Gabon fonctionne en marge des principes de la démocratie. Pour dire les choses autrement, la démocratie fonctionne à pas de caméléon, pour emprunter l’expression de  Richard Banégas[23]. Cela dit, depuis ces années 1990 symbolisant le retour à la vie démocratique et au pluralisme des partis politiques au Gabon, le régime politique n’a jamais changé. D’après Lassaad Ben Ahmed, « Au Gabon, la famille Bongo cumule plus d’un demi-siècle à la tête du pays, d’abord avec Omar Bongo durant 42 ans, depuis 1967, succédé ensuite par son fils Ali Bongo et toujours en poste »[24]. De même, l’élection des députés et sénateurs par le peuple gabonais, comme leurs représentants au Parlement, n’a jamais changé de paradigme ni pour une organisation politique adéquate et optimale, ni pour la confiance du peuple qu’ils sont censés représenter. L’enquête menée au Gabon par l’Afrobaromètre[25] en 2020, semble-t-il, nous donne une idée plus ou moins distincte de la situation démocratique dans ce pays. D’après cette enquête, « La moitié (50%) des Gabonais ne font pas du tout confiance  aux députés et sénateurs, en plus de 29% qui leur font juste un peu confiance. Seulement 6% leur font « beaucoup confiance »[26]. Dans ce cas de figure, nous dit Pierre Rosanvallon, nous sommes dans Le Parlement des invisibles[27]. C’est-à-dire, l’abandon exaspéré de nombreux gabonais qui se disent oubliés, incompris et pas écoutés par leurs représentants. Il faut donc comprendre que :

La forte majorité des enquêtés disent que ni les sénateurs (74%) ni les députés (63%) ne les écoutent jamais. La très large majorité des Gabonais jugent négative la performance des députés (78%) et des sénateurs (83%). Aussi, six Gabonais sur 10 (61%) estiment que la plupart ou « tous » les parlementaires sont impliqués dans les affaires de corruption[28].

 De même, Alix-Ida Mussavu n’en pense pas moins, en reprenant les sondages d’Afrobarometer  sur l’appréciation de la démocratie au Gabon : « Selon les résultats du 8e tour d’Afrobarometer au Gabon sur l’appréciation de la démocratie, 70% des Gabonais préfèrent la démocratie à toute autre forme de gouvernement mais plus de 88% ne sont pas satisfaits de son fonctionnement dans le pays »[29]. Au final, par ces sondages dont les données nous paraissent fiables, nous pouvons dire sur la base de l’expérience et d’appréciation que la manière de gouverner et la qualité de la vie au Gabon permettent de comprendre que la démocratie est d’autant plus chimérique et fataliste que réaliste.          

La mal-représentation

  Le problème de la politique gabonaise, à notre humble à vis, c’est la mal-représentation. Et celle-ci est la conséquence directe de la mauvaise gouvernance. Pour comprendre les choses autrement, le fait que les dirigeants gabonais n’assurent pas leur fonction des représentants du peuple de manière adéquate et optimale, il n’est pas sans conteste étonnant d’être dans la situation de gouvernance chaotique que connaisse le Gabon actuellement. Le clan dirigeant se livre, semble-t-il, au pillage sans précédent de ressources et richesses du pays. Selon Rose Moussaoui, dans Le Clan Bongo, un demi-siècle de règne et de pillage,  « ces richesses n’ont jamais profitées aux Gabonais, privés d’infrastructures et de services de base »[30]. Les conséquences immédiates de cette gouvernance opaque  sont : le népotisme, le clanisme et surtout, bien sûr, le chômage chronique des jeunes gabonais : « Dans son rapport publié le 11 août dernier à la veille de la célébration de la journée internationale de la jeunesse, l’OIT estime à 73 millions le nombre de jeunes chômeurs en 2022, soit 14,9%, en baisse par rapport à 2021 (75 millions), mais supérieur de 6 millions par rapport à 2019 »[31]. Parce que les postes dans l’administration gabonaise sont à la solde des collaborateurs et parents. Plus déplorable encore en ce qui concerne cette mal-représentation, c’est qu’elle a posé une scission entre le peuple gabonais et ses représentants. C’est-à-dire, les citoyens n’ont plus confiance à ceux qui les dirigent, et donc ils deviennent alors méfiants vis-à-vis d’eux et distants à l’organisation politique. Pierre Rosanvallon, dans son texte Le Parlement des invisibles, n’en pense pas moins : « Une coupure s’est creusée entre la société et les élus censés la représenter. Ce constat est aujourd’hui bien établi »[32].

  A ces propos, pour revenir à la situation démocratique du Gabon, il faut comprendre que l’érosion de la confiance s’est établie entre le peuple gabonais et ses représentants. Ces dirigeants gabonais auraient oublié volontairement, puisqu’ils en connaissent la nature et les enjeux d’une organisation politique démocratique, l’intérêt général et la souveraineté du peuple gabonais dans leur « gouvernementalité ». Autrement dit, le problème, justement, est que ces dirigeants gabonais excluent toute transparence dans la gestion de la chose publique, déclinent toute responsabilité, favorisent le partisanisme et rejettent consciemment l’écoute du peuple. De ce fait, Il apparaît donc fort probable de justifier, finalement, la méfiance, les critiques, le désarroi et le mécontentement des citoyens gabonais à l’égard de leurs dirigeants.

Partant de là, il sied d’affirmer que les dirigeants gabonais n’ont visiblement pas la volonté de penser démocratiquement la société gabonaise, ni comment gérer la chose politique démocratiquement de telle sorte que le bien-être des gabonais soit effectif. Mais dommage, bien évidemment, parce que leur souci n’est visiblement que d’assouvir leurs intérêts individualistes et partisans. Encore plus inquiétant dans leur gouvernance, nous semble-t-il, ils cherchent inéluctablement comment garder de facto ou par tous les moyens le pouvoir. Par conséquent, ils utilisent tous les mécanismes possibles pour pérenniser effectivement leur pouvoir. Pierre Rosanvallon note avec pertinence que la vie politique moderne et contemporaine « tend de plus en plus à s’organiser autours des enjeux de conquête et de l’exercice du pouvoir, et non autour du souci d’exprimer la société ou de gouverner adéquatement l’avenir »[33]. Comme telle, cette conquête du pouvoir au Gabon a mis en place une machine à broyer la scène politique gabonaise, et donc le Parti-État, Parti démocratique gabonais (PDG) : « le Parti démocratique gabonais (PDG), comme parti unique et dirige d’une main de fer »[34].

 A cet effet, cette marginalisation de la démocratie justifie non seulement le non-respect de la Constitution gabonaise, caractérisée par sa revisitation à des fins politiques, mais également pour asservir le peuple gabonais et de maintenir le pouvoir. Noël Bertrand Boundzanga[35] qualifie cette démocratie gabonaise de meurtrière  dans son ouvrage Le Gabon, une démocratie meurtrière[36]. Dans cet ouvrage, Noël Bertrand Boundzanga met en exergue l’analyse de la démocratie au Gabon, et donc ses avancées et ses malheurs. Pour lui, la démocratie telle qu’elle fonctionne au Gabon ne peut prétendre à aucun développement. En effet, l’État de droit au Gabon n’est pas respecté. Dans ces conditions, la vie politique devient l’apanage du système du pouvoir en place, en réduisant au silence les acteurs politiques et les acteurs de la société civile qui se veulent critiques, démocratiques. Pour ainsi dire, pour étouffer tout mouvement de contestation, le pouvoir politique en exercice utilise les intimidations. Christ Olivier Mpaga[37] ne peut rester indifférent face à cette politique caricaturale de la démocratie au Gabon en signant la lodiciquarte, c’est-à-dire la quatrième de couverture[38] dudit ouvrage, Le Gabon, une démocratie meurtrière. Pour lui, en substance, l’état actuel du Gabon ne peut favoriser la transition démocratique. Parce qu’il faut repenser la société gabonaise dans toute sa dimension de l’organisation politique. En commençant par la « légitimité et le statut du chef de l’État, des acteurs politiques, le rôle des intellectuels et les auxiliaires du pouvoir que sont la police, l’armée, les partis politiques, les syndicats et la société civile »[39].

 Il s’agit donc ici de repenser la vie politique au Gabon à travers la restructuration et la recomposition de son corps politique de façon organique. C’est une sorte d’iconoclasme révolutionnaire du contrat social de la politique gabonaise. Ainsi, l’ouvrage Le Gabon, une démocratie meurtrière se veut donc, à notre humble avis, une critique profonde de la mauvaise gouvernance au Gabon. Pour ainsi dire, Noël Bertrand Boundzanga, par Le Gabon, une démocratie meurtrière, se fait le chantre de la démocratie et le défenseur des valeurs humanistes. Par une opération intellectuelle chirurgicale, il peint une critique et un iconoclasme révolutionnaire totalisant de l’acte de « la gouvernementalité gabonaise » dans sa substance. Ainsi, il convient d’affirmer que l’opacité démocratique au Gabon se comprend, au-delà de tout raisonnement analogue ou analogique, par le despotisme et le népotisme exacerbés. Cette crucifixion de la démocratie présume, d’une certaine manière ou par extension, une disposition de l’État-policier[40] dans la mesure où l’aliénation des libertés fondamentales et l’impossibilité d’effectiviser les recours contre le pouvoir se font sentir dans la société gabonaise. René Dumont note avec pertinence que « Sans la démocratie, qui est la charpente, les droits de l’homme ne sont pas qu’une coquille vide »[41]. Alors que le Gabon a besoin d’un État-protecteur garantissant le bien-être et les droits de ses citoyens. 

Peuple passif ?

Peut-on dire que le peuple gabonais n’est pas à la hauteur des circonstances historiques ?         Nous présumons ici qu’au Gabon, la politique se fait manifestement sous forme de dysfonctionnements en mélangeant les institutions démocratiques et les pratiques autoritaires[42], estime Khalid Tinasti. Dans cette perspective, nous sommes dans un État soi-disant démocratique où  les dirigeants ont naturalisé l’acte politique par la politique des dons, du ventre et du culte de la personnalité, au lien de poser les fondements d’une politique démocratique de construction de l’État de droit recouvrant le bien-être et l’idéal de la population gabonaise. Mais malheureusement, les citoyens gabonais qui sont censés revendiquer cela sont dans un sommeil dogmatique. Bien évidemment, pour dire qu’ils ont succombé dans la servitude volontaire, pour reprendre l’expression d’Étienne La Boétie[43]. Dans ce texte d’Étienne La Boétie, considéré effectivement comme un réquisitoire contre le pouvoir absolu, il dénonce en substance l’acceptation du peuple d’être aliéné volontairement face au pouvoir politique. Pour lui, si le peuple est assujetti, c’est parce qu’il admet d’être dominé. De ce fait, la servitude du peuple, dit-il, est une servitude consentie parce qu’il demeure volontairement à l’état de minorité[44].

 En un mot, le peuple se donne volontairement à être manipulé, dressé et aliéné à la soumission et à la domination du pouvoir politique. Bien sûr, il est fort probable d’affirmer que c’est l’unique occasion et préoccupation possibles que les représentants souhaiteraient en avoir. En effet, pour Louis Auguste Blanqui, après plus de trente ans de démocratie jalonnée « de népotisme, de despotisme, de servitude et d’abrutissement systématique, la souveraineté du peuple » ne peut qu’être le produit ou l’éclosion d’un scrutin garni relativement et naturellement par « la graine semée dans les cerveaux »[45] par les prétendus gouvernants. A cet égard, pour revenir au peuple gabonais, nous comprenons donc que sa passivité face aux enjeux politiques, économiques et sociaux actuels qui prévalent dans le pays traduit implicitement son mutisme face à sa tâche de s’affirmer dans le jeu démocratique. Il apparaît bien, dans cette perspective, affirme Pierre Rosanvallon : « Le peuple dans son ensemble n’est pas encore, à ses yeux, à la hauteur de sa tâche historique »[46]. Autrement dit, il n’y a pas de bon peuple sur lequel l’énergie du droit de vigilance pourrait effectivement prendre appui. A l’évidence, le peuple gabonais, comme la masse des électeurs manipulés, ne limite ses droits que dans l’accrochage  à la duperie ou à l’illusion électorale. Pour le dire autrement, « Le suffrage universel est son esclave »[47]. En réalité, comme le pense Pierre Rosanvallon, si :

Le peuple est la source de tout pouvoir démocratique. Mais l’élection ne garantit pas qu’un gouvernement soit au service de l’intérêt général, ni qu’il y reste. C’est pourquoi un pouvoir n’est désormais considéré comme pleinement démocratique que s’il est soumis à des épreuves de contrôle et de validation à la fois concurrentes et complémentaires de l’expression électorale majoritaire[48].

  Alors, il convient ici de comprendre la nécessité de l’orientation du renouveau politique africaine. C’est-à-dire, l’une des solutions pour pallier aux dysfonctionnements institutionnels du pouvoir représentatif en Afrique, c’est que le peuple africain doit être constamment vigilant dans l’action gouvernementale au-delà des échéances électorales. C’est donc la problématisation du citoyen-électif passif que l’Afrique ait toujours connu dans son organisation politique. En principe, nous comprenons ainsi qu’il est important et subtile de redéfinir ou de reconstruire le rôle incontestable dans l’organisation étatique que doit désormais incarner le peuple africain, en général et le peuple gabonais, en particulier. Justement, c’est celui du citoyen-vigilant et juge dans la gestion de la politique africaine moderne et contemporaine. En effet, le peuple africain, voire le peuple gabonais, doit sortir du mirage du suffrage universel que Louis Auguste Blanqui qualifie de « bévue démocratique[49] »[50]. Dans l’exacte mesure où, pense-t-il, le suffrage universel installé au centre de la démocratie représentative est susceptible d’être un principe qui donne lieu à la manipulation et à la falsification électorale. Somme toute, loin pour nous d’ostraciser ou de nier catégoriquement le vote dans le processus de démocratisation en Afrique ou au Gabon, puisqu’on le sait, il en fait partie de l’un des principes substantiels du jeu démocratique, mais on aimerait plutôt se demander pourquoi le peuple gabonais est loin d’être manifeste et vigilant dans l’acte de la gouvernance étatique au-delà de ce vote.    

L’éternel problème de la modification constitutionnelle

 La disposition de la Constitution qui régit l’organisation politique au Gabon et dans d’autres pays africains ne favorise pas l’effectivité et le bon fonctionnement de la démocratie. C’est ce qui explique logiquement le rôle de la Constitution, souvent modifiée pour l’avantage des gouvernants, dans ces pays afin de favoriser le maintien au pouvoir des dirigeants  en exercice :

La réforme de la Constitution de 2010 qui a vidé la Loi Fondamentale de toute sa subsistance et qui a permis au Chef de l’Exécutif de s’arroger tous les pouvoirs, d’exercer une hyper prépondérance sur les autres institutions constitutionnelles au point qu’il détient seul la capacité de nomination des membres desdites institutions. Par ailleurs, cette réforme n’offre aucune possibilité d’alternance et de limitation du mandat présidentiel. Elle n’assure encore moins l’indépendance de la justice et le contrôle démocratique des forces de défense de sécurité. A cet effet, le Président de la République, sans passer par le Parlement peut désormais décréter, l’état de siège ou l’état d’urgence. Assurément, la Constitution actuelle du Gabon a été imposée au peuple en violation des principes et des objectifs de la Charte Africaine de la Démocratie, des élections et de la Gouvernance signée par le Gabon le 02, février 2010 et du Pacte International sur les Droits Civils et Politiques ratifié par le Gabon en 1983[51].

C’est pourquoi, finalement, les textes relatifs à la Constitution en Afrique, ou du moins au Gabon, sont apocryphes. C’est-à-dire, ces textes constituant la Constitution souffrent d’authenticité et de véracité. Parce qu’ils sont souvent amendés pour les intérêts de ceux qui dirigent. A contrario, ces derniers devraient être canoniques, c’est-à-dire revêtir l’authenticité et la véracité basées sur l’intérêt général et la souveraineté des citoyens africains, en général et des citoyens gabonais, en particulier. C’est ce qui relève manifestement le critérium fondamental de toute Constitution qui se veut républicaine. Pour ainsi dire, la Constitution qui promeut l’intérêt général, la chose publique et donc la démocratie.

 Cela dit, à notre sens, il est fort probable que les dirigeants gabonais, voire africains, ne devraient pas confondre l’autorité politique et la responsabilité politique dans l’effectivité constitutionnelle. Car, l’autorité politique, à notre humble avis, est dotée de la personnalité juridique permettant de faire assoir l’État de droit au Gabon. Et, disons-le, non l’autorité autoritaire dont ils font montre. Quant à la responsabilité politique, nous disons qu’elle relève de la responsabilité morale. Celle-ci demande à nos dirigeants d’être vertueux afin de comprendre naturellement la substance de la responsabilité qui est la leur de respecter leurs engagements politiques, en répondant à l’intérêt général des gabonais. C’est la politique adéquate qui répond aux besoins des conditions de vie des gabonais et à la prise en compte de leur réalité quotidienne. Il est donc urgent que les autorités gabonaises mettent en place une stratégie d’expérimentation politique, économique, sociale et intellectuelle plausibles de la bonne gouvernementalité, et donc de valoriser la meilleure Constitution au Gabon.

La place de la contestation comme expression de la critique démocratique au Gabon

 Ici, il est question d’admettre la critique dans la démocratie à travers les mouvements de contestation vis-à-vis du pouvoir politique en exercice au Gabon. En effet, les gouvernants gabonais doivent s’accoutumer avec les réalités d’expression populaire et citoyenne de contestation lorsque le besoin de revendiquer le droit des citoyens se fait savoir. Pour ce faire, les dirigeants gabonais doivent promouvoir la critique et non nullement adopter la politique autoritaire afin de vouloir dissiper la contestation par la répression, comme c’est toujours le cas actuellement. C’est l’ouverture politique d’acceptation de l’altérité, du droit de résistance à la volonté de dire non aux inégalités, du droit à l’opposition à la gouvernance caricaturale et hypothétique. C’est dans l’objectif de promouvoir l’objectivité du droit, la société d’égalité, et donc la politique de lisibilité, de visibilité, de proximité, de réflexibilité et  d’impartialité comme action démocratique de la vie politique au Gabon.

  A cet égard, la responsabilité politique, comme l’État de droit, doit permettre d’aménager « la reconstitution progressive d’un véritable espace protestataire »[52] dans la vie politique démocratique gabonaise. C’est pourquoi, manifestement, la contestation populaire et citoyenne doit être au centre de l’organisation politique au Gabon. En réalité, la contestation de tout pouvoir en exercice est du ressort même de l’idéal démocratique. C’est l’héritage de la transition démocratique que l’Afrique aurait professé dans les années 1990. Car, les mouvements de contestations « en Afrique remonte aux années 1990, en pleine transition démocratique »[53], estime Ousmanou Nwatchock A Birema. C’est pourquoi, bien évidemment, il souligne que les mouvements de contestations en Afrique subsaharienne ces dernières années auraient réussi à bouleverser la donne politique dans certains pays africains. Lisons-le pour l’entendre dire :

Les émeutes de la faim13, les mouvements citoyens tels que « le balai citoyen » (Burkina Faso) et « Y’en a marre » (Sénégal) ou encore les « vendredis en noir » ou le mouvement « 11 millions de citoyens de Cabral Libii (Cameroun) sont quelques-unes des modalités d’expression populaire et citoyenne ces toutes dernières années en Afrique subsaharienne[54].

 En un mot, l’aménagement d’un véritable espace d’expression populaire et citoyenne constitue effectivement l’une des solutions parmi tant d’autres de repenser le processus démocratique au Gabon. C’est la dimension relativement réaliste  d’une démocratie pragmatique et totalisante qui fait défaut à la vie politique au Gabon aujourd’hui. Il s’agit ici de comprendre que l’espoir d’un futur meilleur du Gabon réside dans « la lassitude des pouvoirs en place et sur l’adhésion conséquente des masses à l’idéologie de contestation qu’ils entretenaient à l’échelle du continent »[55]. Dans ce cas, le corps politique gabonais se doit de prendre en compte tous les contours de la matérialisation de l’expression populaire et citoyenne, en restituant les lieux de contestations tels que les démarches  institutionnelles, l’affirmation de la rue et des réseaux sociaux comme une sorte de défiance démocratique à l’égard de l’aliénation du pouvoir qui se veut nécessairement autoritaire ou népotiste. Au final, selon Ousmanou Nwatchock A Birema :  

La rue et les réseaux sociaux (re)deviennent les lieux d’expression de la défiance des pouvoirs (les soulèvements Afrique du nord par exemple ont eu leur large succès du fait de la capitalisation des réseaux sociaux par les leaders d’opinion), les diasporas sont utilisées pour travailler positivement ou négativement l’image des pays à l’étranger, ou pour agir dans les circuits de conquête du pouvoir[56].

A ces propos, il convient de comprendre qu’il faut redonner vie à l’espace publique gabonais sous toutes ses formes afin que l’idéal de l’expression populaire et citoyenne soit au centre de la vie politique au Gabon. Ainsi, il faut noter au passage qu’il apparaît donc urgent que la nécessité se fait de souscrire la manifestation de cette expression populaire et citoyenne dans la Constitution de l’État gabonais. En principe, c’est dans l’objectif de promouvoir une politique ostentatoire dans l’objectif de mettre en évidence les qualités et les avantages d’une Constitution démocratique au Gabon.

La transparence dans la gestion politique gabonaise

 Au Gabon, les citoyens ressentent le sentiment d’impuissance face au manque de transparence dans la gouvernance de leurs dirigeants. En effet, la transparence dans la gestion politique gabonaise demande effectivement « la restauration d’une volonté politique salvatrice »[57], affirme Pierre Rosanvallon. C’est pourquoi, semble-t-il, on pense qu’il faut que la transparence politique au Gabon mette en évidence les valeurs démocratiques telles qu’une administration républicaine et non partisane, le contrôle de l’affaire publique par des institutions indépendantes, le contrôle de l’action de l’État, la lutte contre les abus du pouvoir, la transparence des procédures budgétaires et la séparation des pouvoirs de l’État. A partir de là, il y a la possibilité de faire face à « la montée en puissance d’une démocratie qui est devenue essentiellement négative »[58]. Dans ce cas de figure, l’objectif de la transparence est de promouvoir la bonne gouvernance. C’est l’acte restaurateur même de la confiance entre les gouvernants-gouvernés, selon la perspective rosanvallienne. En outre, il faut comprendre sans doute que la transparence est supposée permettre un parfait contrôle de l’organisation étatique. D’après Pierre Rosanvallon :

La perspective de la transparence se substitue dorénavant à un exercice de la responsabilité que l’on a désespéré de pouvoir organiser ; elle accompagne une sorte d’abandon des objectifs proprement politiques au profit de la valorisation de qualités physiques et morales[59].

A cet égard, la transparence permet manifestement de lutter contre une organisation politique gabonaise opaque, en affirmant la primauté à l’attention des citoyens gabonais désabusés. En réalité, la transparence implique impérativement l’effectivité de « l’idéal démocratique de production d’un monde commun »[60], note Pierre Rosanvallon. Pour ainsi dire, la transparence est une vertu salvatrice qui restitue la bonne gouvernance telle que pensée par une politique démocratique, et donc responsable et compétitive. C’est l’affirmation de l’intérêt général dans une sphère politique submergée par l’indécision et l’incertitude des gouvernants gabonais. Pour Pierre Rosanvallon, la transparence est sans conteste constitutive et participative d’une politique de volonté manifeste et d’intérêt général. Car, dit-il, « La transparence est devenue la vertu qui s’est substituée à la vérité ou à l’idée d’intérêt général dans un monde marqué par l’incertitude »[61]. Il s’agit de comprendre qu’avec la transparence, les dérives du pouvoir autoritaires sont supposées disparaître, laisser place à la manifestation optimale des principes démocratiques dans la société gabonaise.

  En raisonnant ainsi, l’État gabonais doit comprendre que la politique de transparence implique donc une gouvernance de visibilité, d’impartialité, de réflexibilité et de proximité. A cet égard, elle sous-entend le moteur d’une organisation démocratique de la vie politique que réclament les citoyens gabonais. C’est un idéal organisationnel de clarification et  de gestion de la bonne représentation politique valorisé par le contrat social. Il faut donc que les dirigeants gabonais promeuvent une transparence de l’action gouvernementale en redynamisant démocratiquement les institutions dans leur fonctionnement. En cas de non-application de la transparence dans la gestion étatique, qui serait la prédominance du dysfonctionnement politique, le développement des pouvoirs de surveillance, d’empêchement et de jugement doit prévaloir dans toutes les actions des membres du corps politique. Parce que, nous semble-t-il, les pouvoirs contre-démocratiques sont relativement l’effectivité de l’équilibre de la division des pouvoirs constituant un État.

 Nous sommes ici en présence d’une dynamique politique impliquant subtilement le contrôle de la chose publique de façon à rendre plausible le fonctionnement étatique devant la communauté politique. C’est de cette manière, démocratiquement et objectivement, que chaque membre du contrat social contribue à encadrer l’intérêt général. Ainsi, la gouvernance démocratique au Gabon doit prendre en compte la transparence dans son fonctionnement tant recommandé par ses sujets. A contrario, l’application des pouvoirs de surveillance, d’empêchement et de jugement s’impose inéluctablement et de facto. C’est pourquoi, d’ailleurs, l’implication des principes démocratiques dans la gestion des affaires publiques permet de comprendre le degré de transparence et de volonté des gouvernants. Cela suppose donc la proximité et l’écoute des gouvernants gabonais face aux demandes de leurs citoyens. C’est pour dire que la citoyenneté au-delà du droit de vote, implique également le droit de professer les opinions, de délibérer et de proposer, affirme Rousseau[62]. Car, l’activité démocratique basée sur la souveraineté du peuple est corrélativement liée à l’écoute des attentes de la société dans laquelle la politique s’organise. Pour ce faire, l’élaboration de la Constitution gabonaise ne peut se comprendre ou s’effectiviser en marginalisant la souveraineté du peuple et ses aspirations. C’est pourquoi, notons-le, le Gabon doit renforcer la transparence dans l’appui de l’émergence de mouvements des citoyens, la construction d’opinions publiques nationales, l’autonomie de la justice et des médias, la lisibilité et la visibilité de la gestion des affaires publiques, l’affirmation d’un véritable espace d’interpellation démocratique et la légitimation d’une représentation démocratique, etc.      

Conclusion : Optimisme pour un renouveau politique au Gabon

  Préconiser un état des lieux de la démocratie au Gabon peut avérer une entreprise délicate, et donc susceptible d’avoir certaines désapprobations et approbations. Mais que cela ne tienne, semble-t-il, nous le faisons au nom de la science, en général et au nom de la vérité philosophique, en particulier. Si le sacerdoce de l’intellectuel est de dire la vérité, alors nous mourrons au nom de cette vérité en tant que philosophe. Cela dit, nous avons vu que la démocratie au Gabon a pris une direction décadente et problématique. Elle devient sujette aux maux qui minent l’organisation politique adéquate qui se veut transparente, et donc démocratique. Penser un renouveau de la politique gabonaise est l’une des possibilités pour sortir de la mauvaise gouvernance qui déstabilise tant l’effectivité et la survie de la démocratique dans ce pays.

  Somme toute, l’orientation de la politique au Gabon laisse à désirer la redéfinition de nouvelles bases de l’organisation gouvernementale. Cette nouvelle dynamique politique préconisée, à notre sens, permet de sortir de l’image d’un Gabon morcelé par un État démuni des institutions fortes qu’offre le pays aux yeux du monde. Partant de là, il est temps que le Gabon se prenne en charge, se pense elle-même et s’ouvre aux défis mondiaux avec une organisation politique conséquente, dynamique et permanente. A notre humble avis, il faut sortir du sentiment de la logique fataliste selon lequel le Gabon ne se développera jamais tant que ce même régime politique dominant (Parti démocratique gabonais) reste au pouvoir. Parce que nous pensons que le Gabon n’est pas soumis aux réalités déplorables actuelles, mais plutôt à un avenir meilleur si il redéfinit sa direction politique en matière de gouvernance et sa gestion économique en matières de ressources premières dont il dispose.

           A cet effet, en partant de l’idéal selon lequel le Gabon est le pays de l’avenir, nous devons refuser avec la dernière énergie les propos de l’Ancien Président français Jacques Chirac, qui affirmait : la « démocratie n’est pas faite pour l’Afrique », en général et pour le Gabon, en particulier. Pour cela, il convient de penser que le Gabon a des atouts qu’il doit mettre en valeur, en promettant un espace politique de délibération adéquate pour l’effectivité d’une nouvelle organisation politique de responsabilité, d’égalité et de compétitivité que son peuple rêve tant. C’est l’organisation pleinement démocratique d’un Gabon futuriste dynamique et meilleur. Lisons Flavien Enongoué pour l’entendre dire : « Au Gabon, malgré l’échec du passé, marqué par une « démocratie ambiguë », et les incertitudes du présent, résultant de l’équation à mille inconnues du parti dominant, il faut peut-être garder espoir que demain se lèvera un jour nouveau »[63].  


[1] Lire à ce sujet, Francis Fukuyama, La fin de l’histoire et le dernier homme, 1992.

[2] Voir Extrait du discours de François Mitterrand à La Baule, 20 juin 1990. Il se prononçait sur la situation économique de l’Afrique, les possibilités d’aide des pays les plus riches et la position française en matière de coopération et d’aide financière.

[3] La Conférence Nationale au Gabon s’était tenue du1er mars au 19 avril 1990.

[4] Lire à ce sujet, Samuel Huntington, Le choc des civilisations, 1996. Quelques années plus tard, Huntington pour s’opposer à la thèse de Fukuyama, écrira que l’achèvement de la fin de la guerre froide n’est pas le triomphe de la démocratie. Mais plutôt, la fin du conflit en terme idéologique et le début de choc de cultures entre les différentes civilisations. 

[5] Lire à ce sujet, Ana Pouvreau, « Le siècle du populisme de Pierre Rosanvallon », Dygest, 2022.

[6] Ibid.

[7] Pierre Rosanvallon, La Contre-démocratie. La politiquent à l’âge de la défiance, Paris, Éditions du Seuil, 2006, p. 9.

[8] Pierre Jacquemot, De l’élection à la démocratie en Afrique (1960-2020), Op. cit., p. 7.

[9] Nicolas Metegue N’nah, Roland Pourtier, « GABON », Encyclopaedia Universalis. Voir en ligne https://www.universalis.fr/encyclopedie/gabon/ . Consulté le 9 novembre 2022.

[10] Ibid.

[11] Ibid.

[12] Lire à ce sujet, Jean-François Bayart, L’État en Afrique. La politique du ventre, Paris, Éditions Fayard, 1989.

[13] Voir Amnesty international, « Liberté d’expression, d’association et de réunion », Rapport sur le Gabon, 2017/ 2018.

[14] Voir Loïc Ntoutoume, « Gouvernance déficiente : Le Gabon veut inverser la tendance », Gabon Review, 8 septembre 2021. 

[15] Voir  CRCHUS, Université de Sherbrooke et Université Laval, Gabon : Profil de Pauvreté 2017, Août 2018. damien.echevin@usherbrooke.ca

[16] Ibid., p. 6.

[17] Ibid., p. 8.

[18] En politique, c’est une forme de gouvernement où le pouvoir n’est possédé que par un certain nombre de personnes constituant une classe privilégiée.

[19] C’est une forme de gouvernance soumise à une autorité arbitraire et absolue, qui opprime les libertés fondamentales des individus.

[20] C’est le fait que l’autorité mène une politique mettant en avant le favoritisme de son entourage, à savoir : Ses collaborateurs et les membres de sa famille. 

[21] Omar Bongo Ondimba fut le deuxième président du Gabon de 1967 à 2009.

[22] Ali Bongo Ondimba, fils du défunt président gabonais, Omar Bongo Ondimba, est élu à la tête de l’État gabonais, le 30 août 2009 jusqu’à nos jours.

[23] Lire à ce sujet, Richard Banégas, Démocratie à pas de caméléon. Transition et imaginaires politiques au Bénin, Paris, Éditions Karthala, 2003.

[24] Lire à ce sujet, Lassaad Ben Ahmed, « Gabon : Les Bongo, 54 au pouvoir », Afrique, Agence Anadolu, 02/12/2021.  

[25] L’Afrobaromètre (en anglais afrobarometer) est une étude régulière réalisée par un réseau de recherche panafricain, indépendant et non-partisan, qui réalise des sondages de l’opinion publique sur des sujets économiques, politiques et sociaux à travers le continent africain. Il a été créé en 1999 par la fusion de trois projets de recherche menés par Michael Bratton, Robert Mattes et Emmanuel Gyimah-Boadi3. Il est, en 2019, dirigé par E. Gyimah-Boadi. Voir http://www.afrobarometer.org/node/39.

[26] Lire à ce sujet, Afrobarometer, le communiqué de presse. Libreville, Gabon 2 octobre 2020. Voir www.cergep.org, www.afrobarometer.org (Christian Wali Wali, Téléphone: +241 (0) 77061701 Email: cergepgeo@gmail.com).

[27] Lire à ce sujet, Pierre Rosanvallon, Le Parlement des invisibles, Paris, Éditions du Seuil, 2020.

[28] Voir Afrobarometer, le communiqué de presse. Libreville, Gabon 2 octobre 2020. 

[29] Voir post d’Alix-Ida Mussavu, Gabon Rewiew (L’information au quotidien sur la vie du Gabon), 14 octobre 2020.

[30] Voir Rosa Moussaoui, « Le Clan Bongo, un demi-siècle de règne et de pillage », L’Humanité, vendredi 2 Septembre 2016.

[31] Voir Griffin Ondo Nzuey, « Emploi : 73 millions de jeunes chômeurs en 2022 », Gabon Review, 18 août 2022.

[32] Pierre Rosanvallon, Le Parlement des invisibles, Op. cit., p. 23.

[33] Ibid., p. 43.

[34] Voir Lassaad Ben Ahmed, « Gabon : Les Bongo, 54 au pouvoir », Afrique, Op. cit.

[35] Noël Bertrand Boundzanga Membre de la société civile, Écrivain, Essayiste et Enseignant-Chercheur à l’Université Omar Bongo (Département de Littératures Africaines).

[36] Noël Bertrand Boundzanga, Le Gabon, une démocratie meurtrière, Paris, Éditions L’Harmattan, 2016.

[37] Christ Olivier Mpaga, Philosophe, Maître de conférences en Philosophie  et Enseignant-Chercheur à l’Université Omar Bongo (Département de Philosophie).

[38] La dernière page extérieure de l’ouvrage, plat verso.

[39] Christ Olivier Mpaga, Quatrième de couverture, Le Gabon, une démocratie meurtrière, Op. cit.

[40] État-policier pourrait se comprendre comme étant un régime politique dans lequel l’accent est mis sur le contrôle des individus, au détriment des libertés individuelles. C’est-à-dire, il est souvent difficile que les pouvoirs des autorités soit encadré par le droit. Comme pour dire, le gouvernement exerce son pouvoir de façon autoritaire et arbitraire, en utilisant les forces policières pour réprimander directement les individus ou par discrétion par la police secrète. 

[41] René Dumont, Démocratie pour l’Afrique, Paris, Éditions du Seuil, 1991, p. 205.

[42] Lire à ce sujet, Khalid Tinasti , Le Gabon, entre démocratie et régime autoritaire, Paris, Éditions L’Harmattan, 2014. « Ce livre revient longuement sur l’histoire politique et la construction institutionnelle de l’État gabonais, indispensables pour l’analyse des facteurs contribuant à la non-démocratisation du pays. Il est aussi question d’évaluer le néo-patrimonialisme du régime au travers du présidentialisme, du clientélisme et de l’appréciation de la participation et de la compétition politiques. Ce système prébendier est le résultat du comportement du Président en place, autant qu’il l’est des structures même de l’État. Aussi, un régime hybride s’est installé à la suite de la réintroduction du multipartisme, car la tenue d’élections, même compétitives, ne peut à elle seule justifier de toutes les conditions démocratiques. Cet ouvrage revient sur l’émergence du modèle de régime autoritaire compétitif au Gabon, en analysant les pressions internationales de démocratisation sur le Gabon, sa capacité de résistance à ces dernières, et surtout la capacité organisationnelle interne au pouvoir. Ce dernier facteur se caractérise par la force mobilisatrice du Parti démocratique gabonais, par la puissance coercitive de l’État, ainsi que par la cohésion ou non de l’opposition politique ». Voir Quatrième de couverture de l’ouvrage.

[43] Lire à ce sujet, Étienne de La Boétie,  Discours de la servitude volontaire (1835).

[44] Lire à ce titre, Emmanuel Kant, Qu’est-ce que les Lumières ?, Paris, Éditions Flammarion, 2020. Les Lumières se définissent comme la sortie de l’homme hors de l’état de minorité, où il se maintient par sa propre faute. La minorité est l’incapacité de se servir de son entendement sans être dirigée par un autre. Elle est due à notre propre faute quand elle résulte non pas d’un manque d’entendement, mais d’un manque de résolution et de courage pour s’en servir sans être dirigé par un autre. Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement ! Voilà la devise des Lumières. La paresse et la lâcheté sont les causes qui expliquent qu’un si grand nombre d’hommes, alors que la nature les a affranchis depuis longtemps de toute direction étrangère, reste cependant volontiers, leur vie durant, mineurs ; et qu’il soit si facile à d’autres de se poser comme leurs tuteurs.

[45] Louis Auguste Blanqui, La Patrie en danger, Paris, Éditions Hachette Livre, 1871, p. 272.

[46] Pierre Rosanvallon, La Démocratie inachevée, Op. cit., p . 158.

[47] Ibid., p. 158.

[48] Pierre Rosanvallon, La Légitimité démocratique, Op. cit., Quatrième de couverture, voire lodiciquarte (La dernière page extérieure de l’ouvrage, plat verso).

[49] Erreur commise par ignorance ou par inadvertance.

[50] Louis Auguste Blanqui, La Patrie en danger, Op. cit., p. 271.

[51] Voir Georges Mpaga, « Gabon : La démocratie gabonaise des années Ali Bongo », Bongo Doit Partir, 10 Novembre 2011.

[52] Ousmanou Nwatchock A Birema, « La démocratie en Afrique subsaharienne. Une question de volonté ? », CARPADD | Note d’analyses sociopolitiques N° 03, Mai 2018, p.  8.

[53] Ibid., p. 8

[54] Ibid.

[55] Ibid.

[56] Ibid., p. 9.

[57] Pierre Rosanvallon, La Contre-démocratie. La politique de la défiance, Op. cit., p. 261.

[58] Ibid., p. 261.

[59] Ibid., p. 262.

[60] Ibid.

[61] Ibid.

[62] Lire à ce titre, Jean-Jacques Rousseau, Du Contrat social, Op. cit., livre IV, chap. I.

[63] Flavien Enongoué, « Le pluralisme politique au Gabon : l’espoir d’un troisième âge », In Dominique Etoughé Mba et Benjamin Ngadi (dir.), Refonder l’État au Gabon. Contributions au débat, Paris, Éditions L’Harmattan, 2003, p. 99.

Bibliographie

A BIREMA, Ousmanou Nwatchock,

–  2018, « La démocratie en Afrique subsaharienne. Une question de volonté ? », CARPADD | Note d’analyses sociopolitiques N° 03, p. 15.

BANÉGAS, Richard, 2003, Démocratie à pas de caméléon. Transition et imaginaires politiques au Bénin, Paris, Éditions Karthala, p. 492.

BALLADUR, Edouard, 2006, Machiavel en démocratie, Paris, Éditions Librairie Arthème Fayard, p. 198.

BAYART, Jean-François, 1989, L’État en Afrique. La politique du ventre, Paris, Éditions Fayard, p. 514.   

BEAUD, Olivier ; BLANQUER, Jean-Michel, 1999, La Responsabilité des gouvernements, Paris, Éditions Descartes & Cie, p. 328.

BENDA, Julien, 1958, Trahison des clercs, Paris, Éditions Club Français Du Livre, p. 330.

BIYOGHE, Pamphile, 2017, Francis Fukuyama : solitude, singularité et pertinence, Paris, Éditions Edilivre, p. 86.

  • 2018, Les Dirigeants africains et l’inculture du métier des armes : approches historiques et polémologiques du drame politique continental et de la libération, Paris, Éditions  Edilivre, p. 100.

BLANQUI, Louis Auguste, 1871, La Patrie en danger, Paris, Éditions Hachette Livre, p. 382.

BOURGI, Albert, 2002/4 (n° 52), « L’évolution du constitutionnalisme en Afrique : du formalisme à l’effectivité », Dans Revue française d droit constitutionnel, p. 29.

BOUNDZANGA, Noël Bertrand, 2016, Le Gabon, une démocratie meurtrière, Paris, Éditions L’Harmattan, p. 288.

BRIQUET, Jean-Louis et SAWICKI, Frédéric, 1998, Le Clientélisme politique dans les sociétés contemporaines, Paris, PUF, p. 336.

DUMONT, René, 1991, Démocratie pour l’Afrique, Paris, Éditions du Seuil, p. 352.

DO NASCIMENTO, Jose, 2017, Les chemins de la modernité en Afrique, Paris, Éditions L’Harmattan, p. 616.

ETOUGHE MBA, Dominique et NGADI Benjamin, 2003, Refonder l’État au Gabon, Paris, Editions L’Harmattan,  p. 154.

FUKUYAMA, Francis, 1992, La fin de l’histoire et le dernier homme, Paris, Éditions Flammarion, p. 656.

HABERMAS, Jürgen, 1987, Théorie de l’agir communicationnel, tome 1 : Rationalité de l’action et rationalisation de la société, Paris, Éditions Fayard, p. 450.

  • 1997, Droit et démocratie, Paris, Éditions Gallimard, p. 557. 
  • 2013, De l’éthique de la discussion, Paris, Éditions Champs essais, p. 208.

HUNTINGTON, Samuel Phillips, 1996, Le choc des cultures, Paris, Éditions Odiles Jacob, 1996, p. 445.

  • 1996, Troisième vague : les démocratisations de la fin du XXème siècle, Paris, Éditions Nouveaux Horizons, p. 339.

 KOUVOUAMA, Abel, 2001, Modernité africaine. Les figures du politique et du religieux, Paris, Éditions Paari, 192 p.  

JACQUEMOT, Pierre, 2004, Le Kenya. Histoire, société et politique, Paris, Editions Le Manuscrit, p. 171.

  • 2020, De l’élection à la démocratie en Afrique (1960-2020), Paris, Éditions Fondation Jean Jaurès,  p. 75. 

LA BOETIE, Etienne, 1993, Le Discours sur la servitude volontaire, Paris, Éditions Flammarion, p. 240.

MOUELLE, Ebénézer Njoh, 1972, De la médiocrité à l’excellence, Yaoundé, Éditions CLE, p. 168.

MVE-ONDO Bonaventure, 2014, « Repenser la démocratie en Afrique aujourd’hui : Les mots et les choses », In Éducation et démocratie en Afrique et en Europe, Paris, Éditions L’Harmattan, p.17-26.

NGONGA LOKENGO, Antshuka, 2015, Consensus politique et gestion démocratique du pouvoir en Afrique, Éditions Académia/L’Harmattan, p. 236.       

NZINZI, Pierre, 2000, « La démocratie en Afrique : l’ascendant platonicien », Politique africaine, Paris, Éditions Karthala, p. 18.

  • 2014, « Éducation et démocratie dans les sociétés postmodernes africaines et européennes », In Éducation et démocratie en Afrique et en Europe, Paris, Éditions L’Harmattan, p. 7-9.

POPPER, Karl, 2018, La société ouverte et ses ennemis, Paris, Éditions du Seuil (Trad. Par Jacqueline Bernard et Philippe Monod), p. 352.

TINASTI , Khalid, 2014, Le Gabon, entre démocratie et régime autoritaire, Paris, Éditions L’Harmattan, p. 310.

TONDA, Joseph, 2016, « Fanon au Gabon : sexe onirique et afrodystopie », Politique africaine, Paris, Éditions  Karthala, p. 25.

ROSNAVALLON, Pierre, 2000, La Démocratie inachevée, Paris, Éditions du Seuil, p. 592.

  • 2006, La Contre-démocratie : La politique à l’âge de la défiance, Paris, Éditions du Seuil, p. 352.
  • 2015, Le Bon Gouvernement, Paris, Éditions du Seuil, p. 416.
  • 2020, Le Parlement des invisibles, Paris, Éditions du Seuil, p. 80.

WADE, Abdoulaye, 1989, Un destin pour l’Afrique, Paris, Karthala, p. 190.

WALTON, Dominique, 1997, Penser la communication, Paris, Éditions Flammarion, p. 408.

ZUE-NGUEMA, Gilbert, 2006, Africanités hégéliennes. Alerte à une nouvelle marginalisation de l’Afrique, Paris, Éditions L’Harmattan, p. 248.

The threats to the democratic institutions of Senegal: An autocracy in the making

 By Souleymane Gueye, Ph.D, professor of International Economics and Statistics, College of San Francisco

Seduced by authoritarianism, the current president of the Republic of Senegal has begun to erode the democratic norms to set the foundations for an autocratic regime. Is Senegal moving away from democratic principles rather than strengthening them? The recent events in Senegal suggest that democracy is in decline in this Sub-Saharan Africa country that used to be branded as an exception in Africa.

Stability of Political Institutions and Economic Environment

Today, there is a sense in the general population, particularly among the youth that they are ignored and forgotten by the government, particularly, in terms of the decision-making process aimed at improving the welfare of citizens and the well-being of the nation. Sixty years after independence, Senegal has managed to build a democratic nation with harmony and peaceful cohabitation amongst the different ethnic groups and religious denomination. Yet, we are witnessing an erosion of the pillars of the democratic institutions that made Senegal the envy of the other states in Sub Saharan Africa. A very serious issue, that is compounded by a failure of the government to deliver an inclusive economic growth with equity (equitable distribution of the income generated in the production process), jobs creation, construction of appropriate infrastructures, efficient investment in health, education, agriculture, and technological sectors.

Before 2012, Senegal had a stable political environment, in addition to an advantageous geographical position and abundant natural resources. Despite this favorable environment, many Senegalese people still face immense hardship. Many families still live in remote rural areas, subsisting on family-run plots of land. Additionally, 70% of the youth remain unemployed laboring in the informal sector daily to earn a meager income to feed their families. Numerous Senegalese families still lack access to running water, basic sanitation, electricity, health care and education.

However, this somewhat stable political environment barely conceals the grinding poverty that prevails in the entire country as jobs are almost nonexistent, access to health care very limited, and numerous children are stunted by poor diets or are living in abject poverty with their families, with an increased probability of experiencing hunger and starvation due to the various external shocks. Namely, the pandemic of 2019, the Ukraine war, and the rising energy cost that are being felt all over the world.

Numbers don’t lie. The Senegalese economy is in a very dire strait:

  1. Low level of national per capita income ($1540) and insufficient income growth to allow convergence in per capita income toward that achieved in the countries that were at the same level of Senegal sixty years ago (most of the East Asian countries and the So – called the “Asian Tigers”)
  2. Extensive material poverty accompanied by food insecurity and hunger (66.8% poverty rate); leading to a worsening of the life expectancy (Senegal’s position dropped from 140th to 141st; life expectancy for women 70.2 and for men 66.01)
  3. Inequality in the distribution of income and inequity in chances to succeed (growing inequality in Senegal).
  4. Vulnerability to shocks (internal and external as well) and risk of falling into poverty (66.8%) and poverty trap.
  5. Lack of satisfaction of basic needs in human development, especially health and education. Human Development Index (HDI) has barely improved. Senegal’s position changed from 165 to 168 and the HDI improved from 0.487 to 0.512.
  6. Unsatisfactory “ quality of life” in a number of dimensions such as individual freedom, human rights (The Human Right Commission just condemned heavily the Senegalese authority by highlighting the arbitrary arrests of opposition figures, use of excessive force by security forces, restrictive civic space, serious human rights abuse; approved of two flawed and overly broad counterterrorism laws with life imprisonment for those found guilty of flouting the laws, but with a partisan judiciary system; sexual and gender based violence unpunished ) capabilities, and happiness or life satisfaction[1].

The Process of Undermining the Political Institutions

Instead of looking at how to reverse the trend of the underdevelopment of the economy, the Senegalese government has embarked on repression and weakening of the key political and economic institutions. For example, the previously inclusive institutions, namely a broad-based representative system that has contributed to the election of four presidents with peaceful political transition since independence would be converting to an extractive political institution characterized by narrow representation through a manipulation of the electoral file, the strict control of the issuance of national identification card, the erection of barriers to register legitimate voters, control of the electoral process.

This is done through the elimination of the Ministry of Elections created by the previous regime to satisfy the opposition after a day of national protest in 2011 for political transparency and credibility in the electoral process. The new government gave back to the Ministry of Interior all its former prerogatives in the organization of elections, de facto removing these two characteristics of the electoral process, namely transparency and credibility.

Recent political events in Senegal demonstrate this changing political stability, events such as:

  • Preventing the main opposition coalition (Yewi Askan Wi) to legitimately participate in the election by a controversial decision (May/ June 2021) of a very partisan Constitutional Court which plays a very important role in the electoral process.
  • Preventing the National Assembly from operating with transparency by not respecting the separation of power between the executive branch and the legislative branch since the former disrespectfully decided to occupy the National Assembly with the security forces (September 2022).

Other subtle methods are also used to weaken the democratic norms and corrupt the Senegalese institutions:

  • Taking down virtuous civil servants and replacing them with cronies, proteges and family members (the President appointed his brother to CNDC (Caisse National de Dépôt et de Consignation) and his brother-in-law as a super minister with very important responsibilities).
  • Reassigning honest civil servants to less important roles by switching their portfolios as punishment (judge Souleymane Telico and many other judges and civil servants).
  • Asking trusted official to prepare evidence against political opponents that the regime wants to neutralize (case of Khalifa Sall ex-mayor of Dakar, a former political rival of the current president).
  • Building case that could tar the opponent’s reputation particularly if the target has a reputation for being honest and competent (Ousmane Sonko, the main opponent of the current president and the recent event of the Gendarmery National that has led to the arrest of a prominent investigative journalist). (NB: Sonko’s trial in Dakar court is still ongoing).
  • Authorizing investigation against people and uses it to blackmail politicians and civil servants so that they can demonstrate their loyalty (list of civil servants embezzling public funds and grabbing land illegally prepared by OFNAC (National Office Against Fraud and Corruption created in December 2012).

This approach known as “digging at the foot of a wall” according to Joseph Torigian[2], is prevalent in autocratic societies such as China, Russia, Turkey, Hungary, North Korea, that value pliant people in certain key positions (Attorney General, Interior Ministry, Secretary of Defense. Constitutional Court, Territorial Administration) for the sole purpose of executing the will of the autocrat.

The freedom of the press which is critical to a democratic society in which the government is accountable to the people is under assault in Senegal (An investigating journalist Pap Ale Niang who just revealed a plot within the security forces with the complicity of some members of the government, is under arrest).

This event is very worrisome as independent journalism and investigative journalism is under threat in Senegal. Most of the mainstream media has been neutered and muzzled by intimidation and conflict of interests created by the sprawling press groups and the irruption of scrupulous businessmen in this sector that control much of Senegalese media. Maintaining a free and accessible public square for debate is crucial to defending Senegal’s democracy. Unfortunately, the current government would intent on muzzling the free press.

All the above facts have culminated in the deterioration of the democratic institutions and the erosion of democratic norms in Senegal. In addition to corrupting the government institution as management strategy – this government would have compromised the judicial and territorial administrations by appointing people belonging to the inner circle of the current president.

The Beginning of a Repressive Regime in Senegal

Here are the examples of outright repressions and undermining of the Senegalese people constitutional rights:

Right now, we are witnessing a continued purge of political rivals through an increasingly sophisticated and treacherous campaign of anticorruption purge that sidelined opponents and suppressed potential challengers – real and perceived- to the government under the guise of fighting corruption and graft through CREI (Court of Repression of Illicit Enrichment).

Additionally, the power of the state and executive branch is being used for heavy handed repressive policies that are imperiling the Senegalese’society (manifestation and protests are prohibited or brutally repressed by the security forces).

The internet is perceived as threatening the authority of the current president; hence a mass electronic surveillance is being in all likely put in place to assert the power of the state which is risk averse. This systematic repression would be the most extreme manifestation of the obsession of the president of Senegal with eliminating political rivals -reduce the opposition to their bare bone- at the risk of criticism and domestic suffering in all parts of the society.

The desire to hold on to power due to fear of prosecution under a new regime has led the government to invest heavily in more coercive capacity: military, paramilitary and police forces (proposed budget for police, and the army, recent scandal of the purchase of military equipment for 45 billion CFA). The resulting outcome of this fear of losing the power is manifested in the following actions:

  • Jailing people (mostly youth) who are perceived to support the opposition.
  • Incentivizing competition amongst subordinates to make them prove their loyalty by carrying out the repressive policies designed by the executive branch.
  • Policing the web to the point of transforming the Senegalese society to a kind of a “police state” because of the efficient use of social networks by the youth to vent their frustration about petty corruption, denounce the government, an onerous bureaucracy that frustrate their aspirations, to discuss the everyday corruption that complicates life in Senegal.

These flagrant violations of the Senegalese constitution, coupled with the use of the security forces to prevent a portion of the Senegalese citizens to exercise their right to express

their displeasure – a right guaranteed by our constitution – , the erosion of the rule of law, the normalization of violence, the desire to undermine the stability of the country and create chaos while ignoring the growing inequality constitute the precursors of the making of an autocrat willing probably to violate the constitution through forcing a third term in the throat of the Senegalese people. These are some of the symptoms that Larry Diamond[3] called “democratic recession” and unfortunately, we are seeing them in Senegal.

Furthermore, these examples of repression and control are altering the democratic fabric of Senegal and are akin to the directives of an autocrat in the making for the final battle – a third term with a will power to blur the lines between economic policies and state benefactors that will perpetuate this systemic corruption. Senegal’s enduring corruption under Macky Sall has put it in 140 th on a list by Transparency International of 175 countries ranked by the level of corruption in public sectors. Studies[4] have shown that corruption kills because with the money lost, we could invest five times as much into public health and lift millions of Senegalese out of poverty. This problem is systemic in Senegal– kickbacks have become standard operating procedure in government – controlled enterprises (Post Office and Telecommunication, Dakar Dem Dikk, CMS, LONASE, IPRESS, SAPCO, SAR, Covid 19 Fund etc.), and the administration.

Therefore, the only conclusion one can arrive to is the current president would be preparing to run for a third term which is contrary to the constitution.

This would set the country in a self-destruction path, hence planting a seed for a destruction of what is Senegal. Example of this abounds throughout Sub Saharan Africa (Mali, Burkina Faso, Guinea, Tchad, Gambia, Niger, Soudan, etc.)

But this is not what was generally expected in 2012 when the Senegalese people elected a president of the Republic of Senegal. Back then, an ambitious plan for good governance, respect of the rule of law, food self- sufficiency, job creation for the youth and expanding the economy was laid out through the Senegal Emergent Plan[5] as well as a pledge to build a more secure and egalitarian nation based on the rule of law

Hopefully, the actual president and the government will envision a peaceful transition of power for the good of Senegal, and work toward a robust and independent security and judicial system.

By risking making the political system less resilient overtime and prioritization of politics over economic goals the president and his collaborators are clouding Senegal’s long term growth prospects – the only way to reduce poverty is through sound macroeconomic policies and good governance.

These economic objectives will be difficult to achieve because political instability, misallocation of scarce resources, impunity, and of the favoritism, nepotism, clientelism in awarding of “public contract” at the expense of the efficient Senegal’s private sector.

By practicing blatant favoritism for less efficient enterprises owned by those closed to the government or their political supporters, and putting efficient domestic private businesses at a disadvantage, the government is exacerbating the long term economic problems of Senegal, including slowing down the weak productivity of labor, job creation,  wage growth, and poverty alleviation.

Needless to remind the actual government that despite the perceived stability of Senegal’s government and political institutions, this democracy could die due to the extreme partisan polarization fostered by the government along almost ethnic lines and regional divide.

This is very scary and dangerous as direct effects of political instability and unaccountability can produce unpredictable investment related policies which influence the inflow of capital by impeding the level of attractiveness of Senegal, Economic growth, and poverty.

This is the reason why we should not allow the government to create an environment of political instability and violence by subverting the will of the people of Senegal.

Let work for peace, stability, and an inclusive economic growth in Senegal so that all the children of Senegal will be able to contribute to the development of the country for the welfare of our people.


[1] Human Right Report (2022)

[2] Prestige, Manipulation, And Coercion: Elite Power struggle in the Soviet Union and China by Joseph Torigian

[3] Facing up to the Democratic Recession by Larry Diamond

[4] Economic Effects of Corruption in Senegal by SJG Working Paper

[5] Senegal Emergent Plan (2014 – 2018) Public Treasury, Ministry of finance

Le défi de la gouvernance multilatérale de la sécurité en Afrique

Mahamadou N’fa SIMPARA, doctorant en Relations internationales à l’Université Mohammed V de Rabat, auteur chez l’Harmattan-Paris.

Les crises sécuritaires que connaissent de nombreux pays africains ont suscité des interrogations sur la capacité des structures chargées de les résoudre. En effet, les instances continentales, régionales et sous-régionales africaines sont, à différents niveaux, mises au défi de prouver leur capacité à répondre aux défis africains. Et à cet effet, compte tenu de la situation sécuritaire tendue dans plusieurs régions du continent, nombreuses organisations régionales ou plateformes de coopération sécuritaire ont endossé l’ambition de venir à bout de la crise sécuritaire en Afrique.

Les décisions de la 62e session ordinaire de la conférence des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) témoigne de cette ambition de l’organisation à travers le courageux projet de mise en place d’une force régionale anti-terroriste, notamment concentré sur le Sahel[1], et anti-coup d’État et dans le même sens de contribuer d’urgence à hauteur d’un 1 milliard de dollars au fonds régional de lutte contre le terrorisme, dans le cadre de la mise en œuvre de son plan d’action prioritaire 2020-2024 pour l’éradication du terrorisme.

Dans un cas similaire, la communauté de l’Afrique de l’Est qui a vu l’adhésion de la RDC en début d’année 2022 se trouve dans l’urgence d’apporter une réponse rapide et efficace à la crise sécuritaire impliquant les deux voisins rwandais et congolais autour du dossier chaud du M23.

Au côté des organisations sous-régionales relevant de la communauté économique africaine, les plateformes de coopération militaire à l’image de la Force multinationale mixte sous la houlette de la commission du bassin du lac Tchad ou encore plus récemment le G5 Sahel, apportent une approche nouvelle défaite des lourdeurs bureaucratiques et diplomatiques, en termes de gouvernance sécuritaire en Afrique.

Toutefois, cette volonté incarnée des groupements sous-régionaux et du modèle proposé par les plateformes de coopération militaire, à prendre le relais dans leurs régions respectives soulèvent autant de questions logistiques, juridiques et financières qu’elle n’apportent de réponses.

Entre autres, se sont posées des questions telles que les implications directes et/ou indirectes d’un tel positionnement des Communautés Économiques Régionales (CER) et des plateformes de coopération sur le projet continental de l’architecture africaine de paix et de sécurité, les atouts et limites des trois niveaux continentaux de gestion de la crise sécuritaire (UA, CER, Plateformes de coopération), le risque élevé de chevauchement d’initiatives similaires au but commun…

L’ouvrage[2] de l’OUA au G5 Sahel : une brève histoire de la gouvernance sécuritaire en Afrique paru aux Éditions de l’Harmattan-Paris en décembre 2022 tente de répondre à quelques-unes de ces questions avec un regard « institutionnaliste » du traitement des questions sécuritaires et un détour historique notamment au sein de l’UA, de la CEDEAO et du G5 Sahel.

Multiples outils et très peu de coordination

S’il y a une chose dont on est sûr en matière de lutte contre l’insécurité en Afrique, c’est que les organisations régionales africaines n’ont pas manqué d’instruments juridiques et de mécanismes d’action dans ce domaine. En effet, plusieurs initiatives ont été prises à différents niveaux. Pour la seule organisation continentale, l’UA, en plus de la panoplie d’instruments juridiques adoptés depuis la Déclaration de Kampala de 1991 sur la sécurité, la stabilité, le développement et la coopération en Afrique, a mis en place, à travers le protocole sur la création du Conseil de paix et de sécurité (CPS), l’Architecture africaine de paix et de sécurité (AAPS). Une initiative qui, avec ses forces et ses faiblesses, est devenue l’instrument par excellence de la lutte contre le terrorisme sur le continent.

Les organisations sous-régionales, telles que la CEDEAO, la SADC, etc., suivent également la même dynamique, d’abord par le biais des forces régionales en attente, puis par l’adoption de nouveaux instruments juridiques ou de plans d’action, élargissant ainsi leurs domaines d’action aux questions politiques et de sécurité.

Cependant, ces différents mécanismes, qu’ils soient continentaux ou régionaux, souffrent de graves lacunes, notamment en termes de coordination. L’absence d’un document des organisations sur la gouvernance partagée des questions de sécurité entre l’UA et les CER entraîne des problèmes de chevauchement entre les différents acteurs impliqués dans les processus de résolution des conflits. Au mieux, c’est le cas ; au pire, l’organisation continentale ne partage tout simplement pas le même agenda que son avatar régional.

Dépasser l’impasse

L’approche des organisations africaines sur les questions de sécurité, notamment celle relative à la lutte contre le terrorisme, se heurte à plusieurs impasses. Les plus urgentes peuvent se résumer en deux : d’abord, reconnaître le caractère hétérogène et très diversifié des régions, des conflits et de leurs enjeux afin d’établir une approche originale qui ne se limiterait pas au seul modèle générique de  » maintien de la paix  » et de  » consolidation de la paix  » comme on le constate habituellement.

La deuxième urgence est d’établir un cadre étroit de collaboration entre l’organisation continentale et ses avatars régionaux. En effet, en raison du manque de synergie entre les organisations régionales ayant une connaissance approfondie de leurs régions respectives et l’organisation panafricaine dans son rôle de leader dans la conduite des politiques continentales, il naît à chaque occasion des plateformes de coopération dont la finalité est identique à celle poursuivie par les organisations du même périmètre d’intervention.

En ce sens, si l’initiative des cinq États sahéliens (Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso et Tchad) pour vaincre le terrorisme à travers la création en 2014 du G5 Sahel n’était pas la preuve de l’échec cuisant des mécanismes régionaux et continentaux de maintien de la paix et de la sécurité sur le continent, elle a été la vitrine du manque de coordination entre l’organisation sous-régionale (CEDEAO) et l’organisation continentale (UA) pour mettre en place une politique commune de lutte contre l’insécurité dans la région. Pour aller plus loin, le rôle de leader joué par certains partenaires internationaux comme la France à travers son opération Barkhane a une fois de plus affaibli le rôle crucial des acteurs africains. Ce rôle gagnerait à être coordonné par un Memorendum of Understanding (MoU) entre la CEDEAO et l’UA, impliquant l’ONU à l’échelle mondiale.

Conclusion

Les organisations africaines sont mises au défi de concevoir un modèle d’intégration sécuritaire dans lequel les diverses initiatives entreprises, plutôt que de s’exclure mutuellement, deviennent complémentaires. Cela permettra d’éviter la création d’alliances à la première occasion, dont la viabilité est temporaire et soumise à la politique des parties impliquées. Le Sahel, et au-delà, offre aux décideurs africains un laboratoire pour la gouvernance multilatérale de la sécurité en raison des innombrables institutions (internationales et africaines) et États impliqués dans le processus de pacification de la région.


[1] L’espace géographique regroupant principalement la Mauritanie, le Mali, le Niger et le Burkina et le Tchad. Il représente à lui seul 40 % de l’espace géographique de l’organisation.

[2] Simpara Mahamadou N’fa, De l’OUA au G5 Sahel : une brève histoire de la gouvernance sécuritaire, Harmattan-Paris, Collection Études africaines, 2022.

Faut-il réformer le capitalisme ?

Plutôt que de collaborer, les capitalistes et les socialistes s’extrémisent et engendrent le populisme. L’heure n’est plus à la polarisation politique, estime Stephen Dossou, étudiant à CentraleSupélec, mais à la réconciliation des tempéraments par un capitalisme rénové qui répond aux enjeux économiques et sociaux de notre temps.

Le capitalisme est l’un des sujets polarisants qui souffrent malheureusement d’un arbitrage marqué par la diversité des tempéraments. Dans cet article, j’essaierai dans la mesure de mes aptitudes de faire une analyse de ce système, orientée par la littérature économique et alimentée par des données scientifiques.

Par capitalisme, j’entends :

  • Propriété privée des moyens de production
  • Recherche du profit
  • Liberté de marché
  • Intervention minimale de l’Etat

Critique du capitalisme

Dans un premier temps, résumons brièvement les idées des détracteurs du capitalisme. L’économiste Richard Wolff (2016) résume la critique marxiste du capitalisme par l’équation :

C’est une simple caricature mais supposons que la production rapporte 200€ :

  • 100€ serviront à renouveler les moyens de production
  • 50€ permettront de rémunérer les travailleurs
  • 50€ constitueront alors le surplus

Sans prêter de mauvaises intentions aux capitalistes, le surplus permet naturellement de :

  • se maintenir en position de pouvoir (lobbying, héritage, formations élitistes)
  • former et fidéliser les travailleurs (financement d’écoles, primes)
  • générer davantage de surplus (réinjection des dividendes, optimisation des méthodes)

Résultat, les riches s’enrichissent (Ray Dalio, 2018) :

  • Les 1% plus riches possèdent plus de richesses que le bottom 90% combiné.
  • Les 60% moins riches n’ont pas connu d’augmentation de richesse depuis 1980 et les richesses des 10% ont doublé et les 1% ont triplé.

Et dans le même temps, l’ascension sociale est dysfonctionnelle (Ray Dalio, 2018) :

  • En France, les gens dont les parents font partie des 20% moins riches au monde y restent pour 35% des cas.
  • En France, 70% des élèves dans des collèges désavantagés auraient des problèmes sociaux ou émotionnels significatifs.

Le problème c’est que la recherche du profit, prise isolément, produit une boucle infernale qui menace l’égalité des chances en concentrant les capitaux dans les mains des plus riches. Les capitalistes font trop souvent le choix de l’optimisation des revenus parfois au péril du bien commun (délocalisation, automatisation, pollution, surproduction, etc.).

Points forts du capitalisme

Si le capitalisme a ses torts, il n’en demeure pas moins qu’il a énormément rendu service à l’humanité : depuis son invention, le PIB par habitant et l’espérance de vie ont connu une croissance exponentielle.

 

Source : Principles for Dealing with the Changing World Order (2021), Ray Dalio

 Le système capitaliste est en effet :

  • un motivateur efficace (la rémunération est fonction de la valeur accordée par le marché au travail fourni)
  • un bon producteur de ressources (un capitaliste peut difficilement permettre que la valeur de son produit soit en dessous de celle des moyens de production et de la capacité de travail de ses employés).

Note : Si on reprend l’exemple au-dessus, si le produit vaut 150€ alors que la capacité de production des travailleurs vaut 100€, il n’y a plus de marge de bénéfice pour le capitaliste.

Les structures d’investissement (les banques, etc.) permettent alors :

  • de garantir la sauvegarde des ressources des individus
  • d’investir dans l’économie et l’innovation.

Ainsi, le capitalisme récompenserait les productifs et les audacieux pour leur participation à l’économie et à l’innovation, et le progrès social serait possible par la découverte des capacités individuelles (Ayn Rand, 1957).

Le communisme / le socialisme historique

Malgré ces points forts du capitalisme, le communisme et le socialisme sont des systèmes qu’on pourrait lui préférer parce qu’elles sont des critiques de ses dérives. Historiquement, le communisme se définit par : « Chacun selon ses capacités et à chacun selon ses besoins ». C’est la mise en commun des moyens de production pour une distribution égale des richesses.

Dans Le Manifeste du parti communiste (1848), Karl Marx énonce dix lois du communisme. Si ces lois ne sont plus nécessairement d’actualité, il convient de les énoncer pour mieux comprendre l’Histoire :

  1. L’abolition de la propriété de terre et l’utilisation de tous les paiements de loyer pour des fins publiques.
  2. Une lourde, progressive et graduelle taxe sur le revenu.
  3. L‘abolition de tout droit d’héritage.
  4. La confiscation de la propriété de tous les émigrants et de tous les rebelles.
  5. Une responsabilité égale de tous pour le travail et un établissement d’armées industrielles, particulièrement pour l’agriculture.
  6. La combinaison de l’agriculture avec les industries de manufacture : abolition graduelle de la distinction entre ville et pays par une distribution plus équitable de la population dans un pays.
  7. L’éducation gratuite pour tous les enfants dans les écoles publiques : l’abolition du travail des enfants et la combinaison de l’éducation avec la production industrielle.
  8. La centralisation du crédit dans les mains de l’Etat, par les moyens de la banque nationale avec un Capitalisme d’Etat et un monopole exclusif.
  9. La centralisation des moyens de communication et de transport dans les mains de l’Etat.
  10. L’extension des usines et des instruments de production détenus par l’Etat, la culture des terres non utilisées et l’amélioration du sol conformément à un plan commun

Points forts historiques du communisme / socialisme

 Le communisme tel que défini ci-dessus a eu l’occasion de faire ses preuves.

  • En Russie, pendant les premières heures du communisme, le PIB a augmenté, l’espérance de vie s’est allongée, la mortalité infantile a baissé et les niveaux de nutrition et d’instruction se sont améliorés (Asatar Bair, 2021).
  • Depuis Deng Xiaoping (1978), la Chine connaît une croissance exponentielle.

Source: Principles for Dealing with the Changing World Order (2021), Ray Dalio.

Note : En ordonnée, on a un indicateur qui prend en compte la force économique, le commerce, les forces militaires, les finances, la monnaie, la technologie et l’éducation

Critique du communisme / socialisme

Pourtant, les détracteurs du communisme ont plusieurs griefs à lui faire. Tout d’abord, pour conjuguer la productivité et la motivation des travailleurs avec la distribution équitable des richesses, le socialisme a historiquement eu recours à l’autoritarisme (et/ou a échoué). Je suspecte aussi que certaines lois du *Manifeste du parti communiste (1848) de Karl Marx soient la cause de cette tendance.

Par ailleurs, dans Les Frères Karamazov (1879) de Dostoïevski, le père Païsius déclare à propos du socialisme :

« […] le socialisme […] c’est […] la question de l’athéisme, de son incarnation contemporaine, la question de la tour de Babel, qui se construit sans Dieu, non pour atteindre les cieux de la terre, mais pour abaisser les cieux jusqu’à la terre. »

 En effet, selon Jordan Peterson (2017), le communisme s’explique par le mépris des hiérarchies naturelles générées par le capitalisme. Le capitalisme produit en effet des individus dont les compétences leur permettent de se hisser au sommet de leurs secteurs d’activité respectifs. Les moins bien récompensés éprouveraient du ressentiment contre les productifs.

L’histoire d’Abel et de Caïn me permettra de mieux expliquer ce point :

« Abel fut berger, et Caïn cultivateur. Au bout d’un certain temps, Caïn apporta des produits de la terre en offrande pour le Seigneur. Abel, de son côté, apporta en sacrifice des agneaux premiers nés de son troupeau, dont il offrit au Seigneur les meilleurs morceaux. Le Seigneur accueillit favorablement Abel et son offrande, mais non pas Caïn et son offrande. […] Caïn se jeta sur son frère Abel et le tua.« , Genèse 4, 2-4;8

 Il existe une différence de rémunération entre un chirurgien et un infirmier, qui travaillent tous deux des heures équivalentes, en raison de l’évaluation du marché de la valeur de leur travail. Selon le capitalisme, si une profession est considérée comme cruciale et que peu de personnes sont capables de la remplir, il est mis en place un système de récompense pour inciter une poignée de personnes à fournir les efforts nécessaires pour y parvenir.

Cependant, il est également logique que certaines personnes souhaitent limiter les fortunes excessives, car elles confèrent à certains individus des pouvoirs similaires à ceux des monarques et reproduisent ce qui était critiqué dans la sphère politique dans le domaine économique (Richard Wolff, 2020).

Pourtant, lorsque ce sentiment de ressentiment entraîne une violence incontrôlable, comme dans l’histoire de Caïn et Abel, cela peut devenir dangereux. Alexandre Soljenitsyne a expliqué dans « L’Archipel du Goulag » (1973) que l’un des facteurs profonds de la création du Goulag était une haine similaire à celle de Caïn pour Abel. De tels extrêmes devraient nous alerter pour des raisons évidentes

Le communisme / le socialisme moderne

Toutefois, je ne suis pas totalement insensible aux idées du socialisme moderne. De nombreux socialistes/communistes actuels critiquent Marx et l’interprétation historique de ces systèmes. Je pense que les idées de Richard Wolff et de Slavoj Zizek méritent d’être prises en compte et défendues.

Selon Richard Wolff (2020), et certains partis socialistes (comme le Labor Party), dans une société socialiste, le surplus sera collectivement et démocratiquement utilisé pour la collectivité. L’idée est d’apporter la démocratie sur le terrain du travail et de l’entreprise (avec les notions de suffrage et de représentation).

Zizek Slavoj (2020), lui, parle d’un Etat d’urgence permanent, justifié par la pauvreté, avec des mesures similaires à celles prises pendant la crise COVID-19 : un système qui viole les lois du marché pour garantir la santé et la distribution de la nourriture.

Ces idées ne sont pas nécessairement incompatibles avec la productivité et la liberté défendues par le capitalisme et ont pour mérite de prioriser le bien commun.

L’urgence d’une réorganisation de la société

Malheureusement, plutôt que de collaborer, les capitalistes et les socialistes s’extrémisent et engendrent le populisme. Des leaders forts émergent et attisent les tensions. Place à la caricature : d’un côté, les capitalistes sont des bourreaux qui exploitent les pauvres et de l’autre, les socialistes sont des sentimentaux ou des paresseux irréalistes.

 » L’intelligence des peuples démocratiques reçoit avec délice les idées simples et générales.  » Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique (1835)

Cette forte polarisation de la société s’inscrit dans un contexte particulièrement sensible : **une crise économique de la même envergure que celle de 1929 est à craindre**.

Note : La crise de 2008 et la crise COVID-19 ont créé une forte impression de billets et l’achat d’actifs financiers par les banques centrales qui crée de l’inflation et des écarts de richesses amplifiés par les nouvelles technologies. Pour plus de détails, voir Principles for Dealing with the Changing World Order (2021) de Ray Dalio.

Dans un tel contexte, l’heure n’est plus à la polarisation politique mais à la réconciliation des tempéraments par une politique réfléchie qui répond aux enjeux économiques et sociaux de notre temps.

Réformer le capitalisme

Un des problèmes des gouvernements capitalistes actuels est qu’ils ne pensent qu’en termes de budget et pas en termes de retour sur investissement. Je simplifie, mais les conservateurs sont pragmatiques mais ne sont pas visionnaires tandis que les libéraux sont optimistes mais irréalistes. Si ces deux groupes travaillaient ensemble, ils pourraient investir de manière à obtenir de bons résultats économiques et sociaux.

Pour réformer le capitalisme, Ray Dalio (2018) pense qu’il faut :

  1. en finir avec les inégalités de chance
  2. unir la gauche et la droite pour mieux distribuer les richesses et maintenir la productivité
  3. définir des indicateurs clairs pour mesurer le succès du point 2
  4. créer des partenariats public-privés pour réaliser le point 2 (gouvernements, philanthropes, entreprises, etc.)
  5. investir dans les sujets qui améliorent les conditions de vie en même temps que l’économie (investir dans la taxe de la pollution qui dégrade la santé et l’économie, investir dans les infrastructures avec un retour sur investissement de 10-20%)
  6. taxer davantage les riches mais de telle sorte que la productivité globale ne soit pas endommagée
  7. investir davantage dans l’alimentation (3 millions d’enfants pauvres en France (20%) – l’aide alimentaire des enfants augmente de 18% leur accès au supérieur)
  8. investir davantage dans l’éducation (aux EU, le top 40% investit 5 fois plus dans l’éducation de leurs enfants que le bottom 60%)
  9. mieux payer les enseignants (d’après l’INSEE (2019), les enseignants gagnent 25% moins que les autres diplômés en France)
  10. accorder davantage de crédit aux moins riches pour dynamiser l’économie réelle (les riches ont tendance à sécuriser leurs richesses – pour chaque dollar investi en microfinance, environ 12$ est prêté, rendu et réinvesti)

Commentaire sur le point 6 : En taxant les riches, on prend le risque de la fuite des capitaux et d’une dégradation des performances économiques sur le court terme. Sur le long terme, si les taxes sont « judicieusement » fixées, on augmente potentiellement la productivité par la réduction des inégalités de chance et on obtient de bons résultats économiques et sociaux. C’est une direction dans laquelle il vaut la peine de regarder.

Le capitalisme tel qu’on le connaît aujourd’hui n’est pas viable. Soit on cède à la polarisation de la société et on prend le risque de semer la graine de la violence ou on opte pour la réconciliation de la société par une politique intelligente qui conjugue résultats sociaux et économiques.

Stephen Dossou, étudiant à CentraleSupélec

Guerre en Ukraine et crise alimentaire en Afrique: Etat des lieux et perspectives pour le continent africain

Par Dominique Nkoyok, analyste à l’Afrique des Idées

« Que les gens aient faim en Afrique au 21ème siècle n’est ni inévitable ni moralement acceptable », écrivait en 2006 l’organisation internationale Oxfam dans son document d’information sur les causes de la faim en Afrique[1].

Mais force est de constater la récurrence des crises alimentaires qui continuent de frapper le continent Africain depuis les années 1970. En 2021, plus de 278 millions d’Africains étaient en situation d’insécurité alimentaire[2]. De nombreux observateurs et organisations internationales et régionales[3] ont alerté sur le risque d’aggravation de la famine en Afrique en raison de la crise ukrainienne qui a débuté en février 2022.

L’Afrique des Idées a souhaité porter le débat sur l’impact de la guerre en Ukraine sur la crise alimentaire en Afrique, et sur les causes identifiées et les réponses envisagées pour combattre ce fléau qui frappe le continent africain depuis plusieurs décennies.

Etat des lieux : l’Afrique en proie à des crises alimentaires récurrentes

L’Afrique a connu plusieurs crises alimentaires depuis les années 1970. Après les crises alimentaires de 1972[4] et 1984 qui ont touché l’Afrique subsaharienne, la famine et la malnutrition ont touché l’Afrique australe en 2006. En 2008, le continent a connu une nouvelle crise suite à l’augmentation des prix des denrées alimentaires, qui a donné lieu aux émeutes dites « de la faim » en Afrique subsaharienne. En 2011, c’était au tour de l’Afrique de l’Est de traverser une crise alimentaire, avant que les populations d’Afrique de l’Ouest ne soient de nouveau confrontées à l’insécurité alimentaire en 2012. En 2017, la famine a touché plusieurs pays de la corne de l’Afrique, dont la Somalie, le Kenya et le Soudan du Sud.

Depuis, la situation alimentaire ne s’est pas améliorée. Selon la Banque mondiale, 14,4 millions de personnes a<vaient besoin d’une aide alimentaire en 2020 en Afrique sahélienne. Ce chiffre est passé à 23,7 millions en 2021[5]. La Corne de l’Afrique pourrait quant à elle connaître sa plus longue période de sécheresse depuis 40 ans selon le centre climatique régional de l’Organisation Mondiale Météorologique pour l’Afrique de l’Est, ce qui aurait des conséquences graves sur la région déjà touchée par la famine et la malnutrition.

L’impact de la guerre en Ukraine sur la famine en Afrique

Comme le rappelle l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) dans son rapport de mai 2022[6], la Russie et l’Ukraine occupent une place centrale dans l’agriculture mondiale en tant que principaux pays exportateurs de produits agricoles et de denrées alimentaires sur les marchés mondiaux. La Russie est le premier exportateur mondial de blé avec 18% des exportations mondiales en 2021. L’Ukraine se classe au 6e rang des exportateurs de blé la même année, avec 10% des exportations mondiales.

Les deux pays réalisent également à eux deux, près de 80% des exportations de maïs, d’orge, de colza et d’huile de tournesol sur les marchés mondiaux depuis 2018. Par ailleurs, la Russie est l’un des plus grand/important exportateurs d’engrais à l’azote, au potassium et d’engrais au phosphore.

Selon l’Agence Française de Développement, 33 pays africains importent 90 % ou plus de leur consommation de blé. Les plus grands importateurs étant les pays d’Afrique du Nord, et notamment l’Égypte qui importerait plus de 60 % de sa consommation de blé, l’Algérie 75 %, la Tunisie 62 % et le Maroc 38 %. Les céréales provenant de la région de la mer Noire représenteraient notamment 100% des importations de l’Érythrée, plus de 90% pour la Somalie et entre 70 et 80% pour la République Démocratique du Congo, selon le rapport 2022 d’iPES Food[7] et le rapport FAO 2022. En Afrique de l’Est, 84 % du blé serait importé en grande partie d’Ukraine et de Russie.

Le tableau ci-dessous, issu du rapport FAO 2022[8] présente les pays qui dépendent fortement des importations de blé en provenance de la Russie et de l’Ukraine en 2021.

Image 1

Le 3 juin 2022, le président du Sénégal et de l’Union Africaine, Macky Sall, a rencontré en Russie par son homologue Vladimir Poutine pour demander la facilitation de l’exportation des céréales ukrainiennes vers le continent africain. Le 23 juillet 2022, la Russie et l’Ukraine ont conclu à Istanbul, dans le cadre d’une médiation menée par la Turquie et sous l’égide des Nations Unies, un accord pour le déblocage des exportations de céréales et produits agricoles, portant notamment sur 20 à 25 millions de tonnes de grains bloquées en Ukraine[9].

L’accord de juillet 2022 est une avancée importante pour pallier la hausse des prix des céréales et produits agricoles sur les marchés mondiaux et aux conséquences néfastes pour les millions de personnes souffrant de la faim, notamment sur le continent africain.

Néanmoins, plusieurs experts agricoles et économistes, rappellent que l’origine de la crise alimentaire en Afrique n’est pas la guerre en Ukraine, mais la fragilité des systèmes alimentaires sur le continent.

Selon Matthieu le Grix, expert agricole au sein de l’AFD, « la situation est effectivement alarmante, mais (…) l’Afrique subsaharienne en particulier n’a pas attendu la guerre en Ukraine pour être dans une situation très préoccupante du point de vue de la sécurité alimentaire. En Afrique de l’Ouest, la situation se dégrade depuis trois ans maintenant »

Ces propos font écho à la déclaration du directeur de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina qui indiquait qu’avant le début de la guerre en Ukraine, « quelque 283 millions de personnes souffraient déjà de la faim » sur le continent africain.

De même, selon le rapport 2020 du Réseau de prévention des crises alimentaires (RPCA)[10], le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire est déjà en nette augmentation depuis ces cinq dernières années.

En 2021, la moitié de la population mondiale confrontée à la faim (768 millions de personnes) se trouve en Asie et un tiers en Afrique.

Situation de la faim dans le monde selon la FAO

Image 2

Source : The state of food security and nutrition in the world 2022, FAO

Remédier aux causes des crises alimentaires

S’il est clair que la crise ukrainienne perturbe de façon majeure les marchés agroalimentaires mondiaux et menace d’exacerber la famine en Afrique, nombres d’experts internationaux tels que l’iPES Food[11] mettent en avant le fait que les faiblesses des systèmes alimentaires mondiaux amplifient les effets du conflit ukrainien sur la sécurité alimentaire. A cet égard, l’Afrique fait face à plusieurs défis nécessitant des actions :

  • La dépendance des pays africains à l’égard des importations alimentaires

De nombreux pays africains sont devenus dépendants des importations alimentaires, au détriment du développement du secteur agricole et de la construction de politiques alimentaires efficaces et résilientes au niveau national. 

Réduire la dépendance vis-à-vis des importations nécessite que les Etats africains s’acheminent vers l’autonomie alimentaire. Pour cela, il est nécessaire de repenser les politiques agricoles sur le continent.

  • Repenser les politiques agricoles pour une souveraineté alimentaire

Selon la Banque africaine de développement, l’Afrique dépense près de 64,5 milliards de dollars par an pour l’importation de denrées alimentaires qui pourraient pourtant être produites par le continent.

Les politiques alimentaires doivent favoriser la sécurisation de la base productive et le développement des infrastructures rurales. Pour ce faire, des politiques publiques efficientes et leur mise en œuvre effective pour faciliter et prioriser l’accès au financement pour les projets agricoles, le soutien et la formation des agriculteurs aux nouvelles techniques de production améliorant les rendements et le développement d’infrastructures rurales sont essentielles.

  • Favoriser l’augmentation de la production par l’usage approprié des engrais

L’augmentation de la production agricole est l’un des leviers de la lutte contre la faim. Accroître l’utilisation des engrais tout en promouvant un usage tourné vers l’écoagriculture est à encourager. Or en 2020, l’application moyenne d’engrais par hectare de terre cultivée en Afrique subsaharienne par exemple avoisinait les 17 kg, contre une moyenne mondiale de 135 kg. Par ailleurs, l’Afrique dépend encore largement importations d’engrais.

Il est nécessaire de soutenir la chaîne de valeur des engrais en favorisant l’accès aux engrais pour les petits exploitants agricoles, la recherche sur les engrais biologiques, la production locale d’engrais à grande échelle, et la circulation des engrais à travers le continent.

  • Favoriser une réponse régionale pour anticiper les crises alimentaires

Le Programme détaillé de développement de l’agriculture en Afrique (PDDAA) porté par l’Union Africaine depuis 2003 dans le cadre du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD), qui a notamment pour objectif l’accroissement de l’approvisionnement alimentaire et la réduction de la faim sur le continent africain offre un cadre d’intervention politique et stratégique qui pourrait être davantage exploité à l’échelle régionale.

De même, le développement de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) en mettant l’accent sur les denrées alimentaires et les produits agricoles favorisera non seulement la consommation des denrées produites sur le continent mais aussi la chaîne d’approvisionnement des engrais.

Enfin, le renforcement des stocks publics nationaux et régionaux comme le fait déjà la Communauté des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) est également à encourager.

  • Le risque lié à la spéculation sur les denrées alimentaires

Les pays africains dépendants des importations de denrées alimentaires et produits agricoles subissent de plein fouet les augmentations de prix sur les marchés mondiaux. Or, les pays exportateurs auront tendance à limiter leurs exportations alimentaires pour garantir les disponibilités sur leur territoire en période de crise, ce qui intensifie les pénuries, faisant davantage monter les prix sur les marchés internationaux au détriment de pays pauvres et moins développés.

Ces chocs de prix étant manifestement exacerbés par la spéculation des investisseurs financiers, la lutte contre la spéculation sur les denrées alimentaires est un sujet central dans la lutte contre la faim sur le continent africain.

  • L’impact de la pauvreté, de conflits politiques et armés, et du changement climatique sur l’insécurité alimentaire

Malgré une diminution de la pauvreté en Afrique depuis 2000, une part importante de la population africaine vit toujours en dessous du seuil de pauvreté. La pauvreté est considérée comme l’une des principales causes de la faim. La pauvreté et l’insécurité alimentaire se renforçant mutuellement, la lutte contre la pauvreté est l’un des premiers piliers dans la lutte contre la faim[12]. Il en va de même pour l’’instabilité politique et les conflits qui ont un impact significatif sur la sécurité alimentaire en Afrique.

Sur le plan environnemental, l’adoption de solutions durables et résilientes pour lutter contre le changement climatique et la dégradation de l’environnement est essentielle dans la lutte contre la faim, afin de préserver le secteur agricole des perturbations qui entravent la croissance des cultures et les récoltes.


[1]  Les Causes de la Faim : examen des crises alimentaires qui secouent l’Afrique, Document d’information Oxfam, juillet 2006.

[2]  FAO, IFAD, UNICEF, WFP and WHO. 2022. The State of Food Security and Nutrition in the World 2022. Repurposing food and agricultural policies to make healthy diets more affordable. Rome, FAO.

[3]  Dont entre autres, l’Union Africaine, l’Agence Française de Développement, le Bureau régional pour l’Afrique de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Programme Alimentaire Mondial , l’International Panel of Experts on Sustainable Food Systems, ou encore Aronu Chaudhuri, économiste au sein de la société d’assurance COFACE, Pierre Jacquemot économiste, Maître de conférences à l’Institut d’Études Politiques de Paris, Sciences-Po Paris.

[4]  Retour sur la famine au Sahel du début des années 1970 : la construction d’un savoir de crise, Vincent Bonnecase, Politique africaine 2010/3 (N° 119).

[5]  Banque mondiale, Répondre à la crise alimentaire au Sahel en s’attaquant aux urgences et aux déficiences structurelles du système alimentaire ouest-africain, 10 mai 2022, accessible sur  https://www.banquemondiale.org/fr/results/2022/05/15/afw-responding-to-the-food-crisis-in-the-sahel.

[6] Impact du conflit russo-ukrainien sur la sécurité alimentaire mondiale et questions connexes relevant du mandat de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), Mai 2022.

[7]  Comment l’incapacité à réformer les systèmes alimentaires a permis à la guerre en Ukraine de déclencher une troisième crise mondiale des prix alimentaires en 15 ans, et comment éviter la prochaine, Rapport spécial d’IPES-Food, mai 2022.

[8]  Impact du conflit russo-ukrainien sur la sécurité alimentaire mondiale et questions connexes relevant du mandat de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), Mai 2022.

[9]  Selon le Programme Alimentaire Mondial (PAM), le premier navire humanitaire affrété par les Nations Unies pour transporter des céréales ukrainiennes a quitté le port de Pivdenny en Ukraine le 16 août 2022, en direction de la Corne de l’Afrique.

[10]  CSAO/OCDE (2020), Crise alimentaire et nutritionnelle 2020, analyses & réponses, Maps & Facts, no3, novembre 2020.

[11] International Panel of Experts on Sustainable Food Systems.

[12] Pierre Janin. Les politiques alimentaires en Afrique de l’Ouest : réponse au risque ou facteur d’insécurité ? Emmanuel Grégoire, Jean-François Kobiane, Marie-France Lange. L’Etat réhabilité en Afrique : Réinventer les politiques publiques à l’ère néolibérale, Karthala, pp.165-188, 2018.ird01525293.


La politique freine-t-elle la réalité d’une communauté économique ouest-africaine?

Par Foly Ananou (L’Afrique des Idées) et Beringer Gloglo (Cercle des Economistes Africains)

Le déclin successif des anciens empires du Ghana, Mandingue et Songhaï, a donné lieu à plusieurs nouveaux États souverains qui forment, aujourd’hui, la zone Afrique de l’Ouest. Fort de leur proximité civilisationnelle, avec des peuples partageant un héritage historique commun, les nouveaux Etats ouest-africains nouvellement indépendants ont formé, dès 1975, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Cette organisation vise la création d’une union économique et monétaire ouest-africaine à termes. Quelques décennies plus tard, des traités de libre circulations des biens et marchandises et des personnes régissent désormais la zone. Cependant, l’application des textes et l’ambition de la zone monétaire élargie, notamment au Nigéria et au Ghana, les deux plus grandes économies de la sous-région, restent encore des défis majeurs. Avant la pandémie de la Covid-19, le projet de la nouvelle monnaie unique ECO a revivifié les débats sur la zone monétaire élargie à la CEDEAO, sans pour autant aboutir à une concrétisation.

Les dernières crises socio-politiques dans la région occidentale d’Afrique ont remis au centre des débats la question de la pertinence de la construction d’une union économique et monétaire élargie dans la région. Le regain d’un élan souverainiste dans la région porte sur le projet un coup que même la simple convergence économique plébiscitée par les économistes des zones monétaires ne suffirait pas pour que la Communauté soit effective. En effet, le consensus chez les économistes et les chercheurs est que l’effectivité d’une zone monétaire élargie et d’une véritable union économique est tributaire du renforcement de l’intégration économique (coopération), laquelle est appréhendée, notamment par la convergence des cycles économiques ou encore par l’intensité des échanges commerciaux entre les pays et la similitude des chocs. Dès lors, les recommandations pour parvenir à cette intégration sont essentiellement orientées vers l’adoption des réformes qui promeuvent la coordination des politiques et une coopération plus accrue entre les États – le fameux modèle de Mundell.

Or, cette perception de l’intégration malgré son bien fondée scientifique, revêt un caractère purement économique, et ne permet pas d’examiner la question sous l’angle des implications politiques en termes d’architecture institutionnelle et de gouvernance. En d’autres termes, le développement d’une vie plus intensifiée en communauté implique des sacrifices ou des compromis au niveau individuel pouvant limiter l’influence du pouvoir politique sur le plan national. D’ailleurs, pour le cas de la Cédéao, si le projet a tenu longtemps, c’est d’abord du fait d’une volonté politique plus ou moins marquée. Cela a plusieurs implications. Alors que les pays ne trouvent pas toujours de points de convergence sur les questions liées à la gouvernance, sont-ils prêts à délaisser leur autonomie politique comme c’est le cas dans les pays européens pour voir émerger une communauté économique ou le projet n’est qu’un leurre, un instrument utilisé pour se débarrasser de personnalités politiques mal aimées dans la région ?

Dans une étude[1] récente, s’appuyant sur le trilemme politique de l’économie mondiale de Dani Rodrik, des économistes de l’Afrique des Idées et du Cercle des Économistes Africains montrent que les pays d’Afrique de l’ouest semblent globalement converger politiquement, bien que très lentement toutefois, vers une union économique et monétaire, malgré la persistance de velléité souverainiste.

  1. Comprendre le trilemme politique de l’économie mondiale de Rodrik

Le trilemme de Dani Rodrik (2011, p. xviii)[2] évoque l’impossibilité, de poursuivre simultanément la démocratie, la souveraineté nationale et la mondialisation économique. La poursuite de deux de ces biens politiques exige l’abandon du troisième. Son modèle peut être résumé par le schéma suivant :

Diagram

Description automatically generated

Les trois nœuds du trilemme sont définis par Rodrik comme suit : l’État-nation est une entité territoriale et juridictionnelle dotée de pouvoirs indépendants de création et d’administration du droit. La démocratie fait référence à un système politique où le droit de vote n’est pas limité, où il existe un degré élevé de mobilisation politique et où les institutions politiques sont sensibles aux groupes mobilisés. L’apothéose de l’intégration économique internationale serait une économie mondiale parfaitement intégrée dans laquelle les juridictions nationales n’interfèrent pas avec l’arbitrage sur les marchés des biens, des services ou des capitaux ; les coûts de transaction et les écarts fiscaux sont négligeables, la couverture des prix des produits de base et des rendements des facteurs est presque totale.

Autrement dit, les pointes du triangle sont l’État en tant que polarité souveraine disposant d’un monopole décisionnel sur les affaires qui le concernent ; la démocratie connote la réactivité de la société aux questions de distribution ; et la mondialisation consiste à se diriger vers une asymptote qui est l’intégration des économies nationales dans un marché mondial unifié. Ainsi, pour Rodrik, il est possible de combiner mondialisation (ouverture) et démocratie, mais seulement si nous déplaçons nos structures politiques au niveau international (et, à terme, mondial) et que nous renonçons à la souveraineté nationale. A contrario, si l’on veut conserver la capacité de faire des choix politiques autonomes au niveau national, il faut soit abandonner la mondialisation et se retrancher derrière les murs des communautés démocratiques nationales, soit abandonner la démocratie et accepter que les règles nécessaires pour gouverner la mondialisation soient fixées par des négociations internationales et des élites technocratiques.

La validité du modèle a été démontrée par les travaux empiriques de Aizenman et Hiro (2020).[3] Ils ont démontré que pour les pays de la zone euro, l’intégration se justifiait et fonctionne car les pays ont une préférence pour des systèmes démocratiques, avec une ambition d’insertion dans l’économie mondiale et ont abandonné leur souveraineté nationale. Les États-Unis favorisent plutôt l’insertion mondiale et leur souveraineté, ce qui se traduit par des systèmes politique peu démocratique relativement à ce qui est observable dans les pays européens. Cette trajectoire est suivie par plusieurs pays émergents et pauvres.

La transposition du trilemme de Rodrik à l’échelle d’un groupe de pays formant (ou désireux de former) une union met ainsi en évidence les trois options stratégiques de principe disponibles pour la future gouvernance de l’union potentielle. Mais à la différence du processus général de mondialisation par la libéralisation des échanges auquel Rodrik fait référence, l’intégration monétaire, dans la présente configuration, implique une décision institutionnelle délibérée d’abandonner les prérogatives nationales sur le taux de change et la fixation du niveau du taux d’intérêt dans le but d’établir une monnaie commune. Toutefois, cela implique une intensification de l’exposition de chaque pays membre aux économies des autres pays formant l’union. A cet effet, l’intégration monétaire est plus contraignante pour les économies et les politiques nationales que ne l’est, normalement, la mondialisation.

2. Une analyse de la situation en Afrique de l’Ouest

Nous avons testé la convergence des pays de la CEDEAO au sens de la thèse de Rodrik. Pour ce faire, et en s’appuyant sur les travaux de Aizenman et Hiro (2020), nous avons analysé la position des pays de la région quant à leur insertion dans le monde, la souveraineté, et le processus de démocratisation.[4]

La Figure 1 (en dessous) montre que les pays dans la sous-région sont assez divergents entre eux sur le plan de la gouvernance. Les ambitions ne sont clairement pas les mêmes. D’un côté, il y a des pays (cas de la Côte d’Ivoire, Bénin, Burkina Faso) qui tendent à abandonner leur souveraineté pour se positionner comme des démocraties avec une ambition de s’insérer dans le monde. D’un autre côté, certains pays comme le Sénégal ou le Nigéria, bien que disposant d’institutions démocratiques tiennent davantage à leur souveraineté et ambitionnent de s’insérer sur le marché international. Cette divergence indique ainsi que le projet de Communauté pour la région reste encore un objectif lointain. Toutefois, il convient de préciser que sa réalisation ne paraît pas utopique.

Figure 1. Nuage des variables et des individus

Note : Cette figure présente le nuage des variables (figure de gauche) et des individus (figure de droite) issues de l’estimation d’une analyse en composante principale.

La figure 2 (qui décrit l’évolution de chaque dimension) montre que les pays de la zone ont connu des évolutions majeures, qui laissent penser que la nécessité de se constituer en communauté s’imposera effectivement au pays de la zone. Dans les années 90, la majorité des pays étaient très souverainistes. A la fin des années 1990 et dans le sillage des années 2000, on constate un relâchement de la souveraineté nationale dans certains pays. Cette période coïncide avec la création de l’union économique et monétaire ouest-africaine (début 1994) qui rassemble le Bénin, le Burkina-Faso, la Côte d’ivoire, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo. Globalement, l’ensemble de la période est marqué par une tendance à l’ouverture au monde dans l’ensemble des pays de la région. Cela s’accompagne d’un renforcement de la démocratie. Cependant, les divergences restent marquées entre les pays parce que la dynamique reste assez hétéroclite entre les pays. Même s’il y a une tendance générale à l’abandon de la souveraineté nationale, certains pays semblent encore très animés par la volonté de disposer d’autonomie dans la gestion de leurs affaires. Par ailleurs, le maintien voire le renforcement de la souveraineté nationale, notamment depuis le début de la crise sanitaire, dans certains pays jette des doutes sur la volonté d’une réelle unification.

Figure 2. Évolution des indicateurs

Note : Cette figure présente la dynamique des différents indices relatives à l’insertion dans le monde (Globalization), à l’autonomie de décisions (Sovereignty) et au développement démocratique (Democratization), par pays entre 1990 et 2016. Ces indices sont déterminés à partir de l’ACP appliqué sur un ensemble de variables décrivant ces différentes dimensions.

Somme toute, il apparait que le projet mis en place d’une communauté économique en Afrique de l’Ouest n’ait clairement pas utopique. Notre analyse montre que les pays de la zone sont sur une tendance, du moins sur le plan de leur gouvernance et de leur position dans le monde, qui inéluctablement va les amener à se constituer en union économique et monétaire pour être pertinents. Il apparait ainsi que la volonté des dirigeants politiques de la région pour renforcer les pratiques démocratiques dans la région constitue une vraie affirmation de leur volonté de voir ce projet se concrétiser. Cette volonté devrait se matérialiser davantage dans les marqueurs économiques pour que cette communauté, si, quand elle sera réelle, puisse contribuer à améliorer les conditions socio-économiques (le bien-être social) pour les populations de la zone. 


[1] Prendre attache avec les auteurs pour plus de détails.

[2] The Globalization Paradox – Democracy and the Future of the World Economy.

[3] Aizenman, J., Hiro, I., 2020. The Political-Economy Trilemma. Open Economies Review 31(5) : 945-975

[4] L’insertion dans l’économie mondiale est mesurée par les indices de globalisation produite par KOF Globalisation index, la démocratisation est mesurée par Polcon (un indicateur produit par l’Université de Wharton qui mesure la capacité de coercition des institutions publiques et autres acteurs politiques sur le pouvoir exécutif) mais aussi par Polity2 (un indicateur qui mesure le degré d’autocratie d’un régime politique, produit par Systemic Peace). La souveraineté est mesurée par Exec (variable dichotomique, qui prend 1 si le parti au pouvoir est considéré comme un parti nationaliste ; 0 sinon), Allhouse (variable dichotomique, qui prend 1 si le parti au pouvoir a la majorité au sein du pouvoir légistatif ; 0 sinon), Herfgov (un indicateur qui mesure si le gouvernement est dominé par les membres du parti du président en cours d’exercice) extrait de la Database of Political Institutions. Pour les dimensions qui sont mesurées par plusieurs variables, nous avons aussi construit des indices composites.

Retrait de la force Barkhane du Mali : Des lendemains difficiles

Le 17 février, l’Elysée publie une déclaration conjointe sur la lutte contre la menace terroriste et le soutien à la paix et à la sécurité au Sahel et en Afrique de l’Ouest : « En raison des multiples obstructions des autorités de transition maliennes, le Canada et les Etats Européens opérant aux côtés de l’opération Barkhane et au sein de la Task Force Takuba estiment que les conditions politiques, opérationnelles et juridiques ne sont plus réunies pour poursuivre efficacement leur engagement militaire actuel dans la lutte contre le terrorisme au Mali et ont donc décidé d’entamer le retrait coordonné du territoire malien de leurs moyens militaires respectifs dédiés à ces opérations».

Désormais, c’est acté. La force Barkhane lève le camp et la France cesse ses opérations militaires au Mali. Après de longs mois de divergences sur fond de tension politique et géopolitique et de crispation des relations diplomatiques, le divorce est consommé entre Bamako et Paris. Le mariage aura tenu neuf ans (2013-2022) avant de connaître une évolution sinusoïdale avec de très fortes amplitudes ces derniers mois pour aboutir au non-retour.

Rappelons les circonstances. Janvier 2013, sous le joug de la menace djihadiste grandissante caractérisée par la progression rapide des groupes armés terroristes vers le centre du Mali après la conquête du Nord et de certaines villes (Tombouctou, Gao, Kidal et Tessalite), le président Dioncounda Traoré a sollicité une intervention militaire immédiate de la République française via son président d’alors, François Hollande, afin d’endiguer le mal de l’insécurité. Ce fut le début de l’opération Serval. Entre janvier 2013 et août 2014, environ 4500 hommes sont déployés par la France au Mali pour appuyer et organiser l’armée malienne dans la défense du territoire et recouvrer progressivement son intégrité territoriale. Serval permettra, un tant soit peu, une désintégration du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA). Cependant, fin 2014, ce dernier se renforcera grâce à une union avec d’autres groupes Touaregs afin de poursuivre ses activités de conquête des territoires. Une nouvelle opération française, Barkhane, supposée mieux performer, prendra alors le relais de Serval avec environ 5000 hommes déployés sur les territoires malien, tchadien, nigérien et burkinabè, suscitant l’effervescence sociale.

Une politique mal orientée

Contre toute attente, le nouvel espoir du peuple malien n’en sera rien. Barkhane au Mali, faut-il le reconnaître, n’a pas fléchit au combat. C’est la politique africaine de la France au Sahel qui a été mal orientée. En effet, cette mission d’aide à la défense a servi de passerelle à la France pour protéger des zones stratégiques où elle a des concitoyens et des multinationales d’envergure. Effectivement, il est difficilement concevable de croire que la France consacrerait un budget annuel conséquent (par exemple Serval aurait coûté 646 millions d’euros au contribuable français en 17 mois d’intervention) au Sahel simplement pour la seule lutte contre le terrorisme. D’ailleurs, dans de nombreuses communications, les autorités françaises ont subtilement rappelé que Barkhane ne mène pas directement de guerre au Sahel et qu’elle soutient plutôt la FAMA et le G5 Sahel avec des renseignements. La menace terroriste a gagné du terrain au Sahel renforçant la fragilisation du pouvoir et des institutions étatiques au Mali. La conséquence est une désillusion et la naissance d’un sentiment de dépossession de l’économie nationale chez les acteurs privés et une partie de la jeunesse toujours plus pauvre face à une offensive des entreprises françaises dans l’espace CEDEAO durant la décennie 2010 (Auchan dans la grande distribution, Orange dans la téléphonie, Total dans la distribution de produits pétroliers, Bolloré dans la logistique, etc.).

Le début des temps difficiles

Les tensions sociales qui ont émergé au Mali courant 2020, et qui ont conduit à la saisie du pouvoir par les militaires en 2021, marquent le début d’une crise sans précédent au Mali. Alors que les autorités françaises et les institutions régionales s’interrogent sur la légitimé du nouveau pouvoir de Bamako, la junte insiste et persiste pour assumer pleinement les pouvoirs décisionnels à Bamako. La cristallisation des relations politique et diplomatique qui s’en est suivi entre le Mali et la CEDEAO, d’une part et la France d’autre part, a induit une demande de cessation imminente des opérations de la force Barkhane par le gouvernement de Bamako. Aujourd’hui, ce retrait est acté. Les autorités maliennes font ainsi preuve d’une résilience et d’une détermination vis-à-vis de la France, que plusieurs analystes et observateurs apprécieront. Mais faut-il réellement se réjouir ? Ce retrait des troupes françaises du Mali suscite plusieurs interrogations dont les réponses à ce stade restent à préciser.

Le moins que l’on puisse dire à ce stade c’est que, dorénavant, le Mali, plus généralement l’Afrique de l’Ouest, doit faire face à son destin et relever le défi de la sécurité et de la protection de sa souveraineté territoriale.

Est-elle prête ? Sans doute pas, eu égard à son potentiel militaire actuel. Le Mali est classé 99ème sur 140 pays en termes de puissance militaire, avec 18.000 militaires actifs et un budget de défense qui s’établit à moins de 600 000 USD en 2022 (Global FirePower Annuel Ranking). En sus, la situation socio-politique nationale ne prédispose pas à une cohésion au sommet de l’État afin de se concentrer sur la gestion de la crise sécuritaire.

Wagner avance

Le groupe Wagner tant plébiscitée constitue-t-il une solution viable ? Difficile d’avancer une réponse sans brume. Le groupe Wagner n’est officiellement connu qu’en qualité de société militaire privée russe ayant recours au mercenariat. Il n’y a donc pas de coopération directe entre le Mali et la Russie. Le recours à cette société pourrait coûter près de 10 millions de dollars (soit 16 fois le budget annuel de l’armée malienne), selon le chef du commandement américain pour l’Afrique, le général Stephen Townsend. Qu’elle en serait l’efficacité ? Pour rappel, le recours à une telle structure laisse peu de manœuvre pour de la négociation. Ce serait soit le combat ou le silence. La question sécuritaire pourrait se déplacer ainsi d’une zone à une autre ou laisser le Sahel avec une cellule dormante qui pourrait se structurer davantage et émerger comme ce fut le cas de l’État Islamique.

Au-delà de l’euphorie, peut-être mal placée, que suscite le départ de Barkhane sous la pression politique malienne (qui au passage prouve que les Etats africains sont bien indépendants), il convient de se prémunir contre un chauvinisme mortifère. Les autorités maliennes auraient dû définir une vraie et bonne stratégie. Bien que l’efficacité de Barkhane soit discutable, sa présence était néanmoins dissuasive et permettait de maintenir un dialogue avec les groupes armés.  Repenser la présence française et de ses alliés aurait été peut-être plus opportune, qu’un retrait de leurs troupes. Tout comme sur la question du franc CFA, la France doit repenser sa stratégie avec les Africains, et les Africains eux-mêmes devraient prendre conscience de leur faiblesse et de leur force. Comme le disait H.J. Temple : un pays « n’a pas d’amis ou d’ennemis permanents ; elle n’a que des intérêts permanents ». Les autorités africaines devraient pondérer davantage sur cette assertion, car ce n’est pas toujours une question de « nous contre eux » (Sir Alex Ferguson, ancien coach de Manchester United), mais c’est, pour les pays, une question de jeux à somme non nulle.[1]

Dans tous les cas, il urge de renforcer la coopération militaire entre pays africains car, l’insécurité au Sahel n’est pas qu’une affaire propre au Mali ou au Niger ou au Burkina Faso. Le risque de contagion est très élevé, d’autant plus que plane sur la zone l’intervention d’un groupe armée dont l’intérêt est purement et simplement économique. Comme dixit le proverbe « lorsque tu observes la maison de ton voisin brûlée sous un regard silencieux, la tienne sera, peut-être, la prochaine ». Par ailleurs, c’est peut-être le moment pour que la CEDEAO, élargie au Maroc, se refasse une santé. Le départ de forces occidentales suscite en conséquence des interrogations de fond quant à la suite à donner à la lutte contre les djihadistes au Nord Mali.

Redéploiement au Niger

Au demeurant, ce départ certes attendu, mais dans une certaine mesure surprise, va-t-il rabattre les cartes de la stratégie politique et militaire dans le sahel ? A priori, Cela ne semble pas être le cas puisque le Président Macron a expressément indiqué le redéploiement des forces françaises au Niger toujours dans le cadre de la lutte contre le terrorisme islamiste.  Il faut cependant se rappeler, qu’il y a quelques mois, les autorités Maliens avaient esquissé la volonté d’entamer un dialogue avec Al qaida au Maghreb.  Si cette hypothèse a toujours été considérée par Paris comme un point de non-retour, le départ acté de Barkane et Takuba ouvre la voie aux dirigeants maliens.

Il faut rappeler ici que le problème du Nord Mali ne date pas de 2013 ; ni encore de l’effondrement de la Libye qui aurait engendré une profusion d’armes ayant servi dans une certaine mesure à la déstabilisation du Pays. Le problème du Nord Mali date des années d’indépendance. Les populations du Nord notamment de l’Azawad ont toujours été dans une logique de sécession vis à vis de Bamako jusqu’en 2012 où ils ont vertement proclamé leur indépendance avant de rétropédaler quelques mois après. Ceci pour dire qu’avant d’être infiltré par les métastases du djihadisme international orchestré par l’Etat islamique, le conflit malien est avant tout un conflit interne d’un Etat qui, depuis les indépendances cherche la bonne formule pour faire « nation ».

L’hypothèse ainsi soulevée par les autorités de transition de s’asseoir avec les différentes factions rebelles notamment les djihadistes ne devrait plus être analysée comme un cas d’école. Quelle sera, à ce moment, l’attitude des forces occidentales qui ne quittent pas la zone sahélienne ? Quelle sera la position des chefs d’Etat de la CEDAO directement concernés par cette situation si ces négociations s’enclenchaient ?

Loin d’être la fin d’une aventure, le départ des forces occidentales donnent peut-être le ton d’un imbroglio diplomatico-politique qui ne dit pas son nom en Afrique de l’Ouest.


[1] La théorie des jeux, appliquée à la géopolitique, nous apprend qu’un jeu à somme non-nul est atteignable entre nations sur fonds de compromis et négociation.

Auteurs:

Foly Ananou, Economiste et membre du think tank l’Afrique des Idées

Jed Sophonie Koboude, Chargé d’études au sein du think tank l’Afrique des Idées

Giani Gnassounou, Juriste et membre du think tank l’Afrique des Idées

Béringer Gloglo, Fondateur du Cercle des Jeunes Economistes pour l’Afrique

Le financement post-Covid des économies africaines : Le rôle de l’aide au développement.

Alors que le monde semble se redresser progressivement après la crise sanitaire amenée par la pandémie due à la Covid-19, les performances économiques des pays d’Afrique subsaharienne demeurent encore fragiles. Selon les estimations du FMI, de la Banque Mondiale et autres analystes (WEF, Allianz Research, etc.), la région serait entre  3  à  4%  en  dessous  de son niveau d’activité d’avant-crise. Et selon les projections, l’économie des pays de la région pourrait croître à un rythme moins soutenu que celui de ces dernières années. L’incapacité des pays à préserver leur tissu économique, et  à  assurer  la  couverture  vaccinale, nécessaire  pour  la  reprise  économique seraient  à  l’origine  de  cette  dynamique molle.  Entre  janvier  2020  et  juin  2021, 16 500 milliards de dollars US (18 % du PIB mondial) auraient été dépensés pour lutter contre  le  COVID-19.  Près  de  90 % de ce montant a été engagé par les économies développées, le reste par les économies émergentes  et  en  développement. Les pays à faible revenu n’ont dépensé que 12,5 milliards de dollars US, soit moins de 0,0001 % du total, illustrant ainsi les capacités financières limitées de ces pays, dont les pays d’Afrique subsaharienne.

Téléchargez l’intégralité de la Note ici.

La place de l’Afrique dans les chaînes de valeur mondiales

Les théories économiques se sont toujours penchées sur l’origine de la richesse des nations et ont mené dans ce sens des réflexions afin de proposer des voies pour leur prospérité. C’est ainsi que le père de la science économique moderne Adam Smith proposait dans son ouvrage « Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations » publié en 1776, la division du travail qui stipule en partant de la manufacture d’épingles que : chaque nation devrait se spécialiser dans la production du bien pour lequel elle détient un avantage absolu. Cette approche bien que novatrice dans l’analyse économique présente le désavantage d’exclure de la sphère économique certains peuples n’ayant pas une suprématie dans la production d’un bien. Par ailleurs, un autre classique David Ricardo viendra corriger cette limite et renforcer cette pensée en proposant la théorie des avantages comparatifs qui prône la spécialisation des nations dans la production du bien pour lequel ils ont un avantage comparatif. A la lumière de ce qui précède l’on pourrait dire que tous les continents devraient se spécialiser sur les biens dont ils ont un avantage comparatif. La contextualisation de cette pensée nous suggère d’analyser les chaines de valeur mondiales, lesquelles chaines de valeur « sont le fait d’entreprises qui optimisent leurs stratégies d’approvisionnement en séparant les stades de production».[1] Cette analyse est d’autant plus motivée par la contribution importante du commerce en termes de valeur ajoutée dans les PIB nationaux (30 % dans les pays en voie de développement et 18% dans les pays développés en moyenne)[2] et que les chaines de valeur mondiales ont une incidence sur l’emploi et les niveaux de revenu[3].

Les pays africains quoiqu’étant les grands fournisseurs de matières premières participent à hauteur de 2 à 3 %[4] du commerce mondial. Ce qui rend pertinent d’examiner leur place dans les chaines de valeur mondiales en vue de déceler les facteurs explicatifs de ce paradoxe. En d’autres termes dans quelles mesures le continent africain présente un avantage comparatif dans les secteurs d’activité et quelles peuvent être les blocages qui freinent sa participation au commerce international ? Quelles peuvent également être les pistes à explorer pour une meilleure participation du continent dans les chaines de valeur mondiales ? Dans la suite, il s’agira d’abord de mettre en exergue les opportunités qui s’offrent aux pays africains pour une contribution importante dans le commerce international. Il sera ensuite question de convoquer ses faiblesses dans les CVM avant d’examiner enfin les facteurs qui permettraient au continent de redynamiser ces échanges internationaux pour une meilleure place dans les chaines de valeurs mondiales.

  • Les forces de l’Afrique pour intensifier sa part dans les échanges mondiaux

Le continent africain regorge de potentialités énormes du fait de la richesse de son sous-sol. Il dispose, en effet, d’une dotation généreuse en ressources naturelles. A lui seul, il détient 97% des réserves mondiales de cuivre, 80% de coltan, 50% de cobalt, 57% d’or, 49% de platine, 60% de diamants; sans compter les nouvelles découvertes de ressources énergétiques telles que le pétrole et l’uranium ( et le phosphate) dont ses parts sont déjà respectivement de 14% et 23% des réserves mondiales[5].

Cette richesse naturelle du continent devrait lui permettre de décoller économiquement. C’est dans cet ordre d’idées que l’ancien économiste en chef de la Banque mondiale JUSTIN YIFU LIN affirmait dans un entretien publié le 10. 02. 2014 sur le site d’information SENEPLUS ECONOMIE que « L’Afrique dispose de tous les atouts pour réaliser un développement économique similaire à celui de la Chine ». En effet, cette déclaration quoiqu’elle semblerait flatteuse ne devrait empêcher d’en déceler la quintessence si l’on sait que la Chine est aujourd’hui l’usine du monde du fait de ses exportations estimées à 2,487 milliards de dollars US courant en 2018 selon les données de la Banque mondiale[6] et donc par ricochet, une participation intensive au commerce international.  Cette comparaison entre l’Afrique et la Chine suggère les avantages que le continent africain pourrait avoir sur les chaines de valeur mondiales. En effet, disposant d’un avantage comparatif en termes de ressources naturelles, l’Afrique est en phase d’accroitre ses parts dans le commerce international avec l’implantation des multinationales qui y trouvent leur matière première en abondance et à des couts réduits.

L’autre force des pays africains dans les chaines de valeur mondiales est la disponibilité de sa main d’œuvre et à bon marché[7]. Jadis, les entreprises se ruaient vers l’Asie en général et la Chine en particulier pour bénéficier de la disponibilité de sa main d’œuvre avec des rémunérations relativement faibles. Aujourd’hui, avec la revalorisation des salaires, le déficit de main d’œuvre et les politiques démographiques, ces conditions de facilité sont réduites en Chine. A ce stade, l’Afrique demeure une destination privilégiée pour les multinationales dans la mesure où le continent offre ces opportunités aux entreprises. Ce qui permet au continent d’être dans une optique d’accroissement de son poids dans les échanges internationaux.

Toutefois, malgré cette tendance haussière à la participation des pays africains aux chaines de valeur mondiales et leur volonté de plus en plus affichée et réaffirmée, il convient de signaler que le continent africain rencontre des difficultés dans l’élaboration de stratégies pour intensifier sa contribution aux chaines de valeur mondiales.

  •            Les faiblesses de l’Afrique dans les CVM

Les difficultés rencontrées par le continent africain dans les CVM sont nombreuses :

La première difficulté réside dans le manque de formation de sa jeunesse, si bien que quelque avance que le continent prend sur les autres en matières de disponibilité de la main d’œuvre, il est aussitôt devancé en termes de productivité par le personnel qualifié des autres continents. En effet, un tiers de la jeunesse[8] en Afrique subsaharienne n’a pas achevé son éducation primaire, ce qui compromet toute éventualité de formation qualifiante. Ce faible taux de formation rend difficile le respect des normes internationales et donc de s’adapter aux chaines de valeur mondiales. Ce qui a pour conséquence directe de freiner ou du moins d’amoindrir la pénétration des produits africains dans les marchés internationaux. Aussi, faudrait-il noter la faible participation des entreprises locales dans les échanges internationaux. Ces deux facteurs à savoir le manque de formation de la main d’œuvre et la faible participation des entreprises locales africaines combinés aux technologies peu adaptées fragilisent la position des Etats africains dans les CVM en ce sens que leur production en termes de valeur ajoutée demeure marginale.

La deuxième préoccupation demeure l’insuffisance d’infrastructures viables qui, ne favorise pas la libre circulation des personnes et des biens au sein du continent. Or les CVM supposent des déplacements fréquents du fait de la spécialisation et de la division des tâches. Mais ces déplacements sont compliqués par la mauvaise qualité des routes. A cela s’ajoute les barrières tarifaires et non tarifaires assez conséquentes. En effet, on peut lire à la page 23 du livre de Harry G BROADMAN intitulé la Route de la soie en Afrique : « Une entreprise chinoise en Afrique du Sud estime qu’envoyer des produits de l’Angola vers l’Afrique du Sud est aussi coûteux que de les expédier en Chine ». Outre ces barrières, on peut noter le niveau de corruption qui gangrène les efforts africains dans la participation aux CVM.

Le troisième obstacle que rencontre les pays africains dans leur élan pour un meilleur engagement dans les CVM reste l’environnement des affaires peu favorable.  En effet, selon le classement du Doing Business de 2020, seuls deux pays africains sont dans le top 50. Il s’agit de l’ile Maurice qui occupe le 13iém rang mondial et du Rwanda qui occupe la 38ième place. Ceci traduit la difficulté de la mise en œuvre des CVM qui se manifeste par une fiscalité élevée, des difficultés d’installation des entreprises avec des retards dans le raccordement en électricité et en eau et des problèmes de sécurité dus à la fréquence de contestations sociale et/ou politique. Cet environnement hostile ne favorise pas l’implantation des investisseurs étrangers sur le continent. Il réduit les capacités d’attraction d’investissement des pays et mine par ailleurs leur pénétration dans les CVM.

Ces trois freins à la facilitation de sa contribution dans les CVM précités, ne sont en fait que le reflet des problèmes de transformations structurelles que connait le continent. En effet, une participation massive au commerce international nécessite une organisation sophistiquée allant de la disponibilité de la main d’œuvre qualifiée à l’encadrement étatique par la mise en œuvre d’un environnement favorable en passant par des infrastructures viables et un engagement considérable des privés locaux. Vu l’ampleur du chantier, le continent a manifestement du chemin à faire pour se tailler une place de choix dans les CVM et l’espoir de l’y voir émerger semble se dissiper. Toutefois, l’heure n’est justement pas au découragement mais au recensement et à l’exploration de pistes susceptibles de mener le continent au cœur des échanges internationaux.

  •  Quelques pistes en faveur de l’Afrique dans les chaines de valeur mondiales

Le nœud du principal problème du continent africain dans sa participation aux CVM étant décelé à savoir la transformation structurelle, le continent doit se donner les moyens d’y parvenir. Celle-ci passe par la formation de la jeunesse pour obtenir une main d’œuvre qualifiée. Ce qui pourra la rendre capable de s’adapter et de permettre aux entreprises dans lesquelles elle est employée d’amorcer une phase de production à forte valeur ajoutée au moyen notamment de technologies adaptées. Ceci passe par la mise sur pieds d’infrastructures routières, portuaires et aéroportuaires pérennes afin de faciliter la mobilité des personnes et des biens, laquelle mobilité est facilitée par la réduction des barrières tarifaires et non tarifaires et l’établissement d’une concurrence saine afin de permettre à tous de tirer parti des CVM. Il est opportun de rappeler que la matérialisation des accords sur la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine (ZLECAf) de l’agenda 2063 des Etats africains et la création d’union monétaire régionale permettraient de noter des avancées significatives dans ce sens.

Dans cet objectif, il est important que les gouvernements soient à l’écoute des entreprises locales en prenant en compte leurs préoccupations dans les secteurs d’activité à privilégier et en leur facilitant le financement. A cet effet, les pays peuvent s’inspirer de la Chine à travers notamment ses Zones Economiques Spécialisées (ZES) qui ont fait leurs preuves en ile Maurice et en Ethiopie avec un décollage respectif dans les secteurs d’activités du textile et de la fabrication de chaussure. Il serait judicieux toutefois de prendre en compte l’aspect environnemental et humain dans l’application des ZES pour s’inscrire dans la durabilité.

L’autre levier, sur lequel pourrait s’appuyer l’Afrique, devrait être les chaines de valeur régionales. Ces chaines de valeur ont l’avantage d’avoir des normes moins contraignantes que les CVM. Ainsi, les pays africains auront plus de facilités à s’y implanter en attendant de se conformer aux normes internationales. Cependant cette phase d’attente ne doit perdurer, elle devrait être une phase de transition vers la standardisation internationale.

Aussi, les services entrent dans cette orientation. En effet, leur élaboration facile combinée aux outils de télécommunications de plus en plus accessibles et de bonne qualité permet aux pays de s’y lancer. L’Afrique doit continuer dans ce sens puisque l’établissement des services d’intermédiation financiers pourrait lui permettre de mobiliser les épargnes des agents économiques et faciliter l’accès au financement des entreprises locales.

L’hôtellerie pourrait être également un maillon important dans la percée des pays dans les CVM. En effet, les dotations naturelles de l’Afrique en termes de ressources naturelles, de parcs, de faunes, de fleuves, de lacs, de cascades, de montagnes… permettent d’attirer un nombre conséquent de touristes chaque année. En effet, en 2017 par exemple, le Sénégal et l’Ethiopie ont accueillis respectivement 1,3 millions et 900 mille touristes[9]. Cet accroissement du nombre de visiteurs permet au continent de disposer de devises étrangères facilitant ainsi ses échanges internationaux.

Le développement des technologies de l’information et de la communication permettrait de mieux organiser ce secteur par la disponibilité de l’information à travers les sites internet des voyagistes et hôtels. Ce qui rend possible les réservations et paiements en ligne.

Le continent devrait multiplier ses efforts dans ce sens et favoriser les services dans les activités manufacturières si l’on sait que d’après l’OCDE et l’OMC, ils permettent directement ou indirectement de créer plus de 30 % de la valeur ajoutée[10] dans les activités de distribution manufacturières.

  • Conclusion

En définitive, il convient de noter que le taux de participation du continent africain dans les chaines de valeur mondiales est important. Toutefois cette contribution n’a pas su créer de la valeur ajoutée à la hauteur de son intensification. Le continent africain regorge cependant des atouts lui permettant de redynamiser sa place dans les CVM par l’entremise de ses ressources naturelles et de la disponibilité de la main d’œuvre et à couts réduits. Des difficultés freinent toutefois ces opportunités. Qu’il s’agisse du faible taux de formation de la main d’œuvre et du faible engagement des entreprises locales. Qu’il s’agisse de l’absence d’infrastructures viables, de barrières à la circulation des personnes et des biens et donc du caractère défavorable de l’environnement des affaires. Qu’il s’agisse en bref des problèmes de transformation structurelle. Néanmoins, la volonté de voir les pays africains occuper une place privilégiée pourrait être matérialisée. Cette volonté peut s’appuyer sur la transformation structurelle avec un accent mis sur la formation des jeunes, la concertation des gouvernements avec les entrepreneurs locaux et l’accessibilité de leur financement. Elle pourra par ailleurs s’adosser à l’intensification des chaines de valeur régionales et à la massification des services notamment d’intermédiation financiers, d’hôtellerie et de distribution de produits manufacturiers.

Il apparait fondamental de souligner que le développement économique de l’Afrique ne saurait être le seul fait des chaines de valeur mondiales. Il est donc primordial de déceler les facteurs bloquants son décollage économique et d’y remédier en vue de pouvoir faire bénéficier au continent la valeur ajoutée tirée des Chaines de valeur mondiales. Cependant ces CVM en particulier et le commerce international en général connaissent des dysfonctionnements. C’est à ce propos que l’historien Walter Rodney affirmait « Lorsque que les termes de l’échange sont fixés par un pays d’une manière entièrement avantageuse pour lui-même, alors le commerce est généralement préjudiciable pour le partenaire commercial »[11]. De quoi orienter le débat vers le commerce équitable.

Auteur : Sidy TRAORE, Elève Ingénieur Statisticien Economiste, ENSAE-Dakar

 

[1] ÉDITION THÉMATIQUE : Perspectives économiques en Afrique 2014

[2] Voir https://unctad.org/fr/Pages/PressRelease.aspx?OriginalVersionID=144

[3] Voir https://unctad.org/fr/Pages/PressRelease.aspx?OriginalVersionID=144

[4] Commission économique des nations unies pour l’Afrique, rapport économique sur l’Afrique 2015 : l’industrialisation par le commerce, P-100

[5] Abdelhak Bassou, Ressources naturelles et réalités géopolitiques de l’Afrique, 25 mai 2017

[6] https://donnees.banquemondiale.org/indicateur/TX.VAL.MRCH.CD.WT

[7] La population africaine est estimée à 1,3 milliards d’habitants en 2020 avec plus 400 millions âgés entre 15 et 35 ans (voir https://au.int/fr/developpement-de-la-jeunesse et Contrymeters.com)

[8] Voir https://fr.unesco.org/gem-report/sites/gem-report/files/gmr2012_PR_ssa-fr.pdf

[9] https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/10/09/l-afrique-veut-jouer-la-carte-du tourisme _6014875_3212.html

[10] Perspectives économiques en Afriques 2014, page 69.

[11] Walter Rodney, Et l’Europe sous-développa l’Afrique : analyse historique et politique du sous-développement, 1972

Réformer l’enseignement technique et la formation professionnelle pour l’employabilité des jeunes en Afrique

Étreintes par le sous-emploi et le chômage des jeunes, les économies africaines devront réinventer leur système éducatif. Si le débat n’est pas nouveau, notamment en ce qui concerne le rôle de l’éducation dans la formation du capital humain, ses termes devront avancer en incluant les spécificités de la formation professionnelle. Lire plus  dans ce rapport (avec un Erratum, page 8, lire 100 M d’emplois)

Enquête sur les attentes des jeunes Africains en matière de formation

Cette enquête constitue une première tentative pour comprendre les facteurs qui déterminent
les choix de formation des jeunes Africains et ce qu’ils espèrent autour de leur formation
pour améliorer leur employabilité. Bien que les résultats fournissent des indications générales
sur les attentes des jeunes Africains, elles ne devraient pas être considérées comme des faits
stylisés. On retient tout au moins les besoins des jeunes Africains en matière de formation pourrait
trouver une réponse dans l’ETFP, dont le potentiel reste très marginalement employé en Afrique.Enquete sur les attentes des jeunes africains en matière de formation

LES BLEUS DE TREVOR NOAH

Le 15 juillet dernier, l’Equipe de France de football remportait la vingt-et-unième coupe du monde de l’Histoire, lors d’une victoire face à la Croatie (4-2). La particularité de cette équipe : seize des vingt-trois joueurs Français sont d’origine subsaharienne. Une particularité que n’a pas manqué de mettre en avant, Trevor Noah, dans son émission The Daily Show, dès le lendemain. Une mise en avant qui a soulevé un tollé en France, de la part de nombreux citoyens, mais aussi de personnalités comme le basketteur Nicolas Batum ou l’animateur Nagui et jusqu’à l’Ambassadeur de France aux Etats-Unis. Dans le même temps, la presse italienne et l’ex-sélectionneur croate s’adonnaient à des réflexions racistes sur cette même équipe de France, dans un anonymat confondant. Décryptage d’un événement qui en dit bien plus qu’il n’y paraît. Continue reading « LES BLEUS DE TREVOR NOAH »

Présidentielles du 29 Juillet : « Le Mali a besoin d’un président fort qui saura rétablir l’autorité de l’État ».

Dans quelques jours, le peuple Malien est appelé à choisir celle ou celui qui conduira sa destinée durant les cinq prochaines années. Quels sont les enjeux  du scrutin du 29 Juillet 2018 ? Hamidou DOUMBIA, porte-parole du parti YELEMA  et de son président Moussa Mara, a accepté de répondre aux questions de l’Afrique Des Idées à cet effet.

 

Bonjour Mr  DOUMBIA.

Bonjour Mr GNASSOUNOU, bonjour aux membres du Think tank l’Afrique Des Idées.

En toute objectivité quel bilan dressez-vous du quinquennat écoulé?

Le bilan du président  Ibrahim Boubacar Keita dit IBK n’est pas élogieux , les maliens sont déçus .

Quels ont été les grands échecs de ce quinquennat?

L’élection du président IBK avait suscité beaucoup d’espoirs dans notre pays car il était perçu comme l’homme de la situation pour l’écrasante majorité de la population ; d’où son score de 77 % au second tour des élections présidentielles . Il avait principalement séduit nos compatriotes par son slogan :  » Pour l’honneur du Mali et le bonheur des maliens « . Cinq années après cette élection , il  est légitime de se  demander s’il a pu restaurer cet honneur et s’il a pu assurer le bonheur des maliens . Pour ma part, je répondrai par la négative pour  deux raisons.  Tout d’abord le président IBK a échoué en ne parvenant pas à sécuriser notre pays ; en effet la crise sécuritaire au lieu de s’atténuer ,s’est aggravée avec l’insécurité au centre et dans les grandes villes. L’honneur pour  les maliens était de retrouver l’intégrité de leur territoire , le président IBK n’a pas pu le faire ; l’honneur pour nous était de  retrouver un État fort , IBK n’a pas pu le faire .

Ensuite, sur le plan économique, , il s’agissait d’accroitre les revenus de nos compatriotes. Aujourd’hui les prix des denrées alimentaires n’ont jamais été aussi élevés. Pire, 4 millions de maliens sont menacés de faim . Juste pour vous dire  à quel point l’échec du président  sortant est évident .

L’un des gros échecs de ce quinquennat  fut  l’abandon du processus référendaire  de modification constitutionnelle. Le prochain président doit-il remettre sur la table le projet de révision constitutionnelle du président Keita ?

Effectivement le projet de révision constitutionnelle a été un échec . je crois toutefois, que son échec est surtout du à certaines dispositions qui n’étaient pas du genre à rassurer les maliens. Notamment l’accroissement des pouvoirs du président  de la république qui est perçu par nos compatriotes comme un recul de  la démocratie . Cependant, force est de reconnaitre que la situation actuelle de notre pays exige une révision constitutionnelle . La constitution que nous avons aujourd’hui  est veille de 27 ans. Par conséquent, certaines modifications doivent y être apportées . Aussi, faut-il  appliquer  l’accord de paix issu du processus d’Alger. Pour cela, il nous faut faire une révision constitutionnelle . C’est pour cette raison que notre candidat (Cheikh Modibo Diarra) propose une révision de la constitution dès le début de son mandat , puis s’en suivra un chronogramme d’application de l’accord qui sera appliqué véritablement  en 18 mois. Je vous rappelle que le président IBK avait 24 mois pour l’appliquer , et qu’en trois ans , cet accord n’est pas appliqué  à 20% , un autre échec du président IBK.

Le président de votre parti veut faire de la politique autrement. Se rallier à Cheikh Modibo Diarra, est-ce faire de la politique autrement ou simplement s’agit-il d’un aveu d’incapacité à gagner les prochaines échéances électorales ?

Cette décision émane du peuple malien . Vous savez ,le président de notre parti de 2013 à aujourd’hui est l’homme politique qui a le plus sillonné le Mali profond en visitant plus de 200 communes de notre pays et 40 cercles. Lors de toutes ces rencontres , il lui a été demandé de mettre tout en œuvre pour que les hommes qui incarnent l’alternance systémique se mettent ensemble . Faire la politique autrement, c’est de mettre le Mali au-dessus de ses intérêts personnels , c’est ce que le président de notre parti a fait et nous en sommes fiers . Le Docteur Cheick Modibo DIARRA partage les mêmes valeurs que nous et en nous mettant ensemble , nous augmentons les chances de victoire des partisans de l’alternance systémique . Notre choix est un choix de raison et de patriotisme car si le Mali tombe dans les mains de ceux qui sont à la base des problèmes de nos compatriotes , c’est la survie de notre pays qui serait en jeu. Donc pour éviter cela , aucun sacrifice n’est de trop.

 24 candidats au premier tour des élections ; il y en avait 27 lors des dernières élections présidentielles.  Y-a-t-il trop de candidatures ?

Je trouve sincèrement que l’on pouvait avoir moins de candidats que ça . Beaucoup de candidats ne sont pas connus des maliens pour n’avoir pas été actifs ces dernières années et un beau jour , ils se lèvent pour briguer la magistrature suprême. La confiance des maliens se mérite. Ils doivent comprendre que l’élection du président de la république n’est pas une élection de chef de quartier ou de village. Nous faisons partie au niveau de  YELEMA de ceux qui prônent  une alternance systémique dans notre pays. C’est pourquoi, lors de notre congrès de novembre 2017 , il a été instruit à notre Comité Exécutif Central de se battre pour une candidature unique des forces du changement même si cette candidature n’était pas issue de nos rangs . Je pense donc que l’on doit travailler à réduire les candidatures pour que les électeurs nous prennent au sérieux .

Quels doivent être  à votre avis la personnalité et le caractère du prochain président de la République ?

Le prochain président de la République doit être un rassembleur , il doit être un homme dont l’intégrité ne souffre d’aucun doute . Il doit être un homme qui a fait ses preuves , qui s’est construit avant de rentrer dans la politique . Nous avons besoin d’un président fort qui saura rétablir l’autorité de l’État .

Les Maliens ont semble-t-il perdu confiance en la politique ? Pensez-vous que ce  constat est véridique ?Que doit faire le prochain président au cours de ses  six premiers mois pour redonner confiance aux populations ?

Les maliens ont perdu confiance aux politiques et c’est tout à fait normal . Ceux qui ont été les principaux acteurs de la scène politique depuis l’avènement de la démocratie en 1991 n’ont pas été de bons exemples pour la plupart. La corruption , le clientélisme , la gabegie sont des pratiques courantes dans notre pays et c’est au niveau des élites que ça se passe le plus souvent . Ces pratiques ont concouru de manière progressive à faire qu’aujourd’hui les maliens ne croient plus aux hommes politiques . Je vous donne juste une anecdote : Au Mali quand on ment beaucoup , on te dit tu mens comme un politicien . Donc pour dire l’ampleur de cette rupture de confiance .

Le prochain président de la république doit rapidement prendre des mesures de refondations de notre État . Il doit vite montrer l’exemple en prenant les mesures fortes contre la corruption qui gangrène notre société . C’est pourquoi nous prévoyons dès l’élection de notre candidat que les 100 premiers responsables de l’État puissent publier leurs patrimoines  dans un journal officiel et dans tous les médias. Nous allons publier les revenus de tous les responsables pour que les maliens puissent voir si leur train de vie est conforme à leurs revenus. La possibilité sera donnée à nos compatriotes de se plaindre si d’aventure ils constatent une inadéquation entre les revenus et les trains de vie . Pour restaurer la confiance et l’espoir nous devons prendre des mesures fortes qui peuvent rassurer nos compatriotes . Aujourd’hui le gouvernement compte une trentaine  de membres. Nous allons réduire le nombre de membres du  gouvernement à seulement vingt membres pour faire des économies. Les maliens veulent un président qui peut les rassembler , qui peut recouvrer l’intégrité de leur territoire .Les premières actions du prochain président doivent  donc aller dans ce sens .

Parlons de Ras Bath, une personnalité phare de la société civile depuis les  soulèvements  contre la révision constitutionnelle  et qui occupe un espace  de plus en plus  important dans la sphère  politique. Assistons-nous à l’émergence d’une société civile puissante au Mali ou s’agit-il simplement d’un populisme d’un autre genre ?

Effectivement la révision constitutionnelle nous a montré que la société civile veille sur les politiques. Le chroniqueur Ras Bath s’est fait un nom car il est celui que les pauvres considèrent comme leur voix et celui qui les défend face aux dérives des hommes politiques . Il est bon comme chroniqueur .

S’est-il fourvoyé en soutenant Soumaila  Cissé, un des caciques de la classe politique ?

 Ce qui est sûr , il disait dans un passé récent que le cadavre d’IBK valait mieux que Soumaïla CISSE donc les observateurs étaient étonnés de le voir soutenir celui-ci . C’est ce qui fait aujourd’hui qu’il y’a beaucoup de ses auditeurs qui ont été déçus . Il a fait un choix , qu’il assume et le peuple  en jugera .

Pour finir, faisons un peu de  politique fiction : Nous sommes le 29 juillet 2023.Le pays reprend du poil de la bête sur le plan économique, l’insécurité a reculé mais la question du nord Mali n’a toujours pas de solution pérenne.  Considéreriez-vous que le  président sortant aura raté son quinquennat ?

(Rires )…. Raté ce serait trop dire , le problème du nord ne peut pas se régler définitivement en seulement cinq ans . C’est un problème profond qu’il convient de résoudre progressivement sans faire dans la démagogie . Un problème qui existe il y’a plus de 30 ans ne peut être résolu définitivement en cinq années d’exercice de pouvoir. Ce qui est sûr à la fin  du quinquennat , il n’y aurait plus de groupes armées sur notre territoire hormis la nouvelle armée reconstituée du Mali . Ce qui est sûr , le niveau de vie du malien sera élevé à un niveau jamais égalé ses dernières années . Les maliens connaitront le vrai bonheur et nous allons restaurer l’espoir car nous sommes les vrais restaurateurs de l’espoir .

Monsieur, Doumbia, Merci d’avoir répondu aux questions de l’Afrique Des Idées.

 

Interview réalisé par Giani GNASSOUNOU pour l’Afrique Des Idées.