Note de lecture sur « Zero to One » et réflexions sur comment bâtir le futur africain

Dans son essai « Zero to One : notes sur les startups et comment bâtir le futur », l’entrepreneur américain Peter THIEL, co-fondateur de sociétés comme PayPal et Palantir, identifie deux approches du progrès : un progrès horizontal ou encore incrémental, et un progrès vertical ou exponentiel. 

Notre société est bâtie autour de la notion de progrès incrémental. Tous les ans, nous analysons la croissance économique incrémentale de nos pays, comparativement à l’année précédente. Ainsi, l’Afrique se gargarise des taux de croissance de 6% de ses pays les plus dynamiques. Chacun se projette dans le futur en considérant les résultats du passé proche. Une entreprise ou un individu cherchera une croissance incrémentale de ses revenus, sur la base de ce qu’il connait déjà et de ce qu’il identifie comme le champ d’un possible restreint. 

L’accélération des ruptures technologiques, des nouveaux modèles d’affaires qu’elles engendrent et les mutations rapides du champ sociopolitique invitent toutefois à considérer plus sérieusement l’option du progrès exponentiel. La caractéristique du progrès exponentiel est qu’il crée un champ nouveau de possibilités de services, de produits, d’accumulation de capital et de savoir, de créations d’emplois, de réseaux et de pouvoir qui, parce qu’il ne s’appuie pas sur un réel préexistant, est totalement imprévisible et transformateur. Le développement de la téléphonie mobile et du mobile money, passé en Afrique de quasiment 0 utilisateur au milieu des années 1990 à plusieurs centaines de millions dans les années 2000, est un exemple de développement exponentiel, de courbe verticale du progrès. Internet, les réseaux sociaux, sont d’autres exemples de progrès exponentiel. Dans un registre différent, le développement de l’Etat islamique au Moyen-Orient ou l’émergence de nouveaux acteurs politiques dans les démocraties matures, comme Trump aux Etats-Unis, peuvent également être assimilés à des phénomènes imprévisibles de développement exponentiel. 

La contrainte du progrès exponentiel est toutefois…qu’il reste totalement à inventer. Contrairement à la croissance incrémentale, qui améliore l’existant à la marge, et demande donc des compétences de bons gestionnaires, d’administrateurs rigoureux, le développement exponentiel consiste à inventer ce qui n’existe pas encore, à le rendre viable (économiquement, socialement, politiquement) et à soutenir ensuite sa croissance exponentielle, en mobilisant les ressources humaines, financières et matérielles nécessaires à ce développement fulgurant en courbe verticale. 

Ces concepts de progrès incrémental vs progrès exponentiel sont particulièrement signifiant lorsqu’on les applique à la situation actuelle de l’Afrique. Le continent africain se caractérise par une croissance démographique massive et l’arrivée de cohortes toujours plus nombreuses de jeunes actifs, dans un tissu économique peu structuré et relativement peu dynamique, qui peine à convertir le dividende démographique. Des millions de jeunes arrivent chaque année sur le marché du travail en étant peu ou pas formés et rejoignent des services informels à faible productivité et faible valeur ajoutée. Ces jeunes se retrouvent à la merci de tous les aléas socioéconomiques. Dans ce contexte de vulnérabilité forte, des courants idéologiques radicaux comblent le vide des institutions intermédiaires défaillantes (entreprises, écoles, institutions publiques et filets sociaux de proximité) et liguent une part sans cesse croissante de la population contre les institutions séculières avec des méthodes parfois terroristes. Ce contexte a largement nourri le discours sur l’afro-pessimisme. 

Dans le même essai « Zero to One », Peter THIEL distingue quatre approches du futur, selon que l’on soit optimiste ou pessimiste, déterminé ou indéterminé. Il classifie la manière dont les êtres humains abordent l’avenir en fonction des quatre catégories décrites dans le schéma ci-dessous : 

 

Il y a deux sortes de pessimistes. Ceux qui pensent que tout va aller mal et qui ne font rien pour se préparer ou contrer cet avenir sombre (pessimiste indéterminé) : ce sont les abstentionnistes, les petits parasites désillusionnés (petits policiers corrompus…) ou encore ces gens qui se réfugient dans certaines approches religieuses parce qu’il n’y a rien à tirer du « monde réel ». Et puis il y a les pessimistes déterminés : ils pensent que les choses vont aller de mal en pis, et décident de prendre leurs précautions ou, généralement, de fuir lorsqu’ils le peuvent. On retrouve dans cette catégorie bon nombre de migrants africains, prêts à braver tous les dangers et à consacrer des sommes d’argent non négligeables pour s’échapper de l’avenir pessimiste qu’ils prêtent à tort ou à raison à leur pays.  

Dans la catégorie des optimistes, les plus courants sont les optimistes indéterminés, ceux que l’on appelle dans le cas africain les afro-optimistes. Ils croient à la fable selon laquelle l’émergence de la classe moyenne africaine va résoudre inéluctablement tous les problèmes et assurer un avenir radieux au continent, fait de croissance, d’emplois, de mall commerciaux et de villes modernes et attractives. Généralement, ces optimistes indéterminés, lorsqu’ils sont africains, ont fait des études supérieures, s’engagent dans un parcours carriériste et ne se posent pas beaucoup de questions sur la montée des inégalités ou le décalage criant entre leur mode de vie et celui de la majorité de la population. Ils pensent, sans savoir exactement comment, que la main invisible de la croissance africaine réduira ces gaps et fera converger le plus grand nombre vers… la « classe moyenne africaine ». Ces optimistes indéterminés surveillent de près le taux de croissance économique annuelle de leur pays ou du sous-continent, indicateur fiable selon eux du progrès incrémental qui résoudra tous les maux. 

Cette approche, simpliste, illusoire, est dangereuse au regard des contraintes démographiques, économiques et sociopolitiques évoquées précédemment. La dernière posture qui, l’auteur se permet de dévoiler son opinion, nous semble préférable, est celle de l’optimiste déterminé qui cherche les moyens pratiques de construire un avenir meilleur qu’il sait possible. Possibilité ne veut toutefois pas dire inéluctabilité. D’où la nécessité d’imaginer, de planifier et d’œuvrer à l’émergence de nouveaux modèles, basés sur de nouvelles approches et nouvelles technologies, qui élargissent le champ des possibles dans tous les domaines de l’activité humaine et aboutissent parfois au développement exponentiel absolument nécessaire pour convertir positivement le dividende démographique africain au 21ème siècle. Ces nouveaux modèles se bâtiront parfois au détriment des anciens, et la phase de mutation rapide que nous appelons de nos vœux ne se fera pas sans résistance forte de la part de ceux qui vivent au crochet de l’ancien système. L’urgence de la situation appelle toutefois à n’avoir aucune indulgence avec la médiocrité de ceux qui contribuent à tirer le système vers le bas. 

Espérons que l’Afrique de demain ressemblera à quelque chose que presque personne ne pourrait imaginer aujourd’hui. Cela voudrait dire que nous aurons connu plusieurs phases de développement exponentiel, dans plusieurs domaines, qui permettront – optimisme oblige – aux populations du continent de trouver les opportunités pour assurer leur bien-être. Cela ne sera possible que si une masse critique de jeunes africains fait le pari risqué de la créativité, de l’innovation et de l’anticonformisme, en lieu et place des parcours carriéristes conformistes de la « classe moyenne africaine ». 

Emmanuel Leroueil

Pourquoi il faut changer de posture de pensée et d’action – et adopter l’afro-responsabilité

Dans la série de nos articles en vue de la conférence du 30 mai, la rédaction publie à nouveau cette tribune d'Emmanuel Leroueil paru initialement en 2013 : vibrant appel à l'adoption de l'Afro-responsabilité comme moteur de changement de paradigme pour la jeunesse.

1692510_6980742_800x400Qu’est ce que l’Afrique subsaharienne peut apprendre des expériences contestataires/refondatrices qui ont secoué le monde ces deux dernières années ? Sans doute qu’il ne suffit pas de protester au sein de l’espace public pour construire une alternative politique répondant aux préoccupations légitimes des manifestants. La solution tient en un mot : organisation. 

L’agitation mondiale récente est le résultat d’une situation inédite : une jeunesse nombreuse, éduquée, connectée, qui fait face à une situation sociale et économique particulièrement difficile : un niveau d’inégalités économiques effarant, une barrière à l’entrée du monde du travail pour une portion significative des jeunes, une fossilisation de la société au détriment de ses forces vives. Alors même que l’Afrique et les sociétés arabes sont censées bénéficier du « dividende démographique », avec l’arrivée d’une cohorte de nombreux jeunes éduqués en âge de travailler, les conditions de réalisation et d’épanouissement de ces individus sont compromises dans le cadre actuel du système social et économique où ils évoluent. Le changement est donc nécessaire. Mais les Subsahariens qui souhaitent réformer leur société au Burkina Faso, au Cameroun, au Congo, en Ouganda, au Soudan ou ailleurs gagneraient à tirer des leçons du « printemps arabe » ainsi que des mouvements « Occupy… » qui ont rassemblé des jeunes aux Etats-Unis, en Espagne ou en Israël, protestant contre le niveau des inégalités et leur horizon bouché.

Dans tous ces cas, des mobilisations d’une ampleur historique ont abouti à des résultats contrastés. En Egypte et en Tunisie, deux des cas les plus emblématiques, le renversement du pouvoir en place a profité avant tout à la force politique alternative la mieux organisée de ces sociétés : les islamistes du mouvement des frères musulman et du parti Ennahda. Bien que les militants de ces mouvements n’aient pas été les protagonistes des révoltes, ils se sont révélés les mieux à même d’occuper le vide laissé par les anciens pouvoirs. Les jeunes urbains fers de lance de la révolte, qu’ils soient pauvres ou issus de la classe moyenne, ont péché par manque d’organisation militante, par manque de discours englobant et mobilisateur, par manque de leadership et de confiance en eux.

Les jeunes manifestants en Europe et aux Etats-Unis ont eux péché par « nombrilisme ». Ils ont confondu le moyen – occuper l’espace public par des manifestations, des sit-in – et la fin – obtenir des changements politiques. Ils ont refusé de s’organiser en mouvement politique au nom de principes anarchistes qui sont les symptômes de leur défiance vis-à-vis de la société dans laquelle ils vivent. Cette posture de défiance ne fait que les marginaliser encore plus. Le mouvement « Occupy Wall Street » a souffert également du défaut de l’ « intellectualisme », ce plaisir qu’ont certain à s’entendre parler, à rendre nébuleux ce qui est clair, à rendre élitiste des causes populaires.

Les Subsahariens cumulent tous ces défauts : le manque d’organisation, l’ « intellectualisme » et le « nombrilisme ». Un nombrilisme qui s’exprime différemment : à l’optimisme individuel (il est possible de s’en sortir soi-même si on est courageux, malin et qu’on se débrouille bien – avec l’aide de Dieu…), fais face le pessimisme collectif (il n’est pas possible de changer la société et le système dans lequel on vit, ce sont toujours les puissants qui vont dominer, les tares de la société resteront toujours les mêmes, etc.).

L’ « intellectualisme » africain est lui assez banal. Il prend l’apparence de discours pompeux et creux tenus à longueur de journée par des tribuns dont on se sait s’il faut en rire ou en pleurer. Il prend également la forme d’un retrait de la vie politique – l’intellectuel ne devant pas se salir dans le marigot politique – qui peut parfois être interprété comme une démission. Une démission d’autant plus facile quand le discours critique porte quasi exclusivement sur la domination de l’Afrique par les puissances impérialistes qui seraient omnipotentes et face auxquelles les acteurs africains ne seraient que des pantins sans marge de manœuvre. C’est le sempiternel refrain sur la « françafrique » par exemple : rien ne serait possible (réformer par exemple l’espace monétaire de la zone CFA), tout se joue à l’Elysée et Matignon, les dés sont pipés, etc. C’est sans doute la principale faiblesse du courant intellectuel altermondialiste africain, qui s’articule principalement sur la critique des puissances impérialistes étrangères et pas assez sur l’organisation des forces sociales africaines. Un discours qui finit par déresponsabiliser les premiers protagonistes de l’histoire continentale : les Africains. Il leur revient pourtant de s’organiser pour inverser les rapports de force et se frayer leur propre chemin au sein du système mondial, comme le font tant d’autres sociétés en Amérique latine et en Asie.

Le manque d’organisation est aberrant : dans la plupart des pays africains, il n’y a pas de mouvement aussi structuré que les frères musulmans – avec un corpus cohérent d’idées, une organisation, des militants – qui soit une force politique alternative au régime en place. De ce fait, le vide du pouvoir appelle des « hommes providentiels », malheureusement souvent des personnages médiocres et opportunistes (Dadis Camara, le capitaine Sanogo et tant d’autres chefaillons militaires avant eux). Nous nous demandions en 2011 si le « printemps arabe » allait passer la barrière du Sahara et venir bousculer tous ces chefs d’Etat à qui il faut dire dégage… La plupart des pouvoirs les plus décriés en Afrique n’ont pas une assise solide. Leur chute ne saurait tarder, qu’elle se fasse de manière pacifique et naturelle, ou de manière violente et forcée. Mais l’alternative politique est-elle prête ?  

Pas encore. Il est donc plus que jamais urgent de s’organiser. De mobiliser les femmes, les hommes et les idées qui porteront le courant progressiste de l’Afrique de demain. De les mobiliser non pas sur des slogans creux, mais sur des idées pratiques. 

L’afro-responsabilité : une nouvelle posture de pensée et d’action pour construire une alternative positive

C’est ce à quoi souhaite répondre l’afro-responsabilité : placer les Africains au centre du jeu et construire une alternative politique progressiste et efficace, qui réponde aux besoins de sécurité, d’emploi, de prospérité et de fierté que réclament légitimement des centaines de millions d’Africains.

A Terangaweb – l’Afrique des idées, nous avons depuis deux ans cherché à poser les bases de réflexion de cette alternative. Notre cadre de réflexion s’est d’emblée posé à l’échelle continentale et sous-régionale : la solution ne viendra pas de l’échelon national, parfois trop petit, parfois trop bancal. Il faut trouver une solution par le haut : les échelons sous-régionaux (UEMOA, CEMAC, EAC, SADEC) semblent plus pertinents pour mobiliser les ressources humaines, financières, militaires et symboliques nécessaires pour combler le retard en infrastructures, permettre aux entreprises d’avoir accès à des marchés élargis et compétitifs, asseoir la position de l’Afrique dans le monde. L’échelon sous-régional devrait aussi mettre fin à l’émiettement de l’Afrique : l’harmonisation des règles du droit, des modalités de la compétition politique, la libre-circulation des personnes, devraient permettre d’éviter à l’avenir la succession de petits sultanats locaux (la Gambie, la Guinée-Bissau) au fonctionnement douteux, et rendre quasiment impossible la contestation du pouvoir central par des forces locales, comme on l’assiste encore aujourd’hui en Centrafrique. Cela ne signifie bien entendu pas la fin de l’échelon national, et encore moins des échelons locaux. L’expansion démographique des villes africaines appellent au contraire un renforcement sans précédent des pouvoirs locaux. Il s’agit de mettre en place un système articulé de prise de décision à l’échelon pertinent, dans un cadre de règles harmonisées au niveau sous-régional.

Nous nous proposons de relancer le projet panafricaniste sur des propositions concrètes (mise en place par exemple d’un système de droit panafricain avec une Cour suprême dont les arrêtés s’imposeraient à l’ensemble des juridictions nationales). Le défi consiste aujourd’hui à donner du souffle à ces idées ; à rassembler des personnes qui militent pour qu’elles deviennent réalité. Des personnes qui seront prêtes à remplacer au pied levé des pouvoirs dépassés et à construire une autre alternative historique. Tel est l’ambition que nous nous fixons. Tel est le défi que l’époque pose à notre génération.  

Emmanuel Leroueil

Diary of a trainee entrepreneur

My name is Emmanuel Leroueil. I am a strategy consultant based in Gabon and I have worked in other African countries too. A few years ago, I took part in the creation of Terangaweb – l’Afrique des Idées. Since I moved to Africa about a year and a half ago, I did not contribute to the website and the association as much as I would want to because I could not put my "ideas" into "action". It was easier for me to write and talk about Africa when I was not living there. Now that I am back, I am busy with many activities and I feel like I do not have enough energy to take part in the debate. This «Diary of a trainee entrepreneur» is an attempt to put my "ideas" into "action". I dedicate it to Réassi Ouabonzi, for his constant commitment.

My vision of entrepreneurship in Africa

Like many profesionals such as bankers, consultants and corporate lawyers, I have studied business plans of large, medium and small companies. With my work, I have observed that older companies have a sustainable economic performance but have difficulties to grow. Business creation is very important for the development of the economy of African countries.

Having an entrepreneurial mindset, I want to help meet the challenges faced by many countries on the continent such as the creation of jobs in a context of demographic explosion and the creation and redistribution of wealth. The creation of dynamic companies is a major concern. Here are some ideas I want to share with you to improve the current situation.

1) Focusing on simple businesses addressing people’s basic needs (production of vegetables, bakery, chicken farming, cooking, etc.) on existing markets, and on businesses where the production/sale cycle can be improved.

Investment in these sectors might seem logical. However, there are two main trends that I have observed.

The first and most common one is that small African investors systematically invest in usual small businesses without improving them. For instance, in the taxi business, everybody knows the price of a standard car to make a cab (between 2 and 3 millions CFA Francs for a second-hand car bought in Gabon). Everyone knows how the taxi-industry business model works. The taxi driver rents the car and pays a pre-determined amount of money. He keeps the remainder but if he does not earn enough money, he has to pay the amount regardless. This amount is known and the risks and profitability are quite low (around 75 000 CFA Francs per week in Gabon). In ten months, this investment becomes profitable while the market continues to absorb the increase of the offer. This example can be applied indefinitely, like the trend of telecenters (public payphones in the 1990s) or cybercafés, etc. Most real estate investments are similar to this model. These small businesses create extra wealth but do not really have any ripple effect on the rest of the economy. There is no increase in productivity.

taxi-redim

A second trend that appeared more recently in Africa, is followed by the majority of start-up incubators. It gives priority to companies focusing on innovating or often non-existing segments: services linked to telecoms or Internet, sustainable energies or creation of high technology devices. Of course, some of these business models can succeed and are useful to both economy and society. However, they are riskier for investors since demand usually has to be created, flexibility has to be acquired for the product to meet with clients demands. Furthermore, economic and operational balance has to be reached in order to develop the company without using existing ideas… Undoubtedly, these start-ups have high failure rates.

Klab

In Africa, there is always loads of opportunities in simplest sectors where consumers demand already exists. We can bring some improvements and professionalise their organization because the competitors are often informal or under-productive. It is necessary to distinguish oneself from existing offers by implementing small innovations. There are multiple change levers: more efficient production tools, different distribution/sale channels that are closer to the customers, superior quality requirements and improved marketing of the products… These small innovations provide an added value to consumers and, eventually, to society. Nevertheless, the main interest of these businesses is to be able to make a quick scale change, and then to have an easily replicable model.

2) Choosing duplicable and suitable industrialization projects right from the start.

More concretely, it means that if you want to create a bakery, you should already start thinking about a "pilot project" to open a second, third, fourth store. And you have to take into account the failures and successes of the first project. This ambition is the best way to bypass the issue of access to funding that are decisive for African entrepreneurs (http://www.omidyar.com/insights/accelerating-entrepreneurship-africa-report). The ideal solution is to start the pilot project with your own funds. Thus, it is important to choose a business where the initial investment is not too high and where it is possible to progress gradually. The pilot project's income flows must then allow to partially fund the second investment wave (requiring businesses with short incomes cycles and positive cash flows). Above all, they have to allow the production of accounting data on the relevance of the project’s economic model, and activity history, which will help to attract investors (private equity) or convince bankers to give access to credit.

Of course, the duplication of the pilot project will not be easy since new issues can arise. How to store a bigger production? How to distribute a bigger production? How to replicate the model on new geographical markets? How to face embezzlement/malpractice with empowered teams and a weak creator/investor control? These difficulties are real and are part of the growth path for any actual and upcoming business in Africa. But they can be overcome.

Based on these ideas, I launched my own business creation project a month ago.

I plan to implement intensive greenhouse vegetable production around Kigali in Rwanda.

This Diary of a trainee entrepreneur is an opportunity for me to share this experience and the practical lessons I will learn with readers interested in business creation in African countries. The next post will provide details on the investment I made for this project, and will show how it will apply the ideas mentionned in this article.

Translated by Olivia Gandzion

Journal d’un entrepreneur #volet2

Je m’appelle Emmanuel Leroueil. Je suis consultant en stratégie et travaille actuellement au Gabon, à partir duquel j’interviens dans plusieurs autres pays africains. J’ai participé à la création il y a quelque années de Terangaweb – l’Afrique des idées. Depuis un an et demi, date d’un déménagement et du début d’une nouvelle expérience professionnelle, je n’ai plus beaucoup contribué au site et à la vie de l’association, ce que je regrette. Certains camarades me l’ont reproché à juste titre. Ma réponse était que je n’arrivais pas à concilier le « faire » et le « dire » : il m’était plus facile d’écrire et de parler de l’Afrique quand je n’y étais pas ; maintenant que j’y suis revenu, je suis absorbé par toutes les activités dans lesquelles je m’implique et n’ai quasiment plus l’énergie pour participer au débat d’idées. Ce « journal d’un apprenti entrepreneur » est ma tentative de réconciliation du « faire » et du « dire ». Je le dédie à Réassi Ouabonzi, pour son exigence constante.

La Genèse de mon projet entrepreneurial

Mon projet d’agriculture maraîchère sous serre n’a en soi rien de très imaginatif ni innovant. Ce projet ne m’est toutefois pas venu tout seul : il a fallu une conjonction de rencontres et une maturation de mes convictions sur la manière de lancer un business, pour que je décide de me lancer dans le grand bain de l’entrepreneuriat. 

L’élément déclencheur aura été mes discussions avec René NGIRIYE, agriculteur que j’avais interviewé pour Terangaweb, et qui a suscité mon intérêt pour une agriculture maraîchère périurbaine à proximité des grandes agglomérations africaines. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : la population urbaine africaine devrait passer d’environ 300 millions de personnes aujourd’hui à 600 millions dès 2030[1]. Une proportion croissante de cette population devrait rejoindre la classe moyenne, avec les changements de consommation, notamment alimentaire, que cela implique. Toutefois, l’agriculture africaine ne s’est pas encore mise au diapason de ces évolutions ; l’agriculture vivrière, qui alimente les marchés de consommation locaux, n’a connu que de très faibles augmentations de ses rendements, ce qui ne permet pas de faire face à ces nouveaux besoins. De sorte que l’Afrique continue à importer massivement pour se nourrir. Pour le seul cas du Gabon, pays pourtant peu peuplé et bien doté en terres arables, les importations alimentaires se sont élevées à 250 milliards de F CFA en 2013.

Pourtant, les solutions techniques qui permettent d’augmenter la productivité des exploitations existent, et sont mêmes disponibles à des prix abordables. René NGIRIYE avait ainsi attiré mon attention sur un fournisseur de kits agricoles (serres + graines sélectionnées + engrais + pesticides + conseils agricoles), Balton, qui propose à des prix abordables des solutions de production à haut rendement dans plusieurs pays d’Afrique anglophone, notamment d’Afrique de l’Est.

Une autre rencontre aura été nécessaire pour me décider à me lancer. Une rencontre non pas avec une personne, mais avec une ville : Bukavu, capitale du Sud Kivu, en République Démocratique du Congo. Cette ville, juchée sur d’imposantes collines verdoyantes et bordant le paisible et magnifique lac Kivu, a connu une transition démographique accélérée particulièrement douloureuse. Bien qu’il n’existe pas de statistiques fiables reposant sur des enquêtes démographiques récentes, certains habitants de la contrée estiment que la population de la ville a doublé en à peine 3 ans, passant d’environ 750 000 habitants en 2010 à environ 1,5 millions aujourd’hui. Une série de conflits et la prolifération de milices armées terrorisant les populations rurales a conduit à un vaste mouvement migratoire vers Bukavu, capitale régionale. Le résultat ne s’est pas fait attendre : les collines et vallons de la ville ont été rapidement couverts de bidonvilles d’un dénuement extrême, où les habitations sont faites de planches pourries, humides, les toits de bâches plastifiées. Juché sur un taxi-moto qui me faisait faire le tour de la ville, je découvrais la transformation effarante de cet ancien lieu de villégiature des princes belges, qui dispose toujours sur les bords du lac Kivu d’un quartier surréaliste où la douceur du climat, la beauté du lac et la magnificence des villas pourrait vous faire croire que vous vous trouvez en Suisse, à Montreux sur les bords du Léman.

Un autre élément a particulièrement retenu mon attention pendant ce bref séjour à Bukavu : la très faible offre en produits alimentaires des marchés locaux, où l’on ne trouve quasiment que de la banane et des tubercules, et quasiment aucun légume, même les plus consommés comme les tomates, piments, oignons, etc. En questionnant les vendeuses, j’appris que la migration des populations rurales avait coupé la ville de son approvisionnement naturel en produits agricoles, les agriculteurs de la région étant devenus les habitants des bidonvilles de la ville. Désormais, les vendeuses traversent tous les matins la frontière avec le Rwanda, vont parfois jusqu’au Burundi, pour s’approvisionner en bananes et tubercules, qu’elles portent sur leur tête généralement. Les régions du Sud-Ouest du Rwanda et du Nord-Ouest du Burundi sont essentiellement des régions de production de cultures d’exportation, de thé et de café.  D’où la faible disponibilité de produits maraîchers pour le marché de Bikavu.

Cette expérience m’aura ouvert les yeux sur l’impact social déterminant de la production agricole sur la qualité de vie de communautés humaines importantes. Produire des tomates et des légumes à un prix compétitif à proximité de Bukavu pourrait non seulement apporter des revenus supplémentaires aux vendeuses locales, mais également améliorer le régime alimentaire de plus d’un million d’habitants. Et pour cela, pas besoin de faire de la charité, juste du business. A ce moment, déterminant, je me suis convaincu que j’avais un rôle à jouer à ce niveau.  

Faire de la production intensive de légumes grande consommation à destination des marchés urbains africains

DSC04247

Mon ambition est d’approvisionner en légumes frais plusieurs grandes villes africaines, à destination de consommateurs haut de gamme (consommateurs fortunés, supermarchés), moyen de gamme (restaurants et hôtels) et bas de gamme (marchés populaires). Je souhaite à la fois produire moi-même, sur de petites surfaces (entre 2 à 5 hectares) de manière intensive (production sous serre, avec semences améliorées, usage raisonné d’engrais et pesticides naturels si possible), et agglomérer autour de moi d’autres producteurs intensifs de légumes, en prenant en charge le conditionnement, stockage, labellisation et distribution. La particularité que je souhaite donner à mon entreprise est une compréhension fine des besoins de consommation des populations de ces villes, une éducation de certains consommateurs (proposition de nouveaux légumes et produits naturels – brocolis, tain, melons, etc – aux restaurateurs par exemple),  un marketing sophistiqué de mes produits et une supply chain et capacité de distribution souple et efficace. Vaste programme !

Ayant des moyens financiers relativement limités, essentiellement constitués d’économies sur mon salaire, et n’ayant pas encore d’expertise technique dans le secteur, j’ai décidé de commencer petit. Mon choix s’est rapidement arrêté sur la ville de Kigali pour commencer mon activité. C’est tout d’abord le lieu où habite ma mère, retraitée, qui a un vaste jardin qu’elle peut mettre à ma disposition gratuitement. Kigali est également une ville dynamique, de plus d’un million d’habitants, avec une forte communauté de membres de la diaspora retournés au pays ainsi que d’expatriés, entraînant de nouvelles attentes de consommation alimentaire. C’est enfin la capitale d’un pays où le climat des affaires est réputé l’un des meilleurs d’Afrique et qui connait une dynamique économique remarquable.

J’ai donc mis à profit mes vacances d’août 2014 au Rwanda pour installer une première serre de 8 mètres sur 25, achetée à la représentation rwandaise de l’entreprise Balton, dans le package du Amiran Farmer Kit, qui prévoit un accompagnement conseil de 8 mois. Le tableau ci-dessous détaille les coûts entraînés par l’achat et l’installation de cette serre, exprimé en francs rwandais et convertis en francs CFA.  Cet investissement a été entièrement financé sur fonds propres personnels.

article_manu_1Au regard des trois premiers mois d’activité et au titre des frais de fonctionnement, les principaux postes de dépenses sont les suivants :  

tableau2Nb : le salaire du jardinier n’est que partiellement pris en charge par le projet de serre à tomates, et exprimé sur 11 mois

Mon choix de culture s’est porté sur la tomate, qui est une culture simple, rapide, et un produit de grande consommation. Une entrée simplifiée pour une première maîtrise de culture maraîchère intensive puis du cycle de distribution/vente. Il faut compter entre trois à quatre mois entre le moment où l’on installe la serre et plante la semence, et le moment où les premières tomates pourront être ramassées. Une serre de 200 m² comme celle que j’ai achetée peut produire 8,8 tonnes de tomates sur une saison continue de 8 mois, soit environ 1,1 tonne par mois. Ainsi sur une surface exploitable d’1 hectare, où l’on pourrait mettre pratiquement 50 serres de 200 m², il serait théoriquement possible de produire 50,5 tonnes de tomates/mois.

la serre

Le prix du kilos de tomates est de 350 Fr Rwandais (260 F CFA) sur les marchés populaires en bonne saison (saison sècghe) et proche de 500 Fr Rwandais (378 F CFA) en mauvaise saison. Sur le segment moyen de gamme, avec des tomates plus grosses et mieux présentées, que l’on peut vendre à des restaurants, le prix moyen de la tomate est de 700 Fr Rwandais (530 F CFA), et peut aller à 1000 Fr Rwandais (757 F CFA) sur le segment haut de gamme. La qualité de ma semence de tomates devrait me permettre de viser le segment moyen de gamme. Théorique, mon business plan sur une serre de 200 m² est donc le suivant pour ma première saison : 

Revenus : 8800 kilos * 700 Fr Rwandais = 6 160 000 Fr Rw (4 665 740 FCFA)

Investissement : 3 892 000 Fr Rw (2 948 352 FCFA)

Frais de fonctionnement : 773 100 Fr Rw (602 574 FCFA)

Bénéfice : 1 494 900 Fr Rw (1 165 162 FCFA)

Si tout se passe comme sur le papier, la première saison de production devrait permettre non seulement de rentabiliser l’investissement initial, mais de générer un retour sur investissement de 32%, bien plus que ne pourrait vous proposer n’importe quelle banque ou fonds de placement. L’histoire est tellement belle sur le papier qu’elle semble improbable et qu’il me fallait la tester, l’éprouver. Il y aura sans doute des imprévus, sans doute sera-t-il compliqué d’écouler les 8800 kilos de tomates au prix de 700 Fr Rwd.  Le prochain billet devrait décrire les premiers pas dans le circuit de commercialisation et préciser si cette histoire est un conte de fée ou l’amorce d’un business model avec un grand avenir.

Emmanuel Leroueil

 


[1] : VIMARD P. & FASSASSI R., 2013, Changements Démographiques et développement durable en Afrique, L’Harmattan, Paris

 

 

 

 

Journal d’un apprenti entrepreneur

Je m’appelle Emmanuel Leroueil. Je suis consultant en stratégie et travaille actuellement au Gabon, à partir duquel j’interviens dans plusieurs autres pays africains. J’ai participé à la création il y a quelque années de Terangaweb – l’Afrique des idées. Depuis un an et demi, date d’un déménagement et du début d’une nouvelle expérience professionnelle, je n’ai plus beaucoup contribué au site et à la vie de l’association, ce que je regrette. Certains camarades me l’ont reproché à juste titre. Ma réponse était que je n’arrivais pas à concilier le « faire » et le « dire » : il m’était plus facile d’écrire et de parler de l’Afrique quand je n’y étais pas ; maintenant que j’y suis revenu, je suis absorbé par toutes les activités dans lesquelles je m’implique et n’ai quasiment plus l’énergie pour participer au débat d’idées. Ce « journal d’un apprenti entrepreneur » est ma tentative de réconciliation du « faire » et du « dire ». Je le dédie à Réassi Ouabonzi, pour son exigence constante.

 

Ma vision de l’entrepreneuriat en Afrique

Comme un certain nombre de professionnels (banquiers, consultants, avocats d’affaires), je suis régulièrement amené à étudier des business plan de grandes, moyennes, et petites entreprises. Si ma profession me conduit plus à fréquenter des entreprises matures, dont l’activité est déjà pérenne et qui font face à des problématiques de croissance, la particularité du tissu économique africain fait que la question de la création d’entreprise est centrale à toute réflexion sur le développement de filières économiques, voire d’économie-pays tout simplement.

A cela j’ajouterai que j’ai moi-même la fibre entrepreneuriale et que, pour quelqu’un qui souhaite aider à répondre aux défis que rencontre l’Afrique (créer des emplois dans le contexte de boom démographique – créer des richesses et les redistribuer), la création d’entreprises dynamiques en Afrique est une préoccupation majeure. Je me suis construit des convictions sur le sujet que je souhaite partager ici.

Conviction 1 : Mieux vaut se concentrer sur des entreprises simples, qui répondent à des besoins basiques des populations (ex : maraîchage, boulangerie, élevage de poulet, cuisine, etc.), sur des marchés qui existent déjà, et sur lesquels il est possible d'apporter une petite amélioration dans le cycle production/vente. 

Cela peut paraître relever du bon sens, et pourtant cela se distingue de deux tendances fortes que j’observe.

La première, la plus courante, est que les petits investisseurs africains privilégient quasi systématiquement des petits business connus qu’ils copient à 100% et sur lesquels ils n’apportent aucune amélioration. Exemple : s’acheter un taxi. 

 

taxi redim

Tout le monde connaît le prix d’une voiture standard pour faire un taxi (entre 2 à 3 millions F CFA achetée d’occasion au Gabon) ; tout le monde sait comment marche le business model de la taxi-industrie (on fait payer au taximan une sorte de loyer : il doit rendre tous les jours un niveau de gain fixé ; le surplus lui appartient, le déficit sera payé de sa poche). Les gains sont connus même si la rentabilité est limitée (environ 75 000 F CFA/semaine au Gabon), les risques sont relativement faibles. En dix mois, un investisseur peut rentabiliser sa mise sur un marché qui continue à absorber l’augmentation de l’offre. Cet exemple est duplicable à merci : la mode des télécentres (téléphones publics payants, dans les années 1990), puis celle des cybercafés, etc. La majorité des investissements immobiliers se rapprochent également de ce modèle. Ces petits business créent certes de la richesse supplémentaire, mais ils n’ont quasiment aucun effet d’entraînement sur le reste de l’économie (pas de hausse de productivité).

La seconde tendance, plus récente en Afrique, est celle suivie par la plupart des incubateurs de start-up, qui privilégient les entreprises sur des segments très innovants et souvent inexistants : services liés aux télécoms ou à internet, énergies renouvelables, voire création d’appareils technologiques. Certains de ces business model peuvent évidemment marcher et sont utiles à l’économie et à la société. Ils  présentent cependant beaucoup plus de risques pour le porteur de projet/investisseur : il faut souvent créer la demande, acquérir la souplesse nécessaire pour faire évoluer son produit vers une demande solvable, trouver l’équilibre économique et opérationnel qui permettra de développer l’entreprise sans toutefois pouvoir s’inspirer de quelque chose qui existe déjà…Le taux d’échec de ces jeunes pousses est logiquement très élevé.

Klab

En Afrique, il y a toujours un océan d’opportunités à saisir dans les secteurs les plus simples où une demande de consommateurs existe déjà pour qui souhaite apporter de petites améliorations à l’existant et professionnaliser son organisation, ses compétiteurs étant souvent dans l’informel, ou tout simplement sous-productifs. Pour rapidement trouver un rendement, il faut se distinguer de l’offre existante par de petites innovations. Les leviers de changement sont multiples : avoir un outil de production un peu plus performant que les autres ; avoir des circuits de distribution/vente différents et plus proches des consommateurs ; avoir une exigence qualité supérieure ; améliorer le marketing de ses produits… De petites innovations qui apportent de la valeur ajoutée aux consommateurs et, in fine, à la société. Toutefois, l’intérêt majeur de ces business est de pouvoir ensuite changer très rapidement d’échelle, et donc d’avoir un modèle réplicable facilement.

Conviction 2 : Dès le début, il convient de porter son choix d’entreprenariat sur des projets duplicables et industrialisables.

Concrètement, cela veut dire que si l’on souhaite créer une boulangerie, il faut dès le début avoir l’intention de créer un « projet pilote » avec pour objectif d’en créer ensuite deux, puis trois, puis cinq…en s’inspirant du premier business créé, de ce qui a marché et de ce qui n’a pas marché. Cette ambition est le meilleur moyen de contourner le problème d’accès au financement, déterminant pour les entrepreneurs africains (http://www.omidyar.com/insights/accelerating-entrepreneurship-africa-report). L’idéal est d’abord de commencer le pilote sur fonds propres, ce qui nécessite de privilégier des affaires où l’investissement initial n’est pas trop important et où on peut commencer petit. Les flux de revenus du pilote doivent permettre de financer en partie la seconde vague d’investissement (nécessité de business avec des cycles de revenus courts et cash-flow positif), ils doivent surtout permettre de produire les données comptables sur la pertinence du modèle économique du projet et l’historique de l’activité, qui permettront d’attirer soit des investisseurs (private equity), soit de convaincre des banquiers pour accéder au crédit.

Bien entendu, la duplication du pilote ne sera pas évidente, puisque de nouveaux problèmes peuvent se poser : comment stocker une production plus importante ? Comment distribuer une production plus importante ? Comment répliquer le modèle sur de nouveaux marchés géographiques ? Comment faire face aux risques de malversation/détournement avec des équipes autonomisées et un contrôle plus faible du créateur/investisseur ? Si les difficultés sont réelles, ce sont les écueils du chemin de la croissance pour toutes les entreprises actuelles et à venir en Afrique. Des écueils surmontables.

Fort de ces convictions, je me suis lancé moi-même dans un projet de création d’entreprise il y a un mois. Je souhaite faire de la production maraîchère  intensive sous serre, aux alentours de Kigali, au Rwanda. Ce Journal d’un apprenti entrepreneur me donnera l’occasion de partager cette expérience et les leçons pratiques que j’en tirerai avec les lecteurs qui s’intéressent à la création d’entreprise dans des pays africains. Le prochain billet détaillera l’investissement que j’ai réalisé pour ce projet, et précisera en quoi il répond aux convictions détaillées ici.

 

Emmanuel Leroueil

Three development lessons from Asia

98842212

Much has been said about the Asian “miracle”. Countries like South Korea and Taiwan had between the fifties and the sixties levels of development similar to those of Ghana and Nigeria, and the following decades the Asian “Dragons” and the “Tigers” initiate a forced march to catch up with the developed world economically. A number of analysts welcomed the “enlightened dictatorship” of Asian leaders like Lee Kwan Yew (Singapore) or Park Chung Hee (South Korea) as the decisive factor of the catching-up process. By contrast, Africa was plagued by malicious or obscurantist dictators (Bokassa, Mobutu, Idi Amin Dada, Robert Mugabe, and the list goes on) who have led the continent to its bankruptcy. Is development a question of leadership after all? This theory that is still being defended by many supporters is simplistic in many respects. It reduces politics, which is the conduct of affairs in complex societies, to a matter of individuals, ethics and good intentions…

The essay of the economist Joe Studwell, « How Asia works » should then be welcomed in more ways than one. The author gives an explanation to the success of North-eastern Asia (Japon, South Korea, China, Taiwan) and the relative failure of South Asia (Thailand, Malaysia,  Indonesia, Philippines) through three policies which are, in his view, pivotal in the development process of a Nation.

According to Joe Studwell the structural transformation of North-eastern Asia economies is the result of a recipe made of three ingredients: free the agricultural potential of a country by the redistribution of lands in order to set a rural capitalist agriculture, reinforced by an affirmative development of support services (access to inputs and loans, efficient storage and distribution infrastructures); upgrade without delay the industrial value chain with state-of-art technologies and techniques to modernize domestic industry, with a state-driven and proactive policy compelling national entrepreneurs to take part to that effort in favor of modernization and international competitiveness; to use finance as a tool in service of the achievement of the two previous objectives and overlook short-run profits, profuse in speculative activities (land rent, property speculation) to prioritize long-term objectives like  the mastering of state-of-art industrial technologies. Those lessons from Asia are in contradiction with certain dogmas conveyed by the liberal vulgate especially by pleading for a preeminent state intervention in periods of economic catching up at the expense of the invisible hand of the market, short-termist interests of shareholders of developing firms being potential barriers to structural transformation.

Joe Studwell sees structural transformation of agriculture as the first ingredient of that Asian magic formula since the agricultural sector is employing a large majority of the population in poor countries. The transition from agrarian feudal societies to modern societies generally  goes, according to Studwell, through the stage of an intensive and productive agriculture on small plots of land (market gardening, peri-urban or subsistence agriculture) conducted by rural modest landowners. It would permit to increase the productivity of the largest category of workers with an impact on the global productivity of the country´s production factors. The result will come as a first accumulation of capital by this class of rural growers which will fuel a first consumption market and permit the emergence of a more important class of entrepreneurs. This transition was made possible, in most cases, by ambitious land reforms splitting the huge fields, property of big feudal landowners (Japan, South Korea, China, Taiwan) in plots of land (3 to 5 ha) redistributed to modest growers; conversely South Asian countries such as the Philippines, Malaysia, Indonesia still have not conducted land redistribution policies: hence big landowners are living from cash crops in large plantations (sugar cane, rubber trees, oil palm) enhanced by poor farm workers, with little effect on the economy and the emergence of a rural middle-class.

The second lever of success is the industrial transformation of the economic fabric, supported by a technological upgrading and added-value production processes. Joe Studwell pointed out that in the Asian cases, state intervention is crucial_ either by the means of creating state-owned corporations (China), either through the orientation and the framing of private firms (South Korea)_ in order to encourage, protect and drive the emergence of national industrial champions. The author brilliantly illustrates what makes the strength of Asian industrializing policies, in comparison with the failures of countries like Algeria. The condition for success of industry creation policies is to implement competition between several national operators and the inescapable export of their products (evidence of competitiveness in the international markets) both conducted by North-Eastern Asia.

Governments had no hesitation in forcing mergers of least competitive firms, later integrated to more viable groups.  For instance the growth of the electronics group Huawei went through the repurchase at a discount of less-seasoned competitors specialized in other market segments, and which thrived under the shade of Huawei.

In addition, State funding granted to domestic industries are linked to performance indicators indexed to industrial operators’ ability to sell their production abroad. The recipe for success lies in protecting domestic industries in their early years but also to establish an internal and external pressure to keep only the most competitive and not support lame ducks. Joe Studwell explains that the reasons why Soviet and Indian industries failed (before the reforms of 1991) are not to be found in public ownership of capital but in the lack of both competition in domestic markets and exports.

In the financial sector, Joe Studwell advocates a strong state control. In countries with low incomes, it is essential to allocate the little available capital to two main objectives: a rural intensive agriculture and an autochthonous modernizing industry, the two keys that put North-Easter Asia on track.

The examples coming from South Asia, by contrast, illustrate the noxious effects of a liberalized financial system, in the hands of a rentier class ( major landowners and oligarchs), either belonging to world finance or driven by easy and short-term profits which do not always meet development objectives. The volatility of foreign investments which led to the 1997 Asian crisis is distinct from long-term investments of national banks. As for the banks serving oligarchic interests, they particularly funded the housing bubble and speculative activities which did very little for the structural transformation of those countries.

The 1962 decree establishing the New Bank of Korea, under the tutelage of the Minister of Finance, had made this central bank a pivotal tool in the service of real economy designed according to development objectives, without falling in the trap of unrestricted money printing like many African countries. Preferential loans granted to domestic industries depended on the international clients’ credentials national operators were due to produce to prove their competitiveness on world markets. Banks which granted loans to those operators in order to fund their pre-purchased production abroad could refinance themselves from the central bank at below-market rates. Such measures will substantially contribute to the onset of a heavy industry in South Korea, followed by a state-of-art technology industry. The competitiveness of the South Korean operators-creditors permitted the sustainability of national debt. The 1997 crisis will eventually stabilize the South Korean economic landscape by sparing only the most economically and technologically viable operators.

 « How Asia works » is an essay which rehabilitates State action in the phase of economic emergence. Although the State is crucial in the process, it does not have a central and omnipotent role; it is stronger in its position as a regulator than as an economic agent. It is expected to make the rules fair, its strength should be oriented towards efficiency to take the best of private actors in order to reach the objectives of public welfare. An Asian lesson that could inspire several African countries striving towards emergence.

 

Translated by Ndeye Mane Sall

Trois leçons venues d’Asie dont l’Afrique pourrait s’inspirer

98842212Beaucoup a été dit sur les raisons du « miracle » asiatique. Alors que dans les années 1950-1960, des pays d'Asie comme la Corée du Sud ou Taiwan avaient des niveaux de développement quasi similaires à ceux de pays africains comme le Ghana ou le Nigeria, les décennies suivantes ont vu les « dragons » puis les « tigres » asiatiques entamer à marche forcée un processus de rattrapage économique du monde développé. Un certain nombre d’analystes ont salué la « dictature éclairée » de dirigeants asiatiques comme Lee Kwan Yew (Singapour) ou Park Chung Hee (Corée du Sud) comme étant le facteur décisif de ce rattrapage. A contrario, l’Afrique aurait souffert de dictateurs malintentionnés et/ou mal-éclairés (Bokassa, Mobutu, Idi Amin Dada, Robert Mugabe, etc.) qui l’auraient conduit à sa perte. Le problème serait donc une question de leadership. Cette théorie, qui trouve encore un très grand nombre de partisans, est simpliste à plus d’un titre. Elle réduit la politique, à savoir la conduite des affaires de sociétés complexes, à une question d’individus, de morale et de bonnes intentions.

L’essai de l’économiste britannique Joe Studwell, « How Asia works », est donc à saluer à plus d’un titre. L’auteur y explique le succès des pays d’Asie du Nord-Est (Japon, Corée du Sud, Chine, Taiwan) et l’échec relatif des pays d’Asie du Sud (Thailande, Malaisie, Indonésie, Philippines) au regard de trois politiques publiques, à son sens décisives dans le processus de développement économique d’une Nation.

Selon J. Studwell la transformation structurelle des économies d’Asie du Nord-Est est le résultat d’une recette à trois ingrédients :

  • la libéralisation du potentiel agricole par la redistribution des terres de sorte à faire émerger une agriculture capitaliste rurale, soutenue par des politiques de services d’accompagnement (accès aux intrants et aux crédits, infrastructures de stockage et de distribution) ;
  • la remontée sur la chaîne de valeur industrielle par l’acquisition à marche forcée des techniques et technologies de pointe par l’industrie nationale, à travers une politique proactive de l’Etat forçant les entrepreneurs nationaux à concentrer leurs efforts dans l’acquisition de ces technologies et la compétition internationale ;
  • l’orientation de la finance pour la réalisation prioritaire des deux objectifs précédents, au détriment de profits à court termes supérieurs dans des activités spéculatives (rente foncière, spéculation immobilière) pour privilégier des objectifs de plus long terme comme la maîtrise des technologies industrielles de pointe.

Ces leçons venues d’Asie contredisent un certain nombre de dogmes véhiculés par la vulgate libérale, notamment en réaffirmant la prééminence d’une intervention étatique forte dans les phases de rattrapage économique, au détriment de la main invisible du marché, les intérêts court-termistes des détenteurs de capitaux dans les sociétés en voie de développement pouvant se révéler des entraves à la transformation structurelle.

Pour Joe Studwell, le premier ingrédient de la recette miracle asiatique est la transformation structurelle de l’agriculture, qui emploie la majorité de la population dans les pays pauvres. La transition de sociétés agraires féodales vers des sociétés modernes passe généralement, selon l’auteur, par l’étape d’une production agricole intensive sur de petites surfaces (maraîchage, culture périurbaine, agriculture vivrière), portée par une classe de petits propriétaires terriens ruraux. Cela permet d’augmenter la productivité de la catégorie la plus large des travailleurs, avec un impact fort sur la productivité globale des facteurs de production du pays. La résultante est une première accumulation de capital par cette classe de cultivateurs ruraux, qui alimente un premier marché de consommation et permet l’émergence d’une classe importante d’entrepreneurs. Cette transition a été rendue possible, dans la plupart des cas par d’ambitieuses réformes agraires redistribuant les terres des grands propriétaires terriens féodaux (Japon, Corée du Sud, Chine, Taiwan) en de petites parcelles (3 à 5 ha) distribuées au plus grand nombre ; à contrario, les pays d’Asie du Sud comme les Philippines, la Malaisie, l’Indochine, n’ont toujours pas, à ce jour, mené ces politiques de redistribution des terres. De ce fait, de grands propriétaires terriens vivent de culture de rente dans de grandes plantations (sucre, hévéa, palmier à huile) mises en valeur par des ouvriers agricoles pauvres, avec peu d’effet d’entraînement sur l’économie et en empêchant l’émergence d’une classe moyenne rurale.

Le deuxième levier du succès est la transformation industrielle du tissu économique, avec une montée en gamme technologique et une remontée sur la chaîne de valeur des processus de production. Joe Studwell remarque que dans les cas asiatiques, la main de l’Etat est déterminante – soit à travers la création de sociétés publiques (Chine), soit à travers l’orientation et l’encadrement fort des sociétés privées (Corée du Sud) – pour inciter, protéger et orienter l’émergence de champions nationaux de l’industrie. L’auteur illustre avec brio ce qui fait la force des politiques industrialisantes asiatiques, comparativement aux échecs qui ont pu être enregistrés dans des pays comme l’Algérie par exemple. La condition du succès d’une politique de création d’industrie, est la mise en concurrence de plusieurs opérateurs nationaux et l’impératif d’exporter leurs produits (signe de compétitivité sur les marchés internationaux) mis en œuvre en Asie du Nord-Est.

Dans ces pays, les Etats n’ont pas hésité à mener des opérations de fusions forcées des entreprises les moins compétitives, intégrées aux groupes les plus compétitifs. La croissance du groupe d’électronique chinois Huawei s’est ainsi caractérisée par le rachat au rabais d’une multitude de compétiteurs moins aguerris, présents sur d’autres segments de marché, et redynamisés dans le cadre de la gestion Huawei.

De même, les financements d’Etat accordés aux industries nationales sont liés à des indicateurs de performance qui suivent notamment la capacité des opérateurs industriels à écouler leur production à l’étranger, signe de leur compétitivité. Il en ressort que la recette du succès consiste certes à protéger au début son industrie nationale,  mais également à la mettre sous tension permanente, interne et externe, afin de ne soutenir que les opérateurs les plus compétitifs, et de ne pas financer des canards boiteux. Pour Joe Studwell, le facteur décisif expliquant l’échec de l’industrie soviétique ou indienne (avant les réformes de 1991), n’est pas à chercher du côté de la propriété publique des capitaux, mais du côté de l’absence de mise en concurrence sur les marchés nationaux et de focus sur les exportations (compétitivité internationale) des industries de ces pays.

Dans le secteur financier également, Joe Studwell plaide pour un contrôle fort par la puissance publique. Selon lui, dans le contexte de pays à faible ressource, il est vital d’allouer le peu de capitaux disponibles en direction des deux objectifs précédents : une agriculture rurale intensive et une industrie autochtone en dynamique de rattrapage technologique. Selon l’auteur, c’est l’alignement stratégique du système financier aux objectifs d’agriculture intensive et d’industrie nationale qui a permis le développement au rythme accéléré sans précédent de l’Asie du Nord-Est.

Les exemples d’Asie du Sud montrent par contre les effets nocifs d’un système financier libéralisé, souvent aux mains soit d’une classe rentière (les grands propriétaires terriens et les oligarques), soit de la finance mondiale, à la recherche de gains faciles et de courts termes qui ne correspondent pas toujours aux objectifs de développement. La volatilité des investissements étrangers, ayant conduit à la crise asiatique du 1997, tranche ainsi par rapport aux investissements à long termes des banques de développement nationales. Quant aux banques aux mains des oligarques, elles ont servies à financer prioritairement une bulle immobilière et des activités spéculatives de court terme qui n’ont que peu concouru à la transformation structurelle de ces pays.

how-asia-worksA contrario, le décret de 1962 instituant la New Bank of Korea, sous la tutelle du Ministère des Finances, a fait de cette banque centrale un instrument de financement de l’économie réelle aligné aux objectifs de développement du pays, sans tomber dans les travers africains de la planche à billet. En effet, les prêts préférentiels accordés aux industries nationales dépendaient de la capacité des opérateurs à produire des lettres de créance de clients internationaux, et donc à prouver leur compétitivité sur les marchés internationaux. Les banques qui prêtaient à ces opérateurs pour financer leur production préachetée à l’étranger pouvaient se refinancer quasiment à taux zéro auprès de la banque centrale. Ce type de mesure va grandement contribuer à accélérer la constitution d’une industrie lourde en Corée du Sud, suivie ensuite d’une industrie de technologie de pointe. La conditionnalité de la compétitivité des opérateurs créditeurs sud-coréens a permis d’assurer la soutenabilité de la dette nationale. La crise de 1997 finira d’assainir le paysage économique sud-coréen, en ne laissant survire que les opérateurs les plus solides économiquement et technologiquement.

« How Asia works » est un essai qui réhabilite l’action de l’Etat dans la phase d’Emergence économique. Si l’Etat y joue un rôle stratégique, il n’y joue toutefois pas un rôle centralisateur et omnipotent ; l’Etat est plus fort dans son rôle de régulateur que dans son rôle d’acteur économique. Sa force est de mettre en place des règles du jeu équitable, tournée vers l’efficacité, qui incite les acteurs privés à donner le meilleur d’eux-mêmes pour l’atteinte d’objectifs de salut publique. Une leçon venue d’Asie qui pourrait justement inspirer les nombreux Etats africains qui désirent émerger à leur tour.

Emmanuel Leroueil

2014 in the short and long run

20142014 did not start under favorable auspices for Africa. The onset of a civil war in both South Sudan and Central African Republic, an attempted coup in DRC, the institutional stalemate in Tunisia and the noxious political situation in Egypt have made the headlines of African news. In addition, there are less dramatic realities yet painfully concrete such as the climate of distrust prevailing between African citizens and their political representatives, in South Africa for instance. Unfortunately the systematic misuse of public goods and the embezzlements on an industrial scale don’t only happen in Malawi where the scandal resulted in the government resignation. A job market way too narrow and everyday more impervious to young graduates is feeding a general dissatisfaction.

The most pernicious of the multiple ills threatening Africa remains the lack of creativity and innovation. Creativity and innovation are not only the privilege of art or fiction. They ought to be the pillars of our action on our reality in its social, economic and political dimensions. So many things await to be improved, we cannot afford to merely suffer the present and accept it as is. Not only should we create alternatives to what is being thought and done today but also give ourselves the means to mobilize the resources which will bring those alternatives to life.

Many of my generation, now aged 20 -40, would rather watch instead of intervening on the broad range of problems plaguing the continent.  We indeed have no grip on the short term of Africa, the one of the great events which will be under the world’s spotlights in 2014. But we are the first makers of the medium term of Africa, the one which will define the decades to come by the middle of the twenty-first century, in 2050. Hence, we can make of 2014 a pivotal year in which we will pave the way for a brighter future.

It is a resolution to which we, at Terangaweb-l’Afrique des Idées, are firmly committed. Our main goal will be, for 2014, to make operational the think-tank that we have been incubating for several years and that we consider necessary to the public debate and the social life of our African countries.  As a reminder, when we launched the website Terangaweb.com four years ago, we wanted to create a free space for dialog, conducive to an exchange of ideas and rigorous analyses about Africa, because we thought that such spaces lacked in the Web, with most websites being news-oriented.

We even identify the same lack in the current offer of laboratories of ideas. The term ‘think-tank’, known also as ‘laboratory of ideas’ refers to an independent and a not-for-profit structure gathering experts with a view to producing studies and proposals for public policies, in order to enrich the debate and influence decision-making.

We have indeed few laboratories of ideas in sub-Saharan Africa while the need for expertise is acute for the public debate and the orientation of public policies. The two main think- tanks for French-speaking countries of sub-Saharan Africa are the CODESRIA (based in Dakar) and the CEDRES of Burkina Faso. They are very academic laboratories of ideas in social sciences, with an operating mode characteristic of the older generation of laboratories of ideas, aiming at an expert and technical audience and overlooking the general public and the diffusion of their analytic and policy briefs through the media and towards the decision-makers.

In 2014, we will keep on improving our website Terangaweb.com and fully dedicate our time and energy to achieve the ambition of a think-tank, l’Afrique des Idées, which will meet the need for an independent, creative, innovative and yet rigorous actor, which will propose solutions and mobilize itself for their implementation in fields such as youth employment, social protection, renovation of African civil services, preservation and sustainable enhancement of the environment and ecological heritage, inclusive growth and reduction of social inequalities, monetary policy of the CFA franc zones among other important issues…

That is the collective good resolution of l’Afrique des Idées, we wish to all success and the best for 2014.

 

An article by Emmanuel Leroueil, translated by Ndeye Mane Sall

2014 dans le temps court et le temps long

20142014 ne débute pas sous les meilleurs auspices pour l’Afrique. Pour ne reprendre que les titres qui font l’actualité : début de guerre civile au Sud-Soudan ; guerre civile en République Centrafricaine ; tentative de coup d’Etat en RDC ; situation institutionnelle bloquée en Tunisie ; situation politique délétère en Egypte… Et il faudrait encore citer des réalités moins visibles mais non moins réelles, comme le climat de défiance entre les citoyens et leurs représentants politiques dans nombre de pays africains, au premier rang desquels le géant Sud-africain ; la proportion quasi industrielle et systématique des détournements de biens publics dans certains pays, comme l’a illustré en fin d’année 2013 le scandale au Malawi ayant occasionné la révocation du gouvernement ; un marché de l’emploi qui reste encore trop faible et trop fermé face aux arrivées toujours plus nombreuses de jeunes diplômés. 

Mais le plus pernicieux des maux qui guettent l’Afrique est peut-être le manque de créativité et d’innovation. La créativité et l’innovation ne peuvent être l’apanage de l’art et de la fiction ; ils doivent aussi être le ciment de l’action dans notre réalité, sociale, économique et politique. Il y a tellement de choses qui pourraient marcher mieux que l’on ne peut pas se permettre de subir le présent et de l’accepter tel quel ; il faut non seulement inventer des alternatives à ce qui se fait et se pense aujourd’hui, mais se donner les moyens de mobiliser les ressources pour donner vie à ces alternatives. 

Les membres de ma génération, qui ont aujourd’hui entre 20 et 40 ans, regardent en spectateur plus ou moins concernés l’éventail des problèmes qui se succèdent sur le continent. Nous avons peu prise sur le temps court de l’Afrique, celui des grands évènements qui feront l’actualité de 2014. Mais nous sommes les premiers acteurs du temps moyen de l’Afrique, celui qui définira les décennies à venir d’ici au milieu du siècle, en 2050. A ce titre, nous pouvons faire de 2014 une année charnière où seront posés des jalons qui un jour feront date.    

C’est une résolution que nous nous appliquons à nous-mêmes à Terangaweb – l’Afrique des idées. Notre principal objectif sera, pour l’année 2014, de rendre enfin opérationnel le think-tank que nous imaginons depuis plusieurs années et que nous pensons nécessaire au débat public et à la vie de société dans nos pays africains. Pour rappel, lorsque nous avions créé le site terangaweb.com il y a quatre ans, nous voulions créer un espace gratuit de dialogue, d’échanges d’idées et d’analyses rigoureuses sur l’Afrique, parce que nous considérions que cela manquait sur le web, la plupart des sites étant surtout orientés actualité. 

Nous identifions un même manque dans l’offre actuelle de laboratoire d’idées. Le terme think-tank, ou laboratoire d’idées, désigne une structure indépendante à but non lucratif regroupant des experts produisant des études et des propositions dans le domaine des politiques publiques, afin d’enrichir le débat public et influencer la prise de décision. 

L’espace Afrique subsaharienne francophone se caractérise par un faible nombre de laboratoire d’idées, alors même que le besoin d’expertise manque considérablement à l’animation du débat public et à l’orientation des politiques publiques. Les deux principaux think-tank de l’espace Afrique subsaharienne francophone sont le CODESRIA (basé à Dakar) et le CEDRES au Burkina Faso. Il s’agit de laboratoires d’idées en sciences sociales, très académiques, qui s’inscrivent dans un mode de fonctionnement de l’ancienne génération de laboratoires d’idées, qui vise plus un public expert et académique que le grand public via la diffusion dans les médias et auprès des décideurs de notes d’analyses.

Tout en continuant à améliorer notre site internet terangaweb.com, nous comptons mobiliser notre temps et notre énergie en 2014 pour réaliser l’ambition d’un think-tank, L’Afrique des idées, qui répondrait à ce besoin d’un acteur indépendant créateur, innovant et rigoureux, qui propose des solutions et se mobilise pour leur mise en œuvre, sur des sujets comme l’emploi des jeunes, la protection sociale, la rénovation des fonctions publiques africaines, la préservation et la valorisation durable de l’environnement et du patrimoine écologique, l’inclusivité de la croissance et la réduction des inégalités sociales, la politique monétaire des zones franc CFA, entre autres sujets importants… 

Telle est donc la bonne résolution collective de l’association l’Afrique des idées. Meilleurs vœux de réussite à tous pour 2014 ! 

Emmanuel Leroueil

Le panafricanisme du réel

SAM_0960Le brassage des populations africaines est une réalité multiséculaire. Ce brassage se déroule parfois sur un mode pacifique, parfois sur un mode violent. Quoi qu’il en soit, il impulse les grandes dynamiques à l’œuvre dans l’histoire africaine par le passé, dans notre époque contemporaine et sans doute encore plus à l’avenir.  Le panafricanisme, en tant que courant de pensée, a théorisé avec plus ou moins de rigueur et de succès la nécessité et les avantages d’une union des peuples d’Afrique. Le panafricanisme s’est imposé comme une idéologie exaltante, une formidable source d’inspiration rassemblant les espoirs de millions de jeunes Africains.  Il reste à ce courant de pensée à se concrétiser en courant politique pour changer la face du continent et transformer la vie des millions de jeunes Africains d’aujourd’hui, et des milliards de demain. Il lui faut passer des discours aux actes. C'est le défi que l’époque impose à notre génération. 

De nombreuses initiatives sont à l’œuvre pour concrétiser cette ambition. Terangaweb – l’Afrique des idées en est une. D’emblée, nous avons posé la nécessité de faire dialoguer dans un même lieu de jeunes Africains d’origines et d’horizons divers. Nous pensons que de la confrontation organisée des idées naît un espace commun d’intelligence, qui porte en lui la création d’un monde nouveau. Dans l’Europe du XVI° siècle, des penseurs audacieux, qui se feront ensuite appelés Humanistes, décidèrent d’échanger par-delà les frontières physiques et culturelles. Ils constituèrent grâce aux évolutions de la technologie de l’époque, avec l’invention de l’imprimerie, une communauté d’échanges qu’ils baptisèrent La République des Lettres. Ce fut le prélude à l’une des périodes les plus fécondes de l’Occident, la Renaissance. 

Nous sommes passé du XVI° au XXI° siècle ; internet a remplacé l’imprimerie ; la scène se déroule en Afrique et non plus en Europe ; l’ambition reste toutefois la même et l’objectif n’a pas changé : la Renaissance des idées, la Renaissance politique et économique. L’Afrique des idées veut jouer le rôle de La République des Lettres, et faire face aux enjeux de son propre contexte de l’Afrique contemporaine. Nous faisons le choix du panafricanisme du réel : au-delà des discours et des déclarations d’intention, créer un réseau puissant rassemblant des Africains décidés à réfléchir ensemble et à s’unir pour changer les choses. 

Se confronter au réel n’est pas facile. Il faut sortir de sa zone de confort, faire face à des difficultés non prévues, commencer petit, lutter pour survivre, ne jamais se contenter des succès faciles, se remettre en question lorsque l’on fait des erreurs ou du sur-place, raviver la flamme des premiers moments avant que le tison de la bonne volonté ne finisse par s’évanouir, faire preuve d’imagination pour voir toujours plus grand et toujours plus haut, être pragmatique pour avancer avec les ressources dont on dispose. C’est ainsi que Terangaweb – l’Afrique des idées avance depuis trois ans maintenant. 

Nous pensons avoir franchi un cap. Notre site internet continue à gagner en audience, nous assurons la régularité de notre production tout en maintenant notre exigence de rigueur dans l'argumentation que nous nous étions fixés. C’est bien, mais cela n’est pas suffisant. Nous voulons donc nous développer rapidement sur deux axes prioritaires : renforcer notre production de publications, notre travail de recherche, nos prises de position et notre participation aux débats publics en Afrique (volet think-tank) ; renforcer notre présence territoriale en Afrique continentale, notamment dans l’espace francophone, en ouvrant autant de bureaux territoriaux que possible (volet territorial). Ces bureaux territoriaux ont vocation à devenir l'ossature de notre organisation, les lieux de rencontre physique de nos membres et de nos sympathisants, les centres d’impulsion de notre action et de nos participations militantes au sein des différentes sociétés civiles nationales d’Afrique. 

Plusieurs actions ont déjà été prises en ce sens. Sur le volet think-tank, une équipe de statisticiens animée par le responsable de notre rubrique Economie, Georges-Vivien Houngbonon, a réalisé une étude sur l’impact de la croissance dans trois pays africains (Tanzanie, Cameroun, Sénégal) sur l’évolution des revenus des ménages, afin d’estimer si la croissance est inclusive ou non. Les résultats de cette étude seront présentés à Helsinki le 20 septembre 2013 dans le cadre d’une conférence organisée par l’université des Nations Unies (UNU-WIDER) intitulée : « Croissance inclusive en Afrique : mesures, causes et conséquences ». Cette étude sur la croissance inclusive constitue une étape importante de notre histoire associative : elle nous fait officiellement rentrer dans la communauté internationale des chercheurs sur les questions africaines. 

Nous avons vocation à développer ce pôle recherche, en explorant un certain nombre d’autres questions importantes : par exemple, la valorisation des écosystèmes en Afrique (avoir une meilleure intelligence de la valeur de la préservation et de la valorisation des écosystèmes naturels africains). Nous avons noué en 2013 deux partenariats importants avec la Paris School of Economics (PSE) et avec le centre de recherche DIAL (Développement, institutions et mondialisation), une unité de recherche mixte de l’Institut de Recherche sur le Développement et de l’Université Paris-Dauphine. Nous nous ferons fort d’approfondir ces partenariats et de mobiliser des chercheurs en Afrique qui souhaiteraient collaborer sur certains sujets de recherche. Nous pensons également à nous doter d’un conseil scientifique constitué de personnalités reconnues de la recherche liée à l’Afrique, afin d’asseoir notre crédibilité et de nous aider à structurer nos efforts en ce qui concerne nos activités de recherche scientifique.

Au-delà de cet aspect recherche, nous souhaitons développer notre volet think-tank sur un ensemble d’autres activités. Nous allons publier plus régulièrement des documents rassemblant et mettant en cohérence nos articles parus sur le site. Après une première publication réalisé il y a quelques mois pour revenir sur la crise au Mali, nous allons publier sous peu un nouveau document, « L’Afrique au regard de ses romanciers », qui mettra en valeur et en cohérence la série de chroniques littéraires que nous relayons chaque semaine sur notre site. Ce document présentera notre perception du récit que portent certains romanciers sur l’Afrique contemporaine, récit qui capte une forme de vérité qui échappe bien souvent à d’autres formes de discours (journalistique, académique, économique, etc.). Nous espérons pouvoir publier beaucoup plus régulièrement que par le passé ce type de documents, qui seront en lecture libre sur notre site. 

Enfin, un vrai think-tank est un groupe qui avance dans le débat public des propositions concrètes visant à améliorer la vie de la cité. Nous souhaitons donc nous ancrer dans les différents espaces publics africains pour avancer nos propositions, les médiatiser, faire le travail de pédagogie qui s’impose pour les faire avancer et les conduire à la mise en œuvre. Nous devons pour cela être plus présents en Afrique, mieux organisés, et plus proactifs. 

equipe DakarC’est dans cette perspective que s’est inscrite le lancement des activités de notre bureau Terangaweb – l’Afrique des idées à Dakar, animé par Hamidou Anne et porté par une quinzaine de bénévoles dynamiques.  Un premier rendez-vous avec le public dakarois s’est tenu le 27 avril 2013 à l’Université Cheikh Anta Diop. Le bureau de Dakar initiera à partir du 7 septembre un nouveau concept de rencontres, les Terangaweb talk, dont le principe est d’inviter une personne qui présente en 10 mn chrono une idée qui pourrait aider à faire évoluer les choses en Afrique.  

Nous prospectons actuellement pour ouvrir d’ici à la fin de l’année des bureaux Terangaweb à Cotonou, à Casablanca et à Lomé, dans un premier temps. Le but de ces bureaux, outre de créer une communauté physique de membres et de sympathisants du projet et des actions de Terangaweb – l’Afrique des idées, sera de porter dans chacun de ces espaces le combat des idées que nous promouvons. Qu’il le soit répété ici de nouveau : nous ne cherchons pas le consensus autour de certaines idées prédéfinies ; notre but n’est pas de convertir, nous voulons faire réfléchir les gens, les stimuler, les questionner, les amener à sortir des sentiers battus de la pensée et à agir de manière audacieuse. 

Nous sommes un certain nombre à penser que Terangaweb – l’Afrique des idées n’en est encore qu’à ses tout débuts, et que les plus belles pages restent encore à être écrites. Mon souhait est que de nombreux lecteurs traversent le miroir et rejoignent le bateau pour prendre leur part de l’aventure collective. 

Emmanuel Leroueil

Directeur éditorial de Terangaweb – l'Afrique des idées

 

PS : si vous souhaitez prendre part au projet Terangaweb – l'Afrique des idées, merci de vous manifester via notre page contact.