Stimuler le commerce intra-africain

ob_923c49_d-commerce-intermaghrebin-que-de-barriCompte tenu de la situation économique mondiale, le développement des échanges entre les pays africains devient un enjeu majeur. La structure du commerce mondial, « oblige » les pays africains à traiter entre eux. Les partenaires principaux de l’Afrique, sur le plan économique, sont les Etats-Unis et surtout l’Union Européenne. Deux zones géographiques gravement touchées par la crise, qui sévit depuis plus de quatre ans maintenant, mais qui ravagé leur économie tout particulièrement en 2011. Maxwell Mkwezambala, Commissaire aux Affaires économique de l’Union Africaine, estime que les 5,2% de croissance moyenne (2011) sur le continent sont intéressants, compte tenu de la crise. Néanmoins, commercer essentiellement avec des économies en récession doit pousser, selon lui, les pays africains à revoir leurs prévisions de croissance, à la baisse pour 2012. Par ailleurs, la croissance appelant la croissance, la combinaison d’économies en bonne santé permettrait de connaître un développement plus rapide. L’UA escompte donc une intensification des échanges intra-africains pour réduire le recours à la solution exogène pour régler les problèmes économique internes au continent noir.

Comment faire ?

Les politiques macroéconomiques doivent être orientées vers l’attraction d’investisseurs étrangers, selon Cyril Enweze, ex-vice président de la Banque Africaine de Développement, interrogé pour l’occasion par Afrique Relance. L’attraction de grands groupes du continent, ou étrangers à celui-ci, sont indispensables pour donner de la consistance à ce projet. En complément de cela, il est nécessaire pour les différents gouvernements, de créer des conditions favorables à l’entreprise privée locale. Les TPE et PME sont trop peu développées sur le continent et le caractère dirigiste des économies africaines ne facilite en rien ce développement. Pour Jean Ping, Président de la Commission de l’Union Africaine, il faut se servir des fruits des échanges avec le reste du monde pour intensifier le commerce intra-africain. Pour exemple, en 2010, les produits miniers, qui représentent 66% des exportations des pays africains, ont rapporté 500 milliards de dollars au total. L’objectif 2012 de l’UA est d’augmenter la part des échanges intra-africains dans les échanges globaux des pays d’Afrique, la faisant passer de 12,5% à 25%.

Quelles barrières au projet ?

Les freins à l’intensification des échanges intra-africains sont nombreux et de natures différentes. Le poids de l’Histoire est un premier blocage au développement du projet. La colonisation a habitué les pays africains à traiter en premier lieu avec leurs ex-colonies avant de commercer ensemble. Le premier partenaire du Sénégal est la France. Celui de la Gambie : la Grande-Bretagne. Or, les échanges entre Sénégal et Gambie sont très faibles alors même qui le second est enclavé dans le premier. Des raisons économiques et politiques viennent également remettre en cause le projet. Du fait des nombreuses contraintes douanières, engendrées en grande partie par la corruption, les coûts de transports des matières et produits manufacturés sont en moyenne 63 fois plus élévés lors des échanges intra-africains que lors d’échanges Afrique-Union Européenne. De plus, si la libre circulation des biens et des personnes est officiellement acceptée, elle ne se vérifie pas dans la réalité ; la faute notamment aux pots de vin et à la faiblesse des infrastructures.

C’est précisément ce dernier point qui suscite le plus de questionnement. En effet, si les villes côtières sont très bien aménagées, les infrastructures restent très largement insuffisantes en ce qui concerne l’intérieur des terres. Que l’on parle de la jonction entre villes d’un même pays ou la liaison entre deux pays limitrophes. Selon la Banque mondiale, 75% du commerce intra-africain est assuré par 5 pays : Ghana, Côte-d’Ivoire, Nigéria, Kenya, Zimbabwe. C’est également ce déséquilibre que le continent doit s’attacher à résoudre. Faire de tous les pays africains des acteurs et des partenaires du développement du continent. La régionalisation économique est la clef de la réussite. L’extension des prérogatives pour des organisations telles que la CEDEAO ou encore la Coopération de l’Afrique de l’Est, peut être la solution.

Giovanni Djossou

AGOA : éclairage sur les relations Etats-Unis – Afrique

Le 14 juin 2012 se tenait, dans les locaux du département d’Etat américain à Washington, le forum consacré à l’Agoa (African Growth and Opportunity Act). L’occasion de faire le point sur les relations entre l’Afrique Subsaharienne et les Etats-Unis.

 La délégation ivoirienne menée par son Premier ministre Jeannot Ahoussou Kouadio était venue en avance, dès le 9 juin, aux Etats-Unis afin de préparer ce forum. Pour cause : la Côte d’Ivoire y serait mise à l’honneur. Après avoir retrouvé son éligibilité à la loi, le forum du 14 juin était l’occasion pour l’administration américaine d’officialiser l’arrivée effective de la Côte d’Ivoire dans le « système » Agoa. « Cette entrée est une formidable aubaine. Cela permettra aux produits africains de pénétrer les marchés internationaux », s’extasiait alors le ministre ivoirien de l’Industrie Moussa Dosso dans les colonnes de Côte-d’Ivoire Economie.

 L’Agoa fonctionne sur le principe du gagnant-gagnant

Qu’est-ce exactement que l’Agoa ? L’African Growth Opportunity Act est créé le 18 juin 2000, en complément du Trade and Development Act. Au-delà de la loi, l’Agoa est avant tout un outil macroéconomique permettant le développement de l’économie libérale sur le continent africain. La possibilité pour les pays d’Afrique subsaharienne d’exporter de nombreux produits sans droits de douane constitue une aubaine considérable. Les pays africains peuvent de ce fait pénétrer un marché très fortement concurrentiel auquel ils n’auraient que difficilement accès sans ces dérogations. Mais au-delà des relations avec les seuls Etats-Unis, c’est un signal fort qui est envoyé au monde entier. Répondre aux exigences de performances du marché américain et bénéficier de partenariats avec des entreprises américaines, renforce indiscutablement la visibilité et la compétitivité des entreprises africaines à travers le globe. Dans le cas ivoirien, l’adhésion à l’Agoa va permettre au pays d’exporter pas moins de 6 400 produits, issus de secteurs divers comme l’agriculture, les minerais, l’acier ou encore le textile.

Que l’on ne s’y trompe pas. L’Agoa offre également de nombreux avantages aux Etats-Unis. Par l’Agoa, la première puissance mondiale retrouve une place de choix dans les échanges avec l’Afrique subsaharienne. Avec l’accroissement de la concurrence internationale, venue d’Europe mais surtout d’Asie, l’Agoa permet aux Etats-Unis de bénéficier d’un privilège implicite dans l’importation de ressources du continent noir, comme le pétrole.

 Tous les pays africains ne peuvent aujourd’hui prétendre adhérer à l’Agoa, bien que 42 pays sur les 54 du continent participent au programme. Des critères stricts d’adhésion sont nécessaires pour pouvoir présenter candidature. Parmi les critères essentiels, la bonne tenue du climat politique, la consolidation de la paix via des élections transparentes et démocratiques et le respect des droits de l’Homme.  Autant de conditions diplomatiques qui ont contribué à faire perdre à la Côte d’Ivoire son statut de pays éligible en 2004. Statut que le pays ne retrouvera que le 25 octobre 2011, à la faveur de la fin des troubles politiques.

Sur le plan purement commercial, un traitement non-discriminatoire aux sociétés et aux investisseurs étrangers est exigé. La mise en place de mesures anti-corruption et la formation des juges sont des points sur lesquels les Etats-Unis insistent tout particulièrement. Tout comme la demande d’une application juste des taxes, des droits et des règles d’exportation.

 Une bonne tenue des échanges à relativiser

Au cours du forum, la secrétaire d’Etat américaine Hilary Clinton l’a martelé : en 12 ans, l’Agoa a permis la création de 300 000 emplois directs en Afrique noire. Dans ce même laps de temps, tous les pays ayant adhéré à l’Agoa ont vu leurs exportations multipliées par 6.

Pourtant le premier trimestre 2012 a montré que les échanges entre l’Afrique subsaharienne et les Etats-Unis n’étaient pas au beau fixe.

Entre janvier et mars 2012 les échanges entre les deux ensembles ont connu une récession de 24% par rapport à la même période, lors de l’exercice précédent. Si les exportations américaines dans le monde sont en hausse de 8,5% lors du premier trimestre 2012, la donne n’évolue pas lorsque l’on se focalise sur les exportations dans les 42 pays Agoa. Les exportations vers le premier pays du continent, l’Afrique du Sud, sont en chute libre : -13% par rapport à 2011, quand elles sont de -10% au Nigéria.

La donne est pire encore lorsque l’on s’intéresse aux importations américaines (donc aux exportations des pays africains). Les exportations africaines vers les Etats-Unis diminuent d’un tiers (-31%) par rapport à 2011.

A noter également, qu’il y a une forte carence dans la diversification des échanges. Les importations américaines en provenance de l’Afrique subsaharienne représentaient en 2011 8,7 milliards de dollars. Or, 87% des importations américaines étaient liées à l’industrie pétrolière.

 Autant de chiffres qui font dire à Hilary Clinton que l’Agoa est encore sous-exploitée par les pays africains. Le continent doit encore assainir l’environnement des affaires pour pouvoir bénéficier au maximum des bienfaits de l’Agoa. « Il faut de meilleures infrastructures physiques certes. Mais il faut surtout penser aux  infrastructures réglementaires, au cadre normatif. Il faut faciliter l’obtention des permis de construire par exemple », a conclut la secrétaire d’Etat.

 Et alors que le président Obama vient de promettre de nouvelles directives et initiatives concernant les relations économiques avec le continent noir, on ne peut s’empêcher de penser que cet Agoa pourrait être un outil supplémentaire favorisant également les échanges intra-africains.

Giovanni DJOSSOU

La presse en ligne ivoirienne & les élections présidentielles françaises

Le Réseau des Professionnels de la Presse En Ligne de Côte d’Ivoire, organisation regroupant les acteurs de la production de l’information en ligne du pays, est né le 2 septembre 2006. Cette création résultait d’un besoin impérieux : regrouper les différents organes de presse en ligne pour leur permettre un développement rapide et homogène.

A l’heure de l’information en continu via le net, l’Afrique semble accuser un retard certain. Grâce à une telle initiative, la Côte d’Ivoire se dote d’un outil de modernisation, et assure la transformation  de la presse. Basée à Abidjan, le REPPRELCI intègre journalistes, photographes, correcteurs, mais également le monde du commerce. Les objectifs de l’association sont les suivants : « Promouvoir et développer la presse en ligne et les métiers s’y rattachant en Côte d’Ivoire. Faciliter l’accès aux informations et à leur publication en ligne. Inciter à la lecture des journaux en ligne et inciter à la publicité en ligne sur les sites d’information. »

Du 19 avril au 10 mai, le REPPRELCI était en France afin de couvrir la campagne présidentielle. Barthélémy Kouamé, président de l’organisation, revient sur cet événement riche en enseignements.

Giovanni DJOSSOU : Pouvez-vous nous préciser, sur le plan logistique, comment s’est déroulée la couverture des élections présidentielles françaises pour le REPPRELCI ?

Barthélémy KOUAME : Nous étions 5 journalistes de toutes sensibilités confondues : oppositions au pouvoir ou journaux de service public. Le Patriote, Notre Voie, Agence Ivoirienne de Presse, Acturoute, FratMat  Info.

Nous sommes partis le 19 avril pour revenir le 10 mai. Nous étions logés dans un hôtel et c’est de là que nous organisions tout notre travail. Cela est facilité, en France, par le fait que le wifi est à peu près partout, ce qui n’est pas le cas chez nous. Nous avons pris contact avec le ministère de l’intérieur et les états-majors  pour les accréditations. Nous avons réalisé des interviews, visité les quartiers généraux etc.

G.D : Pourquoi le REPPRELCI s’est-il mobilisé spécialement pour cet événement ?

 B.K. : Il faut tout d’abord savoir que le REPPRELCI avait déjà couvert les élections présidentielles françaises de 2007. A cette époque, il y avait une crise en Côte d’Ivoire qui, selon beaucoup d’observateurs, avait été activée par la presse. La France étant un modèle de démocratie avec sa presse, nous avions décidé d’aller en France pour apprendre afin que l’on ne puisse plus nous dire que la presse est négative en Côte d’Ivoire.

Nous avons réitéré l’entreprise en 2012 car, encore aujourd’hui, la presse en ligne n’est pas fiable et crédible aux yeux des gens. La couverture des élections françaises est une manière de gagner en crédibilité. Nous voulons montrer que la presse en ligne aussi est capable d’aller à la source, retirer des informations, tout comme la presse papier. Avant nous et 2007, il n’y avait jamais eu de délégations de journalistes ivoiriens pour couvrir une élection présidentielle en France.

 G.D. : Quelles sont les différences entre 2007 et 2012 ?

 B.K. : D’abord, dans la forme : en 2007 nous n’étions que trois. En 2012 nous étions cinq. Sur le fond : en 2007 nous n’avions couvert que le second tour tandis que, cette fois-ci, nous sommes arrivés avant le premier tour et partis presqu’une semaine après le second tour. Ce qu’il y a d’important surtout, c’est qu’en 2012 on a eu accès directement aux candidats ce qui n’avait pas été le cas il y a cinq ans.

G.D. : Quelles sont les personnalités politiques qui ont pu être interviewées par le REPPRELCI ?

 B.K. : Nous avons pu interviewer celui qui allait devenir président : François Hollande, grâce à l’aide de l’Ambassade de Côte d’Ivoire à Paris. Nous avons aussi interviewé Marine Le Pen pendant 45 minutes à  son quartier général à Nanterre. Malheureusement, la pluie lors du meeting de Longjumeau nous a empêché de questionner M.Sarkozy.

G.D. : Entant que presse étrangère, était-il plus compliqué pour le REPPRELCI de faire son travail ?

B.K. : Ce n’était pas plus dur que pour les autres. Les confrères français avaient les mêmes difficultés. La différence réside dans le fait que nous sommes arrivés à une période où les agendas étaient déjà bouclés depuis longtemps. Il a donc fallu grignoter pour s’incérer. Mais de manière générale, si nous nous annoncions à temps, il n’y avait aucun problème. Par exemple, dès le 3e jour de notre mission en France, l’état-major de François Hollande nous a fourni son emploi du temps pour toute la campagne en nous demandant à chaque fois de confirmer ou d’infirmer notre présence aux différents événements.

G.D. : Ce séjour en France vous a-t-il permis d’observer de plus près ce que produit la presse en ligne en France ?

 B.K. : Ce qui est frappant en France c’est que tous les journaux ont des éditions en ligne très performantes qui fonctionnent en continu, comme des chaînes de télévision. En fait, la presse en ligne fait tout le boulot de la presse papier ici. Prenons le cas du dimanche 6 mai. Tous les journaux en ligne avaient des éditions spéciales où il nous était dit seconde par seconde ce qui se passait. Le petit plus c’est l’interactivité, les lecteurs peuvent réagir. Par exemple, « Le Talk » organisé par Le Figaro et Orange, permettait aux citoyens d’avoir des analyses instantanées.

La presse en ligne en France joue un rôle majeur incontournable. Aujourd’hui l’information est partout et tout le temps et le web est le support le mieux adapté à cette évolution. Sans parler de l’importance des réseaux sociaux qui accompagnent les sites d’informations. Tous les journaux et tous les journalistes ont leur compte Twitter. C’est une course au scoop et cela permet la convergence des médias.

G.D. : A la vue de toutes ces évolutions, peut-on parler d’un retard de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique en général, ou d’un autre rapport au traitement de l’information ?

 B.K. : Non. Il n’y a pas un autre rapport à l’information. La Côte d’Ivoire, sur ce plan là, va évoluer très vite, peut-être même à une vitesse supérieure que celle des pays industrialisés. Pourquoi ? Parce que les Africains aiment les technologies. Le continent africain est le continent, proportionnellement à la population, qui a le plus fort taux de pénétration du téléphone portable.

Cela dit, il y a bien un retard. Pas dans les usages mais dans la mentalité. Les ivoiriens et les africains ne sont pas prêts à accepter la presse en ligne comme une presse à part entière. Même au plus haut niveau de l’Etat, quand vous interviewez un homme politique par exemple, et que vous vous annoncez comme presse en ligne, il y a comme un désenchantement du genre « ah. Ça ne paraîtra pas dans le quotidien alors… ». Les informations en ligne ne deviennent crédibles que lorsqu’elles sont reprises dans les journaux papier. C’est une question d’éducation et de mentalité. A nous de les convaincre.

G.D. : Pour en revenir à l’élection : y a-t-il eu des contacts avec la diaspora ivoirienne ?

B.K. : Nous avons rencontré beaucoup de citoyens ivoiriens ou Français d’origines ivoiriennes. Nous avons notamment rencontré la délégation française du Rassemblement des Jeunes Républicains. Ce sont des pro-Ouattara qui se sont mobilisés pour soutenir l’UMP et voter pour M.Sarkozy. Cela dit, la plupart des Français issus de la diaspora africaine votaient socialiste. C’est ce qui est apparu au travers de nos échanges et nos sondages.

G.D. : Cette couverture est-elle considérée comme un succès pour le REPPRELCI ?

B.K. : Oui. Comme je vous l’ai dit, depuis l’indépendance, nous sommes la seule organisation à avoir envoyé des journalistes pour des élections en occident. Nous avons eu accès à tous les sites nécessaires, y compris l’Elysée,  pour faire notre travail. Le résultat c’est une reconnaisse de notre travail et une reconnaissance de la presse ivoirienne en général. Vous savez, la première fois que nous sommes venus, en 2007, on nous demandait si c’était seulement pour les élections françaises que l’on avait quitté Abidjan. Nous répondions par la positive et les gens nous félicitaient. C’est souvent l’inverse qui se passe : les occidentaux viennent couvrir les élections en Afrique. Désormais, les Africains sont capables de couvrir les élections en Europe. Cela nous permet aussi de développer notre niveau d’analyse, pour mieux traiter nos questions locales.

G.D. : Comment avez vous apprécié, en tant que citoyen ivoirien et non en tant que journaliste, les élections présidentielles françaises ?

B.K. : Je retiens des Français le sens de la démocratie et celui de l’intérêt général. En Afrique, jamais un président qui organise les élections et qui s’incline sur le fil, ne reconnaît sa défaite. En France ce n’est pas comme cela. La démocratie a parlé et personne n’est venu contester les résultats. Je parle aussi de « l’intérêt général » car, bien que ce soit un combat entre de fortes personnalités, le seul juge reste le peuple et c’est face à lui que les responsables politiques s’inclinent. La recherche de l’intérêt personnel est moins développée qu’en Afrique. En Afrique, quoique dise le peuple, un dirigeant veut rester au pouvoir, parce que sans ce pouvoir il n’est plus rien. En France, le 6 mai, la majorité du peuple français a parlé et le président sortant a respecté cette parole. Lors de son très bon discours de sortie, il a même invité ses partisans à ne pas aller à l’encontre du nouveau président ! C’est ce que j’appelle avoir le sens des responsabilités.

Même si la France est à 6 000 kilomètres de nous, ce sont des hommes qui ont mis ce système en place. Je garde donc bon espoir que ces pratiques se vérifient aussi sur notre continent et en Côte d’Ivoire.

G.D. : Quels sont les projets du REPPRELCI pour l’avenir ?

B.K. : Tout d’abord il faudra s’attacher à développer l’annuaire des sites internet de Côte d’Ivoire pour pouvoir lancer sa 2e édition. Il y aura aussi le lancement du prix Dan Moussa pour récompenser les meilleurs journalistes de l’espace CEDEAO. Il faudra poursuivre le recensement des journaux en ligne de Côte d’Ivoire pour que cette presse repose sur des fondations solides et que ces journaux n’aient plus à effectuer leurs réunions de rédaction dans des cybercafés.

 Propos Recueillis par Giovanni DJOSSOU – article initialement paru dans Horizons Médiatiques.

Côte d’Ivoire : Pays Pauvre Très Endetté

Le 30 juin 2012, comme prévu, la Côte d’Ivoire entrera dans le club très fermé des Pays Pauvres Très Endettés (PPTE), « accréditation » accordée par la Banque Mondiale et le Fond Monétaire International. Ce statut offre au pays de nouvelles perspectives, mais il est également source d’inquiétudes.

 Plus de dix ans. Oui, plus de dix années de troubles et d’instabilité politique ont entraîné la Côte d’Ivoire dans une situation économique et sociale désastreuse. Une dette équivalant à 93,3% du Produit Intérieur Brut (PIB). Le 170e rang en termes d’Indicateur de Développement Humain (IDH), sur 187 pays listés. Sans compter la crise postélectorale et la guerre civile qui ont provoqué une récession de 5,8% du PIB en 2011.

 Cette situation a très certainement accéléré l’entrée du pays dans le « club » des Pays Pauvres Très Endettés. En réalité, depuis 2009, la Côte d’Ivoire a enclenché ce que l’on appelle le « Point de décision », à savoir la candidature officielle pour faire partie des PPTE. Le 30 juin, c’est le « Point d’achèvement » qu’elle finalisera pour faire officiellement parti des PPTE.

 L’intérêt d’être un PPTE

Le gouvernement ivoirien se réjouit à l’idée de l’entrée du pays dans les PPTE, pendant que la population espère, via ce nouveau statut, des conditions de vie bien meilleures.

En effet, devenir PPTE offre des avantages économiques incontestables : réduction drastique du service de la dette et aides financières substantielles. Pour exemple, le Royaume-Uni a déjà annoncé, qu’à l’officialisation du nouveau statut de la Côte d’Ivoire, le 30 juin, la totalité de la réserve de dette à son égard sera annulée. Pour l’heure 39 milliards de Francs CFA (environ 60 millions d’euros) ont déjà été annulés. Dans le même ordre d’idées, le Club de Paris –association des bailleurs de fonds publics- a décidé d’une réduction de 78% de la réserve de dette ivoirienne. Dans le même temps, le FMI a consenti un prêt de 470 millions d’euros au pays.

 Ce sont en tout, près de 4,60 milliards d’euros de dette que la Côte d’Ivoire n’aura pas à rembourser. C’est autant d’argent que le gouvernement aura à sa disposition pour réhabiliter son pays sur le plan social. Un pays où les universités sont fermées depuis 18 mois et où les professeurs du secondaire ne sont plus rémunérés. Un pays où le système de santé est en ruine. Un pays où les routes sont impraticables et où l’insalubrité publique est un problème majeur.

A noter que pour accéder à ces allègements, la Côte d’Ivoire a dû montrer patte blanche en assainissant ses dépenses publiques, condition sine qua non pour être accepté dans le « club ».

 Main dans la main avec la France

A l’occasion des élections présidentielles françaises, il a souvent été question, ces derniers temps, d’une nouvelle approche des relations entre la France et ses anciennes colonies d’Afrique. D’aucuns se plaisent volontiers à croire à un changement radical de ces relations avec l’avènement d’un président socialiste. Le nouveau statut de la Côte d’Ivoire pourrait être un bon révélateur du changement –ou non- de politique.

L’Agence Française de Développement (AFD), signera, au 30 juin,  un contrat de désendettement avec la Côte d’Ivoire. Le principe est simple : la Côte d’Ivoire continuera de rembourser ses dettes à la France qui lui prêtera à nouveau- et immédiatement- ces sommes à taux zéro. Soit. Le plus important dans ce contrat est que la France aura un droit de regard sur la destination des sommes en question. Comment s’empêcher de penser que l’allocation de ces nouvelles ressources ne se fera pas essentiellement dans la droite ligne des intérêts de la France et non de la Côte d’Ivoire ? D’ailleurs, le gouvernement ne s’en cache qu’à moitié. Cette vision est quasiment validée par le ministre de l’Economie et des Finances M.Charles Diby lorsqu’il se défend : « Cette opportunité ne devrait pas être jugée par rapport aux avantages quelle suscite pour les partenaires au développement [la France en l’occurrence]. Elle est bonne pour la Côte d’Ivoire aussi. »

Le gouvernement admet donc que l’entrée dans les PPTE est autant un avantage pour la France que pour la Côte d’Ivoire. Mais qu’en sera-t-il lorsque les sommes seront disponibles ? Le gouvernement ivoirien pourra-t-il les utiliser pour assainir la filière café-cacao, ce qui serait à coup sûr un point positif pour les milliers d’agriculteurs ivoiriens dans cette branche, mais une très mauvaise nouvelle pour une grande entreprise française comme Cémoi (numéro 2 mondial dans l’industrie du chocolat) ?

 La réalité est que la Côte d’Ivoire, une fois devenue PPTE ne sera plus souveraine dans le système de réallocation de ses ressources. Si tant est qu’elle l’était jusqu’à présent. Et sur ce plan précis il sera bon de juger l’évolution de la France-Afrique. L’Etat français sera-t-il directif ou laissera-t-il sa liberté économique à la Côte d’Ivoire ? Nous verrons.

L’initiative PPTE : pour mieux contrôler les pays pauvres ?

La catégorie PPTE est une création conjointe du FMI et de la Banque Mondiale, en 1996. Cette initiative a pour but de redresser économiquement les pays dont la dette est devenue socialement insoutenable. Aujourd’hui, les PPTE sont au nombre de 32. Depuis sa création, l’initiative PPTE, en additionnant tous les programmes d’allègement, a annulé 72 milliards d’euros de dettes.

 Selon la Banque Mondiale, l’initiative PPTE permet aux pays en difficultés de sortir du cercle vicieux du rééchelonnement constant de la dette. Est-ce vraiment le cas ? En devenant PPTE, un pays voit ses dettes allégées ou annulées. Mais ces allègements sont accompagnés de nouveaux prêts qu’il faudra bien rembourser un jour. Et ces nouveaux prêts sont assortis de clauses permettant aux différents partenaires économiques ayant procédé aux allégements/annulations, d’avoir un droit de regard –pour ne pas dire le contrôle- des politiques économiques et sociales des PPTE. Voilà comment troquer des dettes insoutenables, contre un peu moins de dettes mais encore moins de souveraineté.

Et pourtant, le gouvernement et la présidence de Côte d’Ivoire se réjouissent de ce nouveau statut promis.

 Alors oui, il est très sympathique de croire que l’arrivée de nouveaux dirigeants dans les pays occidentaux changera la donne. Mais ce sont les dirigeants africains qui sont en mesure de transformer la destiné de leurs pays.

Malheureusement, tant que ces dirigeants se réjouiront de faire partie des pays pauvres très endettés, on peut craindre que la situation ne se résolve pas de suite.

Giovanni DJOSSOU

A qui les terres en Afrique ?

C’est un phénomène qui existe depuis une petite dizaine d’années. Il s’amplifie considérablement aujourd’hui. Oui, l’acquisition de terres africaines par des pays étrangers devient une opération courante.

Que cela implique-t-il ? Bonne ou mauvaise nouvelle, pour un continent dont le secteur agricole reste le secteur dominateur ?

D’aucuns parlent d’exploitation à outrance. D’autres, carrément de néo-colonialisme. A l’inverse, certains y voient une formidable opportunité pour les pays africains de connaître une modernisation agricole. Quoiqu’il en soit, la question de l’acquisition des terres en Afrique, par des Etats, des entreprises, des fonds d’investissement étrangers, ne laisse personne indifférent.

En 2009, selon l’International Land Coalition, ce ne sont pas moins de 200 millions d’acres de terres vendues à travers le monde, dont 64% sur le continent africain.

Qui vend ? Qui achète ? Pourquoi ?

 Aujourd’hui, l’Arabie Saoudite, la Chine, Le Qatar, l’Inde, le Koweït et la Corée du Sud sont les pays les plus actifs dans cette nouvelle pratique. Par exemple, l’entreprise Sud Coréenne Daewoo a récemment acquis 1,3 million d’hectares à Madagascar. Madagascar justement, en compagnie du Ghana, du Soudan, de l’Ethiopie, et du Mali, fait parti des 5 pays où ce nouveau genre de transactions a le plus souvent cours. A eux 5, ils représentent  2,5 millions d’hectares vendus.

Les intérêts des pays étrangers sont multiples. Lorsque ce sont les Etats qui investissent, c’est principalement pour répondre au souci d’insécurité alimentaire. L’explosion démographique de certains pays (Inde, Corée du Sud) rend la satisfaction totale des besoins alimentaires, difficile à atteindre. L’exiguïté d’autres pays (Qatar, Koweït) rend d’emblé, la production agricole insuffisante, voire quasi-nulle.

Ces acquisitions foncières peuvent également se faire pour la seule spéculation financière.

En réalité, selon la Banque Mondiale, 21% des achats de terres en Afrique, en 2009, ont été réalisés dans le but de produire des biocarburants. Oui, les biocarburants sont la principale raison des acquisitions massives des terres en Afrique. Ce qui fait dire, d’ailleurs, à certains spécialistes du sujet, que l’Afrique est devenue le Moyen-Orient des biocarburants.

Que gagnent les pays africains ?

Dans un premier temps, la vente de terres apporte un avantage financier aux autorités. Souvent, ces acquisitions se font également avec l’assurance qu’en contrepartie, des infrastructures seront construites.

Lorsque l’acquisition des terres s’effectue dans le l’idée d’une production agricole, alors, l’Afrique a potentiellement, beaucoup a y gagner. Tout d’abord : des emplois. Le faible coût de la main-d’œuvre locale, combiné à la connaissance de la terre, font de l’agriculteur autochtone un travailleur prisé par les entreprises étrangères, y compris les entreprises chinoises, pourtant habituées à l’utilisation de leur propre main-d’œuvre. Au-delà des emplois, l’avantage primordial reste le possible transfert de technologie. Un savoir-faire humain et technique, plus moderne et susceptibles d’améliorer la productivité agricole en Afrique. In fine, ce transfert de compétences humaines et techniques pourrait éventuellement entraîner un bouleversement dans les circuits de l’agro-business : Et si les pays africains pouvaient, grâce à cela, assurer eux-mêmes, la transformation de leurs produits agricoles ? Qu’en serait-il alors d’un pays comme la Côte d’Ivoire, premier exportateur mondial de cacao ? Serait-il en mesure de produire, à terme, son propre chocolat ?

On en est loin. Mais cette perspective est alléchante.

Qu’en est-il réellement ?

 Récemment, les habitants de la vallée de la rivière Tana, au Kenya, se sont opposés aux pouvoirs publics après que ceux-ci aient accordé au Qatar l’exploitation de 40 000  hectares de terres cultivables. Le tout, en échange de la construction d’un port. Cet exemple, qui n’en est qu’un parmi bien d’autres, est révélateur de la manière avec laquelle les populations africaines accueillent ces nouvelles initiatives.

A l’automne 2008, le président malgache, M.Ravalomanana, est contraint à la démission suite à la protestation populaire liée à la vente de 1,3 millions d’hectares à Daewoo, citée plus haut.

S’il existe de telles oppositions, c’est parce qu’en réalité, l’acquisition de terres dessert considérablement les populations. Les terres vendues sont souvent exploitées, au préalable, par des paysans. A leur vente, si l’entreprise poursuit la production agricole, ou entame la production de biocarburants, elle est susceptible d’embaucher les anciens exploitants. Cela dit, bien souvent, les emplois créés sont nettement inférieurs au nombre initial des exploitants de la terre en question, avant acquisition. Lorsque la terre est acquisition en vue de la simple spéculation : aucun emploi n’est créé.

Quelque soit l’issue, l’achat des terres africaines entraine de nombreux mouvements de population, qui commence –seulement maintenant- à inquiéter l’ONU et autres organisations internationales. Ces déplacements des populations rurales vers les zones urbaines ne font que mettre plus en avant encore cette nouvelle pauvreté liée au chômage massif dans l’agriculture.

La vente de terre : une aberration ?

 Comment cela est-il possible ? A leur où les adeptes de Malthus fleurissent à nouveau pour nous expliquer que, compte tenu du nombre trop important d’individus sur la planète, la satisfaction alimentaire sera un enjeu crucial du XXIe siècle, voilà que l’Afrique vend ses terres. Par ailleurs, comme en Côte d’Ivoire, où l’agriculture représente 60% des exportations du pays, le secteur primaire, pour les Etats du continent africain, est primordial.

Que la Corée du Sud, la Chine ou le Qatar s’inquiètent de leur insécurité alimentaire paraît tout à fait normal. En revanche, que ce soit les pays africains, eux-mêmes en insécurité alimentaire, qui vendent leurs terres –pour si peu en échange- paraît totalement incongru.

On serait tenté de se ranger du côté de ceux qui crient au néo-colonialisme comme le fait l’ancien Directeur Général des Nation Unies pour l’alimentation et l’Agriculture, M. Jacques Diouf, mais non. Non car les pouvoirs publics des pays concernés ne sont pas obligés de pratiquer cette politique destructrice qu’ils regretteront sur le long terme. Non car il n’y a pas de fatalité : l’Afrique peut connaître le développement technique, dans le domaine agricole, par d’autres moyens que celui de vendre ce qu’elle a de plus précieux : la terre.

Beaucoup d’économistes estimaient que les Etats africains n’étaient jamais vraiment sortis de la colonisation du fait des mécanismes financiers et économiques qui pèsent toujours sur eux : Franc CFA en Afrique de l’Ouest, entretient de la dette etc. On parlait alors de colonisation à distance. Cette nouvelle exploitation remet au goût du jour l’idée d’une « colonisation » physique, outrancière. La communauté internationale ne s’en émeut guère. Pas plus que l’Union Africaine.

Mais la Corne de l’Afrique ne vient-elle pas de connaître une terrible famine, en 2011 ?

Giovanni DJOSSOU

Tourisme en Côte d’Ivoire : un problème si urgent ?

Le salon du tourisme de Côte d’Ivoire (SITA) s’est tenu récemment à Abidjan (2 au 8 avril). Il a été, pour une semaine la vitrine de la Côte d’Ivoire à travers le monde et la preuve des nouvelles ambitions du pays. Si le Ministère du tourisme et tout le gouvernement, ont fait de cette manifestation un moment crucial, c’est parce qu’à travers le tourisme, de nombreux projets sont mis en jeu.

Le ministère du Tourisme avait sorti l’artillerie lourde pour faire la promotion de son salon annuel : 15 000 plaquettes, 4 spots publicitaires de 30 secondes chacun, par jour. Invitation de plusieurs grands groupes audiovisuels : Voix d’Amérique, TV5, Raï, etc.

Les pays de la zone CEDEAO sont mis à l’honneur cette année ce qui n’a pas empêché la présence d’opérateurs économiques du Vieux Continent (France, Italie, Espagne, Allemagne…), zone géographique d’où proviennent le plus de touristes (hors Afrique).

Le SITA avait besoin d’une telle promotion, compte tenu des événements de l’année précédente. La crise avait empêché la tenue du salon. Si le SITA apparaît comme une énième initiative pour restaurer la confiance des investisseurs, il ne faut pas oublier que le secteur touristique était, avec la filière café-cacao, l’une des principales sources de richesse avant les crises successives.

Ce salon a permis  aussi et surtout le lancement de plusieurs projets parallèles destinés à « retrouver la Côte d’Ivoire , à nouveau, dans les brochures des tour operators en novembre prochain », selon les propres mots du Commissaire Général désigné au tourisme, M. Marc Vicens, mais aussi et surtout participer à la croissance globale.

Sur le plan purement touristique d’abord, un programme de réhabilitation hôtelière est mis en place. Créations d’hôtels à Abidjan et à l’intérieur du pays. Création, également, de l’écotourisme, inédit en Afrique subsaharienne, à savoir, des « week-ends safari » dans lesquels seraient inclus des hôtels modestes (5 000 Fcfa la nuit = 7,5€), des visites à l’intérieur du pays. Cette offre serait destinée à la clientèle européenne fatiguée des séjours en ville, mais aussi destinée au tourisme domestique.

Ces projets touristiques impliquent d’autres initiatives. L’objectif sur 5 ans : atteindre les 500 000 touristes l’année, créer 4000 nouvelles chambres d’hôtel. Selon le ministère du tourisme permettrait la création de 4 000 emplois directs et 8 000 indirects.

Le problème principal restant celui des visas biométriques. « Quand vous habitez autre part que dans la capitale de votre pays, c’est le parcours du combattant pour pouvoir avoir un visa pour la Côte d’Ivoire », d’après M.Vicens. « Quand vous êtes à Marseille, vous êtes obligé de monter à Paris faire votre demande. Attendre deux voire trois jours sur place pour l’obtenir et repartir. Il faut simplifier tout cela ! », Promet-il.

Par ailleurs, la cherté de l’aéroport d’Abidjan et, par conséquent, les prix élevés des billets, sont autant de freins à l’affluence de touristes. En Février dernier, Air France KLM annonçait  sa participation dans la création prochaine d’Air Ivoire, compagnie aux tarifs abordables et étudiés pour la clientèle d’Afrique de l’Ouest.

Si l’on comprend l’importance que revêt le tourisme dans l’économie ivoirienne, on peut néanmoins se questionner sur l’ordre des priorités. Beaucoup de chantiers ont été ouverts depuis la mise en place du nouveau pouvoir. Mais alors que l’on parle abondemment de tourisme, alors que le président Ouattara annonce à qui veut l’entendre que « la Côte d’Ivoire is back », rien n’a encore été entrepris pour traiter les grands problèmes d’insalubrité d’Abidjan. Peu de choses ont été faites pour désarmer les civils dans la période « post-crise ». Rien n’a été réellement mis en œuvre pour faire reculer l’insécurité.

Le tourisme est un élément important dans le développement à venir de la Côte d’Ivoire. Mais que ce problème semble loin des préoccupations quotidiennes du « citoyen moyen ».

Giovanni DJOSSOU

Côte d’Ivoire aux enchères

Le temps de la crise postélectorale est terminé. Place désormais à la « renaissance ». Et c’est à une vitesse phénoménale que la Côte d’Ivoire se structure à nouveau économiquement,  mais non sans aides. Banque Mondiale, FMI, Etats, entreprises privées, tous se bousculent aux portes de la capitale économique, Abidjan, pour prendre part au changement. La Côte d’Ivoire se reconstruit, mais à quel prix ?

Dans la première moitié du mois de février 2012, une délégation de la Banque Mondiale était en visite à Abidjan pour contrôler les avancées des projets d’infrastructures mis en place et financés par ses soins. Réfection des systèmes de canalisation, création de nouveaux axes routiers, constructions de ponts et de châteaux d’eau. Autant d’entreprises qui sont un prélude au projet de grande envergure de la Banque mondiale : « Programme de Renaissance des infrastructures », soit une enveloppe de plus de 50 milliards de francs CFA (environ 76,3 millions d’euros) pour organiser la réhabilitation des installations électriques, des ouvrages d’assainissement et des gares routières.

 En contrepartie, le gouvernement ivoirien a procédé à la privatisation de banques publiques, dont l’intérêt et l’efficacité étaient discutables. Il s’est également engagé à la réouverture des universités pour la rentrée 2012.

Si les pouvoirs publics ivoiriens sont si prompts à répondre favorablement aux injonctions de la Banque Mondiale, c’est parce qu’ils sont en quête du « Point d’achèvement ».

Le point d’achèvement correspond à la « phase terminale » du processus devant mener un pays au statut de PPTE (Pays Pauvre Très Endetté). Engagé dans ce processus depuis plusieurs mois maintenant, la Côte d’Ivoire sera fixée sur son sort le 30 juin prochain. Ce nouveau statut permettra au pays de bénéficier, entre autre, d’une aide de 6 milliards de dollars ainsi que de l’annulation de sa réserve de dette. Or, pour être éligible, le pays doit montrer sa bonne volonté. Si la Banque Mondiale semble être conquise par les efforts de la Côte d’Ivoire, le FMI, qui prend également part à la décision, ne paraît pas totalement satisfait. Alors ,le gouvernement redouble d’efforts : nouvelle réforme agricole pour un meilleur traitement des producteurs, réforme de la filière « Café-Cacao », investissements dans les zones où la crise a fait le plus de dégâts.

Le hic ? Toutes ces initiatives dépendent, en grande partie, de la « charité » des Etats amis de la Côte d’Ivoire. On a déjà pu remarquer dans « Côte d’Ivoire : Investir pour reconstruire », que l’Union Européenne avait consenti à décaisser 260 millions d’euros pour aider le pays dans ses projets de santé, d’éducation et d’infrastructures. Aujourd’hui c’est au Japon, de débourser près de 4 millions d’euros pour lutter contre l’insécurité. Et pendant ce temps, la Grande-Bretagne vient d’annuler 60 millions d’euros de dettes tout en envisageant une annulation totale si son débiteur obtenait le statut PPTE.

La Côte d’Ivoire a-t-elle le choix ?

 Aux vues de tous ces éléments on peut légitimement se demander  quel sera le prix à payer pour la Côte d’Ivoire. Signature de contrats désavantageux? Perpétuation de la Françafrique ? Nombreux sont ceux qui, en Côte d’Ivoire ou ailleurs, fustigent la politique de développement entreprise par le président et le gouvernement. D’aucuns voient en A. Ouattara un « préfet » du président Sarkozy en Côte d’Ivoire pendant que d’autres  dénoncent l’idée selon laquelle la croissance ne peut être qu’exogène.

Le débat est-il bien orienté ? Avant de se demander quel prix aura à payer la Côte d’Ivoire, à l’avenir, la question la plus cruciale sera de savoir, si elle peut s’en sortir autrement ? La Côte d’Ivoire a-t-elle le choix ? Un Etat qui n’a pas les moyens financiers nécessaires pour assurer son propre développement. Un pays dont la maigre classe moyenne se paupérise et où les forces vives n’ont ni les moyens financiers, ni les moyens techniques, ni les moyens humains de leurs ambitions. Un pays où l’instruction, premier garant du développement, est un problème. Un tel pays peut-il retrouver croissance et développement sans aides extérieures ?

La question qui se pose ici est d’autant plus cruciale qu’elle ne concerne pas la seule  Côte d’Ivoire mais pourrait s’appliquer à bien des pays de la sous- région.

Quel avenir pour les pays en développement du continent africain. Surtout, quelle(s) stratégie(s) de développement ? Privilégier l’indépendance au temps – si tant est que cela soit possible- ou inversement ?

La Côte d’Ivoire, elle, a fait son choix. Selon Madani Tall, Chef des opérations de la Banque Mondiale en Côte d’Ivoire : « La Côte d’Ivoire est un pays spécial. Sa capacité de rebond est nettement supérieure à n’importe quel autre pays du continent. Voilà pourquoi il ne faut pas attendre pour la reconstruction. Nous allons aider massivement ce pays et bientôt, la Côte d’Ivoire n’aura plus besoin de la BIRD. »1

Giovanni DJOSSOU

 1 : allocution lors de la conférence au siège de la Banque Mondiale à Abidjan le 16 février 2012

Côte d’Ivoire : Investir pour reconstruire

Visite au patronnât français, réception de la mission économique canadienne, appel aux opérateurs économiques d’Afrique. Les dirigeants ivoiriens  l’ont bien compris, s’ils souhaitent redresser le pays cela passe par des investissements massifs de l’étranger pour dynamiser l’économie interne. Mais, qui serait prêt à investir dans un pays dont l’instabilité politique dure depuis plus de 10 ans ?

Le président Alassane Ouattara était en visite d’Etat, en France, du 25 au 27 janvier 2012. S’il a, bien entendu, rencontré son homologue, Nicolas Sarkozy, il en a surtout profité pour faire la cour au patronnât français lors de son « grand oral » au QG du MEDEF. « Les investissements sont un des piliers de la nouvelle stratégie qui est en train d’être mise en place pour faire de la Côte-d’Ivoire un pays émergeant à l’horizon 2020 ». Oui, « Ado » (surnom du président ivoirien, couramment utilisé pour le désigner) a sorti l’artillerie lourde pour convaincre les investisseurs français.

Deux semaines plus tard, le 13 février, c’était au tour de Charles Konan Banny, président de la « Commission Dialogue Vérité Réconciliation » (Cdvr), de lancer un message aux opérateurs économiques des différents Etats africains : « Je dis aux uns et aux autres qu’investir dans la réconciliation, c’est investir dans la paix. Il n’y a pas d’investissement qui rapporte plus que cela ! »

Cela dit, de la même manière que l’on ne sait qui, de l’œuf ou de la poule, arriva en premier, on ne sait si les investissements créeront la paix ou si l’assurance de la paix attirera les investissements. Le gouvernement ivoirien a compris qu’il était dans son intérêt de faire le premier pas.

Lors de sa visite en France, Ouattara a signé un Accord de Défense Bilatérale qui implique l’aide de la France dans la reconstruction des forces de sécurité ivoiriennes. Cet accord prévoit aussi la réduction des soldats français de la Force Licorne en Côte-d’Ivoire, les faisant passer de plus de 2000 aujourd’hui, à 250 dans un avenir proche. Les soldats restants auront pour tâche principale de former la nouvelle armée ivoirienne. « C’est un accord qui montre que la France est aux côtés de la Côte-d’Ivoire dans sa quête de sécurité », affirmait le président ivoirien.

La paix n’est pas le seul gage à apporter par la Côte-d’Ivoire. Elle doit également montrer sa capacité à se redresser elle-même. Ainsi, Ouattara promet notamment une politique budgétaire  rigoureuse qui permettra, selon lui, au pays de garder son rythme de croissance de l’année passée, à savoir +8,5%. La création d’un code d’éthique et de bonne conduite de l’administration publique est aussi dans les cartons. Les promesses ne s’arrêtent pas là : indépendance du système judiciaire, retour à la libre circulation des biens et des personnes, facilitations dans la création de PME, passation des marchés publics pour recentrer l’Etat sur ses fonctions régaliennes. Autant de mesures censées rassurer les investisseurs, selon Ado : « Je suis convaincu que la stabilité politique, macro-économique et une meilleure lisibilité de l’action publique, sont les éléments clefs pour attirer l’investissement privé ».

 Que l’on ne se leurre pas. Si les investisseurs étrangers sont si attentifs à l’évolution d’un pays aussi bouleversé, c’est parce qu’il reste, malgré tout, une valeur sûre. La Côte-d’Ivoire, c’est un taux de croissance entre 8% et 9% sur l’année 2011. La Côte-d’Ivoire, c’est la 2e économie de l’Afrique de l’Ouest après le Nigéria. C’est une économie avec des secteurs agricole et touristique très puissants. On comprend dès lors pourquoi l’Union Européenne n’a pas tardé pour offrir une aide de 250 millions d’euros pour rétablir le système éducatif, le système de santé et accélérer le développement des infrastructures. On comprend aussi pourquoi le Président du Conseil d’Administration du FMI, s’est empressé d’affirmer, au début du mois de février : « L’économie se redresse plus vite que prévu. Le secteur financier est de nouveau pleinement opérationnel. »

 Le 14 février dernier, une délégation d’hommes d’affaires canadiens était en visite de prospection en Côte-d’Ivoire. Cette visite s’inscrivait dans le cadre de la création d’un Accord de Protection des Investissements Etrangers, en Côte-d’Ivoire. Le but de cet accord étant, selon l’ambassadrice canadienne, Chantal de Varennes, d’ : « offrir des garanties solides aux investisseurs canadiens et offrir à la Côte-d’Ivoire un avantage comparatif de taille. » Les investissements canadiens, toujours selon l’ambassadrice, devraient s’orienter vers 3 secteurs en particulier : les mines, les infrastructures et les technologies de l’information et de la communication.

 Toutes les parties prenantes au projet sont en adéquation, ce qui devrait faciliter et accélérer la reconstruction économique de la Côte-d’Ivoire. Encore faut-il que les promesses des responsables publics ivoiriens soient tenues.

Deux nouveaux événements viennent aider la Côte-d’Ivoire dans son opération séduction : Alassane Ouattara a été élu le 17 février Président de la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et la Délégation de la Banque Mondiale a fait un bilan positif de sa visite d’inspection dans le pays.

Ce qui permet au président ivoirien de conclure avec assurance : « La Côte-d’Ivoire est en paix. (…) [Elle] est en marche pour redevenir le pays phare de la sous-région. » Pas sûr que les familles des dizaines de victimes du massacre de la ville d’Arrah, le 13 février dernier, soient du même avis.

Giovanni DJOSSOU

Sources : Fraternité Matin  –  France 24  –  Abidjan.net

Crédits photo:  metrofrance.com  –  frindethie.wordpress.com

« Comment il faut prier Dieu même ! ?»

Le monde est orange-blanc-vert ce soir. Les taxis klaxonnent, les piétons chantent et crient. L’euphorie est à son paroxysme dans le quartier de Cocody à Abidjan. Il est, 19h, nous sommes à une demi-heure du match et à ce moment-là, aucun Ivoirien n’ose imaginer une défaite de son équipe favorite. Les bars sont pleins. Les bières coulent à flots. Dans la ville, plusieurs sites ont décidé de retransmettre, sur écran géant, ce qui est annoncé depuis le mercredi précédent,-et la victoire des éléphants contre le Mali- comme le match de la consécration et de la délivrance pour tout un peuple.

Vingt ans. Vingt longues années se sont écoulées depuis la dernière et unique victoire de l’équipe de Côte-d’Ivoire de football dans la Coupe d’Afrique des Nations ; la plus prestigieuse des compétitions organisées sur le continent. Vingt ans. A l’époque, le Vieux était vivant, pour quelques mois encore et son premier ministre était un certain A.Outtara. Alors c’est tout un peuple qui se met à croire au clin d’œil du destin. Tout un peuple, unis, pour soutenir son équipe.

Sur les coups de 22h45, les bars sont vidés, les bières renversées. Entre temps, il y eu un match de football. Un match entre les modestes Zambiens, qui ne disputaient là que leur troisième finale et que tout le monde donnait perdant, face aux mastodontes ivoiriens. Meilleure équipe du tournoi, zéro but encaissé en cinq matches. Comment, comment la Côte-d’Ivoire pourrait-elle perdre ? Mais le match est serré, tendu. Les Chipolopolos (surnom de l’équipe zambienne) sont les plus dangereux en ce début de partie et dès la deuxième minute font passer un frisson chez tous les supporters oranges. Puis le temps passe, incompréhension et tension grandissent toutes deux dans les rues d’Abidjan.

0-0.Tirs aux buts. Tout le monde marque les cinq premiers tirs. Puis Kolo tir et rate. Si les Zambiens marquent, c’est la victoire. Le joueur zambien s’avance, s’élance… et loupe son tir. Les éléphants sont sauvés, pense-t-on. Gervais pour la Côte-d’Ivoire tire à son tour… et rate également. Le Zambien suivant ne laissera pas passer le train : il tire, il marque, la Zambie gagne la CAN. L’euphorie de début de partie, laisse place à un abattement aussi foudroyant qu’inattendu. Les chants et les klaxons ont laissé la place au silence. Un silence pesant. Un silence assourdissant. Puis le silence s’éclipse à son tour pour laisser la frustration prendre le pas. Frustration cristallisée sur une personne en particulier.

Le crépuscule d’une idole

Il est depuis plusieurs années un symbole pour bien des jeunes fans de ballons. Aimé à Londres, adulé sur la Cannebière, Didier Drogba n’est pas prophète en son pays. A 20 minutes du terme du temps réglementaire, il aurait pu entrée dans la légende comme le plus grand joueur ivoirien, en donnant la victoire à son équipe. Au lieu de cela, il a raté son pénalty, et c’est toute une équipe qu’il a entraîné dans sa chute. Il est à lui seul, le symbole d’une génération dorée qui ne ramènera aucun trophée. Une génération pétrit de talent qui jamais n’aura eu la force de faire vibrer tous ses supporters, tout son peuple. Drogba jouait certainement son dernier match avec l’équipe nationale. Les gens se souviendront de lui comme le joueur qui leur a ôté leur rêve.

Les derniers piétons, hagards et incrédules finissent de maudire Drogba avant de s’en prendre à Dieu « Il n’avait qu’à nous aider lui aussi ! » lance un supporter au bord des larmes. « J’ai prié, j’ai prié, tout ça pour quoi !? Je ne sais plus comment il faut prier Dieu même ! », se lamentera mon camarade d’un soir. Cela aurait été beaucoup trop beau. Une victoire tombant à poing nommé, moins d’un an après la fin d’une guerre civile qui ne dit toujours pas son nom. Avec un peu de provocation on se demandera : le méritait-il ? Un peuple se déchirant depuis une décennie méritait-il de se réconcilier-ne serait-ce que quelques minutes- à cause d’un vulgaire ballon rond ?

On s’en serait contenté, oui.

Au lieu de ça : la défaite. Et la gueule de bois, le lendemain.

Au milieu de cette colère et cette déception, une phrase, une seule qui vaille vraiment le coup lors de cette triste soirée. Celle d’un jeune garçon en pleure, que je croise sur les coups de minuit en rentrant chez moi et qui crie : « Je m’en fous. Je m’en fous. Je suis Ivoirien et je suis fier ! ».

C’est ce que j’ai vu à Cocody-Angré, dimanche 12 février 2012, au soir.

Giovanni DJOSSOU

La Chine-Afrique version 2011

La Chine a joué un rôle prépondérant sur le plan économique, dans les événements que le continent africain a dû affronter durant l’année écoulée. De la crise économique mondiale, à la sècheresse en Afrique de l’Est, en passant par les préparatifs de la prochaine Coupe d’Afrique des Nations 2012 ; retour sur les contributions de l’Empire du Milieu en Afrique.

Il y a un an, les investissements cumulés de la Chine en Afrique représentaient 40 milliards de dollars. En 2011, la Chine a intensifié sa coopération avec le continent noir, sur le plan économique.

La sècheresse de la Corne

En 2011, la terrible sècheresse qui s’est abattue sur toute la corne de l’Afrique et tout particulièrement en Somalie, a poussé la Chine à agir. Tout d’abord, une aide immédiate et urgente en denrées : pas moins de 69,58 millions de dollars en céréales ont été donnés aux pays concernés, faisant de ce don, le plus important de la République Populaire de Chine. Puis, au-delà de l’aide immédiate, c’est bien tout un programme de transfert de technologies qui a été mis en œuvre à l’occasion de cette catastrophe. Des centres de développement de techniques agricoles ont été créés cette année dans l’est de l’Afrique et sur le reste du continent, permettant ainsi un partage des méthodes d’intensification de la production agricole. La démarche, visant à une plus grande maîtrise des ressources et une diversification des cultures, pour se rendre moins dépendant des aléas du climat et par là même, éviter la répétition de tels événements.

Une CAN ça se prépare !

Le 21 janvier 2012, débutera la 28e édition de la Coupe d’Afrique des Nations de football au Gabon et en Guinée équatoriale. Tout comme l’Afrique du Sud pour sa Coupe du Monde, en 2010, le Gabon a dû aménager son territoire et renouveler ses infrastructures. Comme un symbole –ou opération de communication- la coopération avec la Chine, dans ce domaine, s’est effectuée dans la construction du stade le plus important de la compétition. Le stade qui accueillera la finale de l’épreuve, le 12 février prochain. Un véritable monument de 40 000 places, construit en un temps record (19 mois), à la pointe de la modernité qu’exige le ‘Sportainment ‘. Inauguré sous le nom de Stade d’Angondjé, le 28 novembre dernier, il a depuis été rebaptisé : Stade de l’Amitié Sino-Gabonaise

Face à un monde en crise

L’événement économique de l’année 2011 reste sans aucun doute la crise de la dette des pays de l’Union Européenne. Et cette crise n’a pas été sans effets sur le continent africain. Si la croissance moyenne des pays africains tournera autour des 5% comme prévu initialement, il n’en reste pas moins que la crise européenne a affecté l’économie africaine. Pour exemple, l’Afrique du Sud a connu un ralentissement fort de sa croissance au cours de l’année. Ralentissement essentiellement dû a l’incapacité du pays à trouver de nouveaux débouchés dans l’exportation de minerais dont l’Union Européenne est le premier acheteur.

De manière plus générale, les fluctuations des grandes monnaies, que sont l’euro et le dollar, ont provoqué une inflation en Afrique entraînant elle-même une forte hausse des prix dans les domaines énergétiques et alimentaires.

Face à cette dépendance vis-à-vis des pays européens, dans le commerce international, la Chine, via son ministre du Commerce, Chen Deming, incite l’Afrique à une diversification plus intense de ses partenaires économiques à l’échelle internationale.

Les arguments avancés et appuyés par la Commission des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) résident dans l’adéquation des biens échangés. Alors que les termes de l’échange semblent encore déséquilibrés entre l’Europe et l’Afrique (produits manufacturés contre matières premières), la CEA explique qu’une intensification des échanges avec l’Asie serait plus adéquate, la demande en matières premières venant essentiellement des pays émergents d’Extrême Orient.

Jusqu’à présent, les investissements directs de la Chine en Afrique représentent 13 milliards de dollars, répartis sur plus de 2000 entreprises, dans 50 pays différents. Si d’aucuns doutaient encore de l’influence de la Chine sur le continent, l’année 2011 les aura définitivement convaincus.

Reste à savoir dans quelles mesures ces échanges et cette aide s’effectue, sachant, par exemple, qu’il est très difficile aujourd’hui pour un autochtone de gagner un poste à responsabilités dans une entreprise chinoise implantée en Afrique.

Giovanni C.Djossou

Sources :

·         Next-Afrique.com

·         News.cn