Agenda pour une réforme du franc CFA

Alors que le débat repart de plus belle sur le franc CFA, L’Afrique des Idées anticipe et propose un agenda pour réformer la zone monétaire, privilégiant les arguments économiques et sociaux qui renforcent la nécessité d’envisager un avenir autre que le statu quo actuel.

L’avenir de la monnaie commune de la zone Franc fait l’objet de débat dont les termes recoupent la présence prédominante de la France, les performances de stabilisation de l’inflation par la politique monétaire, la souveraineté monétaire et la contribution de la politique monétaire à la croissance économique.
L’intégralité du rapport est à lire ici.

Loss of competitiveness in the Waemu: do not blame just the CFA

waemuTwo very different monetary zones, yet linked through currency

There are three “Franc zones” stemming from colonization and sharing one (though not interchangeable) currency, the CFA Franc: the WAEMU (West African Economic and Monetary Union), the CEMAC (Economic and Monetary Community of Central Africa, or EMCCA) and the Union of the Comoros. This currency has evolved in a fixed parity regime with the French Franc from 1959 (1981 for the Comoros) to 1999 before being pegged to the Euro.

This fixed parity aimed at ensuring macroeconomic stability, reducing risks of exchange rate crises, importing policy credibility and promoting intra-zone trade. It was deemed adequate given that the Eurozone is the main trading partner. Nevertheless, both monetary areas are not only suboptimal with regard to Mundell’s criteria, but are also very different from one another, as the Eurozone consists of industrialized countries and the CFA Franc is used in low-income economies. This potentially induces incompatibility of monetary policies, and therefore an inadequate policy stance in the Franc zone. The inflation target in the eurozone is 2 percent, acceptable for a group of industrialized economies, but less desirable for the Franc zone whose target of 3 percent is costly in terms of growth. Studies have clearly shown that inflation levels of developing countries between 7% and 11% stimulate production, against 2% to 3% in developed economies. However, the main goal of the three Franc zone central banks is to fight inflation with tools adapted to an inflation of monetary causes in a zone where real factors dominate: climate hazards impacting countries still very reliant on agriculture, an increase in energy prices (notably oil) and inflation imported from the Eurozone. Despite these factors, they maintain the 3% target while trying to support local economic activity.

The immediate explanation of currency overvaluation

A common challenge to all monetary zones is convergence among its economies. In the Eurozone, this convergence is still a slow on-going process—marked by diverging competitiveness, labor market trends, and external balances.[i] Within the Franc zone, a few groups of countries emerge. CEMAC economies experience trade surpluses thanks to oil exports. This similarity of production structures allows for a convergence of CEMAC members’ external trade, measured by the standard deviation of their current accounts weighted by their real GDP.[ii] In the WAEMU, Côte d’Ivoire (the largest economy) displays significant trade surpluses while other countries experience deficits, such as Senegal, often considered another WAEMU economic power.

Critics estimate that the strong level of the Euro against the US dollar is responsible for an overvalued CFA Franc that penalizes the zone’s export competitiveness. The question is whether this loss of competitiveness is simply due to the CFA Franc level, or whether other factors can be identified.

Economies with little diversification and very exposed to international competition

WAEMU global competitiveness, measured by the real effective exchange rate, has deteriorated over the 2002 – 2011 period by about 5 percent according to the BCEAO. In 2012, it improved with a decrease of 3% of the real effective exchange rate and inflation lower than its partners’. WAEMU countries are mainly commodity exporters. Between 2000 and 2004, oil, cotton, cacao, gold and precious metals represented 50% of exports and rose to 60% in the 2005 – 2011 period. In 2012, these countries recorded increasing export rates, due to the dynamism of extractive industries, with the exception of Senegal and Guinea-Bissau that lost respectively 0.2% and 1.4% in 2012 compared to 2011. The zone as a whole gained 2.1% over the period 2002 – 2011 and an additional 1.1% in 2012. On the other hand, the penetration rate for foreign enterprises progressed by 1.2% between 2001 and 2011, and an additional 3.8% from 2011 to 2012, which translates into a decrease of domestic companies’ market share, and thus a net loss of competitiveness. At the level of individual countries, foreign penetration rates increased by 11.3% in Burkina Faso between 2001 – 2011, 14.7% in Niger and 8.7% in Togo.[iii] In addition, imports are generally finished equipment and consumption products with a strong added value. Individual countries’ deficits suggest that imports outweigh competitiveness gains.

High costs of factors of production and an unfavorable business climate

Over the period 2001 – 2011, the steady increase in world oil prices strongly disadvantaged local producers. This caused a generalized price increase in oil products within the WAEMU and therefore a cumulated growth of energy prices of 33.4% in Côte d’Ivoire and 91.5% in Senegal over the same period, the weakest prices being in Benin. Different price levels among countries are chiefly due to differing tax levels. Electricity and transportation costs have equally risen. Fuel oil, used as intermediate consumption in thermal electricity production, leading to an increase of electricity rates of an approximate average of 100 FCFA.

Labor and financing costs also rose substantially. While remaining stable in Côte d’Ivoire and Senegal, minimum interprofessional wages went up by 26.5% in Benin, 50% in Niger and even 103.5% in Togo. Higher costs of factors of production have strongly deteriorated local companies’ competitiveness.

The unfavorable business climate to these higher costs. The World Bank’s 2014 Doing Business ranking, based upon the ease of doing business in a country, issues a severe judgment for the WAEMU and the Franc zone generally. First among these countries, Burkina Faso is ranked 154th, just before Mali (155th) and Togo (157th). Côte d’Ivoire, the regional export champion, is only 167th, Senegal 178th and the Central African Republic and Chad come last, respectively 188th and 189th.

What policies for the future? Budgetary rigor, economic diversification and… federalism ?

Competitiveness could be restored with budgetary restraint measures aiming at minimizing situations of twin deficits in the long run. This may be difficult to conciliate with economic development imperatives, and may come at a cost for public as well as private investment, in countries that have paid the costs of structural adjustments in the past. More reforms at the regional level will be needed to ensure convergence among economies. As mentioned before and alike the Eurozone, the WAEMU is far from being an optimal currency area due to its exposure to idiosyncratic shocks and low mobility of capital and labour. The BCEAO has admittedly decided to reduce banking transaction costs in the whole zone, but federalism is certainly not underway. The WAEMU has undertaken a number of initiatives in favour of greater market integration in labour, agricultural and manufactured goods, energy and oil products, but in the end decisions are still taken at the national level, thus perpetuating an intra-zone segmentation that limits the competitiveness of local companies and delays convergence among countries. But dismantling trade barriers, especially non-tariff ones, would improve efficiency of investments as well as circulation of talents, knowledge and goods. This integration, coupled with efforts in broadening the tax base (an IMF recommendation for the EU also applicable to the WAEMU), could provide local political and economic institutions with greater means to finally stimulate the emergence of a real common industrial setting and diversify their economies in order to improve resilience to idiosyncratic shocks. This seems all the more desirable as the openness of local economies weakens local enterprises, very exposed to international competition, yet still lacking the capacities to produce needed equipment goods. Finally, even if the fixed pegging to the Euro remains an important factor of stability and credibility given the weaknesses of African economies and their persistently strong ties with the Eurozone, the question of abandoning this monetary regime may be raised more seriously in the nearby future, especially in view of increasing trade relations with Asia, and China in particular.

Koffi Zougbede and Victor Valido Vilela


[i] (OCDE, estimations Coe-Rexecode, D. Ordonez, 2013)

[ii] Lessoua, Albert & Sokic, Alexandre, “Union monétaire et compétitivité comparée : les cas de la zone euro et de la zone CFA”, Bulletin de l’Observatoire des politiques économiques en Europe, 2012

[iii] Rapport sur la compétitivité des économies de l’UEMOA en 2001-2011 et 2012

S’engager pour l’Afrique : Entretien avec Khaled Igue, Président du Club 2030 Afrique

C2030Khaled IGUE est originaire du Bénin, président du think tank Club 2030 Afrique et Manager chez Eurogroup Consulting France. Ingénieur Civil de formation, diplômé en sciences économiques de l’université de Paris I, et titulaire d’un master en affaires publiques – potentiel Afrique – de Sciences Po Paris, Khaled IGUE est un spécialiste des questions énergétiques, industrielles et économiques. Il intervient auprès des institutions et des gouvernements africains pour l’élaboration de modèles structurants pour l’émergence économique et sociale sur le continent.

Dans cet entretien, il nous parle de son engagement en faveur de l'Afrique par le biais du think tank Club 2030 Afrique dont il est le fondateur. Plus particulièrement, il nous présente les thématiques phares sur lesquelles travaille son think tank dont  la crise énergétique en Afrique, la mise en place d’une monnaie unique en Afrique de l’Ouest, ainsi que la question de l’adéquation des institutions politiques africaines aux contextes locaux.

En tant que jeune, qu'est ce qui a motivé votre engagement pour l'Afrique ?

Tout est parti d'un questionnement, entre amis, sur l'avenir de l'Afrique. Nous nous demandions à quoi ressemblera le continent dans les trente, voire les cinquante prochaines années ? Quel modèle économique devrait convenir au développement de ses Etats ? Quel système de gouvernement garantirait la paix, la stabilité et le développement économique dans les nations africaines ? L’un des constats que nous avons fait en définitive est que la jeunesse africaine est pour l’instant absente du débat intellectuel sur le développement de l'Afrique.

Afro-optimiste convaincu je n’en demeure pas moins réaliste, l’Afrique est à un tournant de son histoire. Si tous les feux sont au vert, les défis à relever restent conséquents. Or c’est la mobilisation mais surtout la bonne coordination de toutes les forces, dynamisme, et compétences disponibles qui permettront à l’Afrique de se distinguer dans les trente prochaines années.

C’est en partant de ce constat qu’est née la volonté de créer le think tank Club 2030 Afrique pour offrir un cadre de réflexion et d'action qui permettra de mettre au service de tous et surtout de chacun les énergies et expertises de cette jeunesse africaine.

logoC2030Pourriez-vous nous présenter un peu plus le Club 2030 Afrique ?

Le Think Tank « Club 2030 Afrique» est une organisation à but non lucratif, créée en 2012 avec l’ambition d’accompagner les pays africains dans leur processus d’émergence. Il souhaite s’engager auprès des décideurs et du grand public en structurant son action autour de 3 piliers : Informer, Débattre et Agir.

Trois sujets prioritaires rythment l’agenda des travaux de Club 2030 Afrique. Tout d’abord, alors que le sujet de la transition énergétique est sur toutes les lèvres, la question de l’énergie et de ses enjeux sur le continent africain constitue une des préoccupations majeures du think tank. A cet effet nous avons organisé en février 2015 une conférence sur « Les différentes solutions à la problématique de l’Energie en Afrique : quels sont les défis géopolitiques, juridiques, économiques et humains ? ». Ensuite, nous réfléchissons également sur l'avenir du franc CFA et la mise en place d’une monnaie unique en Afrique de l’Ouest à horizon 2020. Enfin, le Club réfléchit par ailleurs sur la nature des institutions démocratiques adaptées aux Etats Africains.

Sur la question de l'accès à l'énergie, quels ont été les fruits de vos réflexions ?

D'abord, nos analyses nous ont permis d'identifier deux obstacles majeurs à l'accès à l'énergie en Afrique. D'une part, la taille des marchés nationaux est parfois trop petite pour permettre une rentabilité intéressante aux investissements dans des infrastructures énergétiques très coûteux. Par exemple le Bénin et le Togo ont constitué dans les années 1960 une communauté électrique commune (CEB) pour répondre plus efficacement à la demande en énergie de leur population. L’idée étant justement de créer un marché beaucoup plus attractif et d’optimiser les coûts de production..

Toutefois, cet exemple ne s'applique pas au Nigéria puisqu'il dispose de la matière première et d'un vaste marché pour rentabiliser sa production énergétique. Dès lors, c'est aussi la faiblesse, voire l'absence d'un cadre réglementaire incitatif aux investissements privés qui peut être un obstacle à l'accès à l'énergie. Le but d'un tel cadre réglementaire est de sécuriser les investissements privés, car les financements existent. Il faut donc des cadres réglementaires qui définissent clairement les conditions de rachat de l'énergie par l'Etat, les modalités de mise en place de partenariats public privé et réduire les délais de démarrage des nouveaux projets d'investissements privés.

Une fois que ces obstacles sont levés, il faudra promouvoir le mix énergétique en se reposant sur les potentiels de chaque localité. Pour reprendre l'exemple du Bénin, les régions du Nord sont assez propices au déploiement de la biomasse en utilisant les résidus de l’égrenage du coton (tiges de coton) ; alors que le Sud est propice au déploiement d'éoliennes compte tenu de la proximité avec la mer. L'avantage du mix énergétique est qu'il permet de limiter les coûts de transport de l'énergie.

Enfin, la question de l'interconnexion physique des réseaux nationaux est centrale pour équilibrer la production de l'énergie dans des espaces communautaires comme la CEDEAO. A chaque période de l'année, certains pays bénéficient d'un ensoleillement alors que d'autres ont un potentiel hydraulique élevé. Il en est de même pour le gaz et le vent. La mise en place d'un marché régional de l'énergie soutenu par l'interconnexion physique des réseaux nationaux permettra d'échanger des flux d'énergie en temps réel et ainsi optimiser les coûts de production de l'énergie. Cependant, l'opérationnalisation de cette approche nécessite la mise en place de régulateurs nationaux et d'un régulateur régional. Actuellement, nous en sommes encore loin, mais c'est bien le chemin à emprunter.

Qu'en est-il de la monnaie unique de la CEDEAO, quelle est l'état de vos réflexions sur le sujet ?

Nous partons du principe que la maîtrise de la monnaie est essentielle à la gestion de l'économie d'un pays. C'est d'ailleurs l'une des raisons pour laquelle le Ghana et le Nigéria tiennent à leurs monnaies nationales. Aujourd'hui, les Etats de l'UEMOA partagent le franc CFA comme monnaie unique.  Cependant, ils ont peu de pouvoir sur leur politique monétaire puisque la parité fixe de la monnaie unique est garantie par la Banque de France en contrepartie d'un solde qui lui est versé chaque année sur les exportations. Ce transfert de devises à la Banque de France laisse peu de marge de manœuvre aux Etats de l'UEMOA pour utiliser les fonds disponibles à des fins de développement.

Dans ce contexte, la création d'une monnaie unique de la CEDEAO serait une opportunité de rapatrier les devises pour qu’elles soient utilisées pour financer des infrastructures de développement. Toutefois, la création de cette monnaie a déjà été reportée à maintes reprises ; la prochaine échéance étant fixée en 2020. La question que nous nous posons est de savoir si cette nouvelle échéance sera enfin respectée. Tout semble indiquer qu'il sera difficile de la tenir car une monnaie unique requiert une convergence économique des économies qui y participent. Pour l'instant il est difficile de croire qu'un pays comme le Nigéria, première exportatrice de pétrole puisse intégrer cette union monétaire sans avoir des répercussions sur les économies des autres pays. Les chocs externes qui affecteront le cours du pétrole par exemple, risqueront de détériorer les exportations des autres pays, notamment ceux qui dépendent de matière première agricole, comme le coton, le café et le cacao. Notre objectif est de faire de la transparence sur les défis inhérents à la création de cette monnaie unique et nous comptons organiser une conférence sur le sujet cette année.

Enfin, quelles sont vos positions sur les institutions démocratiques en Afrique ?

Sur ce sujet aussi, nous partons de l'observation que les systèmes politiques appropriés dépendent des contextes économiques, démographiques et géographiques. Dès lors, chaque pays africain a besoin d'inventer ou de réinventer un modèle de gouvernement adapté à sa société. Notre travail consiste à identifier les modèles les plus adaptés en allant recueillir des informations auprès des populations sur leurs préférences. Ensuite, nous confions à un groupe d'analystes la tâche de produire un document qui servira de base à notre plaidoyer auprès des gouvernements en vue de nouvelles républiques en Afrique. Une idée qui revient souvent est celle d’un mandat unique à sept ans.

Quel sera votre mot de fin ?

Je remercie L'Afrique des Idées pour avoir donné la possibilité à Club 2030 Afrique d’exprimer sa vision et son engagement pour le développement du continent africain. A l'endroit de tous les acteurs impliqués dans la mise en œuvre des politiques de développement en Afrique, je formule le vœu qu'ils soient davantage à l'écoute des think tanks africains. Enfin, mon souhait est que nous intégrons davantage l'action au processus de réflexion afin de concrétiser nos propositions.

Propos recueillis par Georges Vivien Houngbonon

Perte de compétitivité dans l’UEMOA : faut-il continuer de remettre en cause le franc CFA ?

Deux zones monétaires très différentes, mais toujours liées par la même la monnaie  

L’UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine), la CEMAC (Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale) et l’Union des Comores sont trois zones franc issues de la colonisation qui ont la même devise en commun (quoiqu’elle n’est pas interchangeable), le franc CFA. Cette monnaie a évolué dans un régime de parité  fixe avec le Franc français de 1959 (1981 pour les Comores) à 1999 avant d’être ancrée à l’Euro.

Cette parité fixe visait à assurer la stabilité macroéconomique, réduire les risques de crise du taux de change, importer la crédibilité de la politique et promouvoir le commerce intra-zone. Elle a été jugée adéquate étant donné que la zone euro est le principal partenaire commercial. Néanmoins, les deux zones monétaires ne sont pas seulement sous-optimales au regard des critères de Mundell mais elles sont aussi très différentes les unes des autres, vu que la zone euro est composée de pays industrialisés et le Franc CFA est utilisé dans les économies à faible revenu. Ceci induit potentiellement une incompatibilité des politiques monétaires et donc une politique inadéquate dans la zone franc. Le taux d'inflation cible dans la zone euro est de 2 %, ce qui est acceptable pour un groupe de pays industrialisés mais moins souhaitable pour la zone franc dont le taux d'inflation cible de 3 %. Cela est coûteux en termes de croissance. Des études ont clairement montré que le taux d’inflation dans les pays en développement, entre 7% et 11%, stimule la production. Les pays développés ont, quant à eux, ont un taux d’inflation de 2% à 3%. Toutefois, le principal objectif des banques centrales des trois zones Franc est de lutter contre l'inflation avec des outils adaptés dans une zone où les facteurs réels dominants sont: les aléas climatiques impactant les pays encore très tributaires de l'agriculture, l’augmentation de prix de l'énergie (notamment le pétrole) et l'inflation importée de la zone euro. Malgré ces facteurs, ils maintiennent l'objectif de 3% tout en essayant de soutenir l'activité économique locale.

L'explication immédiate de la surévaluation de la monnaie

Un défi commun à toutes les zones monétaires est la convergence de ses économies. Dans la zone euro, cette convergence est encore un processus lent et continu marqué par la compétitivité divergente, les tendances du marché du travail et les balances commerciales extérieurs [i]. Dans la zone franc, quelques groupes de pays émergent. Les économies de la CEMAC connaissent des excédents commerciaux grâce aux exportations de pétrole. Cette similitude des structures de production permet une convergence du commerce extérieur de membres de la CEMAC, mesurée par l'écart-type de leurs comptes courants pondérés par leur PIB réel. [ii]Dans l'UEMOA, la Côte d'Ivoire (la plus grande économie) affiche un important excédent commercial tandis que d'autres pays connaissent des déficits, comme le Sénégal qui est souvent considéré comme une autre puissance économique de l'UEMOA.

Les critiques faites estiment que le niveau élevé de l'euro par rapport au dollar américain est responsable de la surévaluation du franc CFA, ce qui pénalise la compétitivité en matière d’exportations de la zone. La question est de savoir si cette perte de compétitivité est tout simplement due à la valeur du Franc CFA ou si d'autres facteurs responsables peuvent être identifiés.

Des économies peu diversifiées et très exposées à la concurrence internationale

La compétitivité globale de l'UEMOA, mesurée par le taux de change effectif réel, s’est détériorée de 2002 à 2011 d'environ 5 % selon la BCEAO. En 2012, elle s’est améliorée avec une baisse de 3% du taux de change effectif réel et une inflation plus faible que ses partenaires. Les pays de l'UEMOA sont principalement exportateurs de matières premières. Entre 2000 et 2004, le pétrole, le coton, le cacao, l'or et les métaux précieux ont représenté 50% des exportations et 60% de 2005 à 2011. En 2012, ces pays ont enregistré une augmentation du taux d'exportation grâce au dynamisme des industries extractives, à l'exception du Sénégal et de la Guinée-Bissau qui ont  perdu respectivement 0,2% et 1,4% en 2012 par rapport à 2011. La zone dans son ensemble a atteint 2,1% de croissance sur la de 2002 à 2011 et une croissance supplémentaire de 1,1% en 2012. D'autre part, le taux de pénétration des entreprises étrangères a progressé de 1,2% entre 2001 et 2011 et de 3,8% de 2011 à 2012 ; ce qui s’est traduit par une diminution de la part de marché des entreprises nationales et donc une perte nette de compétitivité. A l’échelle des pays, les taux de pénétration étrangère ont augmenté de 11,3% au Burkina Faso entre 2001 à 2011, de 14,7% au Niger et de 8,7% au Togo [iii]. En outre, les importations concernent généralement les produits finis et de consommation à forte valeur ajoutée. Les déficits des pays, considérés individuellement, suggèrent que les importations sont supérieures aux gains de compétitivité.

Des coûts de production élevés et un climat d’affaires défavorable

De 2001 à 2011, l'augmentation constante des prix du pétrole à l’échelle mondiale a fortement défavorisé les producteurs locaux. Cela a provoqué une augmentation généralisée des prix des produits pétroliers au sein de l'UEMOA et donc une croissance cumulée du prix de l'énergie de 33,4% en Côte d'Ivoire et de 91,5% au Sénégal sur la même période. Les prix les plus faibles ont été relevés au Bénin. La différence de prix entre les pays est  principalement due  aux niveaux d'imposition différents. L'électricité et les coûts de transport ont également augmenté. Le mazout, utilisé comme produit intermédiaire dans la production d'électricité thermique, a conduit à une augmentation moyenne approximative du coût de l'électricité de 100 FCFA.

Les coûts de main d’œuvre et de financement ont aussi beaucoup augmenté, sauf en Côte d’Ivoire et au Sénégal. Les salaires interprofessionnels minimum ont atteint 26,5% au Bénin, 50% au Niger et même 103,5 % au Niger. Les coûts de production élevés ont fortement dégradé la compétitivité des entreprises locales.

Le climat des affaires devient défavorable à ces coûts plus élevés. Le classement « Doing Business »  de la Banque mondiale sur l’année 2014, qui se fonde sur la facilité de la pratique d’affaires dans un pays, a émis un jugement sévère à l’égard de l'UEMOA et la zone franc en général. Parmi ces pays, le Burkina Faso est classé à la 154è place, juste avant Mali (155è) et le Togo (157è). La Côte d'Ivoire, le champion régional d'exportation, n’occupe que la 167è place et le Sénégal la 178è. La République Centrafricaine et le Tchad viennent en dernier, respectivement 188è et 189è.

Quelles politiques pour l'avenir? La rigueur budgétaire, la diversification économique et … le fédéralisme?

La compétitivité pourrait être rétablie par des mesures de restriction budgétaire visant à minimiser les situations de double déficit dans le long terme. Cela peut être difficile à  concilier avec les impératifs de développement économique et peut générer un coût pour le transport ainsi que l'investissement privé dans les pays qui ont financé les ajustements structurels dans le passé. Plus de réformes au niveau régional seront nécessaires pour assurer la convergence des économies. Comme mentionné précédemment, à l’image de la zone euro, l'UEMOA est loin d'être une zone monétaire optimale en raison de son exposition aux chocs idiosyncrasiques et la faible mobilité du capital et du travail. La BCEAO a certes décidé de réduire les coûts de transaction bancaire dans toute la zone mais le fédéralisme n’est certainement pas entamé. L'UEMOA a entrepris un certain nombre d'initiatives en faveur d'une plus grande intégration du marché du travail, des produits agricoles et manufacturés, de l'énergie et des produits pétroliers, mais au final, les décisions sont toujours prises au niveau national perpétuant ainsi une segmentation intra-zone qui limite la compétitivité des entreprises locales et retarde la convergence des pays. Toutefois, le démantèlement des barrières commerciales, en particulier non-tarifaires, permettrait d'améliorer l'efficacité des investissements ainsi que la circulation des talents, des connaissances et des biens. Cette intégration, associée à des efforts pour l’élargissement de  la base d'imposition (la recommandation du FMI pour l'UE s’applique également à l'UEMOA), pourrait fournir aux institutions politiques et économiques locales davantage de moyens pour, enfin, stimuler l'émergence d'un milieu industriel commun réel et diversifier leurs économies afin d'améliorer la résistance aux chocs idiosyncrasiques. Cela semble d'autant plus souhaitable que l'ouverture des économies locales affaiblit les entreprises locales très exposées à la concurrence internationale. Mais il manque encore les capacités nécessaires pour produire des biens d'équipement. Enfin, même si l'ancrage fixe à l'euro reste un facteur important de la stabilité et de la crédibilité étant donné les faiblesses des économies africaines et leurs liens étroits avec  la zone euro, la question de l'abandon de ce régime monétaire peut être soulevée plus sérieusement  dans l'avenir proche, en particulier dans l’optique d'accroître les relations commerciales avec l'Asie et la Chine en particulier.

Traduit par Koriangbè Camara

[i] (OCDE, estimations Coe-Rexecode, D. Ordonez, 2013)

[ii] Lessoua, Albert & Sokic, Alexandre, “Union monétaire et compétitivité comparée : les cas de la zone euro et de la zone CFA”, Bulletin de l’Observatoire des politiques économiques en Europe, 2012

[iii] Rapport sur la compétitivité des économies de l’UEMOA en 2001-2011 et 2012

Comment pérénniser la nouvelle embellie économique africaine ? (I) : Agir sur la monnaie

L'Afrique se trouve pour la première fois en passe de changer son rôle dans l'économie mondiale et d'améliorer réellement le sort de ses habitants. Les taux de croissance que connaît le continent depuis près d'une décennie et son attractivité retrouvée sur les marchés internationaux sont autant de raisons d'espérer. S'y ajoutent les progrès réalisés en termes de gouvernance et de gestion des ressources naturelles. Pourtant, les signes de fragilité persistent. Des réformes doivent encore être mises en oeuvre pour consolider cette croissance. Dans cette suite d'arguments, l'économiste Sénégalais Sanou Mbaye revient sur quelques unes de ces réformes. La première : améliorer les politiques monétaires sur le continent, lui redonner son indépendance monétaire.


Pour la première fois, depuis un demi-siècle, l’Afrique est en passe de célébrer  un renversement des rôles. Le continent est le deuxième moteur de la croissance économique mondiale après l’Asie. Depuis 2000, les pays d’Afrique subsaharienne ont connu une croissance moyenne située entre 5 % et 7 %. Durant la récession mondiale de 2009, l’Afrique et l’Asie ont été les deux seules régions du globe où le produit national brut (PNB) s’est accru. En 2010, le continent est le deuxième moteur de la croissance économique mondiale après l’Asie.

Parmi les principaux facteurs derrière le renouveau du paysage africain on peut compter : les investissements directs étrangers (IDE), les transferts des émigrés, l’aide publique au développement (APD),  l’entrée en scène des pays émergents  et l’urbanisation alimentée et énergisée par l’émergence d’une classe moyenne et l’éclosion de la jeunesse. Le potentiel agricole et environnemental africain et un cadre politique progressivement démocratique sont également des réserves de croissance.

Consolider les acquis

0820_moodys-sp-fitch_380x278Pour mobiliser les fonds nécessaires aux  investissements massifs requis particulièrement dans l’agriculture, l’énergie et les infrastructures, les gouvernements africains, les sociétés publiques et privées auront  recours de plus en plus aux  emprunts sur les marchés des capitaux nationaux, régionaux et internationaux. La vingtaine de bourses africaines existantes ne pèsent au total que 2% dans la capitalisation boursière mondiale. Mais, fusionnées en une seule, elles se placeraient au quinzième rang mondial.

Plusieurs pays ont désormais reçu le sésame qui leur donne accès aux marchés financiers : le « rating » ou la notation financière qui leur a été attribuée par les agences de « rating ». Cette note s’est révélée, dans la plupart des cas, supérieure ou égale à celle de nations aussi industrialisées que la Turquie, le Brésil ou l’Argentine.

Il est admis qu’en mettant exclusivement l’accent sur la rentabilité et le profit, les investissements financés par des fonds privés encouragent les transferts de technologie et de compétence et favorisent la productivité et la compétitivité. La meilleure façon pour l’Afrique d’en tirer parti pour financer son vaste programme d’investissement sera  de continuer à renforcer ses systèmes bancaires, de développer ses marchés de capitaux et de mettre en place un cadre réglementaire approprié et un code d’investissement attractif. L’objectif doit être de faire que les flux de capitaux privés qui représentent actuellement 5% de ressources extérieures nécessaires aux pays africains passent au moins à 70%  dans l’avenir.

Endettement public et fuite des capitaux

Mais tout désirable que puisse être l’accroissement des flux financiers en direction du continent, il serait bon d’en orienter le débit pour financer en priorité des investissements productifs à moyen et long terme et non des placements spéculatifs à court terme. En effet, il ne sert à rien de mobiliser des ressources si c’est pour les voir s’exiler après s’être fructifiées. La CNUCED estime à 400 milliards de dollars le montant de la fuite des capitaux d’Afrique depuis les années 1970. La fuite des capitaux africains trouve ses origines dans le paiement des intérêts et de l’amortissement des dettes de l’APD; dans l’adjudication à des firmes étrangères de la quasi-totalité des contrats financés par ces dettes ; dans l’exemption de droits de douane, de taxes et d’impôts dont jouissent les biens et services financés par les Institutions financières internationales ; dans la détérioration des termes de l’échange (le différentiel entre les prix des biens manufacturés importés par les pays de la région et ceux des matières premières exportées par ces mêmes pays) ; dans les opérations spéculatives ; le libre transfert des profits réalisés sur place ; les réserves de change bloquées sur des comptes à l’étranger ; dans la propension des élites à exiler leurs capitaux et dans le détournement des recettes d’exportation, particulièrement celles du pétrole et les prébendes. Selon les estimations de la Banque Mondiale, entre 20 et 40 milliards de dollars placés sur des comptes en France, en Suisse, au Royaume-Uni ou dans différents paradis fiscaux proviennent des pots-de-vin payés à des dirigeants corrompus de pays pauvres, notamment ceux d’Afrique.

La priorité doit donc être donnée à la mise en place de politiques de contrôle de change pour favoriser l’investissement productif, juguler les opérations spéculatives et freiner la fuite des capitaux. Pour ce faire, il s’agira de renverser les mesures initiales de dérégulation et de libéralisation auxquelles les économies africaines ont été assujetties depuis des décennies à travers les programmes d’ajustement structurel des institutions de Bretton Woods – Fmi et Banque mondiale. Les Etats doivent recouvrer la pleine jouissance de leur rôle de planificateur et de régulateur du processus de transformation et de modernisation de leurs économies 6. Il s’agira notamment d’adopter des taux de change réalistes de manière à se constituer une ligne de défense dans la « guerre des monnaies » que se livrent les grands pays industrialisés à l’instar des Etats-Unis et des pays européens, et ceux en processus d’industrialisation accélérée comme le Brésil, la Chine ou la Corée du sud par exemple. Ils s’évertuent tous à intervenir sur le marché des changes pour maintenir au plus bas le niveau de leurs taux de change afin d’accroitre leurs échanges extérieurs et de revigorer la croissance de leurs économies.

Les parités irréalistes de taux de change

A cet égard, il fFranc_CFA_billet_3audrait éviter des parités irréalistes de taux de change. Ce problème est particulièrement d’actualité dans les pays de la Zone Franc qui ont le franc CFA comme monnaie commune. La politique de change de cette monnaie est du ressort du Trésor français. Contre le dépôt d’une partie de leurs réserves, leur monnaie commune,  le Franc CFA est librement convertible, à l’inverse de toutes les monnaies des pays émergeants ou en voie de développement à l’exception du rouble russe qui n’est convertible que depuis 2006. A l’aube des  indépendances le dépôt exigé était de  100 %. Il a été réduit à 65% en 1973, puis plafonné à 50% depuis le  mois de septembre 2005.

Le franc CFA est arrimé à l’euro à un taux de change fixe surévalué contrairement aux autres monnaies dont les cours sont non seulement flottants mais également maintenus au niveau le plus bas possible. La convertibilité permet aux firmes françaises et aux élites de transférer librement les fortunes qu’elles engrangent et un franc CFA fort les prémunit contre les dépréciations monétaires courantes.

Il importe de rappeler que cette convertibilité si chèrement payée est restreinte à l’euro et que le libre transfert du franc CFA est circonscrit à la France consécutivement au régime de contrôle de change qu’elle a fait mettre en place en 1993. Les francs CFA émis par les pays d’Afrique de l’ouest et ceux d’Afrique centrale ne sont même pas interchangeables. Les pays de la zone franc, bien que partageant une monnaie commune, ne commercent pas ensemble du fait des barrières douanières qu’ils ont érigées entre eux. Les conséquences désastreuses de la politique de change adoptée par les pays de la Zone Franc se mesurent à leur environnement économique impropre au développement. Leurs économies sont à la traine comparées à celles des autres régions du continent. Une mesure immédiate consisterait à mettre fin aux distorsions liées à la surévaluation du taux de change en abrogeant dès à présent la convertibilité, la libre transférabilité et le taux de change fixe du franc CFA.

Le meilleur cadre pour la mise en place des mesures devant viser à favoriser l’investissement et le commerce est celui de l’union.  Dans toute stratégie d’intégration politique, économique et monétaire, la priorité doit être donnée à la création d’unions régionales douanières et de zones de libre-échange pour faire du commerce et des investissements intra régionaux le premier levier de croissance économique pour le développement de la région. Il ne s’agit pas seulement de signer des accords et d’adopter sur le papier un tarif extérieur commun. Il importe de s’armer de la volonté politique de les rendre effectifs. L’intégration régionale ouvre la voie à un cadre d’échanges et d’investissement plus large et favorise les investissements et les échanges  intra régionaux. L’ouverture régionale  est la première étape sur la longue route du développement et du progrès.

 

* Publié initialement sur le site de l'auteur – repris ici sous licence Creative Commons 2.0

Conference sur le FCFA et la souveraineté monétaire des Etats africains de la zone Franc

dv631038Terangaweb – L'Afrique des Idées a organisé le 8 novembre 2011 sa première conférence. Cette table tonde qui a eu lieu à Sciences Po Paris a réuni quatre experts sur la question du franc CFA. Instauré en 1945, cette monnaie aujourd'hui commune à 15 pays d'Afrique est régie depuis par quatre grands principes : la libre convertibilité des francs CFA garantie par le Trésor Français, la fixité des parités entre franc CFA et franc français puis euro, la centralisation des réserves de change, la liberté des transferts de capitaux. Ces principes constituent-ils une entrave à la souveraineté monétaire des pays membres de la zone CFA ?

Au cours de cette conférence, nos intervenants ont été amenés à réinterroger les fondements constitutifs du franc CFA au regard des besoins économiques actuels et futurs des pays membres. Ils ont notamment répondu aux questions suivantes  : quel est l'intérêt aujourd'hui de la zone franc CFA ? En quoi les pays membres peuvent théoriquement en tirer bénéfice ? Le franc CFA est-il un levier ou un frein à la croissance et au développement des pays membres ? Quelles seraient les réformes prioritaires à mettre en œuvre ? Quel serait l'avenir souhaitable de cette zone ?

Pour cette première conférence, Terangaweb – L'Afrique des Idées a eu l'honneur de recevoir quatre éminents experts :

Lionel Zinsou PDG du fonds d'investissement PAI Partners et conseiller au cabinet du Président de la République du Bénin.

Nicolas Agbohou Economiste et Docteur en Sciences Politiques, professeur associé à l'Université du Gabon, il enseigne les sciences économiques en France.

Demba Moussa Dembélé Economiste basé à Dakar, spécialiste du franc CFA, co-organisateur du Forum Social Mondial de Dakar en 2011, co-auteur de L’Afrique Répond à Sarkozy.

Jacques Nikonoff Administrateur à la Caisse des Dépôts, Professeur associé à l’Institut d’études européennes de l'Université Paris 8, ex-président de l'association ATTAC, porte-parole du M’PEP, dernier ouvrage publié : Sortons de l’euro !

Ces experts apportent un éclairage d'autant plus important aujourd'hui que les rumeurs sur une éventuelle dévaluation du FCFA se font de plus en plus insistantes.

 

You need to install or upgrade Flash Player to view this content, install or upgrade by clicking here.

 

Cette conférence a été organisée en partenariat avec :

• l'Alliance pour le Développement et l’Education en Afrique (ADEA), association africaine de Sciences Po • l'Association des Doctorants et Etudiants Panafricains (ADEP) • l'Association Survie

 

Cliquez sur les liens suivants pour télécharger :

– le compte-rendu de la table ronde sur le franc CFA

http://terangaweb.com/2011/12/02/conference-sur-le-fcfa-et-la-souverainete-monetaire-des-etats-africains-de-la-zone-franc/compte-rendu-de-la-table-ronde-sur-le-franc-cfa/

– l'analyse de Demba Moussa Dembélé sur le franc CFA et la souveraineté des pays africains de la zone franc

http://terangaweb.com/2011/12/02/conference-sur-le-fcfa-et-la-souverainete-monetaire-des-etats-africains-de-la-zone-franc/analyse-de-demba-moussa-dembele-sur-le-franc-cfa/

La monnaie crée-t-elle de la richesse?

La causalité entre la création monétaire et la création de richesses économiques a longtemps été débattue sans qu’une issue consensuelle ne soit trouvée. Cependant, l’existence d’un lien et le choix du sens de celui-ci est essentielle pour la mise en œuvre des politiques publiques. Cette analyse défend que la création de la richesse économique résulte principalement de la possibilité d’une création monétaire et que cette causalité est plus forte dans les pays en développement.

L’un des paradigmes des dernières décennies considère que la monnaie est neutre dans le processus de création de la richesse économique. Pour cela, le principal, et souvent unique, objectif assigné aux banques centrales est la stabilité des prix. Néanmoins, à l’issue des négociations sur la crise de la dette au sein de l’Union Européenne, davantage de pouvoir a été accordé à la Banque Centrale Européenne (BCE) pour agir au-delà de son objectif de stabilité des prix. De même aux Etats-Unis, la Réserve Fédérale est tenue constitutionnellement de maintenir la stabilité des prix et d’assurer le plein emploi. Ces deux exemples illustrent l’importance de la politique monétaire dans la production de la richesse dans une économie.

Dans les pays africains de la zone franc, cependant, la politique monétaire consiste exclusivement à contrôler l’inflation. Sans juger de la pertinence d’un tel choix, il importe de questionner le sens de la relation entre la politique monétaire et les performances économiques d’un pays. Autrement dit, la monnaie crée-t-elle de la richesse ? Ou est-ce plutôt la richesse qui crée la monnaie, ou les deux à la fois ? La question de la causalité entre la création monétaire et la création de la richesse économique a été longtemps discutée par les économistes sans qu’une réponse tranchée ne soit trouvée.

Par exemple, les classiques considèrent que la monnaie est neutre. Ainsi, la création de la monnaie n’a aucun impact sur la production de biens et de services dans l’économie. Contrairement aux classiques, les keynésiens considèrent que la monnaie joue un rôle prépondérant dans la création de la richesse à travers la relation qui existe entre son prix, c'est-à-dire le taux d’intérêt, et le niveau des investissements. Entre ces deux écoles de pensées se situent les monétaristes qui considèrent l’importance de la création monétaire dans la création de la richesse mais insistent sur ses conséquences inflationnistes dans l’économie. Cette dernière théorie a été appliquée dans la plupart des Etats avec des pondérations relatives à l’inflation et à la production différentes.

Cette discussion théorique qui assimile la création de la richesse à une combinaison entre la stabilité des prix et le plein emploi semble être plus appropriée aux économies développées. C'est tout le contraire dans les pays en développement où la création de la richesse est dans ses phases initiales et est plus dépendante de la création d’entreprises que de la création d’emplois. Il s’agit en effet de la mise en œuvre d’activités génératrices d’emplois. Dans ces économies, la création de nouvelles activités précèdent la création d’emplois. Et cette dimension devrait être prise en compte dans tout examen du lien de causalité entre création monétaire et richesse économique.

En abordant la question sous cet angle et en considérant la création monétaire comme une allocation de crédits, il s’agira alors de déterminer pourquoi les crédits sont alloués dans une économie. Il importe à ce stade de distinguer entre les crédits alloués à l’Etat et aux ménages pour des fins de consommation et ceux alloués aux entrepreneurs. Bien que ces deux types de crédits soient complémentaires, le dernier type de crédit est celui qui mérite le plus d’attention, compte tenu de son incidence significative sur l’activité économique.

En effet, sous l’hypothèse que les banques commerciales octroient des crédits aux projets les plus rentables, les crédits aux entrepreneurs constituent le véritable moteur de la croissance économique. Chaque centime est prêté pour générer des biens et/ou services équivalent à deux, trois voire quatre centimes. Une fois que le principal est remboursé, la différence constitue une richesse économique réelle créée à partir de la décision du banquier d’accorder un crédit à l’entrepreneur. Ainsi, le crédit est alloué parce que le banquier s'attend à ce que de la richesse soit effectivement créée. On pourrait dès lors conclure que c’est la richesse qui crée la monnaie. Toutefois, la décision du banquier n’intervient qu'en second lieu.

En réalité, la possibilité pour le banquier d’envisager une création future de richesses est soumise à trois conditions. D’abord, il faut qu’il existe des débouchés sur le marché, c’est-à-dire une demande potentielle de biens et de services. Ensuite, il faut que l’environnement des affaires soit bien assaini. Cela suppose que les institutions étatiques fonctionnent de manière à assurer le droit de propriété et le règlement des différents. Enfin, il faut que l’entrepreneur s'attende à obtenir un crédit s'il soumet un projet rentable.

Sous l’hypothèse d’un bon fonctionnement des institutions étatiques, la première et la dernière conditions sont déterminées par la création monétaire qui est seulement limitée par le coût de la création. Ainsi, d’une part en allouant du crédit aux entreprises, la création monétaire soutient l’offre de biens et de services. En même temps, elle crée les conditions favorables à une allocation de crédit à l’Etat grâce aux taxes sur l’activité économique et aux ménages en vertu des revenus de leur travail. D’autre part, l’allocation de crédit à l’Etat et aux ménages permet d’assurer l’existence d’une demande capable de s’ajuster à l’offre; et ainsi se réalise l’équilibre.

Par conséquent, la création monétaire et plus précisément la politique monétaire semble être le principal créateur de richesse dans une économie. C'est encore plus vrai dans les pays en développement qui présentent des projets plus rentables et qui ont besoin de croissance économique pour se développer. Faut-il rappeler ici la célèbre phrase de Mayer Amschel Rothschild : « Donnez-moi le droit de contrôler et d’émettre la monnaie d’une nation, et alors peu m’importe qui fait ses lois ».

Il en ressort que la politique monétaire est une composante indispensable de la politique économique que tout pays aspire à maîtriser. Il appartient aux pays en développement notamment ceux de la zone franc d’identifier les voies et moyens nécessaires pour mettre leur politique monétaire au service de leur développement.

Georges Vivien Houngbonon

Sources et liens recommandés :

Copyright photos : Christian Bernard blog

François Rachline, d’où vient l’argent?

L’argent dette de Paul Grignon

À qui profite réellement le franc CFA ?

Rappelons tout d’abord que la France et les pays africains de la zone franc (PAZF) ont signé le 4 décembre 1973, une convention visant à « mettre en commun leurs avoirs extérieurs dans un fonds de réserves de change. Ces réserves feront l’objet d’un dépôt auprès du Trésor Français, dans un compte courant dénommé comptes d’opérations ». La création de ces comptes d’opération fait suite au Pacte Colonial négocié par le conseiller du Général de Gaulle, Jacques Foccart, au lendemain des indépendances, et qui obligeait les PAZF à déposer la totalité de leurs avoirs extérieurs au Trésor Français. La convention de 1973 a assoupli ce « pacte » en ramenant le taux du dépôt à 65% des avoirs extérieurs, l’objectif officiel étant de répondre aux besoins de trésorerie des PAZF, et d’honorer leurs engagements auprès de leurs créanciers. En contrepartie, la France garantie une convertibilité illimitée du franc CFA en euros.

Cette convertibilité illimitée du franc CFA signifie qu’à chaque fois que de la richesse est créée dans un PAZF, de la monnaie est créée (du franc CFA en l’occurrence). Il en résulte une création potentielle de franc français, jusqu’en 2002, puis d’euro, ce dernier étant automatiquement convertible. Comme nombre d’économistes, nous pouvons voir dans ce mécanisme une source illimitée de devises pour la France. En effet, étant donné que la France est historiquement le principal partenaire et investisseur des pays de la zone franc CFA, la création de richesses en franc CFA lui a permis d’accumuler massivement des devises, notamment grâce à une liberté de rapatriement des capitaux sans restriction que légalisent les principes régissant le franc CFA. Ces comptes d’opérations seraient d’autant plus rentables qu’ils sont excédentaires jusqu’en 1980, puis de nouveau après la dévaluation de 1994, décidée par la France, qui a réduit la valeur du franc CFA de moitié. La garantie totale du franc CFA accordée par la France n’est donc aujourd’hui que fiction puisqu’il est peu probable que les Etats africains de la zone franc fassent faillite.

Cependant, force est de constater que l’environnement a changé, la France a perdu son quasi-monopole sur les marchés africains et la pluralité des acteurs présents aujourd’hui sur ces marchés ne permet plus à la France de s’enrichir (autant) sur le dos des Etats africains. En réalité, la plus grande faille de ce système repose sur le fait que les comptes d’opérations du Trésor français considèrent comme une seule et même entité l’ensemble des PAZF. Par conséquent, des pays ayant une balance commerciale excédentaire (tels que la Côte d’Ivoire ou le Gabon) payent pour des Etats déficitaires (telles que le Mali ou le Togo) qui ont ainsi la possibilité de s’endetter puis de faire porter la charge de cette dette à l’ensemble des pays de leur zone monétaire.

Ainsi, un pays comme le Sénégal est-il « douillettement » installé dans un profond déficit de sa balance commerciale avec des importations valant en moyenne le double de ses exportations, sans que cela ne se traduise par une quelconque sanction sur le plan monétaire. En d’autres termes, les mécanismes de la zone franc encouragent une forme de paresse économique en entretenant une propension à importer sans aucune relation avec les exportations. De nombreux pays africains sont, de ce fait, devenus des importateurs nets de biens de consommation et vivent au-dessus de leurs moyens, sans que cela ne transparaisse au niveau des statistiques de la zone monétaire.

On pourrait penser que finalement ce sont ces Etats qui bénéficient le plus de la zone franc CFA, mais ce sont ces même pays qui, aujourd’hui, ne parviennent pas à développer leur secteur industriel, voient le secteur tertiaire se développer mais principalement dans le commerce d’importation, abandonnent leur PME locales qui font face à des coûts dans un franc CFA trop fort (car arrimé à l’euro) et ne parviennent à rivaliser avec les importations bon marchés produites dans des monnaies plus faibles (yuan par exemple) ou dans des pays à monnaie forte qui subventionnent leurs exportations. Quand l’Afrique connait un taux de croissance de 6% en moyenne, les pays de la zone franc CFA atteignent une moyenne de 4%.

Nous pouvons en conclure que le franc CFA profite avant tout aux entreprises étrangères, aussi bien à celles déjà implantées en Afrique, qui peuvent rapatrier leurs capitaux en Europe ou en Amérique et bénéficient de l’absence de risque de change, qu’à celles qui exportent en Afrique où elles ont accès à un réservoir de consommateurs sans restriction aucune. On pourrait croire, à priori, que le franc CFA bénéficie également aux pays africains déficitaires, mais en réalité il représente un frein au développement de la compétitivité et de la concurrence des entreprises locales ainsi qu’à l’industrialisation.  Le rapport 2011 de la Cnuced (Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement) et de l’Onudi (Organisation des Nations Unies pour le développement industriel) n’a-t-il pas indiqué que l’Afrique ne représentait que 1% de la production manufacturière mondiale ?

 

Awa Sacko

Haro sur le franc CFA

Le professeur d'économie Nicolas Agbohou, de nationalité ivoirienne, est l'auteur d'un essai de référence qui appelle à la fin de l'alignement du franc CFA sur l'euro et de la gestion de ses réserves par le Trésor français : Le franc CFA et l'euro contre l'Afrique. Terangaweb a souhaité interroger le professeur Agbohou sur certains points évoqués dans son livre et sur les stratégies à mettre en oeuvre pour une gestion souveraine du franc CFA.

Terangaweb : Pourquoi malgré le consensus des chefs d’Etat africains sur les problèmes de l’alignement du CFA au Franc français puis à l’euro, il n’y a toujours pas eu de tentative concertée de remise en cause du lien entre l’euro et la zone FCFA ?

Pr Agbohou : J’ai travaillé avec Abdoulaye Wade lorsqu’il était encore dans l’opposition et il me disait que lorsqu’il arriverait au pouvoir, son premier travail consisterait à démanteler le FCFA. Cela fait maintenant 11 ans qu’Abdoulaye Wade est au pouvoir. Tout cela pour dire que la remise en cause du lien entre l’euro et la zone FCFA est un long combat. De plus, personne ne prend le pouvoir en Afrique francophone sans la permission de l’Elysée. Il existe bien entendu des exceptions comme Laurent Gbagbo, qui confirment la règle. La France exerce sa domination sur l’Afrique francophone à travers deux éléments : l’armée et la monnaie. Celui qui prend le pouvoir s’engage auprès de la France à respecter ces deux éléments. Sinon il devient un ennemi objectif de l’Hexagone.
Il faut souligner que les institutions et les quatre objectifs du FCFA profitent complètement à la France. Prenons par exemple le principe de la convertibilité. Lorsqu’un pays comme le Sénégal a 50 milliards de dollars sous forme de prêts ou de dons, toutes ces devises sont stockées au trésor public français au vu et au su de tous.

Rappelons aussi les deux façons dont se fait la création monétaire. La première façon c’est lorsque vous venez me voir, si je suis votre banquier, en me disant que vous avez besoin de 200 millions. Je crédite alors votre compte et désormais je me tourne vers la banque centrale qui va me prêter cet argent à un taux d’intérêt directeur, que je vais vous majorer d'une marge qui constituera mon gain. Il en résulte que la quantité de monnaie en cirulation dans l'économie est  influencée par la Banque Centrale qui augmente ou diminue son taux d'intrêt directeur pour réguler la masse monétaire injectée dans l'économie.La banque centrale est toujours un établissement public qui appartient à un Etat ou à un groupe d’Etats. D’où la possibilité pour l’Etat de donner des instructions à la Banque Centrale pour faire baisser le taux directeur. De ce fait le banquier commercial baisse aussi son taux d’intérêt qu’il facture au client. Donc la quantité de monnaie entre les mains des agents financiers s’accroît.

La deuxième méthode de création monétaire, c'est la conversion des devises en monnaie locale: la banque crée de la monnaie locale en contrepartie des devises qu'elle reçoit de ses clients. Or tous ces instruments ne sont pas aujourd’hui entre les mains des Etats d’Afrique francophone. Les trois banques centrales sont inféodées au pouvoir de la France.

Terangaweb : Mais plus précisément, si les chefs d’Etat prenaient la décision de sortir du FCFA, en seraient-ils vraiment capables ?

Pr. Agbohou : Il y a une modernisation de la colonisation et celui qui entre dans ce système ne peut pas faire grand chose. A moins que les chefs d’Etat ne se mettent d’accord pour dire ensemble « nous ne voulons plus du FCFA ». Actuellement les Présidents ne font pas cette révolution. A celui qui prendrait une telle décision arriverait ce qui est arrivé à Laurent Gbagbo. Prenons encore le cas de Modibo Keita qui en 1962 a décidé de sortir du FCFA à une époque où le contrôle de la France était encore fort. La France a alors profité des erreurs économiques de Keita. Ce dernier a en effet commis plusieurs erreurs dont le sentimentalisme économique. Dans un contexte de guerre froide, il s’est mis du côté communiste en nationalisant tout le commerce, ce qui a cassé le dynamisme de la tradition commerciale malienne. Ensuite il a fait disparaitre le secteur privé et il n’y avait plus que l’état pour embaucher, d’où un triplement du nombre de fonctionnaires. La monnaie nationale a alors été utilisée pour rémunérer les fonctionnaires qui eux mêmes ne produisaient rien. L’inflation a alors considérablement augmenté et il a passé son temps à lutter contre cette inflation de la monnaie malienne. Lorsque le 19 juillet 1967, Keita a voulu revenir au FCFA, la France a imposé deux conditions : une dévaluation de la monnaie malienne de 50% et un Président de la banque centrale inféodé à la France. C’est ainsi que le Mali a intégré la zone de 1967 à 1984 en pensant qu’en dévaluant sa monnaie, le pays pourrait vendre plus facilement son coton, ce qui est faux. Cette expérience malienne a marqué l’esprit africain et plus aucun chef d’état ne veut prendre ce risque. Rappelez vous la phrase de De Gaulle « vous voulez prendre l’indépendance, prenez en aussi tous les risques ».

Terangaweb : Concrètement si on devait recouvrer notre totale liberté de gestion du FCFA, comment devrait-on s’y prendre et quels seraient les défis à relever?

Pr Agbohou : Souvent les Africains s’imaginent des choses compliquées qui n’existent pas. Si on prend la décision de quitter la zone, il y aura deux grandes phases. D’abord il faut suivre le processus législatif avec un gouvernement qui, ayant pris cette décision, dépose son projet de loi à l’Assemblée nationale qui, à son tour, se chargera de son adoption. Une fois la loi votée, il faudra importer les machines qui produisent la monnaie et nous produirons ainsi notre propre monnaie. Cela est simplement mécanique.

Terangaweb : Oui mais au-delà des questions logistiques, quel sera l’accompagnement politique et économique pour éviter que la création de notre monnaie ne soit un échec ?

Pr Agbohou : La décision politique de battre sa propre monnaie est la conséquence logique de l’indépendance économique. Autrement on est dans un système de troc. Après, il faudra gérer la monnaie avec rationalité. Et cela se fait aussi avec l’expérience. Il ne faut pas jeter l’anathème sur tout un continent sous prétexte qu’on n’y dispose pas de compétences managériales. Ce sont les Noirs qui ont été les premiers à créer la monnaie. Au Ghana, il y a une gestion très rigoureuse du Cedi et cela est assuré par des Africains.

Terangaweb : Comment expliquez-vous que la zone CFA reste attractive pour plusieurs pays, comme la Guinée-Bissau qui l’a intégré en 1999, alors qu’on parle d’une possibilité pour la Guinée Conakry d’adopter également le FCFA ?

Pr Agbohou : La première raison est que les gens sont dans l’ignorance : les gens ne savent pas le mal que fait le FCFA aux populations africaines. Pouemi Tchundjang, l’auteur de Monnaie et servitude, a été retrouvé mort. Avant lui en janvier 1963, le président togolais Olympio a été aussi tué parce qu’il s’opposait au FCFA. On ne doit pas accepter que les jeunes Africains vivent dans cet esclavage monétaire mais il ne faut pas attendre ce changement de l’Occident. C’est à nous même de nous engager dans la lutte pour le pouvoir. Nous avons le devoir d’informer rationnellement nos jeunes générations.
De plus, tous les dirigeants qui prennent le pouvoir, y compris Alpha Condé récemment, s’accrochent à la puissance de la France. Ceux qui sont informés, à savoir les élites politiques, ont passé des pactes avec la France. L’impérialisme est encore violent. Dans mon livre, j’ai aussi demandé la décolonisation mentale des élites car les élites africaines sont toujours colonisées. Tous nos livres scolaires viennent de l’Europe ; l’élite doit être décolonisée mentalement et éclairer les décideurs.

Terangaweb : N’avez-vous pas peur qu’on vous reproche de ramener tous les problèmes de l’Afrique à la question du FCFA ?

Pr Agbohou : On ne peut pas obliger les gens à aller travailler. Tout le monde veut rentrer au pays mais à quoi ça sert ? Il suffit de payer les Africains pour qu’ils travaillent, sinon ils ne le feront pas. Aujourd’hui on demande aux chefs d’Etat de payer les gens. Ils ne peuvent pas car l’inflation n’est pas seulement d’origine monétaire ; il y a un manque d’argent en circulation. La monnaie est la base de la mise en œuvre du génie créatif d’un peuple. Pour enfermer ce génie, il suffit juste de lui confisquer sa monnaie.

Terangaweb : Et qu’est ce qui garantit qu’avec notre monnaie nous nous développerons ?

Pr Agbohou : J’ai proposé deux solutions qui peuvent s’appliquer aux pays d’Afrique francophone pris isolément. La première est la monnaie. La deuxième réside dans la transformation sur place de toutes les matières premières en produits finis qui génèrent de la valeur ajoutée. Le problème aujourd’hui est que nous vendons des matières premières à vil prix.

Prenons l’exemple de la tasse de café vendue à Paris au prix de 2 euros. On y met à peu près 10 grammes de café. Des 1000 grammes qui composent un kilo de café moulu, on peut donc préparer 100 tasses de café vendues à 2 euros l’unité, soit un prix total de 200 euros. Or le prix au kilo payé au producteur de café ivoirien par l’Etat s’élève dans le meilleur des cas à 300 FCFA. En intégrant une marge de 200 FCFA, l’Etat revend ce même kilo de café au niveau du port d’Abidjan au client européen à 500 FCFA, c’est-à-dire 0,76 euros, et donc même pas 1 euro.

Ainsi donc le Nord et le Sud échangent pour générer 200 euros dont le Sud ne tire qu’un seul euro. Pourquoi ? Parce que l’Européen qui va en Afrique prend son bateau, paie l’assurance à des compagnies européennes, puis le produit rentre dans les usines dans lesquelles travaillent les Européens, puis les sociétés d’emballage, puis les supermarchés, puis ceux qui travaillent dans les bars. Tout va à l’Europe. Les Africains souffrent de l’extraversion économique. Il faudrait un développement endogène avec des transformations locales. Il est nécessaire d’importer les outils de fabrication chez nous et de faire tout le travail à l’échelle locale pour pouvoir vendre à 100 euros le kilogramme du café par exemple. La Côte d’Ivoire pourrait vivre 3 ans sans rien si elle demandait seulement 6 euros pour le kilo de café vendu et 40 ans si elle en demandait 100 euros.

On ne peut pas revendiquer la vraie liberté si on n’a pas d’assise économique. On ne pas avoir cette dernière si on persiste dans la mendicité financière. En plus, on ne peut rien faire en étant dans la zone CFA. Si on a demandé l’indépendance, c’est pour acquérir par la suite la souveraineté économique ; or le summum de l’économie c’est la monnaie. Pour avoir 1 euro il faut 655 FCFA ; la Corée du Sud donne 1 500 Wongs pour un euro, l’Indonésie 12 000 Rupiahs, l’Iran 14 500 rials, le Vietnam 27 000 dongs. Et cela ne veut pas dire que ces pays sont moins développés que les pays africains. Leur dénominateur commun est que ce sont des pays qui gèrent leur propre monnaie. Ils sont tout simplement libres, ce qui n’est pas le cas des pays d’Afrique francophone.
En Afrique noire francophone on est convaincu que le développement s’importe, ce qui est faux. Tant que l’on n’aura pas pris conscience que nous vivons dans un monde conflictuel et que la première nécessité est de satisfaire nos besoins primaires, on ne s’en sortira pas.

 

Interview réalisée par Awa Sacko, Emmanuel Leroueil et Nicolas Simel
 

« Abracadabra ! » Et la monnaie fut

Comme le soulevait déjà le Congrès des économistes africains de Nairobi1, la crise macroéconomique mondiale a débouché, en Afrique, sur une détérioration dramatique de la condition sociale des populations. Renforcement du couple pauvreté de masse-chômage, délitement des filets de protection, dégradation des services publics, la crise a belle et bien envahit le champ social. Une contraction de l’activité économique ne devient préoccupante qu’à partir du moment où elle affecte le quotidien des personnes. Autant dire que l’heure est à la préoccupation ! Le professeur Moustapha Kassé2 avance l’idée selon laquelle une relance de l’intégration régionale permettrait de transfigurer la crise actuelle en une heureuse destruction-créatrice. L’un des premiers postes de cette relance serait la création en Afrique d’une (ou plusieurs) monnaie(s) unique(s). Ceci sonnerait le glas du franc CFA : une véritable révolution en perspectives. A travers Le « franc des colonies françaises d’Afrique » et Faut-il enterrer le franc CFA ? l’auteur des présentes lignes a tenté d’établir que cette révolution était plus que nécessaire. Mais dire qu’elle est nécessaire ne suffit bien sûr pas. Encore faut-il en sous-peser les risques, bienfaits et conditions de réalisation. Pour créer une monnaie, il ne suffit pas d’une formule magique.

  >  L’idée de dévaluation compétitive en fait rêver plus d’un
 
La première question que soulève le remplacement du franc CFA par une monnaie unique africaine est celle du régime de change à adopter. On oublie souvent que le taux de change, prix d’une monnaie exprimé en devise étrangère (1 franc CFA= 0,15 centimes d’euro), n’est pas soit fixe soit flexible. Une myriade de régimes existe entre ces deux extrêmes : ancrage à un panier de monnaies, bande de fluctuation, parité fixe ajustable… Ainsi le Botswana est-il passé d’un système fixe lié au rand sud africain à un régime fixe ajustable adossé à un panier de monnaies dans lequel le rand tient une place prépondérante. Inutile de préciser que le pula botswanais n’est pas étranger à la vigoureuse santé économique du premier exportateur mondial de diamants. Le choix d’un bon système de change peut bouleverser la donne économique d’un pays. Concernant les pays de la zone franc, la création d’une monnaie africaine au change flexible –option la plus prisée des analystes- permettrait de démuseler la politique de change.
 
L’idée de dévaluations compétitives menées par les pays de l’actuelle zone franc en fait rêver plus d’un. En abaissant ainsi le cours de leur monnaie, ces pays permettrait à un Japonais, par exemple, détenant une quantité donnée de yen d’acheter davantage de monnaie africaine et donc de biens africains. Belle manière de stimuler les exportations ! Ne sombrons toutefois pas dans l’idyllisme ; la flexibilité du taux de change a, comme toute chose, son lot de risques. Une monnaie fragile dont le cours fluctuerait librement au gré de l’offre et de la demande serait nécessairement sujette à des attaques spéculatives. La solidité est, on le voit, une condition sine qua non de la création d’une monnaie unique africaine.
 
Ayant fait fi de la garantie du Trésor public français, la future Banque centrale africaine (BCA) devra faire ses preuves en terme de crédibilité. Dans l’univers des taux de change, ce sont les anticipations des agents qui font la réalité. Si les marchés croient la monnaie africaine fragile, elle le sera de fait. Un poids considérable pèsera sur les épaules de la future BCA. Elle devra donc être indépendante pour ne pas subir les velléités pour le moins irresponsables des chefs d’Etat africains. Cette indépendance ne devra cependant pas s’imposer au détriment de la responsabilité démocratique de l’institution. Il faudra qu’à échéances régulières, la future BCA rende compte de ses actions devant les Parlements nationaux.

  >  La définition des objectifs de la BCA suscitera d’âpres débats
 
Jusqu’à présent BCEAO et BEAC avaient pour seule mission de soutenir la parité entre le franc CFA et l’euro. Emancipée de cet objectif, la future BCA se verra attribuer de nouvelles missions. Leur définition suscitera, sans aucun doute, d’âpres débats opposant non seulement les spécialistes mais aussi les dirigeants politiques, voire les citoyens entre eux. Le mandat de la BCA visera-t-il la maîtrise de l’inflation, la réduction du chômage ou bien le contrôle du solde extérieur ? La séance est ouverte. Face à cette politique monétaire unique, une multitude de politiques budgétaires coexisteront. Une coordination de l’ensemble sera absolument indispensable. Le Pacte de convergence et de stabilité créé en 1999 pourra servir de point d’appui pour le renforcement de la coordination et des coopérations. Mais le désir de coopération ne suffira pas. Encore faudra-t-il une fois encore définir les missions des politiques budgétaires : stabilisation de l’activité, allocation des ressources, redistribution interrégionale…
 
La création d’une monnaie unique africaine nécessite donc de procéder méthodiquement, par étape. Elle « ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble : elle se fera par des réalisations concrètes créant d’abord une solidarité de fait. » Cette phrase issue de l’inoubliable discours de Robert Schuman à propos de l’Europe résume à merveille la voie que doivent emprunter les autorités africaines si elles souhaitent remplacer le franc CFA par une monnaie africaine. Ce n’est qu’au terme de cette lente construction que les pays de l’ex-zone CFA pourront profiter d’un développement économique accéléré. L’illusion de la stabilité entretenue par la rigidité du taux de change laissera place à l’innovation et au développement de techniques de gestion du risque. Il en résultera assurément un développement sans précédent du secteur financier en Afrique3.
 
L’idée de sortie du système CFA fait aujourd’hui école. Deux conceptions s’opposent néanmoins : la création par chaque Etat de sa propre monnaie et la voie panafricaine d’une monnaie unique. La première représente un risque de morcellement, voire de balkanisation monétaire. Chaque pays africain se retrouverait isolé sur la scène internationale. Cette voie est à éviter à tout prix car le système économique mondial est une monstrueuse machine à broyer les singletons mal armés. La voie panafricaine semble être à la fois la plus plausible et la plus raisonnable. Reste à savoir comment cette révolution s’enclenchera. Passera-t-on par la voie du référendum ou par la consultation des Parlements nationaux ? Nécessaire et inévitable, cette révolution aura lieu. Mais saura-t-on gérer la post-révolution ?
 
 
Tidiane Ly
 
1 Ce congrès s’est déroulé entre lé 2 et le 4 mars 2009 dans la capitale du Kenya
2 Ancien Conseiller Spécial du Président de la République du Sénégal et auteur de Repenser la zone franc
3 Franc CFA : le débat continue, d’Edouard Pépin Taguedong (2007)