The private sector: A strong vector for Morocco’s economic integration in Africa

During the 27th African Union summit in Kigali of 18th July 2016,King Mohammed VI declared that ‘’Morocco is already the second investor in Africa but aims to become the Continent’s foremost investor very soon”. Indeed, between 2003 and 2013, more than 1.5 billion dollars have been invested by Moroccan companies in West and Central Africa. This only represents half of the direct foreign investments launched by Morocco, in the last few years.

In the early 2000’s, many Moroccan companies of the private sector started businesses in Africa in a wide range of sectors. For example, bank branches of BCP (Banque Centrale Populaire), BMCE Bank of Africa and Attijariwafa Bank have been opened in about fifteen African countries. More so, the insurance company Saham has also been planted in about twenty countries since the takeover of the Nigerian company Continental Reinsurance in 2015.  In the telecommunications sector, Maroc Telecom increased its influence on the continent through the takeover of 6 African branches from their Emirati shareholder Etisalat.

Moreover, many holdings such as Ynna Holding and the National Investment Company through its mining branch Managem, have operations in the African continent.  In the property business, the company named Alliances Développement Immobilier, has signed partnership agreements with the Cameroonian and Ivorian governments in order to build thousands of council housing. The company, Palmeraie Développement, has launched building projects in Gabon, Ivory coast and recently in Rwanda. Attracted by the important investments in infrastructure (highways, bridges, ports, council housings, universities, etc.), the Addoha group pitched its tent on the continent too via two of its companies: Addoha and CIMAF (Ciments de l’Afrique). They have been recently joined by LMHA (LafargeHolcim Maroc Afrique), a company held jointly by LafargeHolcim and the national investment company which is a Royal Holding.

So, the private sector plays a key role in the economic integration process of the continent. The mobilization of private investments is essential to economic integration as it helps to create jobs, improve productivity and increase exports. The economic integration between Morocco and other African countries put in place by the King Mohammed VI invites the companies of the Kingdom to share their expertise and to strengthen their partnership relations with the African countries.

The Moroccan private sector will now play an important role in skill transfer, while enhancing its production capacity. It will then improve its competitiveness on an international level. Concerning inter-regional trade, it will boost the commercial exchanges, which are still weak and reduce the structural deficit of the Moroccan trade balance. The economic potential is huge. The Economic Community Of West African States (ECOWAS) and The Economic Community of Central African States (ECCAS) have altogether more than 300 million consumers, that is to say a market which is  nine times the size of the Moroccan population.

The Role of Economic-stimulus Groups in the Reinforcement of Economic bilateral relations

Whenever King Mohammed VI makes an official visit to  a Sub-Saharan country, his country Morocco makes advantageous agreements that includes customs facilities and tax concessions. The aim is to promote commercial exchanges and to develop intra-African investments. Recently, economic relations between the Moroccan Kingdom and other African countries are ruled by a legal frame of more than 500 cooperative agreements. This is so important to the Moroccan Kingdom that the King Mohammed VI called a meeting of his government, during the first ambassador conference that took place in August 2013, to work with the different economic operators from the public and the private sectors in order to grab investment opportunities in countries having strong economic potentialities. Thus, the last trips of King Mohammed VI allowed mainly to create economic-stimulus groups on the between Morocco-Senegal and Ivory Coast. These groups, co-chaired by the foreign ministers and the presidents of employers of each country, aim to promote partnerships between the private sectors and to boost commercial trade and investments [1].

With a total population of 22 million inhabitants, Ivory Coast is the first economy in the West African Economic and Monetary Union (UEMOA) area and is also the second economic power in the ECOWAS area. Also, the investment options are numerous: industry, infrastructure, construction industry, mines, energy, and so on. Senegal is also not left behind. There are so many reasons that encourage investment in the country. These include political stability, economic opportunities and new infrastructures. A guarantee is also given to the Moroccan investors through notably mutual protection and promotion agreements of investments and non-dual taxation agreements. The Memorandum of Understanding concerning the creation of a joint venture between the Moroccan group, La Voie Express and the Senegalese company Tex Courrier signed on 9th  November 2015 at the ceremony to present the work of the Moroccan-Senegalese EIG – chaired by King Mohammed VI and President Macky Sall, is a good example of the instrument's driving role in boosting private-private partnership[2].

Exchanges between the Moroccan kingdom and the African continent have increased clearly during the last decade. Between 2004 and 2014, global exchanges have quadrupled, going from 1 billion dollars to 4.4 billion dollars. The study '' Structure of trade between Morocco and Africa: An analysis of trade specialization '' produced by OCP Policy Center in July 2016 shows that West Africa remains the first destination of Moroccan exports[3]. This region has indeed welcomed around 50.08% of exportations in 2014, the equivalent of 1.04 billion dollars[4]. However, an analysis of the export structure reveals that Moroccan exports to the other African countries are dominated by intensive goods in raw materials and natural resources[5]. A strong potential is to be developed to boost more Moroccan exports. The Directorate of Studies and Financial Forecasts (DEPF), attached to the Moroccan Ministry of Economy and Finance, stressed in its study "Morocco-Africa Relations: the ambition of a new border" that "Moroccan companies targeting the African market should focus on a penetration strategy based on cost considerations from targeted sectorial choices, in the light of the current and, above all, future needs of African populations. Demographic growth, the rise of the middle class and the rampant urbanization of the continent are all factors to be taken into consideration, in order to anticipate the rising configuration of these emerging economies ".

In this sense, Moroccan exporter companies had better anticipate the dynamics of economic, social and cultural transformations that are on the horizon in Sub-Saharan Africa by setting up adaptation strategies in order to capture a higher market share and catch up their delay in this fast-growing region.

Economic Action at the Heart of Morocco's Integration Strategy in Africa

Economic integration is important for both Morocco and the African continent.  The recent trips of King Mohammed VI to Rwanda, Tanzania, Senegal, Ethiopia, Madagascar and Nigeria is designed to reinforce this notion. The Eastern part of Africa is the fastest growing region in Africa. Added to that, its economic potential  is still unexploited. If Morocco wants to reinforce its influence on the African continent, a number of options have to be investigated. First, the internationalization of Moroccan companies and their investment in African countries have to be encouraged by putting at their disposal a real database on the specificities and the potential of each economy. Second, export flows to African countries have to be fostered. Both public and private actors are involved in the promotion of Moroccan products. The new Moroccan agency for the development of Investment and Export, as well as the ASMEX (Moroccan Association of Exporters), will have to conduct trade missions to various African deposits and offer national companies the necessary support to develop their exports and / or carry out their development project in the continent. Finally, strengthening trade integration with the various African countries is important. The consumer market is growing with the emergence of a middle class more interested in manufactured goods with a high added value. The negotiation of advanced partnerships with ECOWAS and CEMAC, including the creation of free trade areas, is in turn an ideal gateway to this large market of more than 300 million people.

In the era of globalization and fierce international competition, the growing interest of emerging countries towards the African continent is marked by rivalries: China, India, France, Japan or Germany have all unveiled their African ambitions. Facing this international context, Moroccan diplomacy is more ambitious and aggressive. King Mohammed VI declared at the opening of the Moroccan-Ivorian Forum the 24th of February 2014: "Diplomatic relations are at the heart of our interactions. But, thanks to the profound changes that the world is undergoing, their mechanisms, their scope and even their place in the architecture of international relations are forced to adapt to new realities.”

In the wake of this , Morocco would win by organizing a Moroccan-African business summit. The latter would be a continuation of the Africa Action Summit and would focus on the economic development potential of the continent. The Summit would bring together governments, businesses, the public and private sectors, around the economic, social and human development of Africa. The challenge is to reaffirm the strategy of influence of Morocco on the continent.

Translated by:

Pape Djibril Diagne


[1] Economic impetus groups include 10 sectors identified as priorities: banking-finance-insurance, agri-business-fisheries, property-infrastructure, tourism, renewable energy-energy, transport- Logistics, industry-distribution, digital economy, social and solidarity-craft economy, human capital-training and entrepreneurship

[2] Christophe Sidiguitiebe, Four new agreements signed between Morocco and Senegal, Telquel.ma, 10.11.2016: www.telquel.ma/2016/11/10/quatre-nouveaux-accords-signes-maroc-senegal_1523082

[3] Four of Africa's top five trading partners (Algeria, Mauritania, Senegal, Côte d'Ivoire and Nigeria) are part of West Africa.

[4] With regard to imports, the weight of North Africa accounted for nearly all Moroccan imports, with a share of 82% in 2014 compared with 53% in 2004, mainly by importing natural gas, manufactured gas, petroleum and related products.

[5] Moroccan exports consist mainly of food and living animals (25%), machinery and transport equipment (18.5%), chemicals and related products (18.1%), manufactured goods 15.9%) and mineral fuels, lubricants and related products (11.7%).

 

Blue economy: an opportunity for inclusive growth In Sub-Saharan Africa

blueSub-Saharan African countries have over the last few decades recorded strong growth rates, resulting in an average growth of about 5% in the region in 2014. Countries such as Côte d’Ivoire, Kenya and Senegal have continued to perform well in spite of the notable drop in 2015 as a result of the fall in oil prices.

Despite these performances, most Sub-Saharan African countries continued to be plagued by high levels of poverty and inequalities and low standards of health and education systems, which explain the reason for their very low Human Development Index (HDI). According to the 2015 UNDP report on Human Development, 38 of the 48 Sub-Saharan countries are ranked among the fourth and last categories of countries with the lowest Human Development.

This situation can be attributed to a lack of exploitation of all the potentials available to these African countries. These include potentials offered by the seas, oceans, lakes and rivers, through fishing, tourism, commerce, energy supply and the production of pharmaceutical products which ensure the creation of wealth and employment. While maritime commerce can be said to be developed in the coastal nations of sub-Saharan Africa, fishing, tourism, energy and pharmaceutical production remain under exploited.

This article revisits the under-exploited aspects of the Blue economy in the Sub-Saharan African region that offer  a strong economic growth potential for the region.

Tourism: An under-exploited but important revenue-generating sector for Sub-Saharan Africa

According to the World Tourism Organization, Global revenues for tourism was about $1.5 billion in 2014, in which $221 billion was revenue from passenger transportation and $1245 billion  was from visitors’ expenditures in accommodation, food and drinks, leisure, shopping and other goods and services. This offers a really great opportunity in direct employment, particularly for the youth.

However, although the global revenues for tourism were high, Africa was only able to gain 3% from this total revenue – which equals less than 3% for Sub-Saharan Africa. This low tourism revenue rates is due to lack of significant political action that ensures revenue growth in the tourism sector. This lack of policy is characterized by under-equipped and under-managed beaches, inadequate infrastructure, a lack of promotion of tourist sites, and oftentimes a high political instability. If Sub-Saharan African countries, through the tourism potentials that the oceans offer can improve their tourism sector and achieve at least 10% from the global revenue for tourism totaling about $150 billion, they would then be able to have additional resources to finance other  developmental projects.

Fisheries and Aquaculture: Low African Productivity in the global market

The Food and Agricultural Organization (FAO) in its 2016 report on the State of the World Fisheries and Aquaculture highlights the fact that fish continue to be one of the most traded basic commodities globally, and that more than half of the  these exports are from developing countries. However, African marine and coastal aquaculture production was only 0.2% in 2014 (FAO 2014). This then gives a lower estimated turnover for Sub-Saharan Africa.

Considering the fact that Africa has an estimated maritime area of about 13 million square kilometers, it is a wonder why African production is not large enough. The importance of fishery and aquaculture in the economic transformation of Sub-Saharan African countries towards inclusive economies lies in their ability to create direct employment particularly for the underprivileged population. For example in Mauritius, 29,400 jobs were created through the Fishing sector in 2014, according to the FAO.

More so, there is no doubt that fishery and aquaculture have played an important role in the economic expansion of Asian countries over the past decades. That 53% of the global maritime and coastal aquaculture production of fish come from Asia in 2014, is proof   of  this fact. In other words, the global exports of fish, cited at the beginning of this section, come principally from Asian countries.

Hydro-electricity: Harnessing the   Potential to fully Power Africa

Energy is undoubtedly essential in the economic development of any country. Electricity is vital for the proper functioning of services such as health and education, as well as for the smooth running of businesses that create employment.

Access to electricity, especially in the rural areas would help in the creation of a certain employment, allowing the structural reduction of the level of poverty. Despite these benefits however, according to the African Development Bank, more than 640 million Africans do not have access to power, which corresponds to an access rate of just over 40%. The same source states that the energy consumption per capita in Sub-Saharan Africa (excluding South Africa) is about 180kWh, a far cry from 13,000 kWh per capita in the U.S, and 6,500 kWh in Europe.

Despite the fact that Hydroelectricity supplies about a fifth of the current energy capacity, this represents only a  tenth of its total output. Yet according to the International Energy Agency, the ocean’s renewable energy could supply up to 400% of the global demand. Simply put, the 28 coastal countries in Africa can fully power up their population and can equally export energy to the remaining 20 Sub-Saharan African countries. African states must therefore consider further exploitation of hydroelectricity so as to supply energy to their populations. This would enable the creation of jobs and ensure an all-inclusive growth.

Climate-change awareness

Despite their enormous provision of natural wealth to the population, the over exploitation or the improper exploitation of the oceans, seas, rivers and lakes can have adverse effects on the environment. The Life Index of marine species have indeed decreased by 39% between 1970 and 2000. It is therefore essential to respect certain rules in addressing the environmental production while enjoying the benefits of a Blue Economy. Countries wishing to take advantage of the Blue economy can look into the recommendations made in the Africa’s Blue Economy: A policy Handbook, of the United Nations Economic Commission for Africa. These policies include, among others, the development of a framework in promoting infrastructure that respects the environment such as green ports and the use of renewable technologies. The report also recommends investment in information services on the environment to facilitate the ready availability of information on the climate and the environment.

Translated by: Tomilade Adesola

Source :

http://www.uneca.org/publications/africas-blue-economy-policy-handbook

http://www.undp.org/content/undp/fr/home/librarypage/hdr/2015-human-development-report.html

http://media.unwto.org/fr/press-release/2015-04-15/les-exportations-du-tourisme-international-grimpent-1-500-milliards-d-usd-e

http://www.afdb.org/fr/the-high-5/light-up-and-power-africa-–-a-new-deal-on-energy-for-africa/

http://www.fao.org/documents/card/fr/c/9ba59d60-6d96-4991-b768-3509eeffc4da/

http://www.worldwildlife.org/publications/reviving-the-oceans-economy-the-case-for-action-2015

L’Afrique que nous voulons !

c68a72e0-2En perspective de la première conférence annuelle de l'Afrique des Idées le 30 mai  prochain à Paris, la rédaction publie une série de tribunes sur le thème de l'Afro-responsabilité. Matrice intellectuelle et cadre d'analyse de notre Think Tank, ce concept est pour nous la voie idéale pour la construction d'une Afrique maitresse de son destin. Cette Afrique que nous voulons est justement le sujet de la première tribune en deux parties de Hamidou Anne et Christine Traoré. 

 

Phénomène nouveau, l’Afrique compte de plus en plus de « returners » ou « repats ». Comprenez cette diaspora composée d'enfants d’émigrés ou de personnes elles-mêmes émigrées, qui font le choix de quitter leur vie au Nord, pour revenir s’installer dans leur pays d’origine, au Sud. Au delà d’une vision binaire du monde, que nous enseignent ceux, qu’affectueusement, nous pourrions appeler les nouveaux porteurs d’espoir. L’Afrique serait-elle devenue, après avoir été de nombreuses années le berceau de l’humanité puis de la litanie, cette « nouvelle terre promise » des « patrides » en désir de renouveau ?

S’il ne fait aucun doute que les raisons qui motivent les returners sont multiples et propres à chacun, ont-elles en partage deux particularités : le fait d’être mus par un désir de ré-enracinement et la volonté de tourner le dos à une Europe en crise. D’ailleurs cette logique ascendante touche plus particulièrement certains pays en difficulté, le Portugal en tête. Mais sans doute également et tout simplement, cet exil inversé répond-il à l’attractivité envers les potentialités offertes par le continent.

Ainsi l’Afrique connaîtrait-elle enfin, « l’année de son année » pour parodier les paroles d’une célèbre chanson populaire ? A en croire l’écho médiatique de certains signaux faibles, nous serions portés à croire que oui. Oui, car une actrice mexico-kenyane ne cesse de rafler le haut des podium ; oui, car le Sénégal est désormais dans le top 10 des pays africains à l’indice du meilleur progrès social[1] ; oui encore car sa sœur abidjanaise semble signer son grand come back. A ce tableau d’apparence idyllique nous pourrions ajouter quelques données métriques clefs : 5% de croissance sur les 10 dernières années et des prévisions rassurantes.  

Oui, mais. Concrètement, quels changements tangibles peut-on observer dans le quotidien des populations ? Certes ces 15 dernières années ont été le théâtre du changement des visage de nos capitales : exit les ruelles de terre battue, exit les chevaux, exit les maisonnettes en banco. Mais c’est majoritairement avec la même ferveur parfois teintée de résignation que continue de battre le cœur de nos villes. La débrouille se taille toujours la part du lion sous le soleil de Ouagadougou, Dakar, Bamako ou Abidjan. Et aux rêves d’Afrique des uns, s’opposent les rêves d’ailleurs des autres. La Méditerranée a encore ce 18 avril englouti plus de 800 victimes attirées par l'eldorado d’une vie meilleure en Europe.

Perdus dans le brouhaha du quotidien, éblouis par les discours lénifiants et fascinés par les grues qui s’élèvent, nous en oublions l’essentiel. Mais au fait, où va-t-on ?

Pour éviter qu’à nouveau des vies n’aillent se perdre dans les méandres noirs de la mer, il serait plus qu’urgent de s’interroger sur l’Afrique que nous voulons et de poser, ensemble, les fondations d’une troisième voie, celle d’un développement inclusif et durable. Nos colonnes font régulièrement l’objet d’appels à la jeunesse. Qu’elle soit aujourd’hui une pierre supplémentaire à l’édifice d’une pensée afro-responsable.

L’émancipation créatrice face au principe de réalité : l’illusion des trois « i ».

La crise financière puis économique dans le monde occidental coïncide avec le nouveau positionnement accordé à l'Afrique dans le débat économique mondial. Le continent est devenu l'aire de toutes les promesses, souvent exagérées voire simplement sans aucun fondement objectif. L'Afrique en devenir, lieu d'expression des nouveaux rêves de tous ordres, est positionné au carrefour de toutes les influences et attire différents chasseurs de parts de marché. Nous mettant ainsi en face d'un nouvel impérialisme qui menace par une triple illusion.

Si les colonisations française, britannique et portugaise ont pris fin majoritairement dans les années 60, l'influence de ces pays n'a jamais véritablement cessé en Afrique. L'invention et l'usage réitéré de la notion de néo-colonialisme dont la version la plus caricaturale est le concept de Françafrique le prouve à suffisance.

La crise économique structurelle dans laquelle se trouve les anciennes puissances coloniales et l'émergence de nouvelles puissances économiques qui amorce leur dessein hégémonique hors de leurs frontières, font de l'Afrique un nouveau terrain d'expression de plusieurs luttes d'influence. L'Afrique est ainsi en proie aux visées hégémoniques chinoise, arabe, russe voire indienne, sans grande résistance et souvent sans une réelle prise en compte de son intérêt. Et il s’agit là de la première illusion. Celle de l’impérialisme politique qui résulte d’une forme de servitude volontaire installée dans les rapports avec ces nouveaux « géants » aux agendas aussi divers que peu philanthropiques.

La mondialisation, la faiblesse des États qui s'est accompagnée d'une forte croissance de multinationales aux capacités financières énormes génèrent aussi une présence de grandes entreprises étrangères sur le continent, avec souvent une puissance supérieure aux États dans lesquels elles s'installent. Si le discours de ces entreprises laisse croire à un volontarisme et une participation au développement des pays africains, la réalité est souvent différente à l'aune des faits. Leur impact est faible sur la croissance des pays, car une grande part des capitaux est exportée en dehors du continent et leur agenda est en inadéquation avec l'impératif de développement dans lequel doit s'inscrire un investissement dans un pays au-delà de la quête de rentabilité. C’est ainsi qu’intervient la deuxième illusion. Celle de l'impérialisme économique.

Mais l'économie n'est pas le seul domaine dans lequel la ruée vers l'Afrique se caractérise. Ainsi à l'impérialisme politique et économique, répond l’impérialisme culturel. Le fameux soft power, qui est aussi une réalité à laquelle l'Afrique est confrontée. Les chaînes câblées, l'arrivée de grands groupes audiovisuels la consommation culturelle étrangère sont symptomatiques de l'énorme défi qui se pose à nous dans la formulation d'une efficace bataille culturelle en vue d'inverser la tendance.  Le propos n’étant pas de tourner le dos à la modernité recherchée, mais de l’impulser dans une direction qui nous ressemble.

Les États face aux serments de l’Histoire.  

A l’illusion des trois « i » : impérialisme politique, économique et culturel, vient s’ajouter, presque 60 ans après nos indépendances, le temps des divergences qui freinent l’émergence d’États forts capables de changer radicalement et qualitativement la vie des citoyens pour amorcer un développement pérenne et profond.

L'absence d'unité nationale, qui est la résultante d'une décolonisation amorcée sur les bases des frontières issues du congrès de Berlin a conduit à la difficulté d'ancrer le principe d’État-nation dans plusieurs pays. Depuis le premier sommet de l'OUA marqué par les dissensions entre les groupes de Casablanca et de Monrovia, l'on est en proie à une faiblesse du sentiment de destin commun en Afrique. Les facteurs exogènes qui ont sabordé toutes les tentatives d'unité politique du continent ont trouvé résonance avec une irresponsabilité de dirigeants africains peu enclins à un devenir commun.

Ces facteurs combinés génèrent des drames aussi tristes et scandaleux que la vague de violences xénophobes actuelle en Afrique du Sud.

A contre courant de l'histoire qui voit de grands ensembles se former en Europe et en Amérique latine notamment, l'Afrique demeure le continent le plus divisé et certainement le plus désarticulé. Ceci rendant illusoire, dans un contexte de mondialisation, toute velléité d'émergence.

Pis encore, aujourd'hui ces faiblesses structurelles ayant trait à une faiblesse de la puissance publique et à l'incurie de choix politiques désastreux, deviennent un terreau fertile pour la gangrène du terrorisme qui, au-delà de menacer la survie des États, devient un défi lancé à notre survie en tant que culture et civilisation.

À la recherche d’une 3ème voie, le temps des solutions.

Face à tant de constats négatifs, que faire ? S'il est indéniable que l'Afrique n'a jamais été dans une période aussi avantageuse pour enfin amorcer et concrétiser son développement, les forces contraires à cet idéal sont nombreuses et les défis énormes.

La puissance publique garante de l'égalité des droits et du dessein commun doit être renforcée. Nos États doivent être forts, dans l'égalité et la justice, pour affronter des défis comme celui, par exemple, du terrorisme. La pensée doit connaître un nouveau printemps. Il faut réconcilier l'université avec le politique. La place existe également pour de nouveaux intellectuels et pour une résurgence de la pensée positive et dépossédée des vestiges d'un passé complexé et en déphasage avec l'exigence de rigueur et de développement du continent.

La nouvelle élite intellectuelle doit faire œuvre de praxis car une action non conceptualisée est désordonnée. Une pensée non suivie d'action est vaine et ne peut avoir aucune incidence sur la marche de l'histoire. Marx disait qu'une « pensée qui transperce les masses devient révolutionnaire ».

N’est ce pas les bribes de ces cœurs percés qui ont soulevé les âmes burkinabè hier, peut-être béninoises demain ? Voilà nos dirigeants prévenus. L’ère de l’afro-responsabilité et de toutes ses résurgences semble amorcée.

 

Hamidou Anne et Christine Traoré

Ici la deuxième partie de cet article.

 


[1] Le Sénégal est la 10ème place des pays africains de l’indice du progrès social publié par l’Ong « The social progress imperative ». Le pays est au 97ème rang mondial sur 133. 

 

 

 

 

La croissance africaine devrait-elle venir de l’innovation ?

Soleil sur l'AfriqueL'année 2015 sera déterminante pour l'Afrique pour deux raisons. D'une part, c'est en cette année que seront renouvelés les engagements internationaux sur la réduction de la pauvreté à travers les OMD post-2015. Comme le reflètent les objectifs de développement durable (ODD) qui remplacent les OMD, ce n'est plus les solutions pour réduire significativement la pauvreté qui manquent. Prenant exemple sur des pays comme la Chine ou l'Inde, nous savons aujourd'hui que la pauvreté peut être réduite significativement grâce à la croissance économique. Il suffit donc que les instruments de redistribution de la richesse soient effectivement mis en œuvre pour que les populations pauvres puissent graduellement sortir de leur situation de pauvreté. Ces instruments peuvent être de l'investissement dans les infrastructures économiques (routes, énergie, communication, eau et assainissement) et sociales (éducation et santé), de transferts d'argent conditionnels ou non à l'endroit des plus pauvres ou encore de politiques de protection sociale suffisamment flexibles pour ne pas décourager les investissements privés.

D'autre part, il est aujourd'hui une évidence que les pays africains s'engagent définitivement sur la voie du développement économique grâce à la consolidation d'institutions politiques démocratiques et à l'émergence d'une classe moyenne. L'engouement des grands groupes internationaux pour l'Afrique témoigne de la création de ce nouveau segment de marché dont la taille s'agrandit de même que les revenus de ses consommateurs. Il en est de même pour les soulèvements populaires, comme ce fût récemment le cas au Burkina Faso, qui même s'ils n’ont pas redistribué le pouvoir politique, ont certainement envoyé un signal ; que la gestion des affaires publiques se doit désormais d'être plus inclusive. Ces deux réalités viennent renforcer le processus de croissance économique qui devrait s'inscrire dans la durée. Cependant, pourquoi s'intéresse-t-on si tant à la croissance économique ? Pour équiper les ménages africains des commodités de la modernité ? Ou pour leur apporter de la dignité dans un monde où la portée de la voix d'une nation ne se mesure plus par la gabarie physique, encore moins par la multitude de la population, mais plutôt des richesses économiques que cette dernière est en mesure de créer ?

Pour paraphraser le professeur Augustin Cournot (1863) p.6, "la richesse doit être considérée, pour les individus et surtout pour les peuples, bien moins comme un moyen de jouissance que comme un instrument de puissance et d'action". Mettons le standard plus bas en considérant "la puissance" et "l'action" comme des dérivés de la "représentativité", c’est-à-dire de la capacité d’une nation à défendre sa position et d'être audible sur la scène internationale. C'est à l'aune de cette observation que nous avons besoin de reconsidérer les perspectives économiques de la plupart des pays africains. Quoiqu'elles suscitent de l'espoir, la tâche qui incombe aux gouvernements africains est celle de lui donner une définition, une définition de l'espoir africain.

Il sera plus aisé d'illustrer nos propos à partir des deux graphiques 1 et 2 ci-dessous. Le premier présente l'évolution du rapport des niveaux de vie mesuré par le PIB par habitant de certains pays ou régions du Monde de 1990 à 2013. Quant au second, il montre l'évolution du poids économique mesurée par la part du PIB mondial dans les mêmes pays/régions sur la même période. L'idée sous-jacente étant que la "représentativité" d'une nation se mesure quelque part entre le niveau de vie de ces citoyens relativement aux citoyens des autres nations et le poids de leur production collective par rapport aux autres nations. La distinction entre ces deux facteurs s'illustre bien avec la Corée du Sud et la Chine. En 2013, un Sud-Coréen moyen avait un niveau de vie trois plus élevé que la moyenne mondiale, comparable au niveau de vie de l'Européen moyen, alors que son pays ne représentait qu'environ 2% de la production mondiale. A cette même date, la Chine représentait déjà 16% de l'économie mondiale, comparable au poids des USA, alors que le niveau de vie d'un Chinois moyen ne dépasse pas la moitié de la moyenne mondiale.

Quant à l'Afrique[1], elle est à peine visible sur ces deux graphiques, synonyme d'un poids économique et d'un niveau de vie insignifiant. Mais il ne s'agit pas de l'observation la plus importante qui se dégage de ces deux graphiques. C'est plutôt ce qu'ils nous enseignent sur la fortune des pays/régions selon leurs stratégies de développement.

graph1_intro_15graph2_intro_15

Source: World Development Indicators Database, World Bank, et calculs de l'auteur. Les données sur le PIB sont en dollars constant de 2010 avec prise en compte de la parité du pouvoir d'achat.

Pour mieux comprendre les forces économiques à l'œuvre, reprenons les données sur la Corée du Sud et la Chine. L'essor économique du premier est principalement dû à l'innovation notamment dans l'électronique avec Samsung et dans l'automobile avec Hyundai Motor. Ainsi, le pays se trouve en bonne place sur le segment de marché mondial des équipements de télécommunications, d'électroménagers et de l'automobile. Cette position se reflète assez bien dans ses statistiques d'investissements en R&D qui représentaient en 2011 4% du PIB sud-coréen, un ratio supérieur à celui des Etats-Unis d'Amérique et de l'Europe (Graphique 3 ci-dessous).

Quant à la Chine, sa stratégie repose essentiellement sur trois piliers, le premier étant l'imitation des technologies déjà existantes, suivi de l'utilisation de sa main d'œuvre abondante et bon marché et enfin de l'innovation. Bien entendu, l'ensemble de ses stratégies ont été mises en œuvre concomitamment. D'abord, l'ouverture vers l'extérieur entamée par l'intégration aux accords de l'OMC a été faite non pas pour consommer mais pour produire des biens et services destinés à l'exportation en s'appuyant sur sa main d'œuvre abondante et plus compétitive. C'était donc une ouverture gagnante à la fois pour l'Etat chinois mais aussi pour les entreprises étrangères. Dans ce contexte, les flux de capitaux étrangers restent étroitement contrôlés par le gouvernement afin de maîtriser la naissance d'entreprises nationales capables de rivaliser sur les marchés mondiaux aux côtés des grandes entreprises européennes et américaines. L'imitation consiste à reproduire les technologies existant ailleurs à travers les contrats qui stipulent clairement le transfert de technologies. Ce fût le cas par exemple du train à grande vitesse ou de l'aéronautique. S'ajoute alors les investissements dans la recherche et le développement comme le montre les statistiques sur l'évolution de la part des dépenses de R&D dans le PIB. Elles sont passées de 1 à 2,5% du PIB chinois en 15 ans, rattrapant ainsi le même niveau que l'Europe (Graphique 3 ci-dessous).

graph3_intro_15

Source: World Development Indicators Database, World Bank, et calculs de l'auteur.

Quand on y regarde de près, la stratégie chinoise est semblable à celle employée par les Etats-Unis à l'exception de l'imitation puisque ces derniers étaient à l'avant garde de la révolution industrielle juste derrière les Britanniques. De plus, en tant que terre d'immigration, ils avaient déjà accueilli bon nombre d'éminents scientifiques Européens, dont Einstein reste l'un des plus emblématiques. En matière d'innovation, le pays a accru ses dépenses en R&D passant de 2,5 à 3% du PIB entre 2005 et 2010. Il n'est nul besoin de rappeler ici le nom des grandes entreprises américaines qui apportent chaque année de nouveaux produits et services sur les marchés du monde entier, Apple étant l'exemple emblématique le plus récent. En tant que pays d'innovation, les USA ont une demande extérieure très forte quoique leur balance commerciale reste déficitaire. Par ailleurs, le marché du travail américain regorge aussi d'une main d'œuvre abondante et compétitive, comme en témoigne les chiffres du PewResearchCenter qui estimait à 11.2 millions, soit 3,5% de la population, le nombre d'immigrés illégaux vivant aux Etats-Unis. A cela s'ajoute la flexibilité du marché du travail américain qui rend moins coûteux le travail qu'en Europe. Ainsi, l'innovation combinée à un coût du travail faible permet d'expliquer les performances économiques des USA qui ont pu limiter la baisse de leur poids économique à 16% en 2013, et maintenu le niveau de vie de leur citoyen moyen autour de 6 fois la moyenne mondiale.

Les exemples de la Chine et de la Corée racontent l'histoire de rattrapages économiques réussis pour des pays qui, il y a moins d'un demi-siècle, étaient au même niveau que l'Afrique. Ce sont aussi des exemples qui mettent en évidence les stratégies qui fonctionnent et les pièges à éviter. Par contre l'exemple de l'Union Européenne va mettre en évidence les instances dans lesquelles le rattrapage peut se transformer en stagnation: C'est le piège à éviter pour les économies africaines. Comme le montre les graphiques 1 et 2 ci-dessous, le poids économique de l'Europe n'a fait que baisser au cours des dernières décennies, passant de 26% en 1990 à 18% en 2013, soit une baisse de 8 points contrairement aux USA qui n'ont perdu que 4 points sur la même période en dépit de l'émergence d'autres pays du Monde tel que la Chine. De plus, quoique le niveau de vie moyen ait augmenté, il a progressé au même rythme, voire moins, que celui des USA. Ces constats vont de pair avec des dépenses en R&D récemment passées à 2% du PIB, soit un point de pourcentage plus faibles qu'aux USA et deux fois moins que celui de la Corée du Sud. Ils vont également de pair avec un marché du travail plus protecteur du salarié et générateur d'un emploi plus coûteux.

C'est aussi se chemin que s'apprête à emprunter certains Etats africains en signant l'accord de partenariat économique avec l'Union Européenne afin de consommer davantage plutôt que de produire, en dépensant seulement 0,6% de leur PIB en R&D,[2] en signant des contrats de construction qui autorisent les entreprises à importer même les travailleurs non qualifiés, et en ayant un coût du travail qualifié qui reste encore plus élevé que dans des pays comparables.[3] Ainsi, ni le canal de l'imitation, ni celui de l'innovation, encore moins celui de l'ouverture sur la base davantage comparatif n'est à l'œuvre en Afrique. Ce n'est certainement pas là une note d'espérance pour l'Afrique. C'est pour cela que l'espoir a besoin d'une définition en Afrique. Pour éviter qu'il ne soit juste un mirage pour l'essentiel de la population, il y a lieu de 1) identifier les secteurs dans lesquels l'Afrique gagnerait à imiter les technologies qui existent déjà, 2) innover dans les autres secteurs, que ce soit de l'éducation, de la santé, des technologies de l'information et de la communication, des transports, de l'énergie et de l'eau, voire même de l'aménagement du territoire et 3) entamer une ouverture commerciale dans le but de produire et non de consommer.

Georges Vivien Houngbonon

 


[1] L'Afrique sub-saharienne plus précisément car ce n'est que pour cette région que nous avons trouvé des données comparables. Cependant le profil reste le même lorsqu'on inclut les pays d'Afrique du Nord.

[2] Ce chiffre de 2007 est surestimé grâce à l'inclusion de l'Afrique du Sud dans les calculs.

[3] Cf. la publication de Gelb et al. (2013) sur le sujet. Il semble que cela soit dû au fait que les salaires soient plus élevés dans les plus grandes entreprises, suggérant qu'il ne s'agit pas d'un effet structurel mais tout simplement le résultat de la rareté de la main d'œuvre qualifiée pour les secteurs à fort intensité capitalistique tels que les télécommunications et les mines. On le voit dans les résultats que les coûts les plus élevés se trouvent en Angola et en Afrique du Sud et au Nigéria.

Les inconvénients de l’énergie électrique photovoltaïque en Afrique

 

Nouvelle image (4)Compte tenu du milliard et demie d’habitants n’ayant pas accès à l’énergie électrique, nombreux sont les programmes nationaux et  internationaux qui militent en faveur de l’énergie pour tous. Ainsi, de l’extension du réseau électrique, au recours aux énergies nouvelles, l’énergie de demain doit répondre d’un gage de non intermittence,  d’accessibilité pour tous, et enfin de qualité.

Dans le précédent billet, nous avions évoqué les atouts de l’énergie photovoltaïque, qui constitue la ressource  énergétique la plus abondante au monde. Malgré qu’elle soit considérée comme l’enfant prodige des énergies nouvelles, son développement se heurte à des difficultés de tout genre que nous tâcherons d’évoquer dans ce dernier article.

En économie, l’une des principales variables d’ajustement est le prix. Au centre de la majorité des théories économiques, le prix  et les variations de prix symbolisent tout consentement à payer ou à recevoir, le changement de comportement par rapport à nos habitudes, et enfin notre capacité à adopter ou non une nouvelle technologie. De ce fait, quand bien même le coût de l’énergie photovoltaïque a chuté sur le plan mondial, les prix d’acquisition demeurent élevés pour la moyenne des ménages africains. L’installation solaire, qui est un investissement de long terme n’est pas souvent compatible avec les besoins financiers de court terme des populations. A titre d’exemple, un système de 400Wc qui permet d’alimenter la TV, 6 ampoules, la radio coûte environ 800 000FCFA HT[i], quand le SMIC est de l’ordre de 372 000FCFA/an/personne[ii], soit 744 000FCFA au moins pour un ménage où les deux parents sont actifs. La situation est d’autant plus grave qu’il n’existe pas de mécanisme de subventions, d’exonération fiscale, de prêts bancaires ou de soutien aux besoins de consommation des ménages.

Ensuite, l’énergie électrique pose le problème du stockage. L’énergie électrique ne se stocke guère, mis à part le recours à des barrages pour pomper l’eau en journée et la rétribuer  en soirée. Les énergies renouvelables sont pour la plupart intermittentes. Dans le cas du photovoltaïque, à la tombée de la nuit, le système devient totalement passif dans la mesure où il n’y a plus d’irradiation solaire, malgré que notre demande en énergie soit constante. La solution actuelle réside dans le recours au stockage sous forme de batteries, des piles géantes qui accumulent l’énergie non consommée durant la journée afin de la redistribuer le soir et les jours de faible ensoleillement. Malheureusement, la technologie des batteries n’est pas encore très avancée, dans la mesure où dans les pays développés, elle n’est pas souvent sollicitée (en Europe par exemple, on parle de raccordement au réseau or bien souvent dans les zones rurales africaines, on est en réseau isolé dit « Off Grid »).  Ainsi, le coût du stockage peut représenter jusqu’à 40%[iii] du montant initial de l’investissement, sachant que les batteries ont une durée de vie beaucoup plus réduite que les autres composants, avec un facteur risque en cas de court circuit ou d’erreur d’installation.

D’autre part, en l’absence d’organismes de conformité, de normes définies et appliquées, et d’un marché de consommation bien identifié, le secteur énergétique électrique en amont[iv] est peu identifié des grands  industriels mondiaux. La plupart des matériels utilisés sont  importés et utilisés sur la base de réglementations des pays exportateurs. Etant donné également que les réseaux présentent souvent des déviances (le cas des multiples baisses de tension, des surtensions, et des coupures non programmées), l’utilisation qui en découle devient impropre aux données d’utilisation du constructeur. Cette question va de paire avec le manque de compétence locale pour assurer le fonctionnement des installations, ce qui explique pourquoi la plupart des principaux projets solaires furent des échecs. Le rôle de la recherche et du développement, précédemment évoquée dans un article de TerangaWeb,  ainsi que de l’innovation pour un marché africain de consommation, compte tenu des ses particularités et de ses attentes devient alors un pilier phare du déploiement énergétique.

Enfin, un des principaux obstacles, ou du moins une ouverture de réflexion représente le duopole public-privé. L’énergie est un bien stratégique où la géopolitique  témoigne de l’importance des enjeux qui en découlent. Les investissements énergétiques sont très onéreux, et l’état actuel des réseaux et infrastructures dans les pays africains est synonyme des problèmes auxquels font et feront face les pays africains. L’implication du secteur privé s’avère donc nécessaire, pour dynamiser et pérenniser la filière, bien qu’à l’origine le secteur de l’énergie soit réputé pour être des plus monopolistiques. L’Etat, à mon avis se devra donc d’être un intermédiaire d’échange, régulateur et maitre d’œuvre des feuilles de route énergétique, en ayant toujours à l’esprit qu’économiquement non viable, l’énergie devra toujours être socialement disponible pour tous.

 

                                                                                                        Leomick SINSIN

 

 


[i] Il s’agit d’une moyenne recensée sur les installations au Bénin, et de mon retour d’expérience

 

 

 

 

 

[ii] 31000 FCFA (environ 48€) par mois

 

 

 

 

 

[iii] Revoir le précédent billet sur la décomposition du CAPEX d’une installation solaire

 

 

 

 

 

[iv] L’amont, tel que définit ici, concerne principalement les composants tels que les onduleurs, les régulateurs et les données de fréquence pour le réseau.

 

 

 

 

 

Le fantasme du « capitalisme autoritaire » en Afrique

kagameLa croissance économique africaine est peut-être discutable et exagérée, mais il l’est tout autant de suggérer que l’Afrique devrait suivre aveuglément les traces des états émergents et autoritaires d’Asie.

Dans sa récente publication dans Foreign Policy, Rick Rowden affirme que le bas niveau d’industrialisation de l’Afrique laisse penser que le continent n’est pas « le miracle de croissance » que décrivent certains observateurs. Son article, qui est une réponse à une analyse très optimiste publiée par McKinsey, The Economist, et Time Magazine, entre autres, bat en brèche l’hypothèse d’une croissance économique en Afrique, la qualifiant de « mythe ». Selon lui, étant donné que l’Afrique ne participe qu’à une infime partie du commerce mondial, elle ne peut pas être mis au même niveau que les économies asiatiques.

Des exemples à suivre

Si Rowden a raison d’attirer l’attention sur l’exagération irrationnelle qui va souvent de pair avec l’évocation d’une « croissance économique africaine », son argumentation reste très affaiblie, du point de vue analytique et des solutions préconisées. Tout d’abord, Rowden présente une description très enjolivée de la « croissance miracle » des pays de l’Asie de l’Est. Il affirme que ce groupe – souvent désigné par l’expression « Tigres de l’Asie » et comprenant la Corée du Sud, Taïwan, et Singapour, avec la Chine en plus – a réussi à développer sa capacité de production, en créant en très peu de temps des emplois. Selon lui, étant donné que ces pays ont effectué « un très bon travail », les économies africaines devraient, logiquement, en faire de même.

Cependant, si les politiques industrielles asiatiques ont rapidement donné des résultats, elles ont aussi été appliquées par le biais de plans autoritaires et répressifs qui ont souvent mené à des violations manifestes des droits de l’homme. Ainsi, on entend souvent parler de technocrates bénévoles, de subventions généreusement allouées, de stratégies d’exportation intelligemment conçues, et de protectionnisme afin de favoriser l’industrie locale. En revanche, on entend beaucoup moins parler des règles quasi-martiales, de la répression dans le travail, des prêts accordés de façon opaque aux nababs, ou encore des manifestations violentes contre les changements constitutionnels non démocratiques ; tous ces points furent pourtant des parties intégrantes de ce « modèle de développement ».

Que dirait-on d’un Etat africain qui imposerait la loi martiale et maintiendrait les salaires bas au nom d’une « compétitivité internationale », un Etat qui marcherait sur les droits des travailleurs, où seraient arrêtés les responsables des syndicats ? Un Etat qui dans le même temps fermerait les yeux sur les activités des industriels corrompus, tant que les quotas d’exportation sont satisfaits ? Un Etat qui pourtant recevrait une aide importante des USA en échange des terres extirpées aux paysans locaux qui perdent ainsi leur principal gagne-pain ? Séduisantes méthodes, non ? Ceci est pourtant une description de la Corée du Sud lors de sa phase de croissance « miracle ». Et si le programme de réforme agraire coréen (initié, il faut le préciser, par l’armée américaine) a mené à une distribution plus équitable des terres, certains observateurs affirment que cela n’a pas amélioré la situation des paysans, qui devaient rembourser leurs dettes, sur une durée de cinq ans, à des taux usuraires, au gouvernement qui dans le même temps continuait à maintenir artificiellement les coûts de production à un bas niveau.

singapourMais malgré la répression et l’autoritarisme mis en place, des pays comme la Corée du Sud et Singapour n’ont pas réussi leur mutation en une seule décennie, ce qui représente les délais que se fixent les « afro-optimistes » dans leur analyse, et que Rowden rejette en déclarant qu’il n’y a pas encore eu de révolution structurelle pouvant le permettre. Mais nos réserves ne se portent pas seulement sur l’expérience est-asiatique. L’Angleterre a été prise par Rowden dans son article comme autre exemple (comme l’original, en réalité) de la doctrine du « développement par l’industrialisation ». Il faudrait rappeler les implications du processus « d’industrialisation » de l’Angleterre : l’asservissement et la colonisation de la moitié de la planète pour faciliter l’accès aux matières premières, l’exploitation de la classe ouvrière domestique en tant que main d’œuvre bon marché, et le cercle d’inclusion qui consistait en la privatisation d’une terre sous un prétexte agricole, poussant tous les habitants, à l’exception des propriétaires, vers le dénuement, et, par extension, les usines et les mines, où beaucoup d’entre eux périrent.

Des données peu fiables

Même en se basant sur des données strictement économiques, l’analyse de Rowden reste faible. Son point de vue sur le plan de la production semble être essentiellement basé sur deux rapports : un de l’ONU, et un autre de la Banque Africaine du Développement (BAD). Toute analyse de la BAD doit être prise avec des pincettes, car il s’agit quand même d’une institution qui a déclaré qu’il y avait 300 millions d’africains appartenant à la classe moyenne, considérant que tous ceux qui gagnaient entre 2 et 20 dollars appartenaient à cette catégorie. 60% de ce groupe gagnait entre 2 et 4 dollars par jour, franchissant à peine le seuil de pauvreté… La critique, basée sur de telles données, passe à côté des avancées qu’a connues le secteur de la production, sur le terrain. Des zones de traitement industriel émergent dans beaucoup de marchés locaux, d’Ethiopie au Ghana, participant à l’approvisionnement de plusieurs industries, autant à l’est qu'à l’ouest du continent, dans des secteurs aussi divers que le textile, les chaussures, le bois et les meubles, le cuir, l’automobile, et d’autres biens de grande consommation. L’application du Africa Growth and Opportunity Act, une loi américaine, a permis la multiplication par trois des importations – hors pétrole – américaines provenant de l’Afrique sur des produits tels que les textiles et vêtements, les produits agricoles manufacturés et les chaussures.

Ce choix de Rowden pose d’autres problèmes, en ce sens qu’il nourrit une vue simpliste qui présente les produits manufacturés comme de simples marchandises ; en considérant que les matières premières et les ressources naturelles sont de « mauvais » types d’exportation, et affirmant qu’une grande dépendance dans les produits basés sur ce type de ressources est l’indication d’un « bas niveau de diversification économique et d’une absence de progrès technologique ». Il s’agit là d’une très vieille idée reçue, émise par les économistes Raul Prebisch et Hans Singer. Mais les choses ne sont aussi simples : certains penseurs ont déjà fait remarquer qu’en se basant sur une réflexion aussi étriquée, un pays comptant beaucoup d’ateliers de pressurage à une échelle industrielle serait considéré comme « développé », nonobstant la qualité de vie de ses citoyens.

L’idée que les pays développés doivent passer des exportations de produits à base de ressources naturelles à celles des produits manufacturés est trop simpliste, surtout quand on considère le fonctionnement réel des marchés. Le profil commerçant de beaucoup des actuels pays riches et industrialisés du monde – le Canada, les USA, la Norvège, l’Australie et la Nouvelle-Zélande inclus – compte une grande part d’exportation de ressources et marchandises naturelles. Les marchés des puissances émergentes sont souvent dominés par des exportations de produits naturels aussi. L’agriculture, les combustibles et les produits miniers comptent pour 63% des exportations du Brésil, comparé aux 32,8% d’exportations de produits manufacturés – tout en important 72% de produits industriels. Il s’agit là d’un pays dont le commerce repose essentiellement sur ses ressources naturelles, et il s’agit aussi d’un pays qui, de par ses multiples initiatives sur le plan de la protection sociale, a, de façon historique, réduit les inégalités de façon plus drastique que quiconque, et a aussi capitalisé la plus grande évolution en terme de bien-être de ses habitants sur les cinq dernières années, d’après une étude du Boston Consulting Group.

Le Chili, aujourd’hui membre de l’OCDE, a une économie essentiellement dominée par l’exploitation de ressources naturelles, surtout le cuivre. Les éléments manufacturés constituent seulement 13% des exportations du pays. Et l’un des Etats en voie de développement les plus brillants en Afrique – et l’un des rares, globalement, à avoir un modèle solide de gouvernance démocratique – est le Botswana, grand pays exportateur de diamants. Rick Rowden semble considérer les exportations de produits naturels comme un indicateur de sous-développement, en notant qu’ils ont baissé « jusqu’à un niveau aussi bas que 13% en 2008 » en Asie et dans le Pacifique, constituant de toute évidence une avancée majeure : c’est tout simplement faux. Ces marchés ont des taux très bas d’exportations de ce type parce qu’ils n’ont pas plus de ressources naturelles que ce qu’ils consomment, ce qui en fait de faibles exportateurs. Il n’y a qu’à voir les efforts fébriles des compagnies de pétrole asiatiques en Afrique pour comprendre que leurs pays d’origine seraient très satisfaits si, grâce aux bienfaits de la géologie, ils avaient plus de ressources de ce genre dans leur sol.

petrole_afrique-300x210Ce qu’il faut noter, c’est que les pays ne « laissent pas tomber » leurs exportations de produits naturels dès lors qu’ils deviennent industrialisés, ou qu’ils sont en voie de le devenir, comme des enfants enlèveraient les petites roues de leurs vélos. En vue d’un développement réussi, ce qui importe, ce n’est pas qu’un pays choisisse de vendre des produits manufacturés ou le contraire : le succès repose sur des paramètres plus complexes, sur les institutions locales et les résultats obtenus.

Un optimisme mesuré

Certains observateurs trop optimistes concernant l’Afrique se sont peut-être laissés aller à une exubérance clairement irrationnelle, en ne considérant que les revenus à foison, les télévisions à écran plat, et la classe moyenne composée de 300 millions de personnes. Mais on ne peut pas simplement considérer la croissance en Afrique comme un mythe, surtout si on prend en compte les bases sur lesquelles Rowden s’appuie. Si les économistes sont prompts à présenter les Etats asiatiques comme les symboles et les modèles d’une industrialisation fulgurante, ils ne devraient pas passer sous silence les réalités socio-politiques de ces pays– les structures autoritaires inhérentes à une évolution capitaliste rapide. De plus, il est nécessaire d’effectuer plus de recherches sur le terrain afin d’établir avec exactitude la valeur qu’acquiert le marché africain ; à ce niveau, citer deux rapports ne suffit pas.

Les économies des pays africains ont, bien sûr, besoin de développer les secteurs requérant plus de main d’œuvre, couvrant la production industrielle d’assemblage, les services, et une gamme variée de produits manufacturés. En réalité, ce processus est déjà en cours, mais se manifeste d’une façon différente : l’évolution « rapide » n’est pas une considération neutre en terme de délais, et en la préconisant, il faut être prêt à accepter les plans politiques qui en sont à l’origine. Les défenseurs d’un « état de croissance » peuvent arguer que la douleur est le prix à payer pour la réussite économique, et que les générations futures en seraient les premiers bénéficiaires. Mais nous devons garder à l’esprit aussi bien les processus que les objectifs, sans omettre les réalités qui ont sous-tendu ces processus. En fin de compte, avant d’encourager certains modèles, nous devrions avoir cette maxime de Confucius en mémoire : « N’impose jamais aux autres ce que tu n’accepterais pas pour toi-même ».

 

Adam Robert Green, article initialement paru chez notre partenaire Think Africa Press, traduit de l'anglais par Souleymane LY  

Les arguments économiques en faveur de l’intégration africaine (1) : les besoins

On peut qualifier à grands traits les différentes économies africaines d’économie d’autosubsistance sous-productive. Elles se caractérisent par une forte proportion de main d’œuvre présente dans le secteur primaire (agriculture, élevage) traditionnel, peu productif et générant peu ou pas de surplus qui pourrait être réinvesti. Les personnes qui travaillent dans ces activités produisent avant tout pour leur propre consommation, ce qui explique leur « stagnation », voire la dégradation de leurs conditions de vie en cas de renchérissement des prix des produits de première nécessité.

A côté de ce secteur primaire d’autosubsistance, le principal employeur de la force de travail africaine est le secteur informel. Ce dernier peut se définir comme l’ensemble des activités de service qui échappent aux normes et à la taxation de l’Etat et qui recouvrent un assez large spectre : services à la personne (femmes de ménage, coiffeurs, etc.), services alimentaires, petits commerces, récupération, recyclage, transformation et fabrication de produits artisanaux ou semi-industriels. Ces activités se caractérisent généralement par un faible coût d’entrée, par une faible productivité et par une concurrence féroce qui entraîne les prix à la baisse, limitant les profits et donc les capacités de réinvestissement. Comme l’explique l’économiste Philippe Hugon, « dans la mesure où l’argent est le facteur rare, les petits producteurs cherchent à maximiser les rendements par rapport aux dépenses monétaires. Ils subissent les aléas d’approvisionnement et de débouchés sur des marchés parcellisés et fluctuants. Ils cherchent dès lors à reporter sur l’environnement une partie du risque, à internaliser certaines transactions au niveau des unités domestiques et à amortir les chocs (utilisation de main d’œuvre familiale, logique de diversification…) ».

Les freins au développement endogène

L’agriculture vivrière, le petit commerce et les services à la personne font partie des piliers du développement endogène, c'est-à-dire l’écosystème qui voit la production interne absorbée par la demande interne. Or, en Afrique, ces secteurs échappent en grande partie à la logique d’accumulation capitaliste.
Comme Karl Marx a pu le décrire dans son maître-livre en trois tomes, Le Capital, le circuit d’accumulation comporte deux actes : la réalisation d’une plus-value sur la production (ce que Marx appelle le surtravail) ; la transformation de cette plus-value en profit monétaire après un acte de vente. Prenons une illustration simple. Un boulanger emploie 5 ouvriers dont la masse salariale représente la valeur de 10 000 pains vendus/mois, à quoi s’ajoutent les différents frais de fonctionnement ainsi que des coûts fixes, d’une valeur de 4000 pains vendus. Les 5 ouvriers produisent 20 000 pains par mois. Le boulanger réalise donc une plus-value sur la production équivalente à 6000 pains. Mais encore faut-il qu’il puisse convertir cette plus-value productive en profit monétaire, et donc trouver des clients pour ses 20 000 pains.

Enfin, pour que la définition du capitalisme soit complète, encore faut-il rajouter que l’accumulation monétaire doit être systématiquement réinvestie pour élargir le champ des profits futurs. « Ce qui, fondamentalement, caractérise le capitalisme, c’est la recherche du profit en vue d’élargir le champ des activités profitables ; pourtant l’accumulation n’est pas tout ; elle est enveloppée dans un puissant mouvement de marchandisation, stimulée par la concurrence et épaulée par l’innovation, la recherche de positions monopolistes et les projets toujours renouvelés des entrepreneurs. La logique capitaliste est une logique complexe porteuse d’incessantes dynamiques transformatrices. » Michel Beaud, dans Capitalisme, logiques sociales et dynamiques transformatrices.

Dans le cadre d’une économie d’autosubsistance sous-productive, notre boulanger ferait face à deux handicaps : du fait du manque de matériel, de capitaux ou de technique, sa plus-value productive serait faible ou inexistante et il aurait du mal à la monétiser, faute de clients solvables ou du fait d’une offre surabondante par rapport à la demande. Il est possible à cette aune d’identifier les principaux handicaps au développement endogène de l’Afrique : l’étroitesse des marchés solvables, la faible productivité des facteurs de production (terre, hommes, capitaux), la faiblesse de l’épargne locale mais surtout son non-réinvestissement dans le tissu économique. Voilà portraiturée le côté pile des économies africaines, en tant que système économique endogène. Mais ces économies sont également inscrites dans un faisceau des relations commerciales et financières avec le reste du monde, qui représentent le côté face qu’il nous reste à brosser.

L'Afrique dans l'économie-monde : des termes de l'échange défavorables

L’Afrique n’est pas, et n’a jamais été, un îlot isolé par rapport au reste du monde. Au contraire, elle est fortement imbriquée dans un réseau de relations humaines, commerciales et financières que l’on peut qualifier d’économie-monde. Concrètement, cela se traduit, outre les migrations intercontinentales de population, les échanges d’idées et de techniques, par des échanges de produits et des flux monétaires. Le problème du continent africain est que seule une faible proportion de son économie et de sa population tire profit de ces échanges, qui s’expriment particulièrement dans le secteur de l’agriculture vivrière, l’agro-business destiné à l’exportation (cultures hors saisons, produits exotiques), l’extraction minière et pétrolière, et une minuscule proportion de services à haute-valeur ajoutée (finance, ingénierie, commerce import-export, haute administration internationale, etc.). Mis à part ce dernier secteur, les autres secteurs, issus du secteur primaire, captent une faible proportion de la valeur ajoutée finale des processus dans lesquels ils sont impliqués. Si les acteurs locaux investis dans ces secteurs peuvent en tirer des bénéfices personnels, les économies africaines connaissent des termes de l’échange (rapport entre les prix moyens des exportations et des importations, pour déterminer le pouvoir d’achat d’un pays ou d’une zone) défavorables. 

La situation actuelle a ceci de paradoxale que ce sont des secteurs qui concernent une infime proportion de la population (pétrole, mines, services financiers, agro-industrie) qui tirent la croissance de la plupart des pays africains, et que les revenus de ces secteurs n’arrivent pas à être réinvestis sur place (exemple du Cameroun), pour les raisons déjà mentionnées concernant les handicaps au développement endogène. C'est pour cela que l'on peut qualifier ces pays d'économies rentières sous-productives, quand la majorité de la population locale continue à vivre dans un système d'autoconsommation. Le serpent se mord la queue. Quand bien même des entreprises africaines voudraient entrer dans la concurrence internationale sur les produits industriels à plus forte valeur ajoutée, elles devraient faire face à des handicaps importants : outre les déficits technologiques et l’accès au crédit plus coûteux et difficile, les coûts de production (énergie et transport notamment) sont beaucoup plus importants pour des services de moins bonne qualité. Du fait d’infrastructures déficientes et de contrôles douaniers répétés, un producteur béninois peux livrer sa marchandise plus rapidement à Singapour qu’au Tchad !

Enfin, à l’ensemble de ces handicaps, il faudrait rajouter des éléments comme la faiblesse de l’environnement réglementaire et de contrôle, qui incite à la corruption ; l’instabilité politique ; la faiblesse du leadership et la vision stratégique déficiente chez de trop nombreux acteurs-clé de la décision politique et économique continentale.
Telle est l’équation compliquée dans laquelle se retrouvent les pays africains, dont il semble difficile de s’extraire dans l’état actuel des forces institutionnelles. Tels sont les besoins auxquels des ensembles sous-régionaux intégrés politiquement et économiquement, solidaires et cohésifs, pourraient apporter des solutions pratiques déterminantes pour l’avenir du continent.

 

Emmanuel Leroueil

 

Ouganda : A la croisée des chemins

Surnommée la "perle de l'Afrique" pour la richesse de sa faune et de sa flore, l'Ouganda est un concentré de la diversité du continent africain. Dans un registre plus prosaïque, le pays pourrait également s’enorgueillir d'une histoire contemporaine riche en rebondissements. Raccourci saisissant là également de la variété des situations socio-politiques connues jusqu’à nos jours sous les latitudes africaines . Le roman national ougandais depuis l’indépendance (1962) se lit comme un drame, chaque nouveau chapitre venant bousculer le précédent dans une succession ininterrompues de péripéties qui font constamment tanguer le pays, mais sans jamais le faire sombrer définitivement : Lutte de pouvoir initiale entre les tenants de la Monarchie et les partisans de la République, jusqu’à la victoire de ces derniers. Ce sera la première ère Milton Obote. Une accalmie qui sera vite troublée par le coup d’État et la prise du pouvoir par l'ubuesque Idi Ami Dada au cours de la "décennie maudite (années 70)". Puis, renversement de celui-ci par une large coalition d'adversaires résolus et retour aux affaires d'Obote (appelée souvent par dérision l’ère Obote II). Mais rapidement des dissensions insurmontables, la reprises des hostilités et l'accession au pouvoir de Yoweri Museveni, ci-devant chef de l’état ougandais depuis 1986.

Situation géographique de l'Ouganda

Un quart de siècle qui n'aura pas été avare aussi en aventures…. et mésaventures : Un retour à l'ordre et à la stabilité dans la majeure partie du pays, mais une région Nord dévastée par les affres de la guerre civile, née dans le sillage du sulfureux mouvement de la Lord's Resistance Army (LRA ou Armée de résistance du Seigneur). Une croissance économique retrouvée et une amélioration significative des principaux fondamentaux (éducation [lire à ce sujet une étude en anglais de la banque mondiale, page 20 ] et santé notamment), mais un État encore imparfait où les accusations de complaisance, népotisme et corruption défraient régulièrement la chronique. Une puissance géopolitique respectée dans la sous-région, qui a cependant vu une partie de son crédit entamée par son rôle dans la guerre civile au Congo et par sa difficulté à stopper la folie pseudo-messianique et meurtrière d'un Joseph Kony dans ses provinces septentrionales. Une culture et des acquis démocratiques conquis progressivement, mais aujourd'hui remis en cause par une dérive autoritaire au sommet de l’État. On l'aura bien compris, ici encore peut-être plus qu'ailleurs, l'art de la nuance est indispensable pour comprendre la complexité du pays, avec ses forces et ses faiblesses, ses plaies d'hier et ses enjeux d'aujourd'hui, ses difficultés présentes et ses espoirs à venir. Le roman national s’écrie toujours et nul n'en connait le dernier acte.
 
Une nation qui revient de loin….
 
Le 26 janvier 1986, après plusieurs années de combats intensifs (période dénommée la "guerre du bush") contre les troupes loyalistes du gouvernement Obote (puis brièvement Tito Okello à partir de 1985), le guérillero Yoweri Museveni prêtait serment et devenait officiellement chef de l’État. A la tête de la National Resistance Army (NRA), il était triomphalement entré quelques jours plus tôt dans la capitale Kampala. Les anciens maitres du pays avaient fuit précipitamment les lieux devant l’avancée inexorable des troupes "rebelles". C’était un énième retournement de l'Histoire pour cette jeune nation indépendante qui en avait connu d'autres. En conséquence, le scepticisme était probablement l'attitude la plus raisonnable à adopter vis-a vis des intentions du nouveau président lorsque ce dernier prononça ces mots au cours de la cérémonie de prestation de serment : " Ce n'est pas d'un changement de garde dont il s'agit, mais d'un changement fondamental… (This is not a mere change of guard, it is a fundamental change)" 25 ans plus tard, la promesse d'une transformation de fond a été globalement respectée.
 
La situation de départ était pourtant des plus délicates. Après des décennies d’instabilité politique et de guerre civile (ayant provoqué la mort de plus d'un demi-million de personnes sous les régimes combinés d'Amin Dada et d'Obote), le pays était en ruine. Un gouvernement d'union nationale fut instauré et les violences sectaires qui avaient si souvent entaché l'histoire récente du pays servirent de prétexte pour restreindre les activités (aux relents souvent ethnicistes) des différents partis politiques. Neutraliser les contestataires et remettre en marche de façon volontaire et dirigiste une nation qui s’était trop longtemps égarée. Telle fut la méthode appliquée, et les premiers résultats ne tardèrent pas. Aidé du soutien de la communauté internationale, le gouvernement Museveni a initialement mis en place une série de mesures économiques (lutte contre l'hyperinflation, amélioration de la balance des paiements, rigueur budgétaire…) destinées à insuffler une nouvelle dynamique vertueuse. Abandonnant sans remords les anciens idéaux marxistes et embrassant sans sourciller la doxa libérale des institutions de Bretton Woods, l'admirateur du Che qu’était Museveni a compris avec un art consommé de la pirouette que, en politique l'essentiel n’était pas dans le discours, mais dans le résultat. Son contemporain chinois Deng Xiaoping n'aurait pas mieux dit : "Peu importe que le chat soit noir ou blanc, pourvu qu'il attrape des souris". Depuis la fin des années 80, l’économie ougandaise connait une croissance soutenue, progressant en moyenne de 7 % par an depuis 1997. Plus significatif encore sur le plan social est la forte réduction du taux de pauvreté: un tiers de la population vit aujourd'hui sous le seuil de pauvreté contre 56 % il y a 20 ans. C'est toujours trop, mais l'Ouganda s'est assurément affirmée comme l'un des pays africains les plus en pointe dans la lutte contre la misère et l’amélioration sensible des fondamentaux (santé et éducation notamment). Les politiques publiques mises en place depuis 1986 y sont indubitablement pour beaucoup.

Kampala, capitale de l'Ouganda

La population active demeure encore majoritairement tournée vers l’activité agricole (à plus de 60 %) mais la chute continue du secteur primaire dans le PIB est révélatrice d'un changement plus profond, celui inhérent à un déplacement du centre de gravité vers des secteurs à plus haute valeur ajoutée (industrie et surtout services) qui bénéficient à plein de la vitalité d'une classe moyenne montante, souvent jeune, urbaine et qualifiée. Une tendance haussière lourde, également à l’œuvre ailleurs sur le continent africain, et qui dans le cas en l’espèce de l'Ouganda sera encore renforcé par la récente découverte d'importantes réserves d'hydrocarbures, et par l’intégration croissante dans la communauté économique est-africaine (dont Museveni est un des grands avocats et chefs de file).
 
Aujourd'hui, la "perle de l'Afrique" est sans conteste une nation où il fait mieux vivre qu'il y a un quart de siècle. La grande majorité des habitants peut prétendre vivre dans un environnement où règnent l'ordre et la stabilité (avec pour exception notable les provinces de l’extrême nord, longtemps ravagées par les raids meurtriers de Joseph Kony et de ses séides). L’état de droit, encore imparfait et parfois sujet à de temporaires régressions, y est globalement respecté. Et le règne de l'arbitraire et de l’impunité s'est progressivement rétracté au profit d'une conscience démocratique de plus en plus vive et revendicatrice. Un tableau d'ensemble en demi-teinte que d'aucuns jugera idyllique, mais qui devrait être apprécié à l'aune de ce que fut l'Ouganda des années 70-80.
 
…mais aux nombreux défis encore à relever.
 
Reste une question lancinante : A quand le retour définitif à la paix dans le Nord ? Plus de deux décennies maintenant que les populations des régions septentrionales de l'Ouganda se posent cette question. Elles qui ont si longtemps été prises en otages entre les exactions meurtrières du mouvement de la Lord's Resistance Army et les représailles brutales des forces armées régulières. La situation se stabilise aujourd'hui, mais le bilan est lourd : Plusieurs dizaines de milliers de tués et plus d'un million et demi de personnes déplacées. Crée en 1988 par Joseph Kony, personnage énigmatique souvent qualifie d’illuminé, le mouvement s'est toujours affirmé pour le renversement du pouvoir de Museveni et pour l'instauration d'une théocratie qui serait fondée sur les 10 commandements bibliques. Mais les réalités cruelles de la guerre forcent visiblement à prendre certaines libertés avec la sagesse des préceptes religieux : vols, mise en esclavage, viols, massacres… La liste des forfaits à mettre au compte du mouvement est un inventaire à la Prévert d'horreurs, et on ne sera pas étonné d'apprendre que nombre d'observateurs sont parfois allés jusqu’à qualifier la Lord's Resistance Army de mouvement de guérilla parmi les plus néfastes d'Afrique. Et qui est aujourd'hui inscrite sur la liste officielle des organisations terroristes recensées par les États-Unis. Au cours des dernières années cependant, la pression accrue de l’armée ougandaise, combinée a un soutien américain de plus en plus massif a profondément modifié la donne. Acculées de toutes parts, les forces de la LRA ont depuis cessé de commettre des actions sur le sol ougandais et en sont réduites à frapper les territoires voisins de la RDC, du Soudan du Sud et de la Centrafrique ; maillons faibles de la sous-région dont les états n'ont pas les moyens de mettre en œuvre une efficace politique de sécurisation de leur territoire. La façon d’opérer du mouvement reste invariablement la même : pillages, viols, tueries… Et les victimes sont encore une fois les populations civiles. Quant à Joseph Kony, en dépit de l’étau qui se resserre autour de lui, il demeure toujours introuvable. Et Museveni est a ses yeux plus que jamais l'ennemi irréductible.
 

Yoweri Museveni

Le président ougandais ne laisse pas indifférent. De l’étudiant boute-en-train partant au Mozambique pour recevoir une formation à la guérilla auprès du Front de libération du Mozambique (Frelimo), au jeune espion des services secrets d'Obote, en passant par le tacticien habile et victorieux de la guerre du bush, l'homme aura connu plusieurs vies. Un itinéraire personnel mouvementé mais qui dénote néanmoins une constante : un caractère affirmé et un sens de l'art politique particulièrement aiguisé. Le voila désormais devenu homme d’État. Salué à la fin des années 90 par un Clinton dithyrambique de "figure de proue de la nouvelle génération des leaders africains [voir article de la BBC en anglais ]" et parfois surnommé le "Bismarck des Grands Lacs" pour son influence supposée tout autant que pour sa maitrise de la Real Politik, Museveni peut à bon droit prétendre à une place particulière dans l'histoire de son pays : le retour à l'ordre et à la stabilité, c'est lui. La croissance économique et l’amélioration des conditions de vie, c'est encore lui. La majorité des ougandais le sait et lui en sait gré. Mais la reconnaissance et la gratitude pour les faits passés ne sauraient signifier un blanc-seing au maintien ad vitam eternam du capitaine à la proue du navire. Et celui qui fut si longtemps la solution aux difficultés que connaissaient le pays, pourrait bien être devenu lui-même le problème. Réélu de nouveau (la constitution a été modifiée pour qu'il puisse se représenter) le 27 février dernier avec plus de 68% des voix, l'annonce de sa victoire a provoqué une levée de boucliers. Dans un pays où la culture démocratique s'affermit peu à peu, et probablement portée par le vent de l'Histoire ayant cours ailleurs (le printemps arabe), l'opposition a pour la première fois montré un front uni. Kizza Besigye, principal challenger de l'actuel président, est allé jusqu’à déclarer «…qu'il fallait mettre un terme à ce gouvernement illégal». Mais tout en refusant d’appeler ouvertement ses partisans à marcher dans la rue. La tension est depuis retombée, mais un seuil a été franchi. L'usure du pouvoir n'est pas seule en cause dans cette désaffection populaire. Affaires de corruption et népotisme entachent régulièrement la scène politique ougandaise. Et même si l’intégrité martiale de Museveni (qui affectionne d’être photographié en simple tenue de vacher au milieu de son troupeau) n'est pas remise en cause, il semble que le détachement matériel du chef ne soit pas partagé par tous les membres de son entourage.

Au final, les années à venir seront décisives pour l'Ouganda. Le pays est à la croisée des chemins : consolider de façon durable les acquis démocratiques naissants, asseoir en bonne harmonie avec ses voisins sa position de puissance régionale, poursuivre dans la voie d'une croissance économique durable et avec une paix définitive rétablie sur tout le territoire. Quitte si nécessaire à "tuer le père" Museveni en le remplaçant à plus ou moins brève échéance par une nouvelle génération de leaders politiques. Ce serait le scénario rose. Ou bien jouer avec le feu et transformer la patience du peuple ougandais en colère sourde qui ne demanderait qu'une étincelle pour se manifester. Dans ce cas, ce serait l'ensemble des précédentes réalisations qui serait remis en cause. Ce serait le scenario noir. Le pire n'est jamais sur, et le meilleur toujours possible. Jusqu'au bout en tous les cas, la chronique nationale ougandaise aura cultivé l’imprévisibilité dans le dénouement de son chapitre contemporain.

 

Jacques Leroueil

Un nouveau riz pour l’Afrique : Nerica

Le riz constitue la principale nourriture en Afrique et plus particulièrement au sud du Sahara. Actuellement, un Africain consomme environ 21 kilos de riz par an et cette quantité est en constante progression. En Afrique sub-saharienne plus particulièrement, la consommation annuelle de riz par habitant est de 42 kilos. Cette forte consommation du riz induit une demande de plus en plus importante sur le marché locale qui ne suffit plus. Dès lors, l’Afrique importe 40% de sa consommation en riz, ce qui représente 30% des importations mondiales de riz. Face à ce constat, des chercheurs agronomes ont mis en place une nouvelle espèce de riz dénommé « NERICA » (new rice for africa). Le succès de cette nouvelle espèce est décrit dans un récent rapport de la Banque Mondiale intitulé : Améliorer l’efficacité et la production agricole à travers des interventions ciblées.

La mise en place du NERICA répond aux insuffisances inhérentes aux deux plus importantes espèces de riz habituellement cultivées en Afrique ; notamment le glaberrima et le sativa. Le glaberrima est une espèce originaire d’Afrique ayant une productivité très faible mais possède une capacité de résistance plus forte aux conditions climatiques africaines et aux attaques d’insectes. Au contraire, le sativa, originaire d’Asie, a une plus forte productivité mais reste plus vulnérable que le glaberrima. Le NERICA a été mis sur pied pour combiner les avantages des deux premières espèces ; notamment une forte productivité et une meilleure résistance aux conditions climatiques. Eu égard à cette combinaison d’avantages, le NERICA a pu être cultivé à la fois sur les plaines et sur les collines avec une très grande productivité. Néanmoins, son adoption n’est pas encore complète.

En dépit de ses atouts, cette nouvelle espèce de riz n’est pas encore adoptée partout en Afrique. La plupart des pays ont seulement atteint moins du quart de leur potentiel d’adoption. Ce faible taux d’adoption est lié au développement récent de l’espèce et aux procédures de sélection des variétés. Ces procédures peuvent prendre plusieurs années à cause du temps de la moisson et la comparaison des résultats entre l’ancienne espèce et les nouvelles variétés. Actuellement, une nouvelle approche plus rapide dénommée « Méthodologie participative de sélection des variétés » a été mise en place pour accélérer la sélection des variétés et l’adoption de NERICA par les agriculteurs. Avec cette nouvelle approche, la durée de sélection est passée de 10 ans à 3 ans. Avec toutes ces innovations, l’adoption de NERICA est en constante progression et les premières cultures montrent déjà une plus forte productivité et une capacité de résistance accrue. Dès lors, sa culture est susceptible d’augmenter le revenu des planteurs ; voire réduire la pauvreté et les inégalités de revenu.

En termes d’impact économique, l’augmentation du taux d’adoption va réduire significativement les importations de riz à destination de l’Afrique et assurer une plus grande autosuffisance alimentaire des populations. Par ailleurs, les premiers résultats d’évaluation suggèrent que l’introduction de l’espèce NERICA a permis d’augmenter le revenu des producteurs en moyenne de 30$ US. Cette augmentation de revenu vient principalement de l’accroissement des rendements. De plus, l’impact se révèlent être plus important chez les femmes que chez les hommes car les ménages agricoles dirigés par les femmes sont en général plus pauvres et son plus enclins à adopter la culture du NERICA. Toutefois, l’impact global est hétérogène et diffère selon les pays.

En outre, deux principaux défis restent à relever dans le secteur du riz. D’une part, il s’agit d’augmenter le nombre de chercheurs travaillant sur les innovations dans la culture du riz. D’autre part, l’accélération de l’adoption de cette nouvelle espèce est primordiale pour assurer l’autosuffisance alimentaire en riz de l’Afrique. Une fois le potentiel d’adoption atteint, le continent n’aura quasiment plus besoin d’importer le riz. Dès lors, les milliards de dollars dépensés dans cette importation peuvent servir à la mise en œuvre de politiques sociales, gage de développement.

 

Georges-Vivien Houngbonon

Le Botswana, champion de la croissance

"D’où viendra la croissance ?", se demandait le New York Times dans son éditorial du 10 août 2011. A cette question, le journal répond que les pays développés ne peuvent espérer leur croissance que des pays en développement. A cette même question pour les pays en développement, l’on serait tenté de répondre : la chance, une bonne gouvernance et de bonnes politiques publiques. Telle semble être la recette du succès économique du Botswana selon un récent rapport de la Banque Mondiale[1].

Vaste (581 726 km²) et peu peuplé (1 800 000 habitants), le Botswana fait partie des rares pays africains ayant eu un succès économique fulgurant depuis leur accession à l’indépendance. Avec un taux de croissance moyen annuel de 7%, le revenu par habitant a été multiplié environ par 10 en moins de 50 ans, faisant du Botswana l’un des rares pays africains à revenu intermédiaire. L’espérance de vie à la naissance est passée de 37 ans à 58 ans[2] et le taux d’alphabétisation des adultes a atteint 85% en 2010. La principale raison de ces progrès est le développement du secteur minier notamment à travers l’exportation du diamant.

Le diamant constitue la principale source de richesse du Botswana avec une contribution au PIB de 40% loin devant l’agriculture, l’industrie et les services. L’exploitation du diamant représente 85% des exportations du pays et 50% des recettes gouvernementales. Toutefois, le secteur emploie une très faible proportion de la population active. Si la découverte du diamant peut-être assimilée à de la chance pour le Botswana, c'est aussi parce que ce pays a échappé à la malédiction des ressources naturelles qui a frappé tant d'autres pays africains, grâce à la mise en oeuvre d'une bonne gouvernance et de politiques économiques appropriées. 

Sur le plan de la bonne gouvernance, le pays a bénéficié de l’homogénéité ethnique et religieuse de sa population composée à 80% de Tswanas et de 70% de chrétiens. Dès lors, cela assure en partie une stabilité politique avec un système de démocratie parlementaire où les élections se déroulent sans heurts majeurs. Cette stabilité est par ailleurs soutenue par l’appropriation des modes de gouvernance traditionnelle comme les kgolta. Il s’agit de groupes consultatifs composés de sages chargés d’apporter leurs points de vue sur les décisions du gouvernement. Cela a permis de créer un lien de confiance entre la population et l’Etat et d’associer toutes les couches de la population au processus de développement économique et social. L’emboîtement de ce système de gestion participative et l’esprit bénévole de l’Etat a également réduit les pratiques de corruption et de détournements, gage d’une utilisation responsable des revenus du diamant.

Quant à la mise en œuvre des politiques économiques, l’Etat a opéré des choix qui ont évité au Botswana le revers des pays dont une si grande partie des exportations dépend d’un seul secteur connu sous le nom de « syndrome hollandais »[3]. Cela passe par un investissement massif des revenus du diamant dans les infrastructures, une réduction de la participation de l’Etat dans les entreprises et le renoncement à la politique de substitution par les importations. Par ailleurs, des fonds d’épargne ont été mis en place pour éviter l’effet procyclique des revenus du diamant sur les dépenses publiques et la volatilité du taux de change réel.

On constate effectivement que la combinaison de la chance, de la bonne gouvernance et des politiques économiques appropriées est la clé du succès économique du Botswana. Cependant, cette chance n’est pas durable car les ressources en diamant sont prévues de s’épuiser vers 2029. Dans ces conditions, d’où viendra la croissance ? Le rapport suggère une diversification de l’économie, mais cela n’est guère une tâche facile.

 

Georges-Vivien Houngbonon

 


   

[1] http://siteresources.worldbank.org/AFRICAEXT/Resources/258643-1271798012256/YAC_chpt_4.pdf

[2] Niveau faible à cause de la forte prévalence du VIH-SIDA

[3] Quand la richesse en ressources naturelles entraîne une appréciation de la monnaie locale et une chute de la compétitivité de l’ensemble des secteurs de l’économie.

.