L’électrification rurale en Afrique: comment déployer des solutions décentralisées ?

A peine plus de 30% de la population d’Afrique subsaharienne dispose d’un accès à l’électricité, souvent précaire. Cette proportion chute à moins de 20% en milieu rural. Alors que l’extension du réseau électrique est souvent privilégiée pour pallier ce déficit, cette étude démontre que les solutions décentralisées sont particulièrement efficaces en milieu rural. En effet, l’électrification décentralisée fera partie de la solution pour nombre d’Africains, au moins pour un temps.

Cependant, soutenir son développement implique d’ajuster les politiques publiques et de créer de nouveaux modèles d’affaires, qui n’intègrent pas encore cette nouvelle conception de l’électrification. A l’aide d’études de cas, l’auteure décrit comment la technologie hors-réseau et les micro-réseaux ont été déployés avec succès au Sénégal, au Maroc et au Kenya. Les enseignements qui en résultent peuvent être utiles aux autorités en charge de l’électrification rurale en Afrique. Lisez l’intégralité de ce Policy Brief.

Exorcising Kenya’s ghosts : a review of Yvonne Ouwor’s novel, Dust

Exorcising the ghosts of Kenya : a review of Yvonne Ouwor's novel Dust

Dust is the debut novel of Kenyan writer Yvonne Adhiambo Owuor. Published in 2013 by Kwani?, it tells different narratives of people whose intertwined destinies unfold over five decades of Kenyan history, from the colonial time to 2007 post-electoral violence. Indeed, important landmarks in Kenya’s history serve as backdrop for the narration and put into perspective the tragic fates of characters.

Dust is set both in Nairobi and the surroundings of Lake Turkana. Through a keen mastery of the language and a vivid imagery of Kenya’s landscapes, the narrator sets the stage for a slow motion tragedy the peak of which is… the prologue. It opens on the death of Odidi Oganda killed in a gunfight with the police in a Nairobi street. His untimely death “unravels a whole lot of things”. As his corpse is laid to rest in Wuoth Ogik, Odidi’s family goes on a pilgrimage to “find him again”. On their way, lots of secrets surface.

Then, the reader gets to know Dust’s gloomy, dark, mystifying protagonists. They fail to be strong-headed, leading characters, with great divides and strong motives. For example, Odidi is a naïve and “doomed idealist” whose honesty and uncompromised ideal made un-adequate. He rejects the “establishment”, yet he doesn’t struggle for the ideal he stands for and his flight and cowardly death in the prologue make him an anti-hero rather than the strong-headed, visionary revolutionary Kenya might crave for. As for the secondary characters, they are corrupt, they trigger electoral violence, or they are instruments of State violence. With all their complexities and mystery, these characters embody what Owuor has coined ‘a national economy of secrets’. The 1984 Wagalla Massacre, the contested and violent elections of 2007 are among other important events evoked in the novel. But, they are not sufficiently evoked to inform the reader; probably because these tragedies haven’t been addressed and justice applied. This pattern is emphasized by jangled up narrative sequences and the use of flashbacks which illustrate the impossibility to project into the future. The dense lyricism contributes to construct the narrative of a complex country and the elusive, transient nature of human experience. Besides, the narrator’s incantatory-like descriptions of the landscape are evocative of the haunted ideal Kenya is, with all its poor and broken promises”.

In the aftermath of the Westgate blast and the Garissa Attack, Dust is a relevant read to weigh on the debate over state violence, corruption and the collective amnesia which seems to infuse the whole country. Through the book, the author posits the relevance and necessity of memory, justice and transparency to make #MagicalKenya “whole again”, provided that the ghosts are addressed.

Ndeye Seck

Map Kibera: first step towards bottom-up slum upgrading

When writing about slum upgrading, I’ve said that I dreamt of a participatory process in which every individual slum dweller could express their needs and ambitions for the slum. Through this process, these people could come up with a master plan that would enable NGOs and public organizations to work hand in hand for the coordinated upgrading of Kibera. Such process does not exist yet. However, I know of one organization that collects and synthetizes data on Kibera, using participatory processes and enhances the work of dozens of civil society organizations. This organization is Map Kibera and is one of my favorite organizations working in the slum.

 

security-map

 

Map Kibera Genesis

Map Kibera was created in 2010 to fill in Kibera’s ‘information gap’. Its founders noticed that Nairobi City Council mapped the slum as a forest, and that it was absent from online mapping resources such as Google Maps and Open Street Map. In addition, even though many NGOs and public institutions are involved in collecting data on the place, none of this data is displayed at the local level. By introducing participatory mapping in the slum, Map Kibera aims at bridging that gap.

Beyond the envy of improving the information of the field, the organization aims at empowering citizens and giving them a say in the process of governance by teaching them how to report on their own environment. In the informal areas, more resources, reports and studies do not involve community participation in data collection. Teaching people from the community how to collect data is also a way of teaching them how to use that information to report on the hardship they face themselves. It allows greater participation of local people in the democratic process.

Empowering through mapping

The association decided to train 13 young people from the 13 villages of Kibera on how to use OpenStreetMap. During three weeks, and with the assistance of local GIS professionals, Map Kibera collected data through the use of GPS using open source software.

 

datacollection

 

The project started with a feasibility assessment allowing the youth-led organization to locate appropriate places and partners. The incoming partners received training and went into unmapped areas to collect data. They then uploaded data onto the open street map. Afterwards, the partners printed the map and introduced it to the local people. These meetings were aimed at raising awareness and allowing better cohesion between the various villages. In addition, Map Kibera stared with a blog on featuring a wiki space allowing stakeholders to discuss the project’s planning.

One year after its creation, Map Kibera implemented a strategy to allow people to access the information, displaying maps to the rest of the community. Maps are painted on the walls to show people where to access public services. Gathering the data helped members of the community meeting with the local leaders and the various social workers in the slum. Through this, they created a wide network to distribute the maps even more accurately. They also get to know more people who can help gathering more accurate data.

Impacts

Amongst others, Map Kibera created a security map. This map is extremely useful for the community as it indicates black spots – the areas where it is dangerous to walk by day and night. Thanks to the grassroots knowledge of young people, the mappers were able to locate the places where other unemployed youngsters wander. The lack of income and opportunities in Kibera push them into crime. They take drugs and attack people, usually causing serious injuries or death. This map serves the general interest as it allows Kibera dwellers that are coming from a different village to be aware of the places where not to walk.

If the maps serve the community, interestingly they also had an impact on improving the urban environment. Maps have an indirect impact on the urban space. In 2010, UNICEF funded another map on water and sanitation in Kibera. However, some of the villages did not have water. Map Kibera was able to partner with the NGO WASUP in order to locate the places with lacked adequate sanitation. With the information, WASUP was able to build water tanks in these areas.

Sustainability at core of the project

The project is economically, socially and environmentally sustainable. Economically, the Trust is working as a firm, selling maps to the various stakeholders and paying young mappers – providing them with employment. They also manage to get income for themselves when funds are available.

The sustainability of the project is also ensured by its ability to improve the state of young people (to a small extent as only a few youth are necessary to collect data for each map) and making each mapper an actor in the development of the slum. At the community level, the information is useful both to the slum dwellers as they are provided with useful information on where to walk or where to find adequate sanitation services. Indirectly, providing other organization with these information has allowed planning for more adequate services throughout the informal settlement.

From coordinating service provision to upgrading the slum

By developing a network of local stakeholders, Map Kibera has managed to become an unavoidable actor in the field. They gather all necessary information for NGOs to work efficiently. They have the necessary information to maximize their impact on the slum and work in a coordinated manner. In that regard, Map Kibera has proven information management to be actually useful in impacting both the community and its urban environment.

 

Article originellement paru sur le blog de l’auteur : http://carolineguillet.com/2014/05/18/map-kibera-first-step-towards-bottom-up-slum-upgrading/

Map Kibera Website: www.mapkibera.org

Jumia Kenya – An Afro-European success

dresses jumia

In April 2013, I purchased a dress on Jumia. The reasons for my purchase were threefold; I wanted a dress, my flatmate was working for the company, and, needing a credit card purchase to ensure their system was working, he offered me a 20% discount. After an exhausting exchange of emails and phone calls, I eventually received the dress. The amount of human work involved – phone calls, emails and delivery – just for the purchase of a simple dress, revealed a company in the throes of start-up hell.

One year later, Jumia Kenya sells 5000 items per month and has become an unavoidable actor on the Kenyan reselling market. Such success is testament to the ability of Rocket Internet, the German company which owns Jumia, to apply its internet reselling business model in an economically booming country.

At heart of Jumia, The Cream of European Entrepreneurship

"Our companies succeed bjumiaecause we provide all they need: Great people, functional best practices, funding and ongoing hands-on support” (Alexander Kudlich, Group Managing Director of Rocket Internet). It is hard to argue with the model; seven years after its creation, Rocket Internet owns 75 ventures in 134 countries.

Africa’s large market base and rapid development of internet services were undoubtedly the primary factors behind Rocket’s decision to invest in the continent. A (THE FIRST?) beneficiary of this decision was Africa Internet Holding, the company that created Jumia in 6 African countries. Jumia Kenya opened at the dawn of 2013.

Kenya’s economic rise

Kenya – like several other countries in Africa – presents unique opportunities for growth. On the demand side, the demographic boom provides the company with a large potential market. With fast economic growth, a middle class is emerging, creating a large customer pool for Jumia. These people are starving to access western consumption and this is precisely what the company offers. Jumia sells everything from fashion items, to electronic devices – laptop, cameras and mobile phones -, to home equipment.

On the supply side, Kenya presents undeniable competitive advantages as both land and manpower are extremely cheap (the average wage is about 3 euros per day).

Yet, besides these intrinsic qualities for company development, Kenya is not an easy place to settle in. The country lacks basic amenities, notably low internet coverage in some regions and frequent power cuts. In addition, and more importantly, Kenya is characterized by high levels of violence and corruption which seriously hindered the work of Jumia’s co-founders and employees. All the equipment at the first Jumia office was stolen. The warehouse was constantly under threat, forcing the co-funders to implement drastic security measures._MG_7813_bis

Moreover ‘Nairobbery’, as some have dubbed the capital of Kenya, has a deserved reputation for pervasive scams, which seriously hindered the trust of customers. To reinforce the customer’s trust, Jumia is offering to pay cash at the reception of the items. Also, if the customer is not satisfied, items are exchanged for free or reimbursed.

 

 

A risky but fruitful Afro-European success

Despite these challenges, Jumia Kenya has experienced positive market development thanks to its ability to solve these issues, in a local manner. A capacity to deal with local issues and adapt to hardship lies in the nature of the company itself. As each venue is constituted as an independent company, the co-founders have all the power in their hands to deal with problems. This is how, for instance, they hired Maasai guards to watch over the warehouse, as the Maasai are the only tribe allowed to carry a weapon – their traditional spear. They are also in charge of their human resources which allows them to hire and fire people at will, to suit the needs of the company at best. This constitution frees the company from bureaucratic issues, and provides it with a necessary flexibility when dealing with local issues.

_MG_7924_bis

In that regard, entrepreneurship culture is at core of Jumia’s success as it allows the company to take advantage of Kenya’s economic features and deal with difficulties in a local and flexible manner. Their results speak for themselves. Opening a company in Kenya is a risky enterprise, as displayed by the numerous issues Jumia faced. Yet as Varun Mittal – former intern at Jumia Kenya puts it, “To start something in Africa can be a daunting task but the rewards will outweigh the problems”.

Impacts on Kenya

Jumia has demonstrated how a company can successfully take advantage of Kenyan market features. However, assessing the success of a company purely based on its profit margin could be considered reductive in a country still characterized by high levels of poverty and inequality. Jumia has successfully taken advantage of the Kenyan boom, but for the majority of Kenyans any positive results are yet to emerge.

Caroline Guillet

Pour aller plus loin : http://www.jumia.co.ke/

Attaque terroriste de Westgate, le résultat de quarante ans d’échecs en Somalie

Le parallèle a été vite établi entre l'attaque menée par les Shabaab, le 21 septembre, dans un centre commercial de Nairobi au Kenya et les attentats du 11 septembre 2001 à New York. C'est une mauvaise analogie. 


Smoke_above_Westgate_mall

Cette attaque, menée par une quinzaine de terroristes, a causé une soixantaine de morts et près de 200 blessés, en plein milieu urbain, ramenant la barbarie au coeur le plus moderne de la capitale kényanne, en plein septembre.  

Ce parallèle, s’il frappe l’esprit et apparaît commode en l’absence d’une analyse rigoureuse, n’en demeure toutefois pas moins inopérant. Le massacre de Nairobi surprend tout d’abord en ce qu’il mêle la modernité d’une communication relayée sur Twitter et l’obscurantisme d’individus fanatiques prêts à mourir pour tuer le plus possible. Mais bien loin de signer l’ambition d’un groupuscule terroriste à mener une guerre de l’islam contre l’Occident, ces attentats ne sont que la triste suite d’un conflit intérieur à la Somalie.

Le pays le moins administré au monde

Peuplée de plus de 10 millions d’habitants qui s’étendent sur une superficie de 640 000 km2, la Somalie est en effet classée comme le pays le plus corrompu et le moins administré au monde. Indépendante depuis 1960 et composée de territoires anciennement colonisés par l’Italie au sud et par le Royaume-Uni au nord, la Somalie n’a depuis lors quasiment connu que guerres civiles et régionales. Pendant les neuf années qui suivent son indépendance, les deux premiers présidents de la Somalie tentent d’instaurer un gouvernement démocratique mais ne parviennent pas à s’imposer dans un contexte de luttes claniques qui opposent le nord et le sud du pays. Ces divisions originelles ne seront jamais surmontées.

En 1969, le coup d’Etat du général Mohamed Siyaad Barre remplace le gouvernement élu démocratiquement par le nouveau régime de la République démocratique de Somalie, ersatz de démocratie populaire alliée à l’URSS. Cette alliance, banale dans le contexte de la décolonisation, n’est cependant qu’éphémère et ne résiste pas à l’invasion de l’Ethiopie menée en 1977 pour conquérir de l’Ogaden. L’URSS soutient en effet le gouvernement marxiste éthiopien, qui parvient à repousser l’offensive somalienne avec l’appui de troupes cubaines et sud-yéménites. La guerre de l’Ogaden ruine la Somalie, qui y perd un tiers de son matériel militaire. L’abandon du nationalisme irrédentiste et du projet de Grande Somalie achève de diviser politiquement un pays où sévit désormais une terrible famine. L’effondrement du régime en 1991 plonge la Somalie dans la guerre civile et dans un chaos où prospèrent seigneurs de guerre, pillages et trafics de drogue et d’armes.

Le président américain Bill Clinton obtient en 1992 un mandat de l’ONU pour mener l’opération Restore Hope. Première intervention au nom de l’ingérence humanitaire, elle se solde cependant par un fiasco symbolisé par la bataille de Mogadiscio, à partir de laquelle les télévisions relayeront en boucle les images du massacre de dix-neuf soldats américains. Les Etats-Unis rappellent alors leurs troupes et les casques bleus prennent le relais jusqu’en 1995. Les solutions politiques proposées sous la médiation de l’Ethiopie et du Kenya échouent également, comme en 1997, à démilitariser et à reconstruire le pays. La Somalie reste alors le théâtre d’un affrontement entre clans, le Somaliland et le Puntland ayant proclamé leur indépendance au nord. Une conférence de conciliation prévoit, en 2003, la mise en place d’institutions fédérales de transition mais ne parvient pas à restaurer un gouvernement stable et effectif.

L’Union des tribunaux islamiques, avec une plateforme religieuse très mobilisatrice, parvient à transcender les divisions entre les clans pour prendre le pouvoir en juin 2006 et rétablir un semblant d’ordre dans le sud du pays. Mais tout le monde dans la région ne voit pas d’un bon œil un régime qui repose sur la charia, même si celui-ci recueille un assentiment populaire certain. Après une rébellion manquée, une intervention militaire éthiopienne soutenue par les Etats-Unis renverse l’Union des tribunaux islamiques en décembre 2006, et une intervention de l’Union africaine, l’AMISOM, prend le relais des forces éthiopiennes début 2007 pour sécuriser le nouveau gouvernement fédéral. C’est à la suite de cette défaite qu’émerge le mouvement Al-Shabaab, constitué des jeunes les plus militants des Tribunaux islamiques (Shabaab signifie « jeunesse » en arabe). Al-Shabaab s’étend rapidement jusqu’à contrôler la grande partie du centre et du sud de la Somalie, et mène une guérilla urbaine dans les rues de Mogadiscio.

Devant la menace que le mouvement représente pour sa frontière nord, l’armée kenyane entre à son tour en scène fin 2011 pour sécuriser la zone frontalière et empêcher l’infiltration des insurgés sur son territoire. C’est dans ce contexte de près de quarante années de guerres civiles et d’instabilité régionale que doit se comprendre le massacre de Nairobi. Les Shabaab entendent en effet punir le Kenya pour son intervention en Somalie et son soutien au gouvernement de transition. Ce massacre, qui n’est ni le premier ni le dernier épisode d’une longue et sanglante histoire doit cependant nous interroger : Plusieurs décennies après les indépendances, l’Afrique est-elle condamnée aux guerres civiles et régionales ?

Rayan Nezzar

 

Au-delà de la « tyrannie des nombres » : Que retenir de la victoire d’Uhuru Kenyatta ?

uhuruL’homme le plus riche du Kenya a remporté les élections en s’appuyant sur une alliance ethnique. Que signifie ce vote pour la politique du pays et ses efforts de construction de paix ?

Alors que la poussière retombe sur les élections kenyanes il est important de se souvenir de Mohammed Abduba Dida, ancien professeur de littérature anglaise et de religion au camp de refugiés de Dabaad au Nord Est du Kenya et l’un des 8 candidats à la présidentielle. Expliquant les raisons l’ayant poussé à se présenter, l’homme de 39 ans avait répondu de façon candide : « J’ai été le témoin d’épisodes difficiles, jusqu’à ce que j’en ai assez. Chaque jour tout devenait plus dur jusqu’à ce que je me donne deux options : quitter le pays ou y rester et devenir un agent du changement. J’ai choisi la deuxième option."

L’histoire de Dida ne pouvait pas se distinguer plus de celle d’Uhuru Kenyatta, le nouveau président du Kenya. Celui-ci, en plus d’être l’homme le plus riche du pays dont la fortune est estimée à 500 Millions de dollars et un demi millions d’acres de terre, est aussi le fils du président et fondateur du pays Jomo Kenyatta, auquel voulait succéder l’ancien président Daniel arap Moi, et le filleul du président sortant Mwai Kibaki. D’une certaine mesure, l’histoire de Dida reflète les ressentis et expériences d’une majorité de Kenyans, tandis que Kenyatta symbolise les intérêts politiques et économiques ayant conduit à l’insatisfaction populaire. La victoire de Kenyatta ne signifie pas pour autant la fin du divisionnisme ethnique tel qu’il pourrait le paraitre , la même combinaison de conflits ethniques et de démagogie politique était présente lors des élections de 2007.

Dans une interview télévisée controversée, le politologue Muthi Ngunyi avait prédit la victoire de Kenyatta en se basant sur les sondages des deux blocs d’électeurs les plus importants du pays. La théorie de Ngunyi a été affublée du surnom provocateur de « Théorie des nombres ». Cette théorie avançait que Kenyata gagnerait en remportant de fortes majorités dans les deux plus grands groupes ethniques du pays : les Kikuyus et les Kalenjins, ainsi que leurs voisins respectifs dans les régions du Mont Kenya et de la vallée du rift. Ngunyi avait également ironisé sur la manière dont l’équipe du principal rival de Kenyatta , Raila Odinga avait "dormi pendant la révolution" en manquant d’inciter les résidents de ses bastions à s’inscrire pendant la campagne d'inscription aux listes électorales de décembre.

Le fait que les Kenyans votent en fonction des différentes lignes ethniques est bien connu. Cependant, les résultats des élections ont révélés bien plus que des chiffres. Voici certaines leçons à retenir de l’élection de 2013 et certains facteurs important à observer au cours de la présidence de Kenyatta.

L'importance stratégique des Kikuyus

Quiconque souhaite devenir le président du Kenya se doit d’être lui-même Kikuyu sinon trouver un moyen d’attirer ou de diviser le bloc d’électeurs que représente cette ethnie. Une coalition de partis est une méthode pour accomplir cet objectif, mais elle n’est pas la seule. L’ancien président Daniel arap Moi, par exemple, a réussi à maintenir le pouvoir notamment après un retour a une démocratie multipartite en veillant à supprimer la capacité des Kikuyus de voter en bloc. Dans cette optique, il a déployé des tactiques variées telles que du clientélisme en leur faveur ou une stratégie où l'Etat ignore ou attise les violences inter-ethniques. 

Musalia Mudavadi, autre challenger à la présidentielle de 2013, a lui aussi reconnu l’importance de gérer la question des Kikuyus et a de ce fait nommé un politicien Kikuyu, Jeremiah Kioni, en candidat à la Vice-Présidence. Les réseaux sociaux kenyans ont toutefois été assaillis de rumeurs avançant que Kioni aurait voté Kenyatta.

OdingaLes Odingas sont nés pour l'opposition

L’histoire politique de Raila Odinga, ainsi que celle de sa famille et par extension celle des autres communautés non Kikuyu semble être gravée dans le roc. Tout comme son père et les autres nationalistes tel que Tom Mboya, le principal rôle d'Odinga dans le pays a été l’opposition qu’il a mené contre un statut quo politico-ethnique.

Contre vents et marées, Odinga a pu gagner un important soutien à travers le pays, ce qui n’était pas une mince affaire si l’on considère la manière dont le pays était polarisé quelques années auparavant. Il faudra malgré tout demeuré patient avant que le Kenya puisse avoir un dirigeant non-Kikuyu ou non-Kalenjin.

S'unir contre les forces externes

L’unnité nationale contre l’ingérence étrangère demeure encore un slogan politique attractif. Kenyatta a axé sa campagne électorale sur les accusations de la Cour Internationale de Justice (CIJ) à son égard pour des crimes contre l’humanité. Indubitablement, le choix comme candidat à la vice-présidence de William Ruto était une stratégie pour appuyer sur ce point. En se posant en adversaires de la CIJ, symbole de l'impérialisme occidental fréquemment accusé d’un certain penchant contre l’Afrique, Kenyatta et Ruto se sont inscrits dans l'héritage d'un riche passé africain de résistance à l’oppression étrangère.

Il y a peu d’indications d'une autre raison que celle-ci pour expliquer leur alliance, et ce n'est pas du côté des succès politiques – ou de leur absence – de William Ruto qu'il faut chercher. Ces deux accusés, en menant la campagne de coalition Jubilee, ont mené une double stratégie de victimisation et de promotion de la souveraineté du Kenya. Cela leur a aussi permis de stigmatiser Odinga comme la source de tous leurs problèmes. Il est peut être facile de surestimer les raisons du succès de la coalition, mais la maigre marge de victoire ne montre aucune indication d’unité nationale ni d’un futur promettant l’unité entre Kikuyu et Kalenjin. Le résultat de cette élection en particulier, était la somme d’une situation unique, qui pourrait changer de façon aussi rapide et imprévisible que les éléments à son origine.

Le premier problème de Kenyatta, et peut le plus important, sera son vice-président William Ruto. Kenyata trouvera difficilement un rôle utile à Ruto, qui est plus un expert en missiles politiques qu’en administration. A l’échelle locale, la figure de Ruto est relativement entachée. Il a plusieurs affaires en instance, dont l’une ou une victime des violences ayant suivit l’élection 2007/2008 l’a accusé d’avoir réquisitionné une partie de ses terres après qu’elle ait fuit. Il a aussi été accusé de jouer un rôle dans le scandale de corruption qui a eu lieu lorsqu’il était à la tête du ministre de l’agriculture. De la même manière que Ruto s’est brouillé avec Odinga lors des élections précédentes, il y a suffisamment d'éléments qui suggèrent que le président élu désserrera les liens qui l'unissent à Ruto dès qu'ils n'auront plus besoin l'un de l'autre ou à la fin du premier mandat présidentiel.

Il serait trop tôt pour prononcer d’autres leçons de manière définitive. Les résultats seront mis à l’épreuve et des demandes seront remplies. Cependant, il ne fait aucun doute que le Kenya fonctionne mieux avec la nouvelle constitution mise en place il y a deux ans. Au-delà de la nécessité de faire des avancées politiques à court terme, cette constitution a montré un véritable potentiel pour unir le pays. On espère désormais que les hommes d’Etat et l’administration sauront l’appliquer avec justesse afin de donner aux Kenyans l’opportunité de continuer leurs efforts de construction de paix qui ont repris après les derniers épisodes de violences post- électorales. 

Agostine Ndung'u, article initialement paru chez notre partenaire Think Africa Press,

traduction pour Terangaweb – l'Afrique des idées par Ndèye Diarra

Un petit saut à la Haye, Monsieur le Président?

uhuru KenyattaLa commission électorale indépendante kényanne a annoncé hier l'élection de Uhuru Kenyatta, fils prodigue du "Père de l'Indépendance" Jomo Kenyatta, à la présidence de la république, au terme d'une élection "complexe, mais crédible et transparente" selon le porte-parole de la commission. Son rival, le premier ministre Raila Odinga entend contester les résultats des suffrages auprès de la Cour Suprême, tout en appelant au calme et à la modération.

Ces résultats sont à la fois différents et tellement proches des élections de décembre 2007 et février 2008, qui avaient vu la victoire de Mwai Kibaki (déjà contre Raila Odinga) et occasionné de violents affrontements ethniques, causant la mort de 1300 personnes et le déplacement de près de 400.000 kényans. Les résultats de ce samedi 09 mars n'ont jusqu'ici occasionné aucune explosion de violence. Et c'est en partie la résultante de la nouvelle constitution adoptée en aout 2010. C'est également, une des "heureuses" conséquences des troubles de 2008. Suite à ceux-ci, un "gouvernement d'unité nationale" a été mis en place, avec Mwai Kibaki comme président de la république, Raila Odinga comme premier ministre et Uhuru Kenyatta comme vice-premier ministre.

Mais ce calme "retrouvé" ne peut être que temporaire. Suite aux violences de 2008 et à la lenteur de la justice kényane à en traquer et condamner les coupables, une commission d'enquête a été mise en place. Elle attribua à six personnalités publiques kényanes la responsabilité principale dans l'organisation de ces violences inter-ethniques. La liste secrète fut transmise à Kofi Annan président du « panel d’éminentes personnalités africaines » chargé de faciliter la sortie de crise.Ce dernier la remit au procureur de la Cour Pénale Internationale (à l'époque), Luis Moreno Ocampo, qui ne la dévoila qu’en décembre 2010.

« Les Six d’Ocampo » est le surnom donné à ce groupe d'instigateurs supposés: Mohammed Hussein Ali, Henry Kosgey, Francis Kirimi Muthaura, Joshua Arap Sang, William Ruto et… Uhuru Kenyatta.

Ainsi ont été élus président et vice-président du Kenya deux hommes accusés de crimes contre l'humanité par la Cour Pénale Internationale.

William Ruto, ancien soutien d'Olinga ne se serait pas allié à Kenyatta, par solidarité carcérale assure-t-il. Kenyatta, pour sa part, a réitéré ce samedi, sa détermination à collaborer entièrement avec les institutions internationales, et compte bien être présent à la Haye, en juillet prochain, pour la suite de son procès.

Il est fort possible, évidemment, que Kenyatta et Ruto, et les quatre autres membres de la liste d'Ocampo soient innocents. Mais du point de vue de la Justice et des victimes, quel gâchis!

Qui cette situation embarrasse-t-elle le plus? La CPI qui aura accepté de repousser les procès au lendemain des élections. L'Union Africaine qui aura plaidé pendant deux ans pour cette solution. Kofi Annan, missionnaire éternel et expert en compromis qui sortit de son chapeau le gouvernement de coalition de 2008. Les électeurs kényans qui auront inventé le principe "innocent jusqu'à preuve de l'absurde"?

Nous évoquions ici même le cas de Laurent Gbagbo dont le procès à la Haye achève de présenter la CPI comme suppôt des gouvernements en place, contrainte autant qu'enthousiaste à ne juger que ceux que le pouvoir en place et la justice nationale "indépendante, forcément indépendante" daignent lui confier. Avec le cas Kenyatta, nous abordons un degré supérieur dans l'aberration.

Si l'on comprend bien, il faudra organiser les conseils des ministres en fonction des audiences de Kenyatta. Et s’il est condamné par la cour, le ministre de la justice qu’il aura nommé devra signer son arrêté d’extradition, son ministre de l’intérieur désignera les officiers de police qui le conduiront à l’aéroport. Le Président pourra passer la journée à Nairobi, mais devra dormir à la Haye. Et le budget 2014 devra inclure un poste dédié aux voyages pénitenciers du Président.

Les discours à la nation du Président de la République seront en duplex depuis la Haye, évidemment. Pour ses voyages internationaux, le président devra porter un bracelet électronique, demander une permission des juges de la CPI et faire tamponner son carnet de prisonnier par les autorités aéroportuaires – en même temps que son passeport diplomatique. Les accréditations des ambassadeurs se feront par Skype. Etc.

On nage en plein délire : ce n'est plus la justice internationale, c'est "Les Affranchis".

Rencontre avec Quentin Rukingama, partie 2 : l’Afrique, terre d’opportunités

QR - ProfileC’est autour d’un déjeuner italien que nous nous retrouvons avec Quentin, Burundais, dans la ville de Nairobi à parler de l’Afrique et de l’Europe et à deviser sur le monde. Voici le fruit de nos échanges lors d’une paisible après-midi Kenyane. Cette interview est divisée en deux parties : 1) le parcours de Quentin Rukingama et 2) son point de vue sur l’Afrique.

II. TA VISION DE L’AFRIQUE

A. Les opportunités

(i) Le développement des infrastructures : une réalité au quotidien

L’Afrique bouge énormément et Nairobi est un endroit particulièrement représentatif de ce dynamisme. Par exemple, on se plaint des embouteillages, mais une des raisons pour lesquelles on en souffre est le boom des infrastructures. La ville se construit ! Le projet de la BAD consistant à financer un axe de transport Egypte-Afrique du Sud se matérialise actuellement au Kenya avec le nouveau tronçon de la Thika Highway (nouvelle autoroute reliant la ville de Nairobi à Thika, une ville moyenne au nord de la capitale). La route anciennement cabossée que je prends pour aller au travail est en train de se transformer en véritable autoroute avec passages piétons. Les choses avancent concrètement sur le terrain ! Un autre exemple, au Zimbabwe, j’ai été particulièrement impressionné par l’état impeccable des routes : aucun trou sur la chaussée entre Harare et les chutes Victoria, soit près de 900 km d’autoroute ! Que ce soit pour cela ou pour d’autres raisons, les investisseurs s’intéressent de plus en plus au Zimbabwe malgré l’inflation que le pays a connu (la solution actuelle étant l’utilisation du dollar américain) et malgré des conditions d’investissement exigeantes (51% d’un business doit appartenir à un local, comme en Chine !). Le Zimbabwe se révèle être une vraie terre d’opportunités.

(ii) Les fondamentaux pour qu’un pays se développe

Selon moi, pour qu’un pays puisse se développer, il faudrait : 1) qu’il y ait un plan stratégique national clair et atteignable, 2) de bonnes infrastructures (comme décrits précédemment) pour permettre au pays de développer ses échanges commerciaux notamment (le marché inter-africain est d’ailleurs un sujet clef), 3) des facteurs de production clefs tels qu’une formation en adéquation avec les besoins du pays et le développement d’outils de production et de transformation au niveau local, 4) avoir/développer un marché de consommateurs (d’où l’intérêt du développement de la « classe moyenne » et de l’intégration régionale surtout pour les petits pays en quête de marché).


Aperçu de la Ville de Harare, Zimbabwe(iii) Des progrès déjà en route

Il est indiscutable que les taux de croissance en Afrique sont sans commune mesure avec ceux des pays européens et quasiment tout le reste du monde (pour plus de détails sur la croissance en Afrique, cf. le rapport de Perspectives Economiques en Afrique). Les progrès sont déjà visibles. Parmi les pays les plus prometteurs je citerai : le Nigéria, l’Ethiopie, le Mozambique ou encore le Ghana, le Botswana, Cape Verde… Pour des raisons diverses : taille de marché (cf. le nombre d’habitants au Nigéria et en Ethiopie et le développement de la classe moyenne), qualité des infrastructures (réseau routier de qualité et en expansion, barrage hydraulique en développement en Ethiopie qui devrait approvisionner en électricité une grande partie de l’Afrique de l’Est), ressources naturelles (charbons et gaz au Mozambique, terres arables qui ne demandent qu’à être exploitées, pétrole au Ghana dans un pays à l’économie déjà bien structurée, diamants au Botswana), innovation technologique (au Cape Verde on peut commander son passeport via téléphone portable, le « mobile banking » Kenyan s’exporte déjà en Europe, en Asie et au Moyen-Orient).

Ces développements sont soutenus par des Investissements Directs à l’Etranger qui représentent des volumes conséquents et qui sont en pleine croissance (pour plus de détails, cf. cet article de l’African Economic Outlook). L’appétit est grandissant pour un continent qui offre des relais de croissance que l’on ne trouve plus aux Etats-Unis ou en Europe.

B. Les challenges

Lorsqu’on regarde du côté des challenges, un des plus importants est pour moi l’intégration de la jeunesse dans le marché du travail. Il est toujours mieux d’avoir une jeunesse occupée qu’inoccupée… D’autant qu’elle constitue une force de travail extraordinaire, et par conséquent un relais de croissance potentiel au service de l’Afrique. Il me semble important de promouvoir des secteurs à fort capital humain comme l’agriculture par exemple. Atteindre l’autosuffisance et même réussir à exporter sont des objectifs clefs et réalisables (étant donné que c’est le continent avec le plus de potentiels en matière de terres arables).

Ce premier point s’articule évidemment à la problématique du chômage. Problématique qui doit elle-même être abordée sous l’angle de la formation. Il faut que l’Afrique arrive à coordonner intelligemment formation et besoins comme mentionné précédemment. Il existe de belles initiatives et des écoles réputées déjà en place localement (Business School de Lagos par exemple, le projet de centre de formation économique à Maurice, ou encore la Pan African University – Initiative de l’Union Africaine). Un challenge moins récurrent mais qui demeure une réalité : l’instabilité politique. Les choses avancent également de ce côté et les initiatives d’intégration régionale, notamment, sont  une réponse intelligente au problème (comme l’a été en Europe la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier qui a réuni à l’époque Allemagne et France, deux « ennemis » historiques au lendemain de la deuxième guerre mondiale).

C. C’est votre dernier mot ?

Pour mes amis africains expatriés qui se posent la question de savoir s’ils doivent revenir, je les invite à nous rejoindre ! Cette décision de revenir m’est venue progressivement : via la découverte de plusieurs pays africains pendant mes vacances (évoqués précédemment) et une introspection qui a aboutit au constat que je voyais davantage mon avenir en Afrique qu’ailleurs.
Le train africain est en marche, il bougera avec ou sans vous. A vous de prendre la décision !  Moi je mise sur l’Afrique, et vous ?

 

Entretien réalisé par Léa Guillaumot

Comment résoudre le problème des embouteillages à Nairobi ?

Les embouteillages à Nairobi constituent un problème majeur de la capitale kényane. Ils sont un des sujets favoris de début de soirée (parfait pour briser la glace et tomber tous d’accord) mais surtout un casse-tête quotidien. On se tient donc au courant des routes fermées puis réouvertes, des policiers nouvellement installés sur tel carrefour, tel croisement. On apprend, sans le vouloir, par cœur, l’anatomie des routes pour épargner son véhicule des bosses et des trous les plus meurtriers. Mais des solutions à moyen-long terme sont-elles envisagées ? La réponse est oui : et par le secteur public, et par le secteur privé. Cet article n’a pas pour vocation à être exhaustif mais abordera quelques initiatives importantes.

La question des infrastructures routières dans le programme national « Vision 2030 »

Le programme « Vision 2030 », lancé en 2008 par le Président kényan Mwai Kibaki, a été élaboré dans le but de déterminer les grandes lignes à suivre pour permettre au Kenya de passer du statut de pays à bas revenu (low income country) à pays à revenu moyen (middle income country). Le programme comprend différents projets clés indispensables au développement économique, social et politique du pays et inclus, en toute logique, un volet infrastructure. Concernant les infrastructures routières, nous pouvons retenir deux projets phares : 1) Road Network Expansion (expansion du réseau routier), 2) Commuter Rail Network (Réseau ferré entre la capitale et sa banlieue). Le premier consiste à développer de grands axes routiers sur tout le territoire (route Kenya-Ethiopie, Isiolo-Merille, Marsabit-Turbi-Moyale, etc.). Les travaux sur certains n’ont pas encore commencé, d’autres sont en cours, et certains déjà complétés. On peut notamment mentionner la « Thika Highways », autoroute qui vient d’être inaugurée le 9 novembre 2012 par le Président Mwai Kibaki.

Le second projet se focalise sur le développement des transports publics, un point qui parait indispensable à la résolution du problème des embouteillages. Un certain nombre de gares (dont Syokimau, Imara Daima, Makadara, Jomo Kenyatta International Airport, Nairobi Central Railway) devront être créées ou réhabilitées afin d’inciter les futurs passagers à opter pour les chemins de fer plutôt que les routes. Ce qui nécessitera d’offrir un service fiable, abordable et sécurisé qui apportera une vraie valeur ajoutée par rapport aux autres options: voitures privées, matatu (petits bus locaux mettant un point d’honneur à ne pas respecter les règles de circulation) et bus. Mentionnons sur ce volet l’inauguration le 13 novembre 2012 de la première gare mentionnée (Syokimau) qui permettra chaque jour à plusieurs milliers de citoyens kényans de se rendre à Nairobi sans connaître le cauchemar des embouteillages sur les grands axes comme Mombasa Road (route reliant Nairobi à Mombasa connue pour ses kilomètres de trafic aux heures de pointe).

La solution d'un acteur privé inattendu : IBM

Du côté des initiatives privées, IBM s’invite dans le débat. Un acteur inattendu qui a peut être son rôle à jouer pour démêler les noeuds de la circulation urbaine. En effet, en août dernier, IBM a annoncé l’ouverture d’un centre de recherches à Nairobi qui traitera, entre autres, des problèmes liés au trafic routier et proposera des solutions innovantes à ces derniers. Il ne s’agit pas d’un nouveau sujet de recherches pour IBM puisque l’entreprise traite ces questions depuis plusieurs années à travers son programme Smarter Cities – des villes plus intelligentes (faisant partie d’un volet plus important appelé Smarter Planet – une planète plus intelligente). La partie infrastructure du programme traite, entre autres, du domaine des transports.

Pour rester sur le sujet des embouteillages, IBM produit depuis 2008 un sondage nommé Global Commuter Pain Survey qui mesure le niveau d’énervement, de frustration et de stress auquel font face les usagers de la route. Ce sondage est mené dans une vingtaine de villes dans le monde et auprès de plus de 8000 personnes. L’année dernière, le sondage a classé Nairobi 4ème ville la plus pénible dans laquelle circuler (après Mexico, Shenzen et Beijing). Face à ces problématiques, IBM cherche à proposer des solutions pratiques et technologiques. Parmi ces dernières nous pouvons en mentionner deux: 1) le traffic prediction intelligent tolling systems ou Intelligent Transportation et 2) l’Integrated fare management for transportation.

Le premier a pour objectif d’analyser l’état du flux routier et de prédire les embouteillages en ville en combinant des données historiques et des données en temps réel collectées sur le terrain. Ce qui permet une meilleure gestion du flux routier, une meilleure réactivité lors d’accidents, de prévenir le trafic et de prendre des décisions avisées concernant les investissements nécessaires en infrastructures (et en rendre certains moins pressants via un contrôle optimisé des routes existantes). Ce système permet également d’offrir aux usagers de la route des informations quant à l’état de ces dernières afin qu’ils prennent les meilleurs décisions pour choisir leur itinéraire quotidien (quand partir au travail, via quelle route, quel changement d’itinéraire à effectuer, etc).

Le deuxième permet d’aider les entreprises de transports en commun à déterminer quel est le système de tarif le plus adapté aux clients visés et les meilleurs moyens de paiement (notamment la mise en place de cartes multi-transports beaucoup plus faciles à utiliser et moins coûteuses pour les usagers). Cet outil permet en conséquence de rendre les transports publics plus attractifs et de décongestionner indirectement les axes routiers.

Avec cette panoplie de solutions publiques et privées, espérons que, dans les années à venir, le trafic routier de Nairobi s’améliore sous peine de restreindre grandement son développement économique et de rendre fous ses habitants…

Léa Guillaumot

Le mall : temple de la bourgeoisie à Nairobi

Avant de parler de l’expérience shopping (center) de Nairobi, il faut d’abord parler de Nairobi. Nairobi, “en chiffres”, c’est :
1) ~3.4 millions d’habitants (niveau du dernier recensement effectué en 2009, elle serait la douzième ville africaine la plus peuplée),
2) Une surface représentant 0.1% du territoire kényan et regroupant près de 8% de la population totale du Kenya.
3) Une part dans la population urbaine totale du Kenya qui a progressé de 5% en 1948 à 32% en 2009, pour un taux de croissance urbaine de 4,2% par an depuis 5 ans.

Nairobi est donc une grande ville africaine en expansion et en construction constante. On ne compte plus le nombre de routes bouchées, déviées, détruites et reconstruites qui redessinent chaque jour les itinéraires routiers.

Au milieu de ce bourgeonnement de nouveaux buildings, celui des malls est concomitant à la croissance de la classe moyenne, qui fait tant parler d'elle et dont on réalise l’impact sur le paysage urbain de Nairobi. La capitale, étant également un énorme hub “expats” (la majorité des organisations internationales telles les Nations Unies y possède des bureaux locaux d’envergure), ces derniers sont aussi une cible toute trouvée. Ils y trouvent l’essentiel (et bien plus) des produits dont ils ont besoin (ou non : le superflu y a aussi sa place).

Concept et cartographie du mall

Arrêtons-nous un instant sur le concept de mall. Nous ne parlons pas ici de simples supermarchés mais de vrais écosystèmes où le consommateur peut vider son portefeuille dans une variété infinie de produits et d’activités: restaurants, casinos, cinémas, bijouteries, boutiques de lingerie, meubles de maison, etc. Nairobi en compte presque une vingtaine dont quelques uns qui se détachent du lot en termes de taille et/ou de réputation: Westgate Shopping Mall (un des plus récents et des plus clinquants, ouvert en 2007), Sarit Centre (à l’influence indienne), The Village Market (mall chic où la communauté UN se retrouve le week-end), le Yaya Center (repère des français de Nairobi, voisin de l’école française), the Junction, Prestige ou encore Galleria Mall. Presque tous abritent “le” supermarché de Nairobi: le Nakumatt, destination ultime de l’étranger en quête de son pot de Nutella où de son camembert made in France. Carrefour en somme.

Ces malls s’étalent assez équitablement sur toute la ville et principalement à proximité des quartiers résidentiels (Kilimani, Westland, Karen…), comme le font également les restaurants et les bars. Ils créent donc de véritables “pôles” d’activités, séparés les uns des autres et quasi indépendants où les gens se donnent rendez-vous le soir et le week-end. Le mall rythme clairement la vie de l’upper/middle class kényane et des expatriés de Nairobi.

De grands projets en perspectives: l’exemple de Garden City

Le succès de ces mini temples de la consommation ne passe pas inaperçu et attire assez logiquement les investisseurs. Actis, fonds ayant déjà investi près de 4 milliards de dollars dans les marchés émergents (Afrique, Amérique du Sud, Asie), n’en est pas à son premier coup d’essai dans le secteur. Après The Junction Mall au Kenya, The Palms au Nigeria et l’Accra Mall au Ghana, Actis se tourne vers un nouveau projet d’envergure: le Garden City (l’annonce de l’investissement, dont le montant exact a été gardé confidentiel, a été faite en Juillet dernier). Il s’agira d’un mix entre quartier résidentiel (500 nouvelles maisons prévues), espace commercial (50 000 m2 réservés à la construction d’un mall) et de détente avec 2 hectares destinés à la construction d’un parc de loisirs (incluant un espace pour les concerts). 

Garden City sera le premier mall “LEED” (Leadership in Energy and Environmental Design) d’Afrique de l’Est. L’idée étant donc d’en faire une construction respectueuse de l’environnement et peu consommatrice en eau et électricité (permettant également aux commerçants de faire des économies). Le mall attirera des marques locales et internationales (notamment sud africaine) avides de toucher le marché kényan. Ce projet est également boosté par l’inauguration, ce mois-ci, de l’autoroute de Thika, projet majeur de 360 millions de dollars, couvrant la distance de 42 km entre Nairobi et Thika (ville importante de ~200 000 habitants située au Nord Est de la capitale), qui desservira Garden City.

Pour conclure, le mall est un monde en soi mais un monde à part. Si leur multiplication est un signe de dynamisme économique indéniable, n’oublions pas que la majorité de la population ne s’y rend jamais ou très peu. 46% de la population kényane vit toujours en dessous du seuil de pauvreté.

Léa Guillaumot